Hylé I et Hylé II de Raoul Hausmann : des ensembles textuels autobiographiques en mouvement

Soutenance de thèse de Mme Hélène Thiérard en cotutelle avec l’Université d’Osnabrück (Allemagne)

le 7 avril 2016
à 9 h 30

Doctorat études germaniques

à l’adresse suivante :
Maison de la recherche – Salle prestige – 4, rue des Irlandais – 75005 Paris

La soutenance est publique.

Titre des travaux :
Hylé I et Hylé II de Raoul Hausmann : des ensembles textuels autobiographiques

Ecole doctorale : EDEAGE

Section CNU : 12 – Langues et littératures germaniques et scandinaves

Equipe de recherche : CEREG

Directeurs : M. Jürgen RITTE,  M. Christoph KONIG, M. Wolfgang ASHOLT
Co-directeur : M. Jacques LAJARRIGE

Membres du jury :

M. Wolfgang ASHOLT, Professeur des universités
Université d’Osnabrück

M. Christoph KONIG,  Professeur des universités
Université d’Osnabrück

Mme Isabelle KRZYWKOWSKI, Professeur des universités
Université de Grenoble

M. Laurent HUBERT, Professeur des universités
Université de Louvain – Belgique

M. Jacques LAJARRIGE, Professeur des universités
Université de Toulouse 2

M. Jürgen RITTE, Professeur des universités
Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

 

RÉSUMÉ :

La thèse porte sur le work-in-progress de Raoul Hausmann, Hylé, dont la genèse exceptionnelle s’étend sur plus de 30 ans (1926-58). Hylé I (inédit) et Hylé II (2006) traitent des années 1926-33 (Allemagne) et 1933-36 (Ibiza) de la vie de Hausmann. Ces ensembles textuels, qui résultent tous deux du montage d’une centaine d’unités textuelles, transcendent les appartenances génériques au profit d’une identité transgénérique, plurielle et mobile. Au regard du rôle majeur de Hausmann dans le mouvement Dada à Berlin, tant sur le plan théorique que par sa production plastique et poétique, le présent travail pose la question de la continuation d’un projet d’avant-garde dans Hylé. L’exploration des relations intermédiales entre Hylé et le photomontage, la poésie visuelle et la photographie – formes d’expression investies par Hausmann pendant ou après Dada – permet d’éclairer la permanence de son projet utopique d’une augmentation de la perception sensorielle humaine. L’analyse comparée de Hylé I et Hylé II s’appuie sur la reconstruction de la genèse du texte à partir des deux grands fonds d’archives français et allemand. Elle montre d’abord, au niveau macrostructurel, que le montage crée un mode de cohérence spatial et dynamique qui concurrence celui de la linéarité narrative, soutenu en cela dans Hylé II par une véritable poétique de l’espace. Elle fait ensuite ressortir l’ambivalence d’une entreprise autobiographique qui se forme au cours de la genèse et oscille entre la constitution rétrospective du moi et sa dissolution (ou sa fragmentation). Enfin, elle s’attache à l’expérimentation langagière conçue comme le projet utopique de mettre en mouvement les limites rigides imposées à notre connaissance par le langage, projet qui culmine dans l’écriture multilingue de l’exil dans Hylé II.