Distinction pour une thèse

 

Louise Dumas, doctorante du CEREG, a obtenu le Prix de l’AGES 2017!

 

  • Le Prix de l’AGES (Association des Germanistes de l’Enseignement Supérieur) récompense un/e jeune chercheur/se en cours de thèse. Il lui finance en particulier une mobilité dans le cadre de ses recherches.

 

  • La thèse de Louise Dumas, qu’elle effectue sous la direction conjointe (en cotutelle) de Vinzenz Hediger, Professeur en Etudes cinématographiques à l’Université Goethe de Francfort/ Main et de Florence Baillet, Professeur en Etudes germaniques à l’Université Sorbonne Nouvelle, porte sur “Le transport automobile dans le cinéma allemand”.

Séminaire “Catégorie(s) catégorisation”

Séance du 19 mai 2017, 10h, Censier salle 422

Jane Wottawa:

Phonetische Kategorien in der Fremdsprache am Beispiel von französischsprachigen Deutschlernern
Unsere phonetischen Kategorien werden von unserer Muttersprache bestimmt. Zwischen verschiedenen Sprachen gibt es Abweichungen in den Kategorien. (Flege, 1995). In der Produktion und Perzeption einer Fremdsprache können diese Abweichungen zu Schwierigkeiten führen (hörbarer fremdsprachiger Akzent, Probleme bei der Produktion und Perzeption von Minimalpaaren etc.)
Am Beispiel von französischsprachigen Deutschlernern wird das Speech Learning Model (SLM) von J.E. Flege (1995) erklärt und anhand von Produktionsbeispielen aus zwei Corpora gesprochenen Deutsches mit französischen und deutschen Muttersprachlern überprüft.

Klaus Schlesinger ou l’écriture de l’histoire

Klaus Schlesinger ou l’écriture de l’histoire.

Berlin et l’Allemagne, 1937-2001

Daniel Argelès

L’histoire mouvementée de l’Allemagne au XXe siècle a profondément marqué l’existence et l’oeuvre de l’écrivain (est)-berlinois Klaus Schlesinger (1937- 2001). Auteur critique de RDA exilé à l’Ouest dans les années 1980, « sauteur de Mur » ayant évolué dans les milieux alternatifs de Berlin-Est comme de Berlin- Ouest, Schlesinger échappe par son itinéraire aux classifications trop étroites. À travers une quinzaine de romans et nouvelles, il fait un tableau passionnant de soixante ans d’histoire, du national-socialisme et des ruines de l’après-guerre à la division Est-Ouest, la chute du Mur et la réunification. Ses récits abordent cette histoire « par le bas », décrivant l’existence des petites gens au quotidien ou se plaçant au contraire au coeur de l’événement historique (mai 1945, août 1961, novembre 1989). Ils interrogent l’héritage des crimes nazis, la place de l’individu dans le socialisme réel, le capitalisme ou la guerre froide, les possibilités et les limites des utopies alternatives, le travail de la mémoire et de l’identité dans les ruptures du siècle. L’écriture de Schlesinger privilégie les marges et les hétérotopies, les espaces liminaux du passage entre Est et Ouest, de la mémoire, de la rencontre avec d’autres soi-même. La fiction devient ainsi un lieu privilégié d’appréhension et de construction de soi dans l’histoire. Cet ouvrage est la première monographie consacrée en France à cet auteur encore peu connu et peu traduit, dont l’oeuvre mérite d’être découverte.

Auteur

Daniel Argelès est maître de conférences en allemand à l’École polytechnique (Palaiseau) et membre du CEREG (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, EA 4223).

Collection Mondes germaniques

Caractéristiques

ISBN 978-2-7574-1588-7

Format 16×24

Nb pages 354

Prix 31 €

SOMMAIRE

Introduction
1. Klaus Schlesinger : un écrivain allemand entre Est et Ouest
2. De l’écriture et de l’histoire
3. Corpus, périodisation, place dans la recherche

Ouverture : De la marche et de l’écriture. Espaces hétérotopiques et liminaux de confrontation à l’histoire et à soi-même
1. Michael (1971) : espaces liminaux de la mémoire, de la fiction et de l’examen de soi
2. Alte Filme (1975) : hétérotopie, identité et confrontation à l’ordre spatial socialiste
3. Fliegender Wechsel (1990) : exil et journal comme espaces liminaux
4. Trug (2000). Jeux de miroir : rencontres avec soi-même comme un autre
5. Die Sache mit Randow (1996) : chute du Mur et liminalité

première partie
les années 1960 : écriture et confrontation au passé national-socialiste

Chapitre I. « David » (1960) : Shoah et devoir de mémoire
1. L’obsession personnelle
2. Le contexte « antifasciste »
3. Le dépassement de la vulgate antifasciste : multiplicité des lignes d’identification

Chapitre II. « Michael » (l’« ébauche » de 1965) : « briser un tabou »
1. Une nouvelle sur un sujet tabou
2. Les enjeux du subjectivisme et du modernisme
3. Le contexte (1963-1965) : entre ouverture et mise au pas

Chapitre III. Michael (le roman, 1971) : travail d’écriture et travail sur le passé
1. Polysémie des indices et culpabilité
2. Le travail de confrontation au passé
3. Le passé national-socialiste, enjeu du présent

deuxième partie
les années 1970 : stratégies d’écriture au pays du « socialisme réel »

Introduction. Entre proximité au régime et émancipation : l’ambivalence des années 1970
1. Socialisme au quotidien et histoire : une nouvelle orientation thématique
2. De l’intégration à la rupture : histoire d’une critique impossible

Chapitre I. Le socialisme à l’épreuve du réel
1. Le socialisme au quotidien : dictature des limites et limites de la dictature
2. Alte Filme (1975) : huis clos et marges intérieures du socialisme réel

Chapitre II. L’histoire omniprésente : archéologie des pathologies du présent
1. L’individu dans l’instant historique décisif : le 13 août 1961 (« Am Ende der Jugend », 1973)
2. « Le dédoublement d’Erwin Racholl » (1977) : pathologies schizophrènes du sujet socialiste
3. Leben im Winter (1980) : l’histoire suspendue

Chapitre III. Écrire face à l’histoire
1. Un travail sur le réel : la question du réalisme
2. Un travail sur le récit : stratégies d’écriture face au grand récit socialiste
3. L’écriture, espace de travail sur soi

troisième partie
les années 1980 : écrire entre Est et Ouest

Introduction : la rupture du passage à l’Ouest

Chapitre I. Matulla und Busch (1984) : l’utopie d’un instant chez les squatteurs de Berlin-Ouest
1. D’Est en Ouest : réorientations dans l’espace et dans le temps
2. Échappées : marges et hétérotopies ouest-berlinoises

Chapitre II. Fliegender Wechsel (1990). « Je cherche un lieu » : exil, utopie et histoire dans les années 1980
1. Une écriture de l’exil
2. Écriture et repositionnements
3. Écrire sur le seuil : du passage à l’Ouest à la Wende

quatrième partie
les années 1990 : écrire après la chute du Mur. Un auteur face à 60 ans d’histoire allemande

Introduction : le tournant de 1989-1990 comme défi narratif
1. Wende et identité narrative
2. Dossiers de la Stasi et narration
3. « Il n’y a que moi qui puisse raconter mon histoire »
4. Narration et enjeux de mémoire

Chapitre I. Die Sache mit Randow (1996). Le bilan d’une vie comme problème narratif
1. Reconfiguration : de la critique du pouvoir au bilan d’une vie
2. Mémoire et histoire : stratégies narratives
3. Mises en abyme : précarité des destins est-allemands dans l’histoire

Chapitre II. Trug (2000). « Soi-même comme un autre », de la division à la réunification allemande
1. Destins doubles dans l’Allemagne divisée
2. Une fable de la réunification
3. Stratégies narratives : miroirs et « interférences optiques »

Chapitre III. Die Seele der Männer (2001) : un fragment d’histoire entre autobiographie, ethnographie et roman d’éducation
1. Un « tableau d’histoire allemande par le bas »
2. Stratégies d’écriture du social
3. Des potentialités de l’existence

Conclusion
1. Filiations et parentés
2. De l’écriture comme témoignage.
3. De l’écriture comme engagement
4. De l’écriture (et des narrations) comme espace d’émancipation et de construction de soi

Bibliographie
I. Sources primaires : Klaus Schlesinger
II. Sources primaires : autres auteurs
III. Recensions, articles et ouvrages sur Klaus Schlesinger
IV. Ouvrages et articles sur la littérature, la politique culturelle, la société et l’histoire (est)-allemandes
V. Bibliographie générale

Repères biographiques et chronologiques

Textes réformateurs inédits

 

TABLE DES MATIÈRES

Aux sources de la Réforme, Avant-propos de Chrystel Bernat

Philippe MELANCHTHON, Lieux communs des choses théologiques ou hypotyposes théologiques (1521) – Introduction du livre et chapitre premier. Traduction du latin, présentation et notes de Pierre-Olivier Léchot : À propos de l’enseignement de la théologie et du libre arbitre

Martin LUTHER, Raison et justification que des nonnes peuvent quitter leurs couvents en conformité avec Dieu (1523). Traduction de l’allemand, présentation et notes de Pierre Bühler

Huldrych ZWINGLI, 67 thèses (1523). Présentation de Chrystel Bernat. Traduction de l’allemand par François Vouga

Balthasar HUBMAIER, Dialogue à propos du livret sur le baptême de Maître Zwingli de Zurich, au sujet du baptême des enfants (1526). Traduction de l’allemand, présentation et notes de Catherine Dejeumont : « Dialogue » dites-vous ? Balthasar Hubmaier et Zwingli

Martin LUTHER, Lettres de la forteresse de Cobourg (du printemps à l’automne 1530). Traduction du latin et de l’allemand, présentation et notes de Pierre Bühler

Huldrych ZWINGLI, Exposition de la foi chrétienne (1531). Traduction du latin, présentation et notes de Jean-François Gounelle

Martin LUTHER, « Que Jésus-Christ vous montre ses pieds et ses mains… ». Trois lettres de réconfort de Martin Luther (1531-1532). Traduction de l’allemand, présentation et notes de Matthieu Arnold

Martin LUTHER, La bénédiction telle qu’on la proclame sur le peuple après la messe, selon le quatrième livre de Moïse, au sixième chapitre. Commentée par D. Martin Luther (1532). Traduction de l’allemand, présentation et notes de Pierre Bühler

Jean OECOLAMPADE, Préface au commentaire du livre de Job (1532). Traduction du latin (édition de Genève, 1567), présentation et notes de Gilbert Dahan

Sebastian MÜNSTER, Extrait de la Préface de la Bible hébraïque (1534) – Qu’il ne faut pas mépriser les commentaires des Hébreux. Traduction du latin, présentation et notes de Gilbert Dahan

Marie DENTIÈRE, Défense pour les femmes, fragment de l’Epistre tres utile (1539). Présentation et notes d’Annie Noblesse-Rocher

Paul DOLSCIUS, Confessio Augustana Græca (1559). Traduction du grec, présentation et notes de Jacqueline Assaël : La Confessio Augustana Graeca, rhapsodie ambivalente de la Confession d’Augsbourg et de ses variantes 329 Sa réception orthodoxe au XVIe siècle.

Postface de Nicolas Kazarian

http://www.revue-etr.org/numero/20171/

 

Luther, Oeuvres, tome 2

Œuvres

tome II

Collection Bibliothèque de la Pléiade (n° 622), Gallimard
Parution : 27-04-2017
Sur le point de savoir si les quatre-vingt-quinze thèses de Luther sur «la vertu des indulgences» ont bien été affichées à Wittenberg le 31 octobre 1517, tout le monde n’est pas du même avis. Mais ce sur quoi, cinq cents ans plus tard, on peut s’accorder, c’est sur les conséquences de cet affichage réel ou supposé : l’étincelle (probablement) allumée ce jour-là allait bouleverser le paysage religieux, politique, social, intellectuel, littéraire et artistique de l’Europe.
L’édition des œuvres de Luther dans la Pléiade fait apparaître la diversité de ses écrits, qui reflète celle de ses centres d’intérêt. Le premier volume proposait des textes se rapportant aux débuts du mouvement évangélique. Dans le second, qui regroupe des ouvrages composés entre 1523 et 1546, un nouveau Luther se fait jour. Depuis 1522, il s’est définitivement installé à Wittenberg. Il se consacre à l’enseignement, à la prédication et, de façon incessante, à l’écriture.
L’établissement dans la durée du mouvement évangélique est loin d’être simple. Les conceptions luthériennes furent contestées de divers côtés. Luther répond aux objections, aux approches spiritualistes ou «enthousiastes» de ses opposants comme à celle des théologiens fidèles à l’Église romaine. Le rapport qu’entretiennent les chrétiens avec l’Ancien Testament fait partie de ses préoccupations. Son attitude à l’égard des juifs devient de plus en plus dure.
Plus que jamais il se montre attentif aux problèmes socio-politiques. La guerre des Paysans puis les tensions entre les États protestants et l’empereur l’incitent à traiter de la résistance à l’autorité. Il s’inquiète de savoir si un chrétien peut être soldat. Il dit son attachement à une paix laissant libre cours à l’Évangile, tout en concédant aux princes protestants le droit à une légitime défense. Il se prononce aussi sur la menace que font peser les Turcs.
Le requièrent sans cesse les problèmes liés à l’éducation, voire à la «culture». Son enseignement le conduit à élaborer des séries de thèses qui font l’objet de débats académiques. L’une d’elles expose sa conception de l’homme. Son traité de 1527, Si l’on peut fuir devant la mort, développe des considérations éthiques dans quoi le lecteur du XXIe siècle reconnaîtra parfois ses propres interrogations.
Luther est enfin poète. Il écrivit trente-six cantiques, dont plusieurs nous sont familiers : Bach les a mis en musique. L’un des plus célèbres, Ein feste Burg ist unser Gott, «C’est une solide forteresse que notre dieu», lui a fourni le texte de sa cantate BWV 80, destinée à la fête de la Réforme 1724 – célébrée, selon l’usage, le 31 octobre.
Sur les quarante-deux écrits rassemblés dans ce volume, sept ont été traduits du latin, trente-cinq de l’allemand, une langue sur laquelle Luther imprima sa marque, faite de clarté, de simplicité, et de cette verve peu commune qui l’a fait qualifier de «Rabelais allemand».