Les avatars du juvénilisme allemand, 1896-1945

 

avatars_couverture

Le juvénilisme fut avec le féminisme un facteur important du changement social au XXe siècle. Il a permis à la jeunesse, catégorie sociale émergente dans le cadre des sociétés industrielles naissantes, d’affirmer sa spécificité et de trouver sa place. Comme tout mouvement social, le juvénilisme a présenté des visages différents selon les sociétés et selon les moments.

Le présent ouvrage retrace son histoire en Allemagne, entre le début du XXe siècle et la fin de la Seconde Guerre mondiale, et montre que les avatars du mouvement, depuis ses débuts néoromantiques, jusqu’à la débâcle de 1945, reflètent les bouleversements qui ont secoué l’Allemagne durant ce demi-siècle et changé progressivement les rapports entre la société et la jeunesse. Considérée par certains comme un possible recours contre la catastrophe qui menaçait l’Allemagne à la fin des années 1920, la jeune génération porteuse du message juvéniliste ne sut pas répondre à cette attente et eut aussi, par son utopisme, sa part de responsabilité dans l’arrivée au pouvoir du national-socialisme et dans le désastre final.

Gilbert Krebs, Les avatars du juvénilisme allemand, 1896-1945, Paris : PSN, 2015.

Berlin 1913-Paris 1937 : l’esthétique et la science de l’art à l’âge des congrès

Après avoir fait paraître en 1906 son livre Ästhetik und allgemeine Kunstwissenschaft in den Grundzügen, Max Dessoir fonde à Berlin en 1908 la Vereinigung für ästhetische Forschung. Le principal objet de cette association est, dans un premier temps, de prendre en charge l’édition d’une revue consacrée à la nouvelle discipline, la science de l’art, et à l’esthétique : la Zeitschrift für Ästhetik und Kunstwissenschaft (1906-1943). Assez vite naît également l’idée d’organiser un congrès, qui aura lieu finalement à Berlin du 7 au 9 octobre 1913. Par opposition à la Vereinigung, assez nettement ancrée à Berlin, ce congrès prend une dimension résolument internationale. Les projets de futurs congrès internationaux, esquissés à l’issue de celui de 1913, seront compromis par la Première guerre mondiale, mais trois autres Congrès seront organisés malgré tout dans le contexte difficile de l’après-guerre : Berlin (1924), Halle (1927) et Hambourg (1930). Puis l’idée d’un colloque à l’étranger est reprise et donne lieu au Deuxième Congrès international d’esthétique et de science de l’art organisé à Paris en 1937 sous la présidence de Victor Basch. En partant des actes de ces cinq manifestations, notre journée d’étude souhaite lancer une recherche collective sur ces congrès, en s’intéressant plus particulièrement à leur dimension interdisciplinaire et internationale, ainsi qu’à leur interaction avec les arts de leur époque. Cette recherche concerne une constellation historique particulière, mais elle nous semble éclairante pour le contexte actuel également, où l’esthétique connaît un renouveau, mais se voit aussi congédiée ou concurrencée par les sciences cognitives ou l’anthropologie. On pourra ainsi se demander aussi ce qu’il en est aujourd’hui de la science de l’art fondée au début du XXe siècle.

Vendredi 26 juin 2015

Salle Las Vergnas

Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, 13 rue Santeuil, 75005 Paris

Programme

9h : Introduction (Carole Maigné et Céline Trautmann-Waller)

9h15-10h15 : Bernadette Collenberg-Plotnikov (Westfälische Wilhelms-Universität Münster), Ästhetik und Allgemeine Kunstwissenschaft. Konzeptionen eines Forschungsprogramms.

10h15-11h15 : Audrey Rieber (Ludwig-Maximilians-Universität München), Des concepts de temps et d’espace spécifiques aux sciences de l’esprit ? Débats et tensions du congrès de Hambourg, 1930.

11h15-12h15 : Patrick Flack (Université Charles de Prague), L’esthétique phénoménologique et la question des disciplines.

 Déjeuner

16h30-17h30 : Kerstin Thomas (Johannes-Gutenberg-Universität Mainz), “Subtilité de différence” – Henri Focillons Konzept des Kunstwerks.

 14h30-15h30 : Carole Maigné (Université de Lausanne), Dessoir, Frankl, Utitz (1927) : méthodologie générale de l’histoire de l’art.

15h30-16h30 : Céline Trautmann-Waller (Université Sorbonne nouvelle-Paris 3), L’esthétique, la science de l’art et les peuples.

Contacts :

Carole Maigné, Université de Lausanne, Section de philosophie : Carole.Maigne@unil.ch

Céline Trautmann-Waller, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, Département Etudes germaniques : celine.trautmann-waller@univ-paris3.fr

Atelier pour doctorants germanistes 17 avril 2015

Journée de doctorants

Centre d’études et de recherches sur l’espace germanophone (CEREG)

Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle / Université Paris Ouest-Nanterre-La Défense

Atelier de réflexion méthodologique et de formation à la recherche en Études germaniques

(ED 514)

Vendredi 17 avril 2015

Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, Censier, Salle 410

 9h30-10h30 : Liubov Patrukhina, Les particules modales en allemand au niveau débutant  (A1-A2 du CECRL).

10h30-11h30 : Vera Nitsche, Der neue Geist des Kollektivs – Politische und ästhetische Implikationen kollektiver Produktionsverfahren am Theater zu Beginn der 1970er Jahre und des 21. Jahrhunderts im Vergleich (am Beispiel der Schaubühne am Halleschen Ufer sowie She She Pop und Gob Squad.

11h30-12h30 : Sarah Haase, L’évolution et la transformation de l’engagement civil franco-allemand depuis 1989 démontré par des études de cas.  Construction d’un réseau transnational en Europe.