Parution “Le genre bref”

Irmtraud Behr / Florence Lefeuvre (éds), 2019, “Le genre bref. Des contraintes grammaticales, lexicales et énonciatives à une exploitation ludique et esthétique”.  Berlin, Frank&Timme.


Les contributions rassemblées dans ce volume sont issues des travaux d’un groupe de chercheurs plurilingues qui ont analysé les occurrences de manifestations linguistiques de petite envergure.

Le présent volume cherche à éclairer les ressorts linguistiques et plus largement sémiotiques de ces messages relevant du genre bref. Les objets d’étude se rencontrent dans l’espace public (compris comme un espace d’accès libre ou peu restreint, en opposition avec l’espace privé) aussi bien que dans certains livres ou encore sur des téléphones et autres objets électroniques. Les auteurs analysent des messages situés dans plusieurs espaces linguistiques (allemand, anglais, espagnol, français, japonais), prenant en compte les caractéristiques de chaque langue mais également des cultures discursives. Si les contraintes grammaticales, lexicales et énonciatives s’y manifestent pour chacun des genres brefs étudiés, favorisant notamment un appareil énonciatif minimal, on peut voir parfois une dimension esthétique ou ludique se manifester, ce qui permet de créer par ce biais un lien avec tout destinataire potentiel.

Recension

Florence BAILLET et Anne-Laure DAUX-COMBAUDON (dir.), Matérialités de la narration.Perspectives germaniques, Cahiers d’Études Germaniques n°75, 2018/2, Presses universitaires de Provence, 276 p.

Contributeurs : Florence Baillet, Svetlana Chernyshova, Anne-Laure Daux-Combaudon,  Markus Engels, Patrick Farges, Indravati Félicité, Rita Finkbeiner, Elisa Goudin, Kerstin Hausbei, Andréa Lauterwein, Sarah Neelsen, Serguej Rickenbacher, Bénédicte Terrisse, Hélène Thiérard, Georg Weidacher.

            « Si d’aucuns ont pu croire à un épuisement de la narratologie une fois passé l’acmé de sa période structuraliste, une évolution contraire se produit cependant » : c’est ce qu’écrivent Florence Baillet et Anne-Laure Daux-Combaudon dans leur introduction à l’ouvrage Matérialités de la narration. Perspectives germaniques(p. 9). Ce volume, co-édité par les deux chercheuses du Centre d’études et de recherches sur l’espace germanophone (CEREG), témoigne de cet essor théorique depuis la fin des années 1980. Il montre en outre que l’approche narratologique s’inscrit dans l’actualité de la recherche en sciences humaines.

            Premièrement, sur le plan méthodologique, la narratologie – particulièrement dans le cadre des « narratologies post-classiques », pour reprendre l’expression du chercheur David Hermann – se renouvelle grâce à des apports interdisciplinaires. Matérialités de la narrationréunit ainsi quinze contributions de chercheurs travaillant dans des domaines aussi divers que l’histoire, la civilisation, la linguistique, la traduction ou les arts, qu’il s’agisse de la littérature, de la musique ou des arts de la représentation et de la mise en scène. Le volume a donc tout à fait sa place dans les Cahiers d’études germaniquesqui, depuis leur création, s’attachent à rendre justice à la diversité des facettes disciplinaires des études germaniques.

            Deuxièmement, sur le plan thématique, la narratologie trouve des prolongements dans le cadre d’un regain d’intérêt pour les choses au sein des sciences humaines – que l’on peut appeler, comme le suggèrent Florence Baillet et Anne-Laure Daux-Combaudon, un « tournant matériel » (p. 11). Dans quelle mesure ce « retour des choses » permet-il de jeter un nouvel éclairage sur la question de la narration ? Selon les éditrices, le point de vue matériel permet de mettre l’accent non plus sur « ce qui est raconté » mais sur « le processus même de la narration et la manière dont elle se constitue en acte, telle une performance » (p. 13). Une telle redéfinition de la narration est certes pertinente, mais a toutefois déjà été développée par les narratologies post-classiques. La plus grande originalité (et qualité) de cet ouvrage consiste à traiter aussi la réciproque : Dans quelle mesure la question de la narration permet-elle de redéfinir le concept de matérialité ? Le volume est ainsi organisé en quatre grandes parties qui déploient un éventail de façons d’envisager les matérialités (le pluriel a son importance) : matière mise en forme dans la première partie « Objets et artéfacts » (p. 21 à 74), matière brute dans le deuxième volet intitulé « Matières » (p. 76 à 140), matière incarnée dans le chapitre consacré au(x) « Corps » (p. 141-183), enfin la matière comme vecteur de la narration dans la dernière partie « Supports et médias » (p. 185-251). Au fil des pages, le concept de matérialité, éclairé sous divers jours à travers les variations de celui de narration, gagne en relief et en chatoiement.

            La première partie fonde le propos dans la mesure où elle montre que les liens entre narration et objets sont réciproques. D’un côté, les objets ont un potentiel narratif : ils peuvent susciter le récit (récit-souvenir, nécessairement subjectif, dans la contribution de Florence Baillet, récit du politique au présent dans la contribution d’Indravati Félicité) et ses modalités (ludique dans le premier cas, à vocation scientifique dans le second). D’un autre côté, le récit peut, de manière performative, susciter l’objet (l’orgue olfactif fut d’abord une fiction littéraire avant de devenir une réalité, comme le souligne Serguej Rickenbacher) ou s’y substituer (Elisa Goudin montre que c’est un récit qui donne au château de Berlin, flambant neuf, son épaisseur historique et sa valeur patrimoniale). On voit que des questionnements d’histoire politique, d’histoire des sciences et des techniques traversent les quatre contributions, ce qui ancre la réflexion dans le contexte germanique et fait de cette première partie une base et un cadre pour le propos développé tout au long de l’ouvrage.

            Les deux parties centrales se confrontent à la « concrétude » de la matière et des corps telle qu’elle affleure dans des œuvres (littéraires pour les articles Bénédicte Terrisse et d’Hélène Thiérard, multi-médias pour celle d’Andréa Lauterwein, filmique pour celle de Svetlana Chernyshova) ou dans des documents historiques (les entretiens qui forment le corpus de la réflexion de Patrick Farges). On notera en particulier l’originalité des deux contributions consacrées à ce que l’on peut considérer comme des produits de consommation ayant aussi une dimension artistique : les jeux vidéo, auxquels des éléments matériels comme la neige, le métal ou le bois confèrent une texture en même temps que des échos idéologiques (contribution de Markus Engels) et les livres audio, dont la matérialité strictement auditive offre de nouvelles potentialités narratives (contribution de Kerstin Hausbei).

            La dernière partie ouvre sur des questionnements plus médiologiques. Penser les matérialités de la narration permet aussi de montrer ce que la narratologie peut apporter aux études médiales, qui sont un champ de recherche en pleine expansion. Sont analysés en particulier les liens entre musique et genre littéraire romanesque (Sarah Neelsen), entre texte et image dans un cadre d’énonciation narratif, que celui-ci soit la littérature pour enfants (Rita Finkbeiner) ou la publicité (Anne-Laure Daux-Combaudon), entre mythe et mode de fonctionnement de l’internet (Georg Weidacher). On regrettera peut-être que cette dernière partie ne revienne pas sur l’intermédialité des œuvres évoquées dans les parties précédentes (littérature, théâtre, vidéo, cinéma…) pour problématiser les spécificités narratives liées à tel ou tel médium. Cette dernière remarque, cependant, montre à quel point les enjeux soulevés par cet ouvrage sont actuels et stimulants.

Compte-rendu rédigé par Louise Dumas