Contre-cultures

  une-site_prd

 Bernard Lacroix, Xavier Landrin, Anne-Marie Pailhès, Caroline Rolland-Diamond (dir.)

Les contre-cultures Genèses, circulations, pratiques

– Un bilan historique inédit et international des sixties et des seventies contestataires

– Genèse et destin de l’invention utopique et des trajectoires des acteurs et de leurs pratiques

Prendre la route, s’installer en communauté, adopter un mode de vie alternatif, « beat » ou « hippie », militer pour les droits civiques ou contre la guerre du Vietnam, s’engager dans les luttes féministes ou écologistes… Autant de pratiques contestataires que le regard rétrospectif renvoie spontanément aux «contre-cultures» des années 1960-1970. Est-il justifié de reconnaître dans ces deux décennies l’équivalent d’un âge d’or de la critique sociale et de l’invention utopique? Et comment rendre compte aujourd’hui de la diversité et de la portée des formes contre-culturelles qui voient le jour dans cette période ?

Les auteurs ont rassemblé des contributions qui retracent les histoires singulières des contre-cultures. Il en ressort une enquête collective portant sur les formes politiques, militantes ou artistiques que prennent les contre-cultures, ainsi que sur leur parcours transnational.

Un intérêt particulier est accordé à la formation des références contre- culturelles. Comment en effet comprendre le voisinage d’auteurs aussi différents que Jack Kerouac, Herbert Marcuse ou Susan Sontag au sein du canon contre-culturel qui s’édifie alors, si ce n’est à travers le travail d’interprétation engagé dès la fin des années 1960 par différents acteurs de l’univers intellectuel (écrivains, journalistes, éditeurs, etc.) ? Et comment ne pas voir dans l’internationalisation des pratiques protestataires (sit-ins, universités libres, rassemblements communautaires, formes d’autogestion) un effet de la généralisation des luttes (que symbolise bien l’opposition à la guerre au Vietnam) et de la circulation des militants et de leurs écrits ?

Les contre-cultures ont également pour point commun de concrétiser une rupture vis-à-vis des formes de domination instituées. Cela s’observe, au cours de ces deux décennies, aussi bien dans les différents univers professionnels où l’arbitraire des hiérarchies est remis en question et où s’inventent de nouvelles solidarités, que dans les univers artistiques où apparaissent des styles expressifs (« beat », « hippie », «freak», «punk») qui incarnent un rapport critique à la société.

Dans cet ouvrage, si la réflexion sur la neutralisation et la récupération des contre- culture par la culture dominante n’est pas absente, les auteurs ont plutôt choisi de restituer le foisonnement libérateur et la puissance de ces formes culturelles.

Les auteurs

Bernard Lacroix est professeur de science politique à l’Université Paris Ouest-Nanterre. Il a notamment publié L’Utopie communautaire (PUF, 1981, 2e éd., 2006).

Xavier Landrin est enseignant chercheur en sciences politiques à l’Université Paris Ouest-Nanterre. Il a publié différents articles et chapitres d’ouvrages sur la circulation transnationale des idées.

Anne-Marie Pailhès, germaniste, est maître de conférences à l’Université Paris Ouest-Nanterre et spécialiste de l’histoire culturelle de l’Allemagne de l’Est.

Caroline Rolland-Diamond, historienne des Etats-Unis, est maître de conférences à l’Université Paris Ouest-Nanterre. Elle est notamment l’auteure de Chicago : le moment 68 (Syllepse, 2011).

Table des matières

– Penser l’histoire des contre-cultures

– La formation d’une référence américaine

– Les usages de la théorie

– La presse parallèle et la critique sociale

– Un répertoire transnational

– Les « gauchismes »

– Usages du genre et identités sexuelles

– L’autonomie des groupements intellectuels et ses enjeux

– Les luttes dans l’institution religieuse

– Les formes du «retour à la nature»

– Les labels de la contre-culture musicale

– Les trajectoires de la contestation musicale – Conclusion : la contre-culture au travail

Prix: 25 €
Pages : 352
Format : 150 x 210

ISBN : 978-2-84950-427-7 Code Sodis : S581045

Collection : La politique au scalpel

Editions Syllepse, novembre 2015.

Berlin und die Juden

9783958080096_Berlin-und-die-Juden_01

Laurence Guillon / Heidi Knörzer (Hrsg.), Berlin und die Juden. Geschichte einer Wahlverwandtschaft?

Jüdisches Berlin um die Jahrhundertwende

Die jüdische Geschichte in Berlin ist genauso alt (oder so jung?) wie die Geschichte der Stadt selbst: Sie geht auf das 13. Jahrhundert zurück. Berlin und die Juden soll aber nicht nur die Geschichte der Jüdinnen und Juden in Berlin oder den Zusammenhang zwischen jüdischer Kultur und Großstadtkultur beschreiben, sondern nach der tiefen Verbindung fragen, die sich im Laufe der Zeit zwischen der Stadt und ihrer jüdischen Bevölkerung entwickelt hat und die selbst nach der Shoah nicht vollständig abgebrochen ist. Gibt es so etwas wie eine ‚Wahlverwandtschaft‘ zwischen Berlin und den Jüdinnen und Juden, die gleichzeitig im Zeichen einer ‚Liebesgeschichte‘ und einer ‚Tragödie‘ steht? Kann man diese Beziehung unter Fontanes Formel eines „berlinisch-jüdischen Geistes“ subsumieren?
Berlin wird dabei nicht nur als Schauplatz oder einfache Kulisse in den Blick genommen, sondern als ein regelrechter Akteur. Denn die Stadt hat das Leben der in Berlin ansässigen Jüdinnen und Juden mindestens genauso geprägt, wie diese sie erlebt und mitgestaltet haben, sodass sie als Pioniere angesehen werden können: Ihre Geschichte hat dort sprichwörtlich richtig ‚Stadt gefunden‘.
Dieser Band vereint die ausgearbeiteten Vorträge, die deutsche und französische Wissenschaftler_innen im Rahmen eines an der Universität Paris III Sorbonne Nouvelle organisierten Seminars gehalten haben. Ihre Analysen konzentrieren sich auf das 19. und das frühe 20. Jahrhundert, eine Epoche, die traditionell als ‚Goldenes Zeitalter‘ der deutschen jüdischen Geschichte bezeichnet wird. Die Beiträge sollen die Geschichte der Wechselbeziehung zwischen Berlin und ‚den Juden‘ näher beleuchten. Dabei wird eine neue Perspektive auf jüdische Intellektuelle wie Heinrich Heine, Walter Benjamin und Arnold Schönberg eröffnet, sowie auf Humboldts jüdische Mitstreiter und die Arbeit jüdischer Kunstvermittler. Ein anderer Aspekt sind Berliner ‚jüdische Orte‘ im weitesten Sinne des Wortes, von Berliner Topographien bis zu Stadttexten und -presse über jüdische Lehr­einrichtungen.

Mit Beiträgen von Eszter Gantner, Laure Gauthier, Sonia Goldblum, Simone Ladwig-Winters, Robert Krause, Tobias Metzler, Monika Richarz, Joachim Schlör und Céline Trautmann-Waller.

Neofelis Verlag, Berlin, 2015.