Espace du récit / récit de l’espace

CAHIERS DE NARRATOLOGIE – Analyse et théorie narrative

Numéro spécial – 31 bis | 2017
Espace du récit, récit de l’espace en contexte germanique

Ce numéro est le fruit des recherches sur la narrativité menées ces dernières années au sein du CEREG (Centre d’étude et de recherche sur l’espace germanophone, Université Sorbonne nouvelle-Paris 3) et s’inscrit dans la continuité d’un workshop sur « Espace et narration » (octobre 2013).

Sous la direction de Anne-Laure Daux-Combaudon, Elisa Goudin-Steinmann et Céline Trautmann-Waller

Introduction (par Anne-Laure Daux-Combaudon, Elisa Goudin et Céline Trautmann-Waller)

Espace vécu – Espace raconté

-Elisa Goudin : Spatialité et mise en récit de projets de vie alternatifs dans des espaces de l’ex Berlin-Est détournés de leur usage initial.

-Daniel Argelès : Limites, marges et liminalité : les enjeux narratifs et politiques de la représentation de l’espace dans les textes de fiction de l’écrivain berlinois Klaus Schlesinger dans la RDA des années 1970.

-Britta Jallerat-Jabs : « Ich mach ganz oft Kerzen an » ou comment raconter son habitat.

-Judith Kasper : La Bibliothèque nationale de France et le camp Austerlitz. La narration d’un espace traumatisé chez Sebald.

Déplacement et mise en récit

-Patrick Farges : Orient imaginé/Orient vécu chez les Juifs germanophones (yekkes) en Palestine / Israël.

-Anne Larrory, Ricarda Schneider : « und auf meinen platz sitzt n bursche mit nem hakenkreuz ». Lieux, espace et catégorisation dans les récits de l’Israel-Korpus.

-Dorothea Bohnekamp : L’Allemagne : un “non-lieu” pour les exilés judéo-allemands après 1945 ? 

 -Irmtraud Behr : L’arrivée à New York dans le roman Kokoschkins Reise, les moyens linguistiques de construction d’une figure spatiale.

-Louise Dumas : Construire un espace d’où faire émerger un nouveau cinéma allemand. L’espace au coeur du récit dans Im Lauf der Zeit, Lola rennt et Wolfsburg.

Matérialité et spatialité – aux limites du récit

-Anne-Laure Daux-Combaudon : Espace du texte et énoncés généralisants en ouverture de textes narratifs littéraires ou narration et performance dans les récits de fiction.

-Florence Baillet : L’expérience du tragique dans la mise en scène de Médée par Michael Thalheimer : pour une autre appréhension de l’espace et de la narration au théâtre.

-Kerstin Hausbei : Sur le seuil ? Hypothèses sur la spatialité dans la dramaturgie narrative de Roland Schimmelpfennig.

-Céline Trautmann-Waller : Le tapis d’Orient en Allemagne et en Autriche à la fin du XIXe siècle : défi spatial, défi narratif.

http://narratologie.revues.org/

 

 

Religion, Etat et société dans l’Allemagne contemporaine

Soutenance de l’habilitation à diriger des recherches de Mme Sylvie Le Grand-Ticchi
le 12 décembre 2016 à 9h00

à  l’Université de Toulouse-Jean Jaurès, Maison de la Recherche, salle D 31

Titre du document de synthèse : « Politique, culture et religion : du protestantisme en RDA au catholicisme en RFA ».

Titre de l’inédit : « Ernst-Wolfgang Böckenförde, médiateur entre catholicisme et social-démocratie ».

Section CNU : 12 – Langues et littératures germaniques et scandinaves.

Equipe de recherche : CEREG (EA 4223)

Directeur : Mme Françoise Knopper

Membres du jury :

M. Jean-Louis Breteau,  Professeur des universités,
Université de Toulouse-Jean Jaurès

M. Olivier Jouanjan,  Professeur des universités,
Université Paris 2 – Panthéon Assas

Mme Françoise Knopper,  Professeure des universités
Université de Toulouse-Jean Jaurès

Mme Anne Lagny,  Professeure des universités,
Ecole normale supérieure de Lyon

M. Reiner Marcowitz, Professeur des universités,
Université de Lorraine

 

 

Les jardins d’Allemagne vus de France

Conférence-débat
Jeudi 13 octobre 2016 (19h30-21h30)

Maison Heinrich Heine, Cité internationale universitaire de Paris
27 C, Boulevard Jourdan F – 75014 Paris

 

jardins_allemagne

 

Depuis quelques années, le jardin allemand connaît un regain d’intérêt en France: manifestation d’une culture et d’une histoire, il est au centre de plusieurs publications récentes qui mettent en valeur ses spécificités. Ces ouvrages font découvrir des aspects méconnus de jardins qui ont longtemps vécu à l’ombre des modèles anglais ou français.

Jardins d’Allemagne. Théories, imaginaires, transferts. Edité par Hildegard Haberl et Anne-Marie Pailhès, Paris, Honoré Champion, 2014.

La Fabrique de l’urbanisme : cités-jardins en France et en Allemagne 1900-1924, Elsa Vonau, Villeneuve d’Asq, Septentrion, 2015.

Aperçus sur l’art du jardin paysager, par le prince Hermann de Pückler-Muskau. Edition établie, présentée et annotée par Stéphanie de Courtois, Marie-Ange Maillet et Eryck de Rubercy, Paris, Klincksieck, 2014 – Lauréat du “prix historique” P.-J. Redouté 2015.

Fürst Pückler und Frankreich – ein bedeutendes Kapitel des deutsch-französischen Kulturtransfers, édité par Chr. Friedrich, U. Jacob et M-A. Maillet, Berlin, Be.Bra-Verlag, 2012.

Intervenants :
Anne-Marie Pailhès, Maître de conférences en études germaniques (Université Paris Ouest Nanterre).
Hildegard Haberl, Maître de conférences à l’Université de Caen Normandie (ERLIS).
Marie-Ange Maillet, Maître de conférences à l’Université Paris VIII.
Elsa Vonau, Chercheuse à l’Institut Marc Bloch de Berlin.
Modération :
Céline Trautmann-Waller, Professeur en études germaniques à l’Université Sorbonne nouvelle-Paris 3 (CEREG).

en liaison avec

logo_gartentraume

avec le soutien de

logos_sorbonne

Publicistes juifs entre France et Allemagne

 

book-08533022

Heidi Knörzer, Publiscistes juifs entre France et Allemagne. Champions de la même cause ?, Honoré Champion, 2016.

Les rédacteurs de l’Allgemeine Zeitung des Judenthums et des Archives Israélites de France, deux importantes revues juives du XIXe siècle, sont animés par un incessant souci politique. De l’égalité politique des minorités juives ou de leur discrimination à la réflexion sur les relations entre politique et religion ou sur les nouveaux courants politiques du XIXe siècle, tels le nationalisme ou le sionisme, nombreux sont les thèmes politiques qu’ils abordent dans leurs articles. Si, jusqu’à présent, les recherches ont essentiellement souligné les différences de points de vue entre les juifs des deux côtés du Rhin, cet ouvrage entend nuancer cette perception. Car les discours politiques des publicistes allemands et français, loin de former deux discours disjoints et opposés, se sont souvent mutuellement rencontrés et fertilisés. Les deux revues constituent en effet un véritable « espace transnational », permettant aux publicistes d’échanger, de débattre et, parfois, de développer, dans une interaction transfrontalière, des formes actives de participation à des processus politiques ou culturels. Leur pensée politique manifeste bien plus de similitude que l’on a voulu le dire, ce qui fait souvent apparaître les quatre publicistes comme des « champion [s] de la même cause » entre la France et l’Allemagne.

Heidi Knörzer est maître de conférences à l’École polytechnique. Elle est spécialiste de l’histoire des relations entre les juifs allemands et français et de l’histoire des juifs de Berlin.

http://www.honorechampion.com/fr/champion/10134-book-08533022-9782745330222.html

Narrativités allemandes. Culture(s) et mise en récit

Séminaire du Centre d’études et de recherches sur l’espace germanophone (CEREG), Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 / Université de Paris Ouest-Nanterre-La Défense

2016/2017

Vendredi 14 octobre 2016 (9h15-18h15) :

Première Journée d’étude « Narrativité et matérialité » organisée par Florence Baillet et Anne-Laure Daux-Combaudon

Lieu : Salle 16 (Institut du monde Anglophone, Université Paris 3, 5 rue de l’Ecole de Médecine, 75006 Paris).

Vendredi 25 novembre 2016 (15-17h) :

Stefan Laube (Humboldt-Universität Berlin) : Luthers “Hammerschläge”. Narrative Strategien zur Aneignung einer Kernepoche der Deutschen Geschichte.

Séance organisée par Armin Owzar

Lieu : Salle 216 (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, 2e étage, 13 rue de Santeuil, 75005 Paris).

Vendredi 3 février 2017 (15-17h) :

 Alexander Honold (Universität Basel) : Erzählen von der Zeit – Erzählen mit der Zeit.

Séance organisée par Jürgen Ritte

Lieu : Salle 410 (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, 4e étage, 13 rue de Santeuil, 75005 Paris).

Vendredi 3 mars 2017 (15h-17h) :

Marie Guthmüller (Ruhr-Universität Bochum) : Zwischen Wissenschaft, Literatur und Populärkultur: Träume erzählen im 19. Jahrhundert.

 Séance organisée par Céline Trautmann-Waller

Lieu : Salle 410 (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, 4e étage, 13 rue de Santeuil, 75005 Paris).

Vendredi 24 mars 2017 :

Deuxième Journée d’étude « Narrativité et matérialité » organisée par Florence Baillet et Anne-Laure Daux-Combaudon.

Lieu : Salle Athéna (Maison de la Recherche, Université Paris 3, 4 rue des Irlandais, 75005 Paris).

Vendredi 21 avril 2017 (15h-17h) :

Andréa Lauterwein (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3), Katja Schubert, Marion Picker et Sylvie Le Grand-Ticchi (Université de Paris Ouest-Nanterre-La Défense) :

Le contemporain / la contemporéanité.

 Lieu : Salle 410 (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, 4e étage, 13 rue de Santeuil, 75005 Paris).

Vendredi 12 mai 2017 (15h-17h) :

 Sven Staffeldt (Universität Würzburg) : Das Vorkommen des Verbs “erzählen” in gesprochensprachlichen Daten (titre provisoire)

Séance organisée par Anne-Laure Daux-Combaudon

Lieu : Salle 410 (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, 4e étage, 13 rue de Santeuil, 75005 Paris).

 

Contact : celine.trautmann-waller@univ-paris3.fr

 

Narrativités allemandes. Culture(s) et mise en récit

 

logo_cereg_couleur_highdef

 

Séminaire du Centre d’études et de recherches sur l’espace germanophone (CEREG), Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 / Université de Paris Ouest-Nanterre-La Défense

2015/2016

Samedi 9 janvier 2016 (9h-17h) :

Journée d’étude des étudiants du Master-Recherche : Récit et genre(s) textuel(s). La narrativité à la lumière de la linguistique textuelle.

Lieu : Salle 410 (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, 4e étage, 13 rue de Santeuil, 75005 Paris).

Vendredi 29 janvier 2016 (15-17h) :

 Anne-Laure Daux-Combaudon (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3) : Narrativité et matérialité.

Lieu : Salle 229 (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, 3e étage, 13 rue de Santeuil, 75005 Paris)

Vendredi 19 février 2016 (14h30-17h) :

Michel Kauffmann (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3) : La notion de récit en linguistique textuelle et en sciences humaines.

Lieu : Salle 410 (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, 4e étage, 13 rue de Santeuil, 75005 Paris).

Vendredi 25 mars 2016 (15h-17h) :

 Katharina Prager (Ludwig Boltzmann Institut für Geschichte und Theorie der Biographie, Wien) : Narration biographique en histoire culturelle (à partir de Berthold Viertel, Salka Viertel et Karl Kraus).

Séance organisée par Valérie Robert

Lieu : Salle 410 (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, 4e étage, 13 rue de Santeuil, 75005 Paris).

Vendredi 10 juin 2016 (15h-17h) :

Andréa Lauterwein (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3), Katja Schubert, Marion Picker et Sylvie Le Grand-Ticchi (Université de Paris Ouest-Nanterre-La Défense) : Le contemporain / la contemporéanité.

 Lieu : Salle 410 (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, 4e étage, 13 rue de Santeuil, 75005 Paris).

 

Contact : celine.trautmann-waller@univ-paris3.fr

Friedrich Kittler, Médias optiques. Cours berlinois (1999)

9782343074757f

Friedrich Kittler, Médias optiques. Cours berlinois (1999). Traduit de l’allemand sous la direction d’Audrey Rieber. Avec une introduction de Peter Berz. Paris, 2015.

Une présentation de l’ouvrage aura lieu le samedi 20 février 2016 de 9 h à 13 h, 28 rue Serpente, 75 006 Paris, dans le cadre des « Samedis autour d’un livre » du Centre Victor Basch (Paris-Sorbonne).

Résumé de l’éditeur :

L’engouement dont la théorie des médias initiée par Friedrich Kittler († 2011) a fait l’objet dans les pays de langue allemande n’a eu en France que peu d’écho, en raison notamment de l’absence quasi totale de traduction. Dispensés sous forme de cours à l’Université Humboldt de Berlin, où Kittler a occupé jusqu’en 2009 la chaire d’Esthétique et d’histoire des médias, les Médias optiques constituent une porte d’entrée particulièrement claire et vivante sur les Medienwissenschaften. Le projet kittlérien d’expulser l’esprit des sciences humaines est ici appliqué au domaine des images, dont il s’agit de dégager l’a priori média-technique. Il en résulte une relecture historique et systématique du domaine du visible qui analyse de manière originale et parfois provocante le passage des beaux-arts (peinture, littérature) aux médias optiques (photographie, cinéma, télévision) puis au médium de tous les médias qu’est l’ordinateur.

TABLE DES MATIERES

INTRODUCTION Peter Berz

NOTE DES TRADUCTEURS Audrey Rieber

MEDIAS OPTIQUES

0.Remarque préliminaire

1.Présupposés théoriques

2.Techniques des beaux-arts

Camera obscura et perspective linéaire

Préhistoire

+ Grecs et Arabes

Implémentation

+ Brunelleschi

+ Alberti

Effet

+ Perspective et imprimerie

+ Physiotypie

+ Pouvoir colonial européen

Laterna magica et époque de la conception du monde

Lanternes magiques en action

Implémentation

Effet

+ Propagande

+ Epoque de la conception du monde de Heidegger

+ Jésuites et médias optiques

+ Forains

+ Eglises jésuites

+ Théâtre jésuite

Lumières et guerre des images

Brockes

Phénoménologie de Lambert à Hegel

Voyants

+ Schiller

+ Hoffmann

Poésie romantique

3.Médias optiques

Photographie

Préhistoire

Implémentation

+ Niépce et Daguerre

+ Talbot

Peinture et photographie : combat pour la pupille

Film

Préludes

Implémentation

+ Marey et Muybridge

Film muet

Film parlant

Film couleur

Télévision

4.Ordinateur

BIBLIOGRAPHIE

La scène artistique “alternative” dans la RDA des années 1980

La scène artistique « alternative » dans la RDA des années 1980

 Colloque

 organisé et présenté par Jean Mortier

en coopération avec la Maison Heinrich Heine

avec le soutien de l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse

de l’Université Paris Ouest Nanterre la Défense 

et de l’Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis

 

mercredi 13 janvier 2016

9h30      accueil et introduction par Christiane Deussen et Jean Mortier

modération : Sylvie Le Grand (Université Paris 10)

10h00    Marianne Beauviche (Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse) : L’évolution de la place des arts plastiques non conformes sur la scène artistique est-allemande

10h30    Jean Mortier (Université Paris 8) : La condition d’artiste en RDA

11h00    pause-café

modération : René-Marc Pille (Université Paris 8)

11h15    Paul Kaiser (historien de l’art, Dresde) : Provinzen des Eigensinns. Boheme und Gegenkultur in der DDR abseits Berlins

12h00   Sibylle Goepper (Université Jean Moulin Lyon 3) : Subversion féminine dans les années 1980 en RDA : le collectif d’artistes d’Erfurt Exterra XX entre quotidien à l’ombre du Mur et mouvements féministes internationaux

12h30    pause-déjeuner

modération : Sibylle Goepper

14h30    Paula Böttcher (curatrice indépendante et auteure, Berlin) : Der Außenseiter der Außenseiter Carlfriedrich Claus, die Künstlergruppe Clara Mosch und die DDR

15h00    Eckhart Gillen (historien de l’art, commissaire d’expositions, Berlin) : Klaus Hähner-Springmühl und die Richterstrasse 9

15h30    pause-café

modération : Mathilde Arnoux (Centre allemand d’histoire de l’art, Paris)

15h45    Christoph Tannert (directeur du Kunsthaus Bethanien, Berlin) : Die alternative Kunstszene Berlin – Prenzlauer Berg

16h15    Lutz Dammbeck (artiste, Hambourg): Der Leipziger Herbstsalon  (avec projection commentée du film de 20 min. dont il est le réalisateur)

17h00    pause

17h15    JeanLouis Leprêtre (ancien conseiller culturel à Berlin-Est) et Georg Girardet (ancien diplomate ouest-allemand à Berlin-Est) : Témoignages

18h30    table ronde : Quelle définition donner à l’expression « alternative Kunst » ?

avec Constanze Fritzsch (Université Eichstätt-Ingolstadt), Eckhart Gillen, Paul Kaiser, Christoph Tannert, Lutz Dammbeck (peintre, graphiste et réalisateur) et Georg Girardet ; animation : Christiane Deussen et Jean Mortier

 Traduction simultanée dans les deux langues

 20h00    vernissage de l’exposition

 La Galerie Eigen+Art, Leipzig – un espace hors normes en RDA

Parmi les dizaines de galeries privées qui connurent une existence plus ou moins éphémère dans les années 1980 en RDA, un lieu s’est imposé et est devenu une véritable légende : la galerie Eigen+Art à Leipzig créée par Judy Lybke. Elle existe encore aujourd’hui. Ce sont les œuvres souvent conçues sur place dans les années 1986-1987 par des artistes utilisant les techniques les plus diverses que présente cette exposition. Elle témoigne de l’inventivité et de la vitalité d’une scène artistique encore largement méconnue.

introduction : Jean-Louis Leprêtre

La Maison Heinrich Heine remercie Jean-Louis Leprêtre pour son initiative et son soutien à l’exposition.

Allemagne 1917-1923 : le difficile passage de l’Empire à la République

Samedi 23 janvier 2016

ALLEMAGNE 1917-1923
LE DIFFICILE PASSAGE DE L’EMPIRE À LA RÉPUBLIQUE

Journée d’étude

consacrée au sujet d’agrégation 2016 (Option B, civilisation)
organisée par Christiane DEUSSEN (Maison Heinrich Heine)
et Armin OWZAR (Paris 3 / Sorbonne Nouvelle)

PROGRAMME :

10h00     Dr. Christiane DEUSSEN (Maison Heinrich Heine)
                  Mot d’accueil et ouverture

10h15      Prof. Dr. Armin OWZAR (Université Paris 3 / Sorbonne Nouvelle)
                  Forschungsdebatten zur Weimarer Republik

11h00       pause-café

11h15        Prof. Dr. Reiner MARCOWITZ (Université de Lorraine)
                   Der Versailler Vertrag und seine Folgen

12h15-14h15     pause-déjeuner

14h15        Prof. Dr. Peter HOERES (Julius-Maximilians-Universität Würzburg
                   Die Kultur von Weimar

15h15        Prof. Dr. Johann CHAPOUTOT (Université Paris 3 / Sorbonne Nouvelle)
                    Das Ende der Weimarer Republik

16h15-16h45     discussion finale

La politique des langues et la langue du politique : l’usage de l’allemand et du kiswahili dans l’Afrique orientale allemande, 1885-1918

Soutenance de thèse en cotutelle de Mme Rachel Kyra Levine avec l’Université Humboldt de Berlin (Allemagne)

le 7 décembre 2015
à 15H00

Doctorat études germanophones

à l’adresse suivante :
Université Humboldt à Berlin – Allemagne

La soutenance est publique.

Titre des travaux :
La politique des langues et la langue du politique : l’usage de l’allemand et du kiswahili dans l’Afrique orientale allemande, 1885-1918

Ecole doctorale : EDEAGE

Section CNU : 12 – Langues et littératures germaniques et scandinaves

Equipe de recherche : CEREG

Directrice : Mme Céline TRAUTMANN-WALLER

Co-directeur : M. Andreas ECKERT

Membres du jury :

M. Walter SCHICHO, Professeur des universités
Université de Vienne (Autriche)

M. Alexander KEESE, Professeur des universités
Université de Genève (Suisse)

M. Andreas ECKERT, Professeur des universités
Université de Humboldt (Allemagne)

M. Armin OWZAR, Professeur des universités
Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Mme Céline TRAUTMANN-WALLER, Professeur des universités
Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Résumé:

En Afrique orientale allemande, le kiswahili servait à la fois de langue d’instruction dans les écoles gérées par le gouvernement et de langue de travail dans l’administration coloniale. Cette thèse examine diverses sources primaires et secondaires pour déterminer comment cette pratique administrative fut instituée et dans quel contexte. Il s’intéresse également aux enjeux et postures relatifs à son implémentation, de même qu’à ses conséquences à court, moyen et long terme pour la colonie allemande et pour l’identité et la conscience propre de ce peuple colonisé qui allait subir la domination britannique avant d’accéder à l’indépendance en tant que Tanganyika, puis Tanzanie.

Berlin, Citadelles/Mazenod, 2015

 

berlin

Résumé de l’éditeur :

Berlin s’est imposée comme une capitale culturelle et artistique de premier plan en Europe. Chaque année, elle attire dix millions de visiteurs en ses murs qui abritent plus de 150 musées, quelque 140 bibliothèques et près de 60 théâtres… Les créateurs y affluent du monde entier, la transformant en un creuset de création rappelant le New York des années 1980. En perpétuel réaménagement ou reconstruction, elle doit sa vitalité à une histoire aussi mouvementée que singulière.

Fondée XIIe siècle, la ville a été successivement capitale du royaume de Prusse (1701-1871), de l’Empire allemand (1871-1918), de la République de Weimar (1919-1933) et du Troisième Reich (1933-1945), puis scindée en deux secteurs durant la Guerre froide, avant de retrouver son unité après la chute du Mur en 1989. Son patrimoine architectural et urbain reflètent ces pages d’histoire, glorieuses ou sombres, ce destin qui a donné à la cité son visage contemporain, cosmopolite et dynamique.

Cette luxueuse monographie illustrée de 500 reproductions vous invite à parcourir cette ville d’art et d’histoire fascinante. De la porte de Brandebourg au château de Charlottenburg, en passant par le quartier Saint Nicolas, l’Île des musées, la Potsdamer Platz, la Karl-Max Allee, le Reichstag, sans oublier les nombreux jardins et les vestiges du Mur, l’historien de l’art berlinois Godehard Janzing nous dévoilent cette cité-monde sous toutes ses facettes.

Sommaire

Introduction

La ville et son imaginaire

Lieux de mémoire

Urbanisme et politique

Les origines

Berlin/Cölln : la ville au Moyen Âge La double ville médiévale Berlin / Cölln Architecture en brique
Justice, croyance et mort

Entre renaissance et réforme
La résidence du Grand Électeur – La Réforme / Les Huguenots Les Pays-Bas et la France – influences venues de l’Ouest

L’Ascension de la Prusse (1701-1740)

1701 – Berlin devient métropole royale
Le baroque berlinois, art royal
L’Arsenal et l’ascension d’Andreas Schlüter Rome et Paris

Le château de Berlin
La disgrâce de Schlüter
La « cour des Muses » de Sophie-Charlotte

Les Lumières (1740-1786)

Fidericus Rex
Frédéric le Grand et la cour de Postdam Le « roi philosophe »
Le Forum Fridericianum
Sans-Souci et le Nouveau Palais Frédéric II collectionneur
Mars et Minerve

1806 – L’effondrement

La porte de Brandebourg
La physionomie de la ville en 1800 L’art de vivre bourgeois autour de 1800 Le renouveau artistique autour de 1800 Les années de fer

L’industrialisation (1848-1870)

La révolution de 1848 Menzel
Le Berlin juif

L’empire « Kaiserzeit » (1870-1918)

Berliner Sezession – Liebermann Gründerzeit / Zille
Wilhem von Bode et les musées de Berlin « Die Brücke »

La Grande guerre (Kollwitz)
La révolution de 1918 (photographie)

Les Années Vingt (1918-1933)

La ville moderne / Groß-Berlin L’architecture des lotissements Erich Mendelsohn
Metropolis

Döblin Berlin Alexanderplatz

Le « Troisième Reich » (1933-1945)

Mise au pas et exclusion
Berlin en Germania, « capitale du monde » Un lourd héritage
« Olympia 1936 »
Expulsion et extermination

Les deux Berlins (1945-1989)

Le site du mur
L’« île » Berlin-Ouest
L’expo IBA, le Kulturforum
Hans Scharoun
La commune, squat, la culture alternative La capitale de la RDA
La vie socialiste
La culture des « niches »

Le retour à la capitale (après 1990)

L’architecture d’état
Les nouvelles ambassades Pariser Platz, Potsdamer Platz Les traces des didactures
Les monuments
La scène artistique
Le Humboldtforum

Carl Dahlhaus, L’Esthétique de la musique, Vrin, 2015

2711626601
Résumé de l’éditeur :
Premier livre publié par Carl Dahlhaus, L’Esthétique de la musique tente d’accorder deux objectifs. Il s’agit d’abord de proposer une introduction historiquement informée au vaste champ de la philosophie de la musique, qui soit capable d’être à la fois concise et raffinée. Mais ce Musikwissenschaftler qui n’est pas encore alors l’auteur de l’Histoire de la musique au XIXe siècle ou de l’Idée de la musique absolue livre également une première démonstration de sa méthode de travail sur la musique. Elle frappera le lecteur par sa densité philosophique et son goût pour la lecture problématisée de textes issus de différentes traditions musicographiques. Dahlhaus revendiquait volontiers son souci d’écrire l’histoire en respectant un pluralisme qu’il voulait issu de l’œuvre de Fernand Braudel. Au lecteur de juger si cette première Esthétique de la musique, sous la plume d’un auteur qu’on a parfois dit « plus philosophe que musicologue » (J.-J. Nattiez) parvient à en poser le cadre. La force de ce texte fondateur pour la musicographie dahlhausienne demeure, et les tout récents développements de la philosophie de la musique rendent sa lecture impérative.
Traduction sous la dir. de J. Labia par J. Farges, N. Rialland, J. Labia, Ch. Loriot, N. Lucas, É. Marrou, A.-P. Olivier et F. Peri
Introduction par J. Labia, postface d’A. Soulez
Vrin – Essais d’Art de de Philosophie – Poche
212 pages – 12,5 × 18 cm
ISBN 978-2-7116-2660-1 – novembre 2015

 

Table des matières :

Introduction par J. Labia

Carl Dahlhaus, l?Esthétique de la musique :

Présupposés historiques.

La musique en tant que texte et la musique en tant qu’oeuvre.

Transformations de l’Esthétique du sentiment.

Emancipation de la musique instrumentale.

Jugement artistique et jugement de goût.

Génie, enthousiasme, technique.

Affect et idée.

Dialectique de l’ « intériorité sonore ».

La querelle du formalisme.

La musique à programme

Tradition et réforme dans l’opéra.

Esthétique et histoire.

Pour une phénoménologie de la musique.

Critères.

Postface, par Antonia Soulez : “Dahlhaus et Helmholtz : quand l’Esthétique se tourne vers l’histoire des sciences dans le champ de la musique”.

Prix de la meilleure thèse franco-allemande 2015

41kYhZoCS9L._SX327_BO1,204,203,200_

 

Julia Bührle, qui a préparé sa thèse Literatur und Tanz: Die choreographische Adaption literarischer Werke in Deutschland und Frankreich vom 18. Jahrhundert bis heute à l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, sous la direction de Jürgen Ritte (en co-tutelle avec l’université de Stuttgart, sous la direction de Klaus Harro Hilzinger), obtient le prix de la meilleure thèse (2015), attribué par l’université franco-allemande (Deutsch-französische Hochschule).

La thèse est parue cette année aux Editions Königshausen & Neumann.

Table-ronde “German Masculinities at War”

Capture d’écran 2015-10-01 à 17_38_57

German Masculinities at War. New Perspectives in critical military history

Roundtable

November 26, 2015

5-7 pm
Sciences Po, CEVIPOF,
98 rue de l’Université, 75007 Paris

Even though warfare is seen as a genuinely male experience, armed conflicts always profoundly alter the contours of gender relations, both within and between the sexes. Studying the German case seems particularly significant as Germany spurred a massive outbreak of violence throughout Europe. Whereas traditional military history has focused mainly on the strategic, logistical, tactical, and doctrinal aspects of war, recent critical approaches also consider socio-cultural dynamics and the everyday experiences of men and soldiers at war. These new methodologies recognize gender and sexuality as key categories of understanding how violence is perpetrated. By revisiting a broad array of sources and examining the contours of group cohesion and male bon- ding, these scholars study the ways in which the practices of manhood and identities were formed through the experience of war.

Welcome:
Claire ANDRIEU (Scientific Director of the Online Encyclopedia of Mass Violence)

Discussants:
Paul DIEHL (Humboldt Universität zu Berlin), Geoffroy GILES (University of Florida), Thomas KÜHNE (Clark University), Regina MÜHLHÄUSER (Hamburger Institut für Sozialforschung), Stefanie SCHÜLER-SPRINGORUM (Technische Universität Berlin).

Moderators:
Patrick FARGES (Université Sorbonne Nouvelle), Elissa MAILÄNDER (Sciences Po)

Capture d’écran 2015-10-01 à 17_37_23

Contre-cultures

  une-site_prd

 Bernard Lacroix, Xavier Landrin, Anne-Marie Pailhès, Caroline Rolland-Diamond (dir.)

Les contre-cultures Genèses, circulations, pratiques

– Un bilan historique inédit et international des sixties et des seventies contestataires

– Genèse et destin de l’invention utopique et des trajectoires des acteurs et de leurs pratiques

Prendre la route, s’installer en communauté, adopter un mode de vie alternatif, « beat » ou « hippie », militer pour les droits civiques ou contre la guerre du Vietnam, s’engager dans les luttes féministes ou écologistes… Autant de pratiques contestataires que le regard rétrospectif renvoie spontanément aux «contre-cultures» des années 1960-1970. Est-il justifié de reconnaître dans ces deux décennies l’équivalent d’un âge d’or de la critique sociale et de l’invention utopique? Et comment rendre compte aujourd’hui de la diversité et de la portée des formes contre-culturelles qui voient le jour dans cette période ?

Les auteurs ont rassemblé des contributions qui retracent les histoires singulières des contre-cultures. Il en ressort une enquête collective portant sur les formes politiques, militantes ou artistiques que prennent les contre-cultures, ainsi que sur leur parcours transnational.

Un intérêt particulier est accordé à la formation des références contre- culturelles. Comment en effet comprendre le voisinage d’auteurs aussi différents que Jack Kerouac, Herbert Marcuse ou Susan Sontag au sein du canon contre-culturel qui s’édifie alors, si ce n’est à travers le travail d’interprétation engagé dès la fin des années 1960 par différents acteurs de l’univers intellectuel (écrivains, journalistes, éditeurs, etc.) ? Et comment ne pas voir dans l’internationalisation des pratiques protestataires (sit-ins, universités libres, rassemblements communautaires, formes d’autogestion) un effet de la généralisation des luttes (que symbolise bien l’opposition à la guerre au Vietnam) et de la circulation des militants et de leurs écrits ?

Les contre-cultures ont également pour point commun de concrétiser une rupture vis-à-vis des formes de domination instituées. Cela s’observe, au cours de ces deux décennies, aussi bien dans les différents univers professionnels où l’arbitraire des hiérarchies est remis en question et où s’inventent de nouvelles solidarités, que dans les univers artistiques où apparaissent des styles expressifs (« beat », « hippie », «freak», «punk») qui incarnent un rapport critique à la société.

Dans cet ouvrage, si la réflexion sur la neutralisation et la récupération des contre- culture par la culture dominante n’est pas absente, les auteurs ont plutôt choisi de restituer le foisonnement libérateur et la puissance de ces formes culturelles.

Les auteurs

Bernard Lacroix est professeur de science politique à l’Université Paris Ouest-Nanterre. Il a notamment publié L’Utopie communautaire (PUF, 1981, 2e éd., 2006).

Xavier Landrin est enseignant chercheur en sciences politiques à l’Université Paris Ouest-Nanterre. Il a publié différents articles et chapitres d’ouvrages sur la circulation transnationale des idées.

Anne-Marie Pailhès, germaniste, est maître de conférences à l’Université Paris Ouest-Nanterre et spécialiste de l’histoire culturelle de l’Allemagne de l’Est.

Caroline Rolland-Diamond, historienne des Etats-Unis, est maître de conférences à l’Université Paris Ouest-Nanterre. Elle est notamment l’auteure de Chicago : le moment 68 (Syllepse, 2011).

Table des matières

– Penser l’histoire des contre-cultures

– La formation d’une référence américaine

– Les usages de la théorie

– La presse parallèle et la critique sociale

– Un répertoire transnational

– Les « gauchismes »

– Usages du genre et identités sexuelles

– L’autonomie des groupements intellectuels et ses enjeux

– Les luttes dans l’institution religieuse

– Les formes du «retour à la nature»

– Les labels de la contre-culture musicale

– Les trajectoires de la contestation musicale – Conclusion : la contre-culture au travail

Prix: 25 €
Pages : 352
Format : 150 x 210

ISBN : 978-2-84950-427-7 Code Sodis : S581045

Collection : La politique au scalpel

Editions Syllepse, novembre 2015.