L’oeil immersif – Devenirs du regard dans les pratiques immersives du tournant des XXème et XXIème siècles au théâtre

Colloque international organisé par l’ENSATT (Mireille Losco-Lena) et l’Université Sorbonne Nouvelle (Florence Baillet et Arnaud Rykner) du 23 au 25 juin 2018 en partenariat avec le Musée des confluences, l’Institut Goethe de Lyon et le Théâtre Nouvelle Génération (avec traduction simultanée allemand-français et français-allemand tout au long du colloque).

Propos du colloque

Les pratiques scéniques contemporaines sont particulièrement habitées par la dimension visuelle. Or, non seulement elles démultiplient les images sur la scène et n’ont de cesse de solliciter le regard du spectateur, mais elles vont parfois jusqu’à l’absorber, en particulier par le biais de dispositifs désormais nommés « immersifs », lesquels semblent connaître un essor depuis les années 1990. D’où l’hypothèse de « la transformation du théâtre (étymologiquement ‘lieu d’où l’on regarde’) en environnement immersif (lieu dans lequel on est plongé) » qui mettrait définitivement fin à plus de trois siècles de domination du théâtre par l’œil du Prince.

Pourtant, l’art théâtral a déjà antérieurement développé des formes immersives ou du moins n’a quasiment cessé, d’une manière ou d’une autre, de convoquer l’immersion, les modalités esthétiques de ce « regard immergé » au théâtre excédant ainsi très largement le théâtre dit immersif lui-même et pouvant se déployer dans des dispositifs frontaux, par exemple, dans le champ contemporain, ceux de Claude Régy, de Romeo Castellucci, ou dans certaines formes de théâtre performatif, dont l’esthétique énergétique et pulsionnelle est susceptible de générer un œil absorbé. Le présent colloque international se caractérisera par conséquent par une double approche : (1) d’une part, il s’agit d’élargir la question de l’immersion au-delà les dispositifs dits explicitement immersifs et de faire l’hypothèse qu’elle permet d’interroger un large spectre de spectacles contemporains ; (2) d’autre part, il s’agit de resserrer les réflexions sur la question du regard organisé par les scènes contemporaines, dans un rapprochement théorique avec les études visuelles (dans la continuité du colloque international de 2015 L’Œil et le théâtre – La question du regard sur les scènes européennes au tournant des XIXème et XXème siècle. Etudes théâtrales et études visuelles : approches croisées).

 Programme du colloque

23 mai 2018, Musée des Confluences, petit auditorium

 

9h : Accueil (pour les intervenants du colloque)

 9h15-10h15 : Atelier muséographique avec Gilles Mugnier, scénographe, autour de l’exposition Hugo Pratt

 10h15-10h30 : Pause

10h30-11h : Ouverture officielle du colloque en présence des organisateurs et des partenaires

Session 1 (11h-13h) : L’avènement d’un régime immersif du regard ?

Président de séance : Daniel Urrutiaguer (Université Lyon 2)

–       Daniel Bougnoux (Université de Grenoble) : “Devant / dedans : quand la vue défaille. »

–       Ulrike Haß (Ruhr-Universität Bochum) : « Immersive Räume. Vom Ende des Blickregimes, wie wir es kannten. »(« Espaces immersifs. La fin de ce régime du regard qui était le nôtre. »)

–       Pascale Martinez (Lycée Blomet, Paris), « L’œil immersif dans un théâtre de cire : l’exemple du musée Grévin. »

Discussion

Session 2 (14h30-16h30) : Enjeux perceptifs des dispositifs immersifs

Présidente de séance : Julie Sermon (Université Lyon 2)

–       Florence Baillet (Université Sorbonne Nouvelle) : « La vue et le toucher au sein de pratiques théâtrales immersives : une esthétique au contact. »

–       Anyssa Kapelusz (Université Aix-Marseille) : « Dynamiques perceptives d’un spectateur en marche. »

–       Erica Magris (Université Paris 8) : « Le regard des spectateurs munis de casques audio : effets de l’écoute médiatisée individualisée entre immersion et dissociation. »

Discussion

16h30-17h : Pause

17h-18h : Entretien avec Stefan Kaegi(Rimini Protokoll) en dialogue avec Nicole Colin-Umlauf (Université Aix-Marseille)

24 mai 2018, Goethe Institut

9h : Accueil

Session 3 (9h15-10h30) : Politiques du regard immergé (distance/ absorption) (1)

Présidente de séance : Ulrike Haß (Ruhr-Universität Bochum)

–       Adam Czirak (Freie Universität, Berlin) : « Das verlorene Privileg der Gesamtsicht. Blick-Politiken in immersiven Theaterformen. » (« Le privilège perdu de la vue d’ensemble. Politiques du regard dans des formes immersives de théâtre. »)

–      Barbara Gronau (Universität der Künste, Berlin) : « Absorption oder Reflexion ? Paradoxa der Immersion in den Darstellenden Künsten. » (« Absorption ou réflexion ? Paradoxes de l’immersion dans les arts du spectacle. »)

Discussion

10h30-11h : Pause

Session 4 (11h-12h15) : Politiques du regard immergé (distance/ absorption) (2)

Président de séance : Olivier Neveux (ENS de Lyon)

–       Cyrielle Dodet (Université d’Albi) : « De l’œil immergé aux regards émergents : l’intermédialité politique de Soubresaut du Théâtre du Radeau. »

–       Miriam Dreysse (Universität Gießen) : « Wo stehe ich ? Zum Verhältnis von Beteiligung und Distanz im zeitgenössischen Theater. » (« Où suis-je ? La relation entre participation et distance dans le théâtre contemporain. »)

Discussion

14h-15h : Entretien avec Anne Théron, metteure en scène, en dialogue avec Manon Worms (Université Lyon 2).

15h15-15h30 : Pause

Session 5 (15h15-17h15) : Œil immersif et fascination

Président de séance : Pierre Piret (Université Louvain-la-Neuve) 

–       Arnaud Rykner (Université Sorbonne Nouvelle / Institut Universitaire de France) : « Le théâtre nous regarde : regard, absorption, immersion. »

–      Nikolaus Müller-Schöll (Goethe-Universität, Frankfurt am Main) : « Illusion der Immersion – Immersion in der Illusion » (« Illusion de l‘immersion – Immersion de l’illusion. »)

–       Adeline Thulard (Université Lyon 2) : « Fascination et vertige : la dimension immersive du jeu de Lars Eidinger. »

Discussion

 25 mai 2018, Théâtre Nouvelle Génération- CDN de Lyon Les Ateliers presqu’île

 

9h : Accueil

 Session 6 (9h15-10h30) : Dispositifs frontaux et incertitude perceptive

Président de séance : Jérémie Majorel (Université Lyon 2)

–       Julien Botella (Université Sorbonne Nouvelle) : « Le spectacle rendu à son atmosphère : étude du milieu-brume dans le théâtre de Claude Régy (2009-2016).»

–       Pierre Piret (Université de Louvain-la-Neuve) : « ‘Fantasmagorie technologique’ et incertitude perceptive. Le travail de Denis Marleau. »

Discussion

10h30-11h : Pause

11h-12h :Fabriques de l’œil immersif et recherches scéniques actuelles. Table ronde animée parMireille Losco-Lena (ENSATT),avecJulien Dubuc(collectif InVivo), Gala Ognibene(scénographe), Thomas Pachoud(artiste multimédia) et François Weber (concepteur son et vidéo)

 12h-13h :Entretien avec Joris Mathieu, directeur du TNG et directeur de la compagnie « Haut et Court », en dialogue avec Julie Sermon (Université Lyon 2)

13h : Conclusions du colloque

Site du colloque : http://www.univ-paris3.fr/l-oeil-immersif-devenirs-du-regard-dans-les-pratiques-immersives-du-tournant-des-xxeme-et-xxieme-siecles-au-theatre-474647.kjsp

 

 

Contacts : mireille.losco@ensatt.frflorence.baillet@univ-paris3.fr, arnaud.rykner@univ-paris3.fr

 

Colloque en honneur de Georges-Arthur Goldschmidt les 28 et 29 mai 2018

Traverser les limites

Colloque en honneur de Georges-Arthur Goldschmidt Paris
Maison de la Recherche de la Sorbonne Nouvelle, 4 rue des Irlandais, Paris Ve, Salle Claude Simon

(Comité scientifique : Wolfgang Asholt, Humboldt Universtät zu Berlin; Catherine Coquio, Université Paris – Diderot; Jürgen Ritte, Université de la Sorbonne Nouvelle – Paris 3)

28 mai, Matinée : Le corps et l’histoire

9h – 9.30h : Ouverture : La Traversée des fleuves et des limites. A propos de l’oeuvre de Georges-Arthur Goldschmidt (Jürgen Ritte, Wolfgang Asholt, Catherine Coquio)

9h30 – 10.15h : Michèle Tauber : La disparition du corps dans l’espace

10h15 -11h : Agnieszka Komorowska : Toute honte vue : l’étrange visibilité de la honte chez Georges-Arthur Goldschmidt

11h -11.30h : Pause

11h30 – 12.15h : Claude Burgelin : Le corps et l’histoire

Pause déjeuner au Jardin d’Ivy, 75 rue Mouffetard (pour les intervenants uniquement)

28 mai, Après-midi : L’écrivain engagé

14h – 14h45 : Gabriele Napoli : Corps au monde ou l’émerveillement d’exister.

14h45 – 15h30 : Frosa Pejoska : « Ile verticale dressée dans un vide jaune » Etrangéisation par la métaphore

15h30 – 16h : Pause

16h – 16h45 : Stefan Willer : Freud, Goldschmidt et la psychanalyse de la langue allemande

16h45 – 17h30 : Tiphaine Samoyault : Colères de Georges-Arthur Goldschmidt : Peter Handke et Martin Heidegger

29 mai, Matinée : Le traducteur et les traductions

9h – 9h45 : Dirk Weismann : Affinités (auto)traductives : Goldschmidt et Handke

9h45 – 10h30 : Hélène Thiérard : Pensée du langage et pratique de la traduction chez Georges-Arthur Goldschmidt

10h30 – 11h : Pause

11h – 12h15: Patricia Oster-Stierle : « Mein Buch habe ich Dir nun geschickt ». Peter Handke, traducteur de Georges-Arthur Goldschmidt

***

Avec le soutien du DAAD, de l’Université Sorbonne Nouvelle, de l’Université Paris Diderot, de l’EA 4223 CEREG

Séance de travail autour des notions de médialité / multi-modalité, le 4 mai  2018

Maison de la recherche, 4, rue des Irlandais 75005 Paris, Salle Mezzanine

Lors de cette séance de travail seront confronté différents aspects ayant trait à la médialité. Deux exposé porteront sur l’oral (Jan Schneider, Aliyah Morgenstern) et deux sur des expressions écrites (Anne-Laure Daux-Combaudon, Irmtraud Behr)

​10h Jan Schneider ​: “Medien als Verfahren der Zeichenprozessierung. Ein Plädoyer für einen semiotischen Medienbegriff.” (Les médias / la médialité comme processus de génération de signes. Plädoyer pour une conception sémiotique de la médialité)

10h45 Anne-Laure Daux-Combaudon : Multimodalität und Narration : zum narrativen Potential von Sprache und Bild (Multimodalité et narration : à propos du potentiel narratif de la langue et de l’image)

Pause

11h45  Irmtraud Behr : Indexicalité ​matérielle, iconique et linguistique, réflexions au sujet des genres brefs dans l’espace public

14h : Aliyah Morgenstern : Approche multimodale de l’expression de l’aspect en russe, français et allemand