Klaus Schlesinger ou l’écriture de l’histoire

Klaus Schlesinger ou l’écriture de l’histoire.

Berlin et l’Allemagne, 1937-2001

Daniel Argelès

L’histoire mouvementée de l’Allemagne au XXe siècle a profondément marqué l’existence et l’oeuvre de l’écrivain (est)-berlinois Klaus Schlesinger (1937- 2001). Auteur critique de RDA exilé à l’Ouest dans les années 1980, « sauteur de Mur » ayant évolué dans les milieux alternatifs de Berlin-Est comme de Berlin- Ouest, Schlesinger échappe par son itinéraire aux classifications trop étroites. À travers une quinzaine de romans et nouvelles, il fait un tableau passionnant de soixante ans d’histoire, du national-socialisme et des ruines de l’après-guerre à la division Est-Ouest, la chute du Mur et la réunification. Ses récits abordent cette histoire « par le bas », décrivant l’existence des petites gens au quotidien ou se plaçant au contraire au coeur de l’événement historique (mai 1945, août 1961, novembre 1989). Ils interrogent l’héritage des crimes nazis, la place de l’individu dans le socialisme réel, le capitalisme ou la guerre froide, les possibilités et les limites des utopies alternatives, le travail de la mémoire et de l’identité dans les ruptures du siècle. L’écriture de Schlesinger privilégie les marges et les hétérotopies, les espaces liminaux du passage entre Est et Ouest, de la mémoire, de la rencontre avec d’autres soi-même. La fiction devient ainsi un lieu privilégié d’appréhension et de construction de soi dans l’histoire. Cet ouvrage est la première monographie consacrée en France à cet auteur encore peu connu et peu traduit, dont l’oeuvre mérite d’être découverte.

Auteur

Daniel Argelès est maître de conférences en allemand à l’École polytechnique (Palaiseau) et membre du CEREG (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, EA 4223).

Collection Mondes germaniques

Caractéristiques

ISBN 978-2-7574-1588-7

Format 16×24

Nb pages 354

Prix 31 €

SOMMAIRE

Introduction
1. Klaus Schlesinger : un écrivain allemand entre Est et Ouest
2. De l’écriture et de l’histoire
3. Corpus, périodisation, place dans la recherche

Ouverture : De la marche et de l’écriture. Espaces hétérotopiques et liminaux de confrontation à l’histoire et à soi-même
1. Michael (1971) : espaces liminaux de la mémoire, de la fiction et de l’examen de soi
2. Alte Filme (1975) : hétérotopie, identité et confrontation à l’ordre spatial socialiste
3. Fliegender Wechsel (1990) : exil et journal comme espaces liminaux
4. Trug (2000). Jeux de miroir : rencontres avec soi-même comme un autre
5. Die Sache mit Randow (1996) : chute du Mur et liminalité

première partie
les années 1960 : écriture et confrontation au passé national-socialiste

Chapitre I. « David » (1960) : Shoah et devoir de mémoire
1. L’obsession personnelle
2. Le contexte « antifasciste »
3. Le dépassement de la vulgate antifasciste : multiplicité des lignes d’identification

Chapitre II. « Michael » (l’« ébauche » de 1965) : « briser un tabou »
1. Une nouvelle sur un sujet tabou
2. Les enjeux du subjectivisme et du modernisme
3. Le contexte (1963-1965) : entre ouverture et mise au pas

Chapitre III. Michael (le roman, 1971) : travail d’écriture et travail sur le passé
1. Polysémie des indices et culpabilité
2. Le travail de confrontation au passé
3. Le passé national-socialiste, enjeu du présent

deuxième partie
les années 1970 : stratégies d’écriture au pays du « socialisme réel »

Introduction. Entre proximité au régime et émancipation : l’ambivalence des années 1970
1. Socialisme au quotidien et histoire : une nouvelle orientation thématique
2. De l’intégration à la rupture : histoire d’une critique impossible

Chapitre I. Le socialisme à l’épreuve du réel
1. Le socialisme au quotidien : dictature des limites et limites de la dictature
2. Alte Filme (1975) : huis clos et marges intérieures du socialisme réel

Chapitre II. L’histoire omniprésente : archéologie des pathologies du présent
1. L’individu dans l’instant historique décisif : le 13 août 1961 (« Am Ende der Jugend », 1973)
2. « Le dédoublement d’Erwin Racholl » (1977) : pathologies schizophrènes du sujet socialiste
3. Leben im Winter (1980) : l’histoire suspendue

Chapitre III. Écrire face à l’histoire
1. Un travail sur le réel : la question du réalisme
2. Un travail sur le récit : stratégies d’écriture face au grand récit socialiste
3. L’écriture, espace de travail sur soi

troisième partie
les années 1980 : écrire entre Est et Ouest

Introduction : la rupture du passage à l’Ouest

Chapitre I. Matulla und Busch (1984) : l’utopie d’un instant chez les squatteurs de Berlin-Ouest
1. D’Est en Ouest : réorientations dans l’espace et dans le temps
2. Échappées : marges et hétérotopies ouest-berlinoises

Chapitre II. Fliegender Wechsel (1990). « Je cherche un lieu » : exil, utopie et histoire dans les années 1980
1. Une écriture de l’exil
2. Écriture et repositionnements
3. Écrire sur le seuil : du passage à l’Ouest à la Wende

quatrième partie
les années 1990 : écrire après la chute du Mur. Un auteur face à 60 ans d’histoire allemande

Introduction : le tournant de 1989-1990 comme défi narratif
1. Wende et identité narrative
2. Dossiers de la Stasi et narration
3. « Il n’y a que moi qui puisse raconter mon histoire »
4. Narration et enjeux de mémoire

Chapitre I. Die Sache mit Randow (1996). Le bilan d’une vie comme problème narratif
1. Reconfiguration : de la critique du pouvoir au bilan d’une vie
2. Mémoire et histoire : stratégies narratives
3. Mises en abyme : précarité des destins est-allemands dans l’histoire

Chapitre II. Trug (2000). « Soi-même comme un autre », de la division à la réunification allemande
1. Destins doubles dans l’Allemagne divisée
2. Une fable de la réunification
3. Stratégies narratives : miroirs et « interférences optiques »

Chapitre III. Die Seele der Männer (2001) : un fragment d’histoire entre autobiographie, ethnographie et roman d’éducation
1. Un « tableau d’histoire allemande par le bas »
2. Stratégies d’écriture du social
3. Des potentialités de l’existence

Conclusion
1. Filiations et parentés
2. De l’écriture comme témoignage.
3. De l’écriture comme engagement
4. De l’écriture (et des narrations) comme espace d’émancipation et de construction de soi

Bibliographie
I. Sources primaires : Klaus Schlesinger
II. Sources primaires : autres auteurs
III. Recensions, articles et ouvrages sur Klaus Schlesinger
IV. Ouvrages et articles sur la littérature, la politique culturelle, la société et l’histoire (est)-allemandes
V. Bibliographie générale

Repères biographiques et chronologiques

Berlin, Citadelles/Mazenod, 2015

 

berlin

Résumé de l’éditeur :

Berlin s’est imposée comme une capitale culturelle et artistique de premier plan en Europe. Chaque année, elle attire dix millions de visiteurs en ses murs qui abritent plus de 150 musées, quelque 140 bibliothèques et près de 60 théâtres… Les créateurs y affluent du monde entier, la transformant en un creuset de création rappelant le New York des années 1980. En perpétuel réaménagement ou reconstruction, elle doit sa vitalité à une histoire aussi mouvementée que singulière.

Fondée XIIe siècle, la ville a été successivement capitale du royaume de Prusse (1701-1871), de l’Empire allemand (1871-1918), de la République de Weimar (1919-1933) et du Troisième Reich (1933-1945), puis scindée en deux secteurs durant la Guerre froide, avant de retrouver son unité après la chute du Mur en 1989. Son patrimoine architectural et urbain reflètent ces pages d’histoire, glorieuses ou sombres, ce destin qui a donné à la cité son visage contemporain, cosmopolite et dynamique.

Cette luxueuse monographie illustrée de 500 reproductions vous invite à parcourir cette ville d’art et d’histoire fascinante. De la porte de Brandebourg au château de Charlottenburg, en passant par le quartier Saint Nicolas, l’Île des musées, la Potsdamer Platz, la Karl-Max Allee, le Reichstag, sans oublier les nombreux jardins et les vestiges du Mur, l’historien de l’art berlinois Godehard Janzing nous dévoilent cette cité-monde sous toutes ses facettes.

Sommaire

Introduction

La ville et son imaginaire

Lieux de mémoire

Urbanisme et politique

Les origines

Berlin/Cölln : la ville au Moyen Âge La double ville médiévale Berlin / Cölln Architecture en brique
Justice, croyance et mort

Entre renaissance et réforme
La résidence du Grand Électeur – La Réforme / Les Huguenots Les Pays-Bas et la France – influences venues de l’Ouest

L’Ascension de la Prusse (1701-1740)

1701 – Berlin devient métropole royale
Le baroque berlinois, art royal
L’Arsenal et l’ascension d’Andreas Schlüter Rome et Paris

Le château de Berlin
La disgrâce de Schlüter
La « cour des Muses » de Sophie-Charlotte

Les Lumières (1740-1786)

Fidericus Rex
Frédéric le Grand et la cour de Postdam Le « roi philosophe »
Le Forum Fridericianum
Sans-Souci et le Nouveau Palais Frédéric II collectionneur
Mars et Minerve

1806 – L’effondrement

La porte de Brandebourg
La physionomie de la ville en 1800 L’art de vivre bourgeois autour de 1800 Le renouveau artistique autour de 1800 Les années de fer

L’industrialisation (1848-1870)

La révolution de 1848 Menzel
Le Berlin juif

L’empire « Kaiserzeit » (1870-1918)

Berliner Sezession – Liebermann Gründerzeit / Zille
Wilhem von Bode et les musées de Berlin « Die Brücke »

La Grande guerre (Kollwitz)
La révolution de 1918 (photographie)

Les Années Vingt (1918-1933)

La ville moderne / Groß-Berlin L’architecture des lotissements Erich Mendelsohn
Metropolis

Döblin Berlin Alexanderplatz

Le « Troisième Reich » (1933-1945)

Mise au pas et exclusion
Berlin en Germania, « capitale du monde » Un lourd héritage
« Olympia 1936 »
Expulsion et extermination

Les deux Berlins (1945-1989)

Le site du mur
L’« île » Berlin-Ouest
L’expo IBA, le Kulturforum
Hans Scharoun
La commune, squat, la culture alternative La capitale de la RDA
La vie socialiste
La culture des « niches »

Le retour à la capitale (après 1990)

L’architecture d’état
Les nouvelles ambassades Pariser Platz, Potsdamer Platz Les traces des didactures
Les monuments
La scène artistique
Le Humboldtforum

Atelier topographies historiques

Famille

 

 

Rapport final atelier-topographie-berlin

 

LIENS FAMILIAUX DANS LE BERLIN D’(APRES)-GUERRE (1939-1961)

ATELIER TOPOGRAPHIQUE D’HISTOIRE SUR LE TERRAIN

du 24 avril au 1er mai 2016

Centre Marc Bloch

Friedrichstrasse 191, 10117 Berlin

Une collaboration entre
le Centre d’histoire de Sciences Po, Paris (Elissa Mailänder),
le Centre Marc Bloch, Berlin
(Aurélie Denoyer) et
le Centre d’Etudes et de Recherches sur l’Espace germanophone de la Sorbonne Nouvelle, Paris (Patrick Farges).

CANDIDATURES JUSQU’AU 15/11/2015

Continue reading Atelier topographies historiques

Berlin und die Juden

9783958080096_Berlin-und-die-Juden_01

Laurence Guillon / Heidi Knörzer (Hrsg.), Berlin und die Juden. Geschichte einer Wahlverwandtschaft?

Jüdisches Berlin um die Jahrhundertwende

Die jüdische Geschichte in Berlin ist genauso alt (oder so jung?) wie die Geschichte der Stadt selbst: Sie geht auf das 13. Jahrhundert zurück. Berlin und die Juden soll aber nicht nur die Geschichte der Jüdinnen und Juden in Berlin oder den Zusammenhang zwischen jüdischer Kultur und Großstadtkultur beschreiben, sondern nach der tiefen Verbindung fragen, die sich im Laufe der Zeit zwischen der Stadt und ihrer jüdischen Bevölkerung entwickelt hat und die selbst nach der Shoah nicht vollständig abgebrochen ist. Gibt es so etwas wie eine ‚Wahlverwandtschaft‘ zwischen Berlin und den Jüdinnen und Juden, die gleichzeitig im Zeichen einer ‚Liebesgeschichte‘ und einer ‚Tragödie‘ steht? Kann man diese Beziehung unter Fontanes Formel eines „berlinisch-jüdischen Geistes“ subsumieren?
Berlin wird dabei nicht nur als Schauplatz oder einfache Kulisse in den Blick genommen, sondern als ein regelrechter Akteur. Denn die Stadt hat das Leben der in Berlin ansässigen Jüdinnen und Juden mindestens genauso geprägt, wie diese sie erlebt und mitgestaltet haben, sodass sie als Pioniere angesehen werden können: Ihre Geschichte hat dort sprichwörtlich richtig ‚Stadt gefunden‘.
Dieser Band vereint die ausgearbeiteten Vorträge, die deutsche und französische Wissenschaftler_innen im Rahmen eines an der Universität Paris III Sorbonne Nouvelle organisierten Seminars gehalten haben. Ihre Analysen konzentrieren sich auf das 19. und das frühe 20. Jahrhundert, eine Epoche, die traditionell als ‚Goldenes Zeitalter‘ der deutschen jüdischen Geschichte bezeichnet wird. Die Beiträge sollen die Geschichte der Wechselbeziehung zwischen Berlin und ‚den Juden‘ näher beleuchten. Dabei wird eine neue Perspektive auf jüdische Intellektuelle wie Heinrich Heine, Walter Benjamin und Arnold Schönberg eröffnet, sowie auf Humboldts jüdische Mitstreiter und die Arbeit jüdischer Kunstvermittler. Ein anderer Aspekt sind Berliner ‚jüdische Orte‘ im weitesten Sinne des Wortes, von Berliner Topographien bis zu Stadttexten und -presse über jüdische Lehr­einrichtungen.

Mit Beiträgen von Eszter Gantner, Laure Gauthier, Sonia Goldblum, Simone Ladwig-Winters, Robert Krause, Tobias Metzler, Monika Richarz, Joachim Schlör und Céline Trautmann-Waller.

Neofelis Verlag, Berlin, 2015.