L’oeil immersif – Devenirs du regard dans les pratiques immersives du tournant des XXème et XXIème siècles au théâtre

Colloque international organisé par l’ENSATT (Mireille Losco-Lena) et l’Université Sorbonne Nouvelle (Florence Baillet et Arnaud Rykner) du 23 au 25 juin 2018 en partenariat avec le Musée des confluences, l’Institut Goethe de Lyon et le Théâtre Nouvelle Génération (avec traduction simultanée allemand-français et français-allemand tout au long du colloque).

Propos du colloque

Les pratiques scéniques contemporaines sont particulièrement habitées par la dimension visuelle. Or, non seulement elles démultiplient les images sur la scène et n’ont de cesse de solliciter le regard du spectateur, mais elles vont parfois jusqu’à l’absorber, en particulier par le biais de dispositifs désormais nommés « immersifs », lesquels semblent connaître un essor depuis les années 1990. D’où l’hypothèse de « la transformation du théâtre (étymologiquement ‘lieu d’où l’on regarde’) en environnement immersif (lieu dans lequel on est plongé) » qui mettrait définitivement fin à plus de trois siècles de domination du théâtre par l’œil du Prince.

Pourtant, l’art théâtral a déjà antérieurement développé des formes immersives ou du moins n’a quasiment cessé, d’une manière ou d’une autre, de convoquer l’immersion, les modalités esthétiques de ce « regard immergé » au théâtre excédant ainsi très largement le théâtre dit immersif lui-même et pouvant se déployer dans des dispositifs frontaux, par exemple, dans le champ contemporain, ceux de Claude Régy, de Romeo Castellucci, ou dans certaines formes de théâtre performatif, dont l’esthétique énergétique et pulsionnelle est susceptible de générer un œil absorbé. Le présent colloque international se caractérisera par conséquent par une double approche : (1) d’une part, il s’agit d’élargir la question de l’immersion au-delà les dispositifs dits explicitement immersifs et de faire l’hypothèse qu’elle permet d’interroger un large spectre de spectacles contemporains ; (2) d’autre part, il s’agit de resserrer les réflexions sur la question du regard organisé par les scènes contemporaines, dans un rapprochement théorique avec les études visuelles (dans la continuité du colloque international de 2015 L’Œil et le théâtre – La question du regard sur les scènes européennes au tournant des XIXème et XXème siècle. Etudes théâtrales et études visuelles : approches croisées).

 Programme du colloque

23 mai 2018, Musée des Confluences, petit auditorium

 

9h : Accueil (pour les intervenants du colloque)

 9h15-10h15 : Atelier muséographique avec Gilles Mugnier, scénographe, autour de l’exposition Hugo Pratt

 10h15-10h30 : Pause

10h30-11h : Ouverture officielle du colloque en présence des organisateurs et des partenaires

Session 1 (11h-13h) : L’avènement d’un régime immersif du regard ?

Président de séance : Daniel Urrutiaguer (Université Lyon 2)

–       Daniel Bougnoux (Université de Grenoble) : “Devant / dedans : quand la vue défaille. »

–       Ulrike Haß (Ruhr-Universität Bochum) : « Immersive Räume. Vom Ende des Blickregimes, wie wir es kannten. »(« Espaces immersifs. La fin de ce régime du regard qui était le nôtre. »)

–       Pascale Martinez (Lycée Blomet, Paris), « L’œil immersif dans un théâtre de cire : l’exemple du musée Grévin. »

Discussion

Session 2 (14h30-16h30) : Enjeux perceptifs des dispositifs immersifs

Présidente de séance : Julie Sermon (Université Lyon 2)

–       Florence Baillet (Université Sorbonne Nouvelle) : « La vue et le toucher au sein de pratiques théâtrales immersives : une esthétique au contact. »

–       Anyssa Kapelusz (Université Aix-Marseille) : « Dynamiques perceptives d’un spectateur en marche. »

–       Erica Magris (Université Paris 8) : « Le regard des spectateurs munis de casques audio : effets de l’écoute médiatisée individualisée entre immersion et dissociation. »

Discussion

16h30-17h : Pause

17h-18h : Entretien avec Stefan Kaegi(Rimini Protokoll) en dialogue avec Nicole Colin-Umlauf (Université Aix-Marseille)

24 mai 2018, Goethe Institut

9h : Accueil

Session 3 (9h15-10h30) : Politiques du regard immergé (distance/ absorption) (1)

Présidente de séance : Ulrike Haß (Ruhr-Universität Bochum)

–       Adam Czirak (Freie Universität, Berlin) : « Das verlorene Privileg der Gesamtsicht. Blick-Politiken in immersiven Theaterformen. » (« Le privilège perdu de la vue d’ensemble. Politiques du regard dans des formes immersives de théâtre. »)

–      Barbara Gronau (Universität der Künste, Berlin) : « Absorption oder Reflexion ? Paradoxa der Immersion in den Darstellenden Künsten. » (« Absorption ou réflexion ? Paradoxes de l’immersion dans les arts du spectacle. »)

Discussion

10h30-11h : Pause

Session 4 (11h-12h15) : Politiques du regard immergé (distance/ absorption) (2)

Président de séance : Olivier Neveux (ENS de Lyon)

–       Cyrielle Dodet (Université d’Albi) : « De l’œil immergé aux regards émergents : l’intermédialité politique de Soubresaut du Théâtre du Radeau. »

–       Miriam Dreysse (Universität Gießen) : « Wo stehe ich ? Zum Verhältnis von Beteiligung und Distanz im zeitgenössischen Theater. » (« Où suis-je ? La relation entre participation et distance dans le théâtre contemporain. »)

Discussion

14h-15h : Entretien avec Anne Théron, metteure en scène, en dialogue avec Manon Worms (Université Lyon 2).

15h15-15h30 : Pause

Session 5 (15h15-17h15) : Œil immersif et fascination

Président de séance : Pierre Piret (Université Louvain-la-Neuve) 

–       Arnaud Rykner (Université Sorbonne Nouvelle / Institut Universitaire de France) : « Le théâtre nous regarde : regard, absorption, immersion. »

–      Nikolaus Müller-Schöll (Goethe-Universität, Frankfurt am Main) : « Illusion der Immersion – Immersion in der Illusion » (« Illusion de l‘immersion – Immersion de l’illusion. »)

–       Adeline Thulard (Université Lyon 2) : « Fascination et vertige : la dimension immersive du jeu de Lars Eidinger. »

Discussion

 25 mai 2018, Théâtre Nouvelle Génération- CDN de Lyon Les Ateliers presqu’île

 

9h : Accueil

 Session 6 (9h15-10h30) : Dispositifs frontaux et incertitude perceptive

Président de séance : Jérémie Majorel (Université Lyon 2)

–       Julien Botella (Université Sorbonne Nouvelle) : « Le spectacle rendu à son atmosphère : étude du milieu-brume dans le théâtre de Claude Régy (2009-2016).»

–       Pierre Piret (Université de Louvain-la-Neuve) : « ‘Fantasmagorie technologique’ et incertitude perceptive. Le travail de Denis Marleau. »

Discussion

10h30-11h : Pause

11h-12h :Fabriques de l’œil immersif et recherches scéniques actuelles. Table ronde animée parMireille Losco-Lena (ENSATT),avecJulien Dubuc(collectif InVivo), Gala Ognibene(scénographe), Thomas Pachoud(artiste multimédia) et François Weber (concepteur son et vidéo)

 12h-13h :Entretien avec Joris Mathieu, directeur du TNG et directeur de la compagnie « Haut et Court », en dialogue avec Julie Sermon (Université Lyon 2)

13h : Conclusions du colloque

Site du colloque : http://www.univ-paris3.fr/l-oeil-immersif-devenirs-du-regard-dans-les-pratiques-immersives-du-tournant-des-xxeme-et-xxieme-siecles-au-theatre-474647.kjsp

 

 

Contacts : mireille.losco@ensatt.frflorence.baillet@univ-paris3.fr, arnaud.rykner@univ-paris3.fr

 

Berlin 1913 – Paris 1937: Ästhetik und Kunstwissenschaft im Zeitalter der Kongresse / L’esthétique et la science de l’art à l’âge des congrès

umschlag-zaek-61-2

Zeitschrift für Ästhetik und Allgemeine Kunstwissenschaft

Heft 61/2 · Jg. 2016

Schwerpunktthema:

Berlin 1913 – Paris 1937: Ästhetik und Kunstwissenschaft im Zeitalter der Kongresse / L’esthétique et la science de l’art à l’âge des congrès

Herausgegeben von Bernadette Collenberg-Plotnikov, Carole Maigné und Céline Trautmann-Waller

INHALT

Abhandlungen

Bernadette Collenberg-Plotnikov, Carole Maigné, Céline Trautmann-Waller: Vorwort / Préface

Bernadette Collenberg-Plotnikov: Ästhetik und Allgemeine Kunstwissenschaft – Konzeptionen eines Forschungsprogramms 

Wolfhart Henckmann: Zur Grundlegung der allgemeinen Kunstwissenschaft von Emil Utitz 

Céline Trautmann-Waller: Stile, Völker und Rassen in den Kongressen für Ästhetik und allgemeine Kunstwissenschaft (1913-1937) – Weltkunst oder Great Divide ? 

Tania Vladova: August Schmarsow et la Kunstwissenschaft à partir des Congrès internationaux d’esthétique

Carole Maigné: Dessoir, Frankl, Utitz : Kunstwissenschaft, histoire et culture – Débats théoriques au sein du Congrès de 1927

Andrea Pinotti: Wind, Warburg et la Kunstwissenschaft comme Kulturwissenschaft

Heinrich Dilly: Destruktive Organisatoren des Zweiten Internationalen Kongresses für Ästhetik und allgemeine Kunstwissenschaft, Paris 1937

Michaela Passini: Les historiens de l’art au Congrès international d’esthétique et de science de l’art de Paris (1937)

Kerstin Thomas: »Subtilité de différence« – Henri Focillons Konzept des Kunstwerks

Patrick Flack: Phänomenologische Ästhetik und allgemeine Kunstwissenschaft

Benoît Turquety: Un art incomplet – Présences-absences du cinéma au Congrès de 1937

Estelle Thibault: L’architecture au congrès d’esthétique de 1937

L’esthétique et la science de l’art à l’âge des congrès

IMAGE_MAIN

L’esthétique et la science de l’art à l’âge des congrès

Ästhetik und Kunstwissenschaft im Zeitalter der Kongresse

 

Colloque international / Internationales Kolloquium

organisé par / Organisation

Carole Maigné (Université de Lausanne, Section de philosophie)
Céline Trautmann-Waller (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, CEREG)
Bernadette Collenberg-Plotnikov (Westfälische Wilhelms-Universität Münster, Philosophisches Seminar)

en cooperation avec / in Kooperation

mit der Deutschen Forschungsgemeinschaft und der Deutschen Gesellschaft für Ästhetik

Université de Lausanne (UNIL) 24.05.2016 – 25.05.2016

Amphimax UNIL – Sorge – 414

Thématique

Après avoir fait paraître en 1906 son livre Ästhetik und allgemeine Kunstwissenschaft in den Grundzügen, Max Dessoir fonde à Berlin en 1908 la Vereinigung für ästhetische Forschung. Le principal objet de cette association est, dans un premier temps, de prendre en charge l’édition d’une revue consacrée à la nouvelle discipline, la science de l’art, et à l’esthétique : la Zeitschrift für Ästhetik und Kunstwissenschaft (1906-1943). Assez vite naît également l’idée d’organiser un congrès, qui aura lieu finalement à Berlin du 7 au 9 octobre 1913. Par opposition à la Vereinigung, assez nettement ancrée à Berlin, ce congrès prend une dimension résolument internationale. Les projets de futurs congrès internationaux, esquissés à l’issue de celui de 1913, seront compromis par la Première guerre mondiale, mais trois autres Congrès seront organisés malgré tout dans le contexte difficile de l’apres-guerre : Berlin (1924), Halle (1927) et Hambourg (1930). Puis l’idée d’un colloque à l’étranger est reprise et donne lieu au Deuxième Congrès international d’esthétique et de science de l’art organisé à Paris en 1937 sous la présidence de Victor Basch.

En partant des actes de ces cinq manifestations, notre journée d’étude souhaite lancer une recherche collective sur ces congrès, en s’intéressant plus particulièrement à leur dimension interdisciplinaire et internationale, ainsi qu’à leur interaction avec les arts de leur époque. Cette recherche concerne une constellation historique particulière, mais elle nous semble éclairante pour le contexte actuel également, où l’esthétique connaît un renouveau, mais se voit aussi congédiée ou concurrencée par les sciences cognitives ou l’anthropologie. On pourra ainsi se demander aussi ce qu’il en est aujourd’hui de la science de l’art fondée au début du XXe siècle.

Konzept

Nachdem 1906 sein Werk Ästhetik und allgemeine Kunstwissenschaft in den Grundzügen erschienen war, gründet Max Dessoir 1908 in Berlin die Vereinigung für ästhetische Forschung. Hauptaufgabe dieser Vereinigung ist zunächst die Herausgabe einer Zeitschrift, die dieser neuen Disziplin gewidmet ist – der Allgemeinen Kunstwissenschaft sowie der Ästhetik: die Zeitschrift für Ästhetik und Kunstwissenschaft (1906- 1943). Bald kommt zudem die Idee auf, einen Kongress zu organisieren, der schließlich vom 7. bis 9. Oktober 1913 in Berlin stattfindet. Im Gegensatz zu der Vereinigung, die in Berlin verankert ist, gewinnt dieser Kongress einen dezidiert internationalen Zuschnitt. Pläne für weitere Kongresse, die am Ende der Veranstaltung von 1913 gefasst werden, werden zunächst durch den Ersten Weltkrieg vereitelt. Dennoch werden im schwierigen Rahmen der Nachkriegszeit drei weitere Kongresse organisiert: in Berlin (1924), Halle (1927) und Hamburg (1930). Zudem wird auch die Idee eines internationalen Kolloquiums, das nun außerhalb Deutschlands stattfinden soll, aufgegriffen und schließlich 1937 als Zweiter internationaler Kongress für Ästhetik und Kunstwissenschaft (Deuxième Congrès international d’esthétique et de science de l’art) in Paris unter dem Vorsitz von Victor Basch durchgeführt.

Im Ausgang von den Akten zu diesen fünf Veranstaltungen möchte die geplante Tagung eine gemeinsame Forschung zu diesen Kongressen initiieren. Dabei wird insbesondere deren interdisziplinäre und internationale Orientierung sowie ihre Interaktion mit der zeitgenössischen Kunstpraxis im Mittelpunkt stehen. Diese Forschung widmet sich zwar einer spezifischen historischen Konstellation, die uns aber ebenfalls für den gegenwärtigen Kontext aufschlussreich zu sein scheint, wo die Ästhetik zwar einen Aufschwung erfährt, zugleich aber in Konkurrenz zu den Kognitionswissenschaften oder der Anthropologie steht. Daher stellt sich nicht zuletzt die Frage, was uns die am Beginn des 20. Jahrhunderts begründete Kunstwissenschaft heute wieder zu sagen hat.

Contact :

carole.maigne@unil.ch / celine.trautmann-waller@univ-paris3.fr /  bernadette.collenberg@uni-muenster.de

 

– Programme –

 

MARDI 24 MAI : 14h30-17h30 :

Wolfhart Henckmann (Ludwig-Maximilians-Universität München) :
« Zur Grundlegung der Allgemeinen Kunstwissenschaft von Emil Utitz »

Andrea Pinotti (Università degli Studi di Milano) :
« Wind, Warburg et l’ Allgemeine Kunstwissenschaft : motifs partagés »

Tania Vladova (EHESS, Paris) :
« De la pantomime au théâtre : la théorie d’August Schmarsow dans le contexte des congrès d’esthétique »

MERCREDI 25 MAI : 9-12h – 13.30-15h :

Heinrich Dilly (Martin-Luther-Universität Halle-Wittenberg) :
« Deutsche und ehemals deutsche Mitglieder des Deuxième Congrès International d‘Esthétique et de Science de l’Art, Paris 1937 »

Michela Passini (CNRS Paris) :
« Les historiens de l’art au Congrès international d’esthétique et de science de l’art de Paris (1937) : voisinages disciplinaires et clivages méthodologiques »

Estelle Thibault (École nationale supérieure d’architecture Paris-Belleville) :
« L’Architecture au Congrès international d’esthétique et de science de l’art, Paris 1937 »

Benoit Turquety (Université de Lausanne) :
« Un art incomplet. Présences-absences du cinéma au Congrès de 1937 »

Carl Dahlhaus, L’Esthétique de la musique, Vrin, 2015

2711626601
Résumé de l’éditeur :
Premier livre publié par Carl Dahlhaus, L’Esthétique de la musique tente d’accorder deux objectifs. Il s’agit d’abord de proposer une introduction historiquement informée au vaste champ de la philosophie de la musique, qui soit capable d’être à la fois concise et raffinée. Mais ce Musikwissenschaftler qui n’est pas encore alors l’auteur de l’Histoire de la musique au XIXe siècle ou de l’Idée de la musique absolue livre également une première démonstration de sa méthode de travail sur la musique. Elle frappera le lecteur par sa densité philosophique et son goût pour la lecture problématisée de textes issus de différentes traditions musicographiques. Dahlhaus revendiquait volontiers son souci d’écrire l’histoire en respectant un pluralisme qu’il voulait issu de l’œuvre de Fernand Braudel. Au lecteur de juger si cette première Esthétique de la musique, sous la plume d’un auteur qu’on a parfois dit « plus philosophe que musicologue » (J.-J. Nattiez) parvient à en poser le cadre. La force de ce texte fondateur pour la musicographie dahlhausienne demeure, et les tout récents développements de la philosophie de la musique rendent sa lecture impérative.
Traduction sous la dir. de J. Labia par J. Farges, N. Rialland, J. Labia, Ch. Loriot, N. Lucas, É. Marrou, A.-P. Olivier et F. Peri
Introduction par J. Labia, postface d’A. Soulez
Vrin – Essais d’Art de de Philosophie – Poche
212 pages – 12,5 × 18 cm
ISBN 978-2-7116-2660-1 – novembre 2015

 

Table des matières :

Introduction par J. Labia

Carl Dahlhaus, l?Esthétique de la musique :

Présupposés historiques.

La musique en tant que texte et la musique en tant qu’oeuvre.

Transformations de l’Esthétique du sentiment.

Emancipation de la musique instrumentale.

Jugement artistique et jugement de goût.

Génie, enthousiasme, technique.

Affect et idée.

Dialectique de l’ « intériorité sonore ».

La querelle du formalisme.

La musique à programme

Tradition et réforme dans l’opéra.

Esthétique et histoire.

Pour une phénoménologie de la musique.

Critères.

Postface, par Antonia Soulez : “Dahlhaus et Helmholtz : quand l’Esthétique se tourne vers l’histoire des sciences dans le champ de la musique”.

Berlin 1913-Paris 1937 : l’esthétique et la science de l’art à l’âge des congrès

Après avoir fait paraître en 1906 son livre Ästhetik und allgemeine Kunstwissenschaft in den Grundzügen, Max Dessoir fonde à Berlin en 1908 la Vereinigung für ästhetische Forschung. Le principal objet de cette association est, dans un premier temps, de prendre en charge l’édition d’une revue consacrée à la nouvelle discipline, la science de l’art, et à l’esthétique : la Zeitschrift für Ästhetik und Kunstwissenschaft (1906-1943). Assez vite naît également l’idée d’organiser un congrès, qui aura lieu finalement à Berlin du 7 au 9 octobre 1913. Par opposition à la Vereinigung, assez nettement ancrée à Berlin, ce congrès prend une dimension résolument internationale. Les projets de futurs congrès internationaux, esquissés à l’issue de celui de 1913, seront compromis par la Première guerre mondiale, mais trois autres Congrès seront organisés malgré tout dans le contexte difficile de l’après-guerre : Berlin (1924), Halle (1927) et Hambourg (1930). Puis l’idée d’un colloque à l’étranger est reprise et donne lieu au Deuxième Congrès international d’esthétique et de science de l’art organisé à Paris en 1937 sous la présidence de Victor Basch. En partant des actes de ces cinq manifestations, notre journée d’étude souhaite lancer une recherche collective sur ces congrès, en s’intéressant plus particulièrement à leur dimension interdisciplinaire et internationale, ainsi qu’à leur interaction avec les arts de leur époque. Cette recherche concerne une constellation historique particulière, mais elle nous semble éclairante pour le contexte actuel également, où l’esthétique connaît un renouveau, mais se voit aussi congédiée ou concurrencée par les sciences cognitives ou l’anthropologie. On pourra ainsi se demander aussi ce qu’il en est aujourd’hui de la science de l’art fondée au début du XXe siècle.

Vendredi 26 juin 2015

Salle Las Vergnas

Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, 13 rue Santeuil, 75005 Paris

Programme

9h : Introduction (Carole Maigné et Céline Trautmann-Waller)

9h15-10h15 : Bernadette Collenberg-Plotnikov (Westfälische Wilhelms-Universität Münster), Ästhetik und Allgemeine Kunstwissenschaft. Konzeptionen eines Forschungsprogramms.

10h15-11h15 : Audrey Rieber (Ludwig-Maximilians-Universität München), Des concepts de temps et d’espace spécifiques aux sciences de l’esprit ? Débats et tensions du congrès de Hambourg, 1930.

11h15-12h15 : Patrick Flack (Université Charles de Prague), L’esthétique phénoménologique et la question des disciplines.

 Déjeuner

16h30-17h30 : Kerstin Thomas (Johannes-Gutenberg-Universität Mainz), “Subtilité de différence” – Henri Focillons Konzept des Kunstwerks.

 14h30-15h30 : Carole Maigné (Université de Lausanne), Dessoir, Frankl, Utitz (1927) : méthodologie générale de l’histoire de l’art.

15h30-16h30 : Céline Trautmann-Waller (Université Sorbonne nouvelle-Paris 3), L’esthétique, la science de l’art et les peuples.

Contacts :

Carole Maigné, Université de Lausanne, Section de philosophie : Carole.Maigne@unil.ch

Céline Trautmann-Waller, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, Département Etudes germaniques : celine.trautmann-waller@univ-paris3.fr