Narrativité et matérialité Narrativität und Materialität

Journée d’études interdisciplinaire « Narrativité et matérialité »

Interdisziplinäre Tagung « Narrativität und Materialität »

14 octobre 2016/14. Oktober 2016

 Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, IMA, salle 16

5 rue de l’Ecole de Médecine, 75005 Paris

Cette journée d’études interdisciplinaire souhaite se pencher sur les liens susceptibles de se tisser entre narrativité et matérialité. Si l’on considère que la matérialité intervient quand la matière apparaît en tant que telle, dans sa dimension phénoménale, en ne constituant pas seulement un support de signification, on peut en effet et se demander quel rôle peuvent jouer pareils éléments sensibles dans le cadre d’une narration. Il s’agira d’examiner la matérialité même d’un récit mais aussi la matérialité extradiégétique, telle qu’elle devient sensible dans le récit ou telle que le récit la construit. On s’interrogera sur l’intérêt d’adopter une définition plus ou moins resserrée de la matérialité, incluant ou non par exemple la notion de médialité. Des corpus variés seront abordés : textes littéraires, performances, livres audio, littérature enfantine, jeux vidéo, sites internet. On engagera également une réflexion théorique et méthodologique sur les possibles apports d’une focalisation sur la matérialité pour la narratologie. Quels objets et quelles formes de « lisibilité » deviennent alors particulièrement pertinents dans une telle perspective ? De nouveaux instruments conceptuels seraient-ils judicieux ou éventuellement nécessaires ? Cette manifestation scientifique, qui réunira les contributions de chercheurs français, allemands et autrichiens de diverses spécialités disciplinaires, s’inscrit dans le cadre des recherches sur les narrativités allemandes qui ont été engagées par le CEREG (Centre d’Études et de Recherches sur l’Espace Germanophone/EA 4223) de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3.

 

9H15-9H30 : Accueil

9H30-9H45 : Introduction (Florence Baillet et Anne-Laure Daux-Combaudon)

9H45-10H30 : Bénédicte Terrisse (Université de Nantes) : “Manuscrits subtilisés, papier brûlé : des textes-objets aux textes-matière chez Wolfgang Hilbig”

10H30-11H15 : Markus Engelns (Universität Duisburg-Essen) : “Geschichten über Metall, Holz und Schnee  – Zur narrativen Bedeutung von Materialien in Videospielen ”

11H30-12H15 : Rita Finkbeiner (Johannes Gutenberg-Universität Mainz) : “Repetition und Variation als Gestaltungsprinzip im Bilderbuch. Sprachliche, visuelle und interaktionale Aspekte”

12H15-13H : Kerstin Hausbei (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3) : “1001 Nacht : zum Verhältnis von Klang, Stimme und Narrativität im Hörbuch”

 

15H-15H45 : Andrea Lauterwein (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3) : “Valie Export : menstruation – monstration – matérialisation”

15H45-16H30 : Sarah Neelsen (Université de Liège) : “Musik erzählt. Elektronische Musik im zeitgenössischen Roman”

16H45-17H30 : Sergej Rickenbacher (Heinrich-Heine-Universität Düsseldorf, Graduiertenkolleg “Materialität und Produktion”) : “Vom Ododion zum Smeller 2.0 – Narrative und technische Materialisierungen der ›Duftorgel‹”

17H30-18H15 : Georg Weidacher (Karl-Franzens-Universität Graz) : “Das Erzählen eines modernen Mythos unter Nutzung der Affordanzen des Internets und in ihm etablierter Kommunikationsformen – oder: „Red Bull verleiht Flügel“”

 

Organisation:

Florence Baillet, florence.baillet@gmail.com

Anne-Laure Daux-Combaudon, anne-laure.daux@univ-paris3.fr

Cryptopoésie. Le rôle de l’image dans l’œuvre tardive de Rainer Maria Rilke

Le CEREG accueille du 1er mars 2016 au 28 février 2017 Laura Catania (Université de Bâle) pour un séjour de recherche effectué dans le cadre de sa thèse Cryptopoésie. Le rôle de l’image dans l’œuvre tardive de Rainer Maria Rilke. Voici un résumé de son projet :

“Le terme « cryptopoésie » se réfère au problème de l’hermétisme que pose l’œuvre tardive de Rilke, en particulier les Élégies de Duino. Le projet a pour objectif de développer une lisibilité de ces poèmes tardifs, tout en évitant de créer une clarté qui désavouerait leur hermétisme.

Le projet a pour hypothèse que le cubisme est constitutif de l’image poétique chez Rilke. Dans le cubisme, le tableau ne montre pas des images évidentes. Au contraire, les différentes parties du tableau sont marquées comme des éléments qui se trouvent dans un espace pictural, et cet espace pictural se distingue clairement de l’espace qui est au-dehors de l`œuvre artistique. Dans l’espace pictural, les parties significatives du tableau ne se réfèrent pas seulement aux choses qui sont au-dehors de l’œuvre artistique, mais elles sont marquées également comme des éléments qui ont une référence poétisée. L’ambiguïté qui en résulte est mise en évidence par l’hétérogénéité sémantique et formelle typiquement cubiste.

D’un côté, le cryptage cubiste signifie la négation de la clarté en faveur d`images plurivalentes. De l’autre côté, il représente l’effet de l’hermétisme, qui se produit par l’ambiguïté. Une herméneutique qui repose sur le cubisme a donc pour but de trouver une balance entre l’effet de l’hermétisme et les images poétiques.