Séminaire “catégorie(s) – catégorisation” – coopération scientifique Paris 3 – Passau

Nous accueillons jusqu’au 27 mai notre collègue IGOR TROST dans le cadre d’un projet de coopération avec l’université de Passau, soutenu par le bairisch-französische Hochschulzentrum, les SRIE et le CEREG.

Le projet porte sur une clarification terminologique, à savoir l’utilisation des notions de catégorie, classe, type dans des ouvrages d’introduction à la linguistique et des grammaires. Ce travail s’inscrit dans le cadre du séminaire “catégorie(s) – catégorisation”.

Igor Trost fera deux conférences.

Destination Inde. Pour une géocritique des récits de voyageurs germanophones (1880-1930)

Unknown

Aurélie Choné

Destination Inde. Pour une géocritique des récits de voyageurs germanophones (1880-1930)

536 p., broché

ISBN 978-2-7453-2890-8

Dans le sillage du tournant géographique qui touche les sciences de l’homme et de la société depuis les années 1980, le présent ouvrage analyse la « géographie imaginée » de l’Orient indien (Inde et Ceylan) telle que les récits de voyageurs germanophones la restituent entre 1880 et 1930. Il mobilise les outils de la géocritique pour mettre en lumière le rôle de la destination Inde dans la construction de l’imaginaire culturel germanique. Il pose en outre la question de la possibilité et du sens du voyage en Inde à une époque où celui-ci devient pour ainsi dire standardisé, favorisant l’uniformisation croissante du monde, mais en même temps la différenciation des expériences de l’altérité.

* * *
Spécialiste des transferts culturels entre Orient et Occident (notamment entre Inde et Europe) et des relations entre littérature et spatialité dans l’espace germanophone, Aurélie Choné enseigne la littérature et l’histoire des idées au département d’études allemandes de l’Université de Strasbourg. Elle a publié aux Presses Universitaires de Strasbourg Rudolf Steiner, Carl Gustav Jung, Hermann Hesse. Passeurs entre Orient et Occident (2009) et dirigé aux éditions Orizons Villes invisibles et écritures de la modernité (2012).

* * *
This study analyzes the “imagined geography” of the Indian Orient (India and Ceylon) as conveyed by the reports of German-speaking travellers between 1880 and 1930 – a time when the trip to India was becoming so-to-speak standardized, altering the contemporary traveller’s perception of the world and of otherness.

* * *

TABLE DES MATIÈRES

Introduction

Un corpus germanophone de récits de voyage

Des ouvrages célèbres aux récits marginaux

Corpus «littéraire» et corpus «ethnographique»

Vers quelle Inde ?

Une étude géocritique

PREMIÈRE PARTIE. À LA CROISÉE DE REGARDS DIVERS SUR L’ORIENT INDIEN

Chapitre 1. Les voyageurs germanophones en Inde : une identité en évolution entre 1880 et 1930

Aristocrates globe-trotters

Aventuriers et explorateurs

Intellectuels et universitaires

La scène alternative de Berlin, Munich et Vienne : artistes bohème, Lebensreformer et écrivains-voyageurs

Les voyageuses : l’épouse, l’artiste émancipée et la missionnaire

Chapitre 2. Des voyages aux motivations multiples et au financement varié

Besoin de dépaysement et de renouveau dans un contexte de Europamüdigkeit

Quête de sens d’Occidentaux épris de spiritualité

L’Ailleurs, source d’inspiration artistique et littéraire

Voyages de formation et désirs de reconnaissance

Missions scientifiques, politiques, commerciales, militaires et religieuses

Chapitre 3. L’Inde comme espace intertextuel.

L’intertexte orientaliste

Jeux de miroir entre récits de voyage

L’Inde, un espace saturé de signes

Intertextes «utilitariste» et «romantique»

Chapitre 4. Essai de typologie des récits de voyage

Récits de voyage de type ethnographique

Récits d’inspiration littéraire

La prédominance de formes hybrides

DEUXIÈME PARTIE. L’INDE DANS TOUS LES SENS : DÉPLACEMENTS PHYSIQUES ET PSYCHIQUES À TRAVERS LE TERRITOIRE INDIEN

Chapitre 1. Tracés et parcours

Itinéraires d’aller et de retour

Routes suivies en Inde et à Ceylan

Chapitre 2. Règne de la surface et écriture flâneuse

Le voyageur moderne, flâneur entre les cultures

Des clichés rapides au détriment de la profondeur?

De la texture des récits de voyage

Chapitre 3. De la jungle à l’Himalaya : paysages naturels et chemins initiatiques

Entre volonté de puissance et vitalisme mystique : des voyageurs fatigués par la civilisation à l’épreuve de la forêt vierge

De la contemplation à la transfiguration : les paysages grandioses de l’Himalaya, fenêtres entrouvertes sur le divin

La « verte île de Lanka », archétype de l’île paradisiaque dans l’imaginaire germanique

Chapitre 4. Un voyage dans le temps : l’Inde comme paysage mémoriel 

La fascination des voyageurs fiers de leur « germanisé » pour la civilisation de leurs «ancêtres aryens»

L’ère moghole : splendeur et déclin d’un empire à la lumière des vestiges architecturaux

La grande mutinerie de 1857/58 : la mémoire des victimes anglaises honorée par les aristocrates germanophones pro-britanniques

Les métropoles indiennes, mimétiques cités coloniales : des voyageurs plongés dans l’actualité de l’Inde

Chapitre 5. Un voyage intérieur : topographie sacrée et pèlerinage au centre de soi 

Haut lieu et paysage sacré : les voyageurs en Inde, nouveaux pèlerins d’Orient

Bénarès, symbole du Soi pour qui sait voir la « ville de lumière»

Temple et contemplation : la quête spirituelle de Melchior Lechter

TROISIÈME PARTIE. L’INDE DE TOUS LES SENS : LE VOYAGE ET SON ÉCRITURE EN TANT QU’EXPÉRIENCES SENSORIELLES ET ESTHÉTIQUES

Chapitre 1. Le syndrome indien

Pathologies physiques

Perturbations psychiques

Chapitre 2. L’éveil des sens : sensualité et sensorialité de l’Inde

Paysages dominés par l’un des sens et paysages synesthésiques

La primauté du visuel : voir, trop voir, ne pas voir, ne pas être vu

L’Orient voluptueux des voyageurs : « un réservoir où l’Occident déverse sa libido»?

Chapitre 3. Le sens du Beau : entre expérience authentique et instrumentalisation esthétique

Des voyageurs terrassés par le Sublime dans l’art et la nature : le topos de l’indicible

L’enthousiasme pour le pittoresque : de l’expérience éblouissante des couleurs aux dangers de l’essentialisation et de la folklorisation

Esthétique de surface et picturalisation du monde

Chapitre 4. Le « goût du Divers » ou le véritable exotisme : du jeu entre la copie et l’original 

QUATRIÈME PARTIE. UN ESPACE CLIVÉ PAR LE REGARD OCCIDENTAL : LA PRÉGNANCE DU DISCOURS COLONIAL SUR LA PERCEPTION DE L’ALTÉRITÉ INDIENNE 

Chapitre 1. Des divisions physiques, raciales et spatiales Völkerpsychologie et ethnotypes

Le rejet de l’hybridation et du métissage

Une lecture raciale des divisions de la ville

Des frontières fantasmées aux fantasmes de puissance

Chapitre 2. Frontières religieuses, culturelles et mentales

Des grilles de lecture esthétiques héritées de l’héritage grec et de l’art chrétien

Un fossé d’incompréhension culturelle et religieuse

Une opposition figée entre identité et altérité : stéréotypes et ethnocentrisme chez les « explorateurs impériaux »

Des frontières herméneutiques et énonciatives

Chapitre 3. Des frontières aux passages ?

CINQUIÈME PARTIE. DES LIEUX ET DES LIENS : LE VOYAGE EN TANT QUE PRATIQUE SOCIALE 

Chapitre 1. Des lieux vus à travers les liens : une ségrégation socio-spatiale à double sens

Des lieux de vie et des moyens de transport spécifiques : de l’importance d’« être vu » pour les aristocrates et les «mandarins»

Des voyageurs admiratifs du colonisateur britannique avant la Grande Guerre

Le réseau efficace des colons européens et le rôle central de certaines « maisons » (Heyking, Hagenbeck, Freudenberg)

Des relations économiques et hiérarchiques avec les autochtones

Chapitre 2. Entre utopie et hétérotopie : la rançon de la non-intégration sociale

Des utopies productivistes et spirituelles : le temple ou l’usine ?

De l’importance des hétérotopies

Chapitre 3. D’autres lieux, d’autres liens : vers une reconnaissance sociale 

Les contacts entre intellectuels indiens et germanophones avant la Grande Guerre

Johannes A. Sauter et le passage de seuils culturels : un cas exceptionnel d’acculturation

Howrah-Bridge et New Delhi, symboles de l’oppression britannique : Kellermann, Holitscher, Klötzel et l’exigence des varâj dans les années 1920

Chapitre 4. Trois lieux de renouveau spirituel, quatre passeurs entre Inde et Europe 

Adyar, quartier général de la Société Théosophique : l’intérêt de nombreux voyageurs pour le mouvement théosophique et l’aura émanant de H.P. Blavatsky et Annie Besant

L’ashram de Santinikétan : la fascination exercée par Tagore sur les intellectuels et les artistes germanophones entre 1910 et 1930

L’ashram de Sabarmati à Ahmedabad : la position non-violente de Gandhi et le débat sur le pacifisme dans l’Allemagne de l’entre-deux-guerres (Schickele, Kessler, Holitscher)

Conclusion

Les contours d’une géographie imaginée de l’Inde dans l’espacegermanophone

Après le voyage : vers une nouvelle géographie de l’identité ?

Aux origines de la mondialisation et du tourisme culturel

Notices bio-bibliographiques sur les auteurs du corpus

http://www.honorechampion.com/fr/champion/9076-book-08532890-9782745328908.html

Hylé I et Hylé II de Raoul Hausmann : des ensembles textuels autobiographiques en mouvement

Soutenance de thèse de Mme Hélène Thiérard en cotutelle avec l’Université d’Osnabrück (Allemagne)

le 7 avril 2016
à 9 h 30

Doctorat études germaniques

à l’adresse suivante :
Maison de la recherche – Salle prestige – 4, rue des Irlandais – 75005 Paris

La soutenance est publique.

Titre des travaux :
Hylé I et Hylé II de Raoul Hausmann : des ensembles textuels autobiographiques

Ecole doctorale : EDEAGE

Section CNU : 12 – Langues et littératures germaniques et scandinaves

Equipe de recherche : CEREG

Directeurs : M. Jürgen RITTE,  M. Christoph KONIG, M. Wolfgang ASHOLT
Co-directeur : M. Jacques LAJARRIGE

Membres du jury :

M. Wolfgang ASHOLT, Professeur des universités
Université d’Osnabrück

M. Christoph KONIG,  Professeur des universités
Université d’Osnabrück

Mme Isabelle KRZYWKOWSKI, Professeur des universités
Université de Grenoble

M. Laurent HUBERT, Professeur des universités
Université de Louvain – Belgique

M. Jacques LAJARRIGE, Professeur des universités
Université de Toulouse 2

M. Jürgen RITTE, Professeur des universités
Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

 

RÉSUMÉ :

La thèse porte sur le work-in-progress de Raoul Hausmann, Hylé, dont la genèse exceptionnelle s’étend sur plus de 30 ans (1926-58). Hylé I (inédit) et Hylé II (2006) traitent des années 1926-33 (Allemagne) et 1933-36 (Ibiza) de la vie de Hausmann. Ces ensembles textuels, qui résultent tous deux du montage d’une centaine d’unités textuelles, transcendent les appartenances génériques au profit d’une identité transgénérique, plurielle et mobile. Au regard du rôle majeur de Hausmann dans le mouvement Dada à Berlin, tant sur le plan théorique que par sa production plastique et poétique, le présent travail pose la question de la continuation d’un projet d’avant-garde dans Hylé. L’exploration des relations intermédiales entre Hylé et le photomontage, la poésie visuelle et la photographie – formes d’expression investies par Hausmann pendant ou après Dada – permet d’éclairer la permanence de son projet utopique d’une augmentation de la perception sensorielle humaine. L’analyse comparée de Hylé I et Hylé II s’appuie sur la reconstruction de la genèse du texte à partir des deux grands fonds d’archives français et allemand. Elle montre d’abord, au niveau macrostructurel, que le montage crée un mode de cohérence spatial et dynamique qui concurrence celui de la linéarité narrative, soutenu en cela dans Hylé II par une véritable poétique de l’espace. Elle fait ensuite ressortir l’ambivalence d’une entreprise autobiographique qui se forme au cours de la genèse et oscille entre la constitution rétrospective du moi et sa dissolution (ou sa fragmentation). Enfin, elle s’attache à l’expérimentation langagière conçue comme le projet utopique de mettre en mouvement les limites rigides imposées à notre connaissance par le langage, projet qui culmine dans l’écriture multilingue de l’exil dans Hylé II.

Einar Schleef, par-delà le théâtre – Mise en scène, écriture, peinture, photographie

 

1459254723

 

« Einar Schleef par-delà le théâtre », Florence Baillet (dir.)

Le théâtre d’Einar Schleef (1944-2001) a longtemps fait scandale en RDA, en RFA et en Autriche, mais n’en est pas moins resté dans toutes les mémoires. Son œuvre est marquée par l’histoire allemande dans toute sa complexité, et sa pratique artistique met à l’épreuve acteurs et spectateurs, physiquement. Chez Schleef, la matérialité des corps et de la langue est placée au premier plan, interrogeant de la sorte une certaine économie occidentale de la représentation.

Ce volume réunit des contributions de chercheurs d’horizons variés afin d’aborder, à partir de la question de la matérialité, l’œuvre de Schleef dans ses diverses dimensions. Non seulement ses mises en scène, ses pièces et ses textes sur le théâtre sont abordés, mais également des aspects moins connus, par exemple son roman, ses peintures et ses photographies, ainsi que les liens susceptibles de se tisser entre ses différents travaux artistiques.

Table des matières :

Florence Baillet, Introduction : Einar Schleef : matériaux et matérialité

1 / Les enjeux politiques de l’œuvre de Schleef : l’individu en question (chœur, prise rituelle de drogue et rôle de la femme)

Helene Varopoulou et Hans-Thies Lehmann, Prologue à deux voix : Conscience tragique, le politique, le geste : l’impact d’Einar Schleef sur le théâtre contemporain

Charlotte Bomy, À propos du chœur et des femmes. Rébellions au sein de la représentation

Miriam Dreysse, « Le retour de la femme dans le conflit central » : mise en scène des rôles féminins dans le théâtre d’EinarSchleef

Kristin Schulz, « Combien de drogue pour maintenir une utopie ? » La réponse des archives d’Einar Schleef et de Heiner Müller

2 / Le matériau de l’histoire (individuelle et collective) : strates et superpositions

Sarah Neelsen, Formes et identité dans le roman Gertrud

Emmanuel Béhague, De Sondershausen à Sangerhausen : Wezel/Schleef

Christina Schmidt, Peuple trahi (Verratenes Volk) et Novembre 1918. Topographie d’une révolution d’après Einar Schleef et Alfred Döblin

3 / Théâtre et arts visuels, théâtre et musicalité

Marielle Silhouette, Peinture et mise en scène : le cadre de la création

Sylvie Arlaud, La création sérielle : un geste esthétique et éthique ? La relecture de l’œuvre d’Einar Schleef à la lumière de ses photographies

Aline Vennemann, Dis-poser des voix et des corps. Une pièce de sport (Ein Sportstück) mise en scène par Einar Schleef

Heinz Schwarzinger (Henri Christophe), Une langue « physique ». Traduire Schleef (entretien)

ISBN 978-2-7535-4756-8 Presses universitaires de Rennes, 2016, www.pur-editions.fr

http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=4084