France Allemagne(s) 1870-1871

Exposition au Musée de l’Armée : France Allemagne(s) 1870-1871

                  L’exposition du Musée de l’Armée aux Invalides propose de revenir sur la guerre franco-allemande de 1870-1871, présentée comme un « moment fondateur dans la relation franco-allemande ». Cette exposition s’inscrit dans la logique interne du musée et de l’actualité de la recherche universitaire. Les commissaires Mathilde Benoistel, Sylvie Le Ray-Burimi et Christophe Pommier ont réuni des supports multiples afin de remettre en lumière ce conflit qui a marqué la mémoire des deux pays. Elle fait revivre cette « Année terrible », d’après les mots de Victor Hugo, en trois temps correspondant au sous-titre de l’affiche : la guerre, la Commune, les mémoires. Cette organisation rappelle qu’une guerre ne se résume pas à son déclenchement et à sa fin, mais doit être vue et comprise sur le temps long. Ainsi, le contexte historique doit faire comprendre les raisons d’un tel conflit. Le récit des batailles doit ensuite déboucher sur les conséquences de celles-ci : sur le court terme, une insurrection populaire en France, la Commune de Paris et la création de l’Empire allemand à Versailles ; sur le long terme, la Première Guerre mondiale.

                  Les premières salles de l’exposition amènent le visiteur à prendre conscience du passif de la France et de l’Allemagne tout au long du XIXème siècle. De Iéna en 1806 (qui mit fin au Saint-Empire Romain Germanique) à la bataille de Leipzig en 1813, du Congrès de Vienne en 1815 à la crise du Rhin en 1840, les relations entre la France et les différentes entités allemandes étaient déjà très souvent belliqueuses. Ce n’est d’ailleurs pas par hasard si le XIXème siècle, et plus précisément la période entre 1815 et 1914, est surnommé « le temps des Nations » avec au cœur la France et l’Allemagne. Les principaux acteurs de la guerre franco-allemande sont présentés chacun leur tour : Napoléon III, Guillaume Ier, Otto von Bismarck, Helmut von Moltke, Léon Gambetta ou encore les généraux français Bazaine et Trochu. La guerre est ensuite expliquée en trois temps. D’abord, son déclenchement : l’épisode de la dépêche d’Ems et la manipulation diplomatique de Bismarck contraint l’empereur Napoléon III à déclarer la guerre à la Prusse, aidée par les autres forces allemandes. La guerre tourne vite au désastre pour les Français, après de nombreuses défaites, dont celle de Sedan qui force Napoléon III, fait prisonnier, à capituler. La IIIe République est alors proclamée, et les Allemands assiègent Paris pour accélérer la fin de la guerre, que la République refuse. La paix est tout de même signée le 10 mai 1871 lors du Traité de Francfort. Des audiovisuels de 8 minutes racontent les différents épisodes de la guerre avec les mouvements des armées de manière très pédagogique. Ce récit se termine par de nombreuses œuvres de toutes sortes (tableaux, affiches de propagande, accessoires de guerre, etc.) qui rendent sensible le quotidien de la population en temps de guerre, et notamment les nombreuses destructions causées par les bombardements allemands à Paris, Metz ou Saint-Quentin.

                  L’exposition se poursuit avec l’armistice et la Commune de Paris. Elue le 28 mars 1871, la Commune est l’insurrection des civils parisiens qui ont résisté lors du siège de la ville par les Allemands. Le refus de la défaite et le rejet du nouveau gouvernement conduisent à la guerre civile entre ce dernier, les Versaillais, et les Communards. Ils sont écrasés à l’issue de la Semaine sanglante (21 – 28 mai 1871). Un nouvel audiovisuel fait revivre la progression de l’armée versaillaise à travers Paris. D’autres personnages sont introduits en 6ème salle : d’Adolphe Thiers au général Mac-Mahon en passant par Victor Hugo et Jacques Offenbach, ces différents acteurs nous font prendre conscience de l’importance de cette guerre civile. Dont Karl Marx dira : « Qu’est-ce que la Commune, ce sphinx qui met l’entendement bourgeois à si dure épreuve ? » Car il s’agit bien d’une lutte à mort entre la bourgeoisie et la classe ouvrière parisienne. Des tableaux et des photos illustrant les combats, les barricades et les destructions nous en font ressentir toute la violence.

                  L’exposition entre enfin dans son troisième et dernier temps, celui des conséquences de cette « Année terrible » et de ses mémoires. Un nouvel audiovisuel résume les bouleversements diplomatiques qui ont eu lieu entre 1815 et 1919, avec comme facteur clé la guerre de 1870. Cette guerre marque un tournant décisif pour la France, qui devint une République, et pour l’Allemagne, où l’Empire fut proclamé. L’accent est mis sur la pluralité des mémoires : ces événements, perçus différemment par l’armée française, les citoyens français et l’Allemagne, n’ont pas été traités de la même manière et ont nourri des mémoires différentes. Sur le temps court, en France, « la mémoire de la guerre participe de la reconstruction républicaine de l’histoire nationale », et les vaincus sont portés en héros malheureux, à travers l’image du citoyen-soldat. On sent surtout le refus profond de la défaite, comme en témoigne le tableau emblématique d’Alphonse de Neuville: Les dernières cartouches.

                  En Allemagne, « l’exaltation de la victoire se manifeste dans la peinture d’histoire, la statuaire et l’érection de monuments dédiés à l’Empereur, à Bismarck ou à Moltke ». Sur le temps long, les Première et Seconde Guerres mondiales ont fait oublier la guerre de 1870, mais favorisent également les parallèles et les mises en regard : la révolution de 1918-1919 en Allemagne, suite à la défaite de la guerre mondiale, rappelle l’épisode de la Commune. Les historiens allemands voient dans la guerre des Duchés de 1864-1865, la guerre contre l’Autriche de 1866 et celle de 1870-1871 le triptyque fondateur de l’Allemagne. Du côté français, l’occupation allemande des deux guerres mondiales a ravivé le souvenir de celle de 1870-1873, de même que les nombreuses destructions dans les villes françaises. Une concurrence s’installe aussi entre la mémoire de la guerre et celle de la Commune. Ce contraste mémoriel est également perceptible si l’on compare les tableaux de l’exposition : alors que les tableaux allemands présentent une ambiance et un cadre idylliques, ceux des Français montrent l’horreur des combats.

                  L’exposition France-Allemagne(s) 1870-1871 tente donc dans un espace réduit, de raconter la guerre, ses causes et se conséquences, ainsi que l’épisode tragique de la Commune de Paris. Les supports sont variés, avec de très nombreux tableaux, lithographies (d’Honoré Daumier ou d’Edouard Manet), objets, cartes et photos. L’approche est très pédagogique et les audiovisuels permettent une meilleure compréhension des événements. Elle est également accessible au jeune public avec un parcours et un livret-jeux adapté. Tous ces mécanismes permettent de se souvenir de cette guerre méconnue, qui rappelle combien l’amitié franco-allemande doit être entretenue et non considérée comme un acquis et que les ennemis d’hier peuvent être les alliés de demain.

Romain Bougourd

Etudiant en Master-Recherche « Etudes germaniques » à l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3

Berlin, Citadelles/Mazenod, 2015

 

berlin

Résumé de l’éditeur :

Berlin s’est imposée comme une capitale culturelle et artistique de premier plan en Europe. Chaque année, elle attire dix millions de visiteurs en ses murs qui abritent plus de 150 musées, quelque 140 bibliothèques et près de 60 théâtres… Les créateurs y affluent du monde entier, la transformant en un creuset de création rappelant le New York des années 1980. En perpétuel réaménagement ou reconstruction, elle doit sa vitalité à une histoire aussi mouvementée que singulière.

Fondée XIIe siècle, la ville a été successivement capitale du royaume de Prusse (1701-1871), de l’Empire allemand (1871-1918), de la République de Weimar (1919-1933) et du Troisième Reich (1933-1945), puis scindée en deux secteurs durant la Guerre froide, avant de retrouver son unité après la chute du Mur en 1989. Son patrimoine architectural et urbain reflètent ces pages d’histoire, glorieuses ou sombres, ce destin qui a donné à la cité son visage contemporain, cosmopolite et dynamique.

Cette luxueuse monographie illustrée de 500 reproductions vous invite à parcourir cette ville d’art et d’histoire fascinante. De la porte de Brandebourg au château de Charlottenburg, en passant par le quartier Saint Nicolas, l’Île des musées, la Potsdamer Platz, la Karl-Max Allee, le Reichstag, sans oublier les nombreux jardins et les vestiges du Mur, l’historien de l’art berlinois Godehard Janzing nous dévoilent cette cité-monde sous toutes ses facettes.

Sommaire

Introduction

La ville et son imaginaire

Lieux de mémoire

Urbanisme et politique

Les origines

Berlin/Cölln : la ville au Moyen Âge La double ville médiévale Berlin / Cölln Architecture en brique
Justice, croyance et mort

Entre renaissance et réforme
La résidence du Grand Électeur – La Réforme / Les Huguenots Les Pays-Bas et la France – influences venues de l’Ouest

L’Ascension de la Prusse (1701-1740)

1701 – Berlin devient métropole royale
Le baroque berlinois, art royal
L’Arsenal et l’ascension d’Andreas Schlüter Rome et Paris

Le château de Berlin
La disgrâce de Schlüter
La « cour des Muses » de Sophie-Charlotte

Les Lumières (1740-1786)

Fidericus Rex
Frédéric le Grand et la cour de Postdam Le « roi philosophe »
Le Forum Fridericianum
Sans-Souci et le Nouveau Palais Frédéric II collectionneur
Mars et Minerve

1806 – L’effondrement

La porte de Brandebourg
La physionomie de la ville en 1800 L’art de vivre bourgeois autour de 1800 Le renouveau artistique autour de 1800 Les années de fer

L’industrialisation (1848-1870)

La révolution de 1848 Menzel
Le Berlin juif

L’empire « Kaiserzeit » (1870-1918)

Berliner Sezession – Liebermann Gründerzeit / Zille
Wilhem von Bode et les musées de Berlin « Die Brücke »

La Grande guerre (Kollwitz)
La révolution de 1918 (photographie)

Les Années Vingt (1918-1933)

La ville moderne / Groß-Berlin L’architecture des lotissements Erich Mendelsohn
Metropolis

Döblin Berlin Alexanderplatz

Le « Troisième Reich » (1933-1945)

Mise au pas et exclusion
Berlin en Germania, « capitale du monde » Un lourd héritage
« Olympia 1936 »
Expulsion et extermination

Les deux Berlins (1945-1989)

Le site du mur
L’« île » Berlin-Ouest
L’expo IBA, le Kulturforum
Hans Scharoun
La commune, squat, la culture alternative La capitale de la RDA
La vie socialiste
La culture des « niches »

Le retour à la capitale (après 1990)

L’architecture d’état
Les nouvelles ambassades Pariser Platz, Potsdamer Platz Les traces des didactures
Les monuments
La scène artistique
Le Humboldtforum