Klaus Schlesinger ou l’écriture de l’histoire

Klaus Schlesinger ou l’écriture de l’histoire.

Berlin et l’Allemagne, 1937-2001

Daniel Argelès

L’histoire mouvementée de l’Allemagne au XXe siècle a profondément marqué l’existence et l’oeuvre de l’écrivain (est)-berlinois Klaus Schlesinger (1937- 2001). Auteur critique de RDA exilé à l’Ouest dans les années 1980, « sauteur de Mur » ayant évolué dans les milieux alternatifs de Berlin-Est comme de Berlin- Ouest, Schlesinger échappe par son itinéraire aux classifications trop étroites. À travers une quinzaine de romans et nouvelles, il fait un tableau passionnant de soixante ans d’histoire, du national-socialisme et des ruines de l’après-guerre à la division Est-Ouest, la chute du Mur et la réunification. Ses récits abordent cette histoire « par le bas », décrivant l’existence des petites gens au quotidien ou se plaçant au contraire au coeur de l’événement historique (mai 1945, août 1961, novembre 1989). Ils interrogent l’héritage des crimes nazis, la place de l’individu dans le socialisme réel, le capitalisme ou la guerre froide, les possibilités et les limites des utopies alternatives, le travail de la mémoire et de l’identité dans les ruptures du siècle. L’écriture de Schlesinger privilégie les marges et les hétérotopies, les espaces liminaux du passage entre Est et Ouest, de la mémoire, de la rencontre avec d’autres soi-même. La fiction devient ainsi un lieu privilégié d’appréhension et de construction de soi dans l’histoire. Cet ouvrage est la première monographie consacrée en France à cet auteur encore peu connu et peu traduit, dont l’oeuvre mérite d’être découverte.

Auteur

Daniel Argelès est maître de conférences en allemand à l’École polytechnique (Palaiseau) et membre du CEREG (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, EA 4223).

Collection Mondes germaniques

Caractéristiques

ISBN 978-2-7574-1588-7

Format 16×24

Nb pages 354

Prix 31 €

SOMMAIRE

Introduction
1. Klaus Schlesinger : un écrivain allemand entre Est et Ouest
2. De l’écriture et de l’histoire
3. Corpus, périodisation, place dans la recherche

Ouverture : De la marche et de l’écriture. Espaces hétérotopiques et liminaux de confrontation à l’histoire et à soi-même
1. Michael (1971) : espaces liminaux de la mémoire, de la fiction et de l’examen de soi
2. Alte Filme (1975) : hétérotopie, identité et confrontation à l’ordre spatial socialiste
3. Fliegender Wechsel (1990) : exil et journal comme espaces liminaux
4. Trug (2000). Jeux de miroir : rencontres avec soi-même comme un autre
5. Die Sache mit Randow (1996) : chute du Mur et liminalité

première partie
les années 1960 : écriture et confrontation au passé national-socialiste

Chapitre I. « David » (1960) : Shoah et devoir de mémoire
1. L’obsession personnelle
2. Le contexte « antifasciste »
3. Le dépassement de la vulgate antifasciste : multiplicité des lignes d’identification

Chapitre II. « Michael » (l’« ébauche » de 1965) : « briser un tabou »
1. Une nouvelle sur un sujet tabou
2. Les enjeux du subjectivisme et du modernisme
3. Le contexte (1963-1965) : entre ouverture et mise au pas

Chapitre III. Michael (le roman, 1971) : travail d’écriture et travail sur le passé
1. Polysémie des indices et culpabilité
2. Le travail de confrontation au passé
3. Le passé national-socialiste, enjeu du présent

deuxième partie
les années 1970 : stratégies d’écriture au pays du « socialisme réel »

Introduction. Entre proximité au régime et émancipation : l’ambivalence des années 1970
1. Socialisme au quotidien et histoire : une nouvelle orientation thématique
2. De l’intégration à la rupture : histoire d’une critique impossible

Chapitre I. Le socialisme à l’épreuve du réel
1. Le socialisme au quotidien : dictature des limites et limites de la dictature
2. Alte Filme (1975) : huis clos et marges intérieures du socialisme réel

Chapitre II. L’histoire omniprésente : archéologie des pathologies du présent
1. L’individu dans l’instant historique décisif : le 13 août 1961 (« Am Ende der Jugend », 1973)
2. « Le dédoublement d’Erwin Racholl » (1977) : pathologies schizophrènes du sujet socialiste
3. Leben im Winter (1980) : l’histoire suspendue

Chapitre III. Écrire face à l’histoire
1. Un travail sur le réel : la question du réalisme
2. Un travail sur le récit : stratégies d’écriture face au grand récit socialiste
3. L’écriture, espace de travail sur soi

troisième partie
les années 1980 : écrire entre Est et Ouest

Introduction : la rupture du passage à l’Ouest

Chapitre I. Matulla und Busch (1984) : l’utopie d’un instant chez les squatteurs de Berlin-Ouest
1. D’Est en Ouest : réorientations dans l’espace et dans le temps
2. Échappées : marges et hétérotopies ouest-berlinoises

Chapitre II. Fliegender Wechsel (1990). « Je cherche un lieu » : exil, utopie et histoire dans les années 1980
1. Une écriture de l’exil
2. Écriture et repositionnements
3. Écrire sur le seuil : du passage à l’Ouest à la Wende

quatrième partie
les années 1990 : écrire après la chute du Mur. Un auteur face à 60 ans d’histoire allemande

Introduction : le tournant de 1989-1990 comme défi narratif
1. Wende et identité narrative
2. Dossiers de la Stasi et narration
3. « Il n’y a que moi qui puisse raconter mon histoire »
4. Narration et enjeux de mémoire

Chapitre I. Die Sache mit Randow (1996). Le bilan d’une vie comme problème narratif
1. Reconfiguration : de la critique du pouvoir au bilan d’une vie
2. Mémoire et histoire : stratégies narratives
3. Mises en abyme : précarité des destins est-allemands dans l’histoire

Chapitre II. Trug (2000). « Soi-même comme un autre », de la division à la réunification allemande
1. Destins doubles dans l’Allemagne divisée
2. Une fable de la réunification
3. Stratégies narratives : miroirs et « interférences optiques »

Chapitre III. Die Seele der Männer (2001) : un fragment d’histoire entre autobiographie, ethnographie et roman d’éducation
1. Un « tableau d’histoire allemande par le bas »
2. Stratégies d’écriture du social
3. Des potentialités de l’existence

Conclusion
1. Filiations et parentés
2. De l’écriture comme témoignage.
3. De l’écriture comme engagement
4. De l’écriture (et des narrations) comme espace d’émancipation et de construction de soi

Bibliographie
I. Sources primaires : Klaus Schlesinger
II. Sources primaires : autres auteurs
III. Recensions, articles et ouvrages sur Klaus Schlesinger
IV. Ouvrages et articles sur la littérature, la politique culturelle, la société et l’histoire (est)-allemandes
V. Bibliographie générale

Repères biographiques et chronologiques

Atelier pour doctorants germanistes 27 mai 2016

Journée de doctorants

Centre d’études et de recherches sur l’espace germanophone (CEREG) Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle / Université Paris Ouest-Nanterre-La Défense

Atelier de réflexion méthodologique et de formation à la recherche en Études germaniques
(ED 514)

Vendredi 27 mai 2016

Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3
Institut du Monde anglophone, 5 rue de l’Ecole de Médecine, 75006 Paris, Salle 33

 

 

9h30-10h30

Elisabeth Hamm, Animal et animalité au théâtre dans l’espace germanophone : enjeux esthétiques et anthropologiques.

10h30-11h30

Louise Dumas, La voiture dans le cinéma allemand.

11h30-12h30

Julien Beaufils, Sport et représentation internationale. Concurrence entre les deux États allemands (1970-1990).

 

contact : celine.trautmann-waller@univ-paris3.fr

La scène artistique “alternative” dans la RDA des années 1980

La scène artistique « alternative » dans la RDA des années 1980

 Colloque

 organisé et présenté par Jean Mortier

en coopération avec la Maison Heinrich Heine

avec le soutien de l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse

de l’Université Paris Ouest Nanterre la Défense 

et de l’Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis

 

mercredi 13 janvier 2016

9h30      accueil et introduction par Christiane Deussen et Jean Mortier

modération : Sylvie Le Grand (Université Paris 10)

10h00    Marianne Beauviche (Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse) : L’évolution de la place des arts plastiques non conformes sur la scène artistique est-allemande

10h30    Jean Mortier (Université Paris 8) : La condition d’artiste en RDA

11h00    pause-café

modération : René-Marc Pille (Université Paris 8)

11h15    Paul Kaiser (historien de l’art, Dresde) : Provinzen des Eigensinns. Boheme und Gegenkultur in der DDR abseits Berlins

12h00   Sibylle Goepper (Université Jean Moulin Lyon 3) : Subversion féminine dans les années 1980 en RDA : le collectif d’artistes d’Erfurt Exterra XX entre quotidien à l’ombre du Mur et mouvements féministes internationaux

12h30    pause-déjeuner

modération : Sibylle Goepper

14h30    Paula Böttcher (curatrice indépendante et auteure, Berlin) : Der Außenseiter der Außenseiter Carlfriedrich Claus, die Künstlergruppe Clara Mosch und die DDR

15h00    Eckhart Gillen (historien de l’art, commissaire d’expositions, Berlin) : Klaus Hähner-Springmühl und die Richterstrasse 9

15h30    pause-café

modération : Mathilde Arnoux (Centre allemand d’histoire de l’art, Paris)

15h45    Christoph Tannert (directeur du Kunsthaus Bethanien, Berlin) : Die alternative Kunstszene Berlin – Prenzlauer Berg

16h15    Lutz Dammbeck (artiste, Hambourg): Der Leipziger Herbstsalon  (avec projection commentée du film de 20 min. dont il est le réalisateur)

17h00    pause

17h15    JeanLouis Leprêtre (ancien conseiller culturel à Berlin-Est) et Georg Girardet (ancien diplomate ouest-allemand à Berlin-Est) : Témoignages

18h30    table ronde : Quelle définition donner à l’expression « alternative Kunst » ?

avec Constanze Fritzsch (Université Eichstätt-Ingolstadt), Eckhart Gillen, Paul Kaiser, Christoph Tannert, Lutz Dammbeck (peintre, graphiste et réalisateur) et Georg Girardet ; animation : Christiane Deussen et Jean Mortier

 Traduction simultanée dans les deux langues

 20h00    vernissage de l’exposition

 La Galerie Eigen+Art, Leipzig – un espace hors normes en RDA

Parmi les dizaines de galeries privées qui connurent une existence plus ou moins éphémère dans les années 1980 en RDA, un lieu s’est imposé et est devenu une véritable légende : la galerie Eigen+Art à Leipzig créée par Judy Lybke. Elle existe encore aujourd’hui. Ce sont les œuvres souvent conçues sur place dans les années 1986-1987 par des artistes utilisant les techniques les plus diverses que présente cette exposition. Elle témoigne de l’inventivité et de la vitalité d’une scène artistique encore largement méconnue.

introduction : Jean-Louis Leprêtre

La Maison Heinrich Heine remercie Jean-Louis Leprêtre pour son initiative et son soutien à l’exposition.

L’oeuvre de Volker Koepp

 

51+N3DTTjxL._SY445_

L’œuvre de Volker Koepp

Début :
28 Novembre 2015 15h00
Fin :
28 Novembre 2015 17h00
samedi 28 novembre 2015,

à partir de 15 heures

L’ŒUVRE DE VOLKER KOEPP

présentation de l’oeuvre de Volker Koepp – discussion – projection de film

dans le cadre du Mois du film documentaire de la BDIC (Bibliothèque internationale de documentation internationale contemporaine) avec le soutien du CEREG (Centre d’études et de recherches sur l’espace germanophone, Universités Paris 3 et Paris Ouest Nanterre) et la Maison Heinrich Heine

Volker Koepp, né à Stettin en 1944, est l’un des documentaristes allemands les plus importants ; son oeuvre commencée en RDA au sein de la DEFA dans les années 1970 s’étend sur plusieurs décennies et s’est prolongée au-delà de l’unification allemande. Ses films ont remporté de nombreux prix (par exemple le Grand prix Cinéma du réel, Paris, 2008).

Sa notoriété est d’abord due au cycle de sept films tournés en RDA entre 1974 et les années 1990 auprès des ouvrières de l’usine textile de Wittstock (de Mädchen in Wittstock en 1975 à Wittstock, Wittstock en 1997). Son travail s’inscrit dans une histoire du quotidien au long cours, ses films se distinguent par la continuité des personnages et les retours sur image qui dessinent peu à peu la trame autobiographique du réalisateur. Volker Koepp filme de plus en plus loin à l’Est, en Pologne, Ukraine et Russie (par exemple dans In Sarmatien/En Sarmatie, 2013), tout en continuant à s’interroger sur les contours de l’Allemagne.

Nous commencerons par une discussion autour de l’œuvre de Volker Koepp avec Dominique Bouchery (secteur allemand de la BDIC), Caroline Moine (Maître de conférences en histoire contemporaine, Université Versailles Saint-Quentin) et Anne-Marie Pailhès (Maître de conférences en études germaniques, Université Paris Ouest Nanterre).En collaboration avec Rosa Olmos, du service audiovisuel de la BDIC.

La soirée se poursuivra par la projection de l’un de ses films les plus récents :
Berlin – Stettin (All., 2009, 110 min., vostfr)

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles