La politique des langues et la langue du politique : l’usage de l’allemand et du kiswahili dans l’Afrique orientale allemande, 1885-1918

Soutenance de thèse en cotutelle de Mme Rachel Kyra Levine avec l’Université Humboldt de Berlin (Allemagne)

le 7 décembre 2015
à 15H00

Doctorat études germanophones

à l’adresse suivante :
Université Humboldt à Berlin – Allemagne

La soutenance est publique.

Titre des travaux :
La politique des langues et la langue du politique : l’usage de l’allemand et du kiswahili dans l’Afrique orientale allemande, 1885-1918

Ecole doctorale : EDEAGE

Section CNU : 12 – Langues et littératures germaniques et scandinaves

Equipe de recherche : CEREG

Directrice : Mme Céline TRAUTMANN-WALLER

Co-directeur : M. Andreas ECKERT

Membres du jury :

M. Walter SCHICHO, Professeur des universités
Université de Vienne (Autriche)

M. Alexander KEESE, Professeur des universités
Université de Genève (Suisse)

M. Andreas ECKERT, Professeur des universités
Université de Humboldt (Allemagne)

M. Armin OWZAR, Professeur des universités
Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Mme Céline TRAUTMANN-WALLER, Professeur des universités
Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Résumé:

En Afrique orientale allemande, le kiswahili servait à la fois de langue d’instruction dans les écoles gérées par le gouvernement et de langue de travail dans l’administration coloniale. Cette thèse examine diverses sources primaires et secondaires pour déterminer comment cette pratique administrative fut instituée et dans quel contexte. Il s’intéresse également aux enjeux et postures relatifs à son implémentation, de même qu’à ses conséquences à court, moyen et long terme pour la colonie allemande et pour l’identité et la conscience propre de ce peuple colonisé qui allait subir la domination britannique avant d’accéder à l’indépendance en tant que Tanganyika, puis Tanzanie.

Berlin, Citadelles/Mazenod, 2015

 

berlin

Résumé de l’éditeur :

Berlin s’est imposée comme une capitale culturelle et artistique de premier plan en Europe. Chaque année, elle attire dix millions de visiteurs en ses murs qui abritent plus de 150 musées, quelque 140 bibliothèques et près de 60 théâtres… Les créateurs y affluent du monde entier, la transformant en un creuset de création rappelant le New York des années 1980. En perpétuel réaménagement ou reconstruction, elle doit sa vitalité à une histoire aussi mouvementée que singulière.

Fondée XIIe siècle, la ville a été successivement capitale du royaume de Prusse (1701-1871), de l’Empire allemand (1871-1918), de la République de Weimar (1919-1933) et du Troisième Reich (1933-1945), puis scindée en deux secteurs durant la Guerre froide, avant de retrouver son unité après la chute du Mur en 1989. Son patrimoine architectural et urbain reflètent ces pages d’histoire, glorieuses ou sombres, ce destin qui a donné à la cité son visage contemporain, cosmopolite et dynamique.

Cette luxueuse monographie illustrée de 500 reproductions vous invite à parcourir cette ville d’art et d’histoire fascinante. De la porte de Brandebourg au château de Charlottenburg, en passant par le quartier Saint Nicolas, l’Île des musées, la Potsdamer Platz, la Karl-Max Allee, le Reichstag, sans oublier les nombreux jardins et les vestiges du Mur, l’historien de l’art berlinois Godehard Janzing nous dévoilent cette cité-monde sous toutes ses facettes.

Sommaire

Introduction

La ville et son imaginaire

Lieux de mémoire

Urbanisme et politique

Les origines

Berlin/Cölln : la ville au Moyen Âge La double ville médiévale Berlin / Cölln Architecture en brique
Justice, croyance et mort

Entre renaissance et réforme
La résidence du Grand Électeur – La Réforme / Les Huguenots Les Pays-Bas et la France – influences venues de l’Ouest

L’Ascension de la Prusse (1701-1740)

1701 – Berlin devient métropole royale
Le baroque berlinois, art royal
L’Arsenal et l’ascension d’Andreas Schlüter Rome et Paris

Le château de Berlin
La disgrâce de Schlüter
La « cour des Muses » de Sophie-Charlotte

Les Lumières (1740-1786)

Fidericus Rex
Frédéric le Grand et la cour de Postdam Le « roi philosophe »
Le Forum Fridericianum
Sans-Souci et le Nouveau Palais Frédéric II collectionneur
Mars et Minerve

1806 – L’effondrement

La porte de Brandebourg
La physionomie de la ville en 1800 L’art de vivre bourgeois autour de 1800 Le renouveau artistique autour de 1800 Les années de fer

L’industrialisation (1848-1870)

La révolution de 1848 Menzel
Le Berlin juif

L’empire « Kaiserzeit » (1870-1918)

Berliner Sezession – Liebermann Gründerzeit / Zille
Wilhem von Bode et les musées de Berlin « Die Brücke »

La Grande guerre (Kollwitz)
La révolution de 1918 (photographie)

Les Années Vingt (1918-1933)

La ville moderne / Groß-Berlin L’architecture des lotissements Erich Mendelsohn
Metropolis

Döblin Berlin Alexanderplatz

Le « Troisième Reich » (1933-1945)

Mise au pas et exclusion
Berlin en Germania, « capitale du monde » Un lourd héritage
« Olympia 1936 »
Expulsion et extermination

Les deux Berlins (1945-1989)

Le site du mur
L’« île » Berlin-Ouest
L’expo IBA, le Kulturforum
Hans Scharoun
La commune, squat, la culture alternative La capitale de la RDA
La vie socialiste
La culture des « niches »

Le retour à la capitale (après 1990)

L’architecture d’état
Les nouvelles ambassades Pariser Platz, Potsdamer Platz Les traces des didactures
Les monuments
La scène artistique
Le Humboldtforum

Carl Dahlhaus, L’Esthétique de la musique, Vrin, 2015

2711626601
Résumé de l’éditeur :
Premier livre publié par Carl Dahlhaus, L’Esthétique de la musique tente d’accorder deux objectifs. Il s’agit d’abord de proposer une introduction historiquement informée au vaste champ de la philosophie de la musique, qui soit capable d’être à la fois concise et raffinée. Mais ce Musikwissenschaftler qui n’est pas encore alors l’auteur de l’Histoire de la musique au XIXe siècle ou de l’Idée de la musique absolue livre également une première démonstration de sa méthode de travail sur la musique. Elle frappera le lecteur par sa densité philosophique et son goût pour la lecture problématisée de textes issus de différentes traditions musicographiques. Dahlhaus revendiquait volontiers son souci d’écrire l’histoire en respectant un pluralisme qu’il voulait issu de l’œuvre de Fernand Braudel. Au lecteur de juger si cette première Esthétique de la musique, sous la plume d’un auteur qu’on a parfois dit « plus philosophe que musicologue » (J.-J. Nattiez) parvient à en poser le cadre. La force de ce texte fondateur pour la musicographie dahlhausienne demeure, et les tout récents développements de la philosophie de la musique rendent sa lecture impérative.
Traduction sous la dir. de J. Labia par J. Farges, N. Rialland, J. Labia, Ch. Loriot, N. Lucas, É. Marrou, A.-P. Olivier et F. Peri
Introduction par J. Labia, postface d’A. Soulez
Vrin – Essais d’Art de de Philosophie – Poche
212 pages – 12,5 × 18 cm
ISBN 978-2-7116-2660-1 – novembre 2015

 

Table des matières :

Introduction par J. Labia

Carl Dahlhaus, l?Esthétique de la musique :

Présupposés historiques.

La musique en tant que texte et la musique en tant qu’oeuvre.

Transformations de l’Esthétique du sentiment.

Emancipation de la musique instrumentale.

Jugement artistique et jugement de goût.

Génie, enthousiasme, technique.

Affect et idée.

Dialectique de l’ « intériorité sonore ».

La querelle du formalisme.

La musique à programme

Tradition et réforme dans l’opéra.

Esthétique et histoire.

Pour une phénoménologie de la musique.

Critères.

Postface, par Antonia Soulez : “Dahlhaus et Helmholtz : quand l’Esthétique se tourne vers l’histoire des sciences dans le champ de la musique”.

L’oeuvre de Volker Koepp

 

51+N3DTTjxL._SY445_

L’œuvre de Volker Koepp

Début :
28 Novembre 2015 15h00
Fin :
28 Novembre 2015 17h00
samedi 28 novembre 2015,

à partir de 15 heures

L’ŒUVRE DE VOLKER KOEPP

présentation de l’oeuvre de Volker Koepp – discussion – projection de film

dans le cadre du Mois du film documentaire de la BDIC (Bibliothèque internationale de documentation internationale contemporaine) avec le soutien du CEREG (Centre d’études et de recherches sur l’espace germanophone, Universités Paris 3 et Paris Ouest Nanterre) et la Maison Heinrich Heine

Volker Koepp, né à Stettin en 1944, est l’un des documentaristes allemands les plus importants ; son oeuvre commencée en RDA au sein de la DEFA dans les années 1970 s’étend sur plusieurs décennies et s’est prolongée au-delà de l’unification allemande. Ses films ont remporté de nombreux prix (par exemple le Grand prix Cinéma du réel, Paris, 2008).

Sa notoriété est d’abord due au cycle de sept films tournés en RDA entre 1974 et les années 1990 auprès des ouvrières de l’usine textile de Wittstock (de Mädchen in Wittstock en 1975 à Wittstock, Wittstock en 1997). Son travail s’inscrit dans une histoire du quotidien au long cours, ses films se distinguent par la continuité des personnages et les retours sur image qui dessinent peu à peu la trame autobiographique du réalisateur. Volker Koepp filme de plus en plus loin à l’Est, en Pologne, Ukraine et Russie (par exemple dans In Sarmatien/En Sarmatie, 2013), tout en continuant à s’interroger sur les contours de l’Allemagne.

Nous commencerons par une discussion autour de l’œuvre de Volker Koepp avec Dominique Bouchery (secteur allemand de la BDIC), Caroline Moine (Maître de conférences en histoire contemporaine, Université Versailles Saint-Quentin) et Anne-Marie Pailhès (Maître de conférences en études germaniques, Université Paris Ouest Nanterre).En collaboration avec Rosa Olmos, du service audiovisuel de la BDIC.

La soirée se poursuivra par la projection de l’un de ses films les plus récents :
Berlin – Stettin (All., 2009, 110 min., vostfr)

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles

L’évolution du discours de politique économique et sociale dans les déclarations de politique générale en RFA entre 1949 et 2009

Soutenance de thèse de Mme Heike ROMOTH
le 27 novembre 2015
à 9h00

Doctorat études germaniques

à l’adresse suivante :
Maison de la recherche – Salle Claude Simon – 4, rue des Irlandais – 75005 Paris

La soutenance est publique.

Titre des travaux : L’évolution du discours de politique économique et sociale dans les déclarations de politique générale en RFA entre 1949 et 2009

Ecole doctorale : EDEAGE

Section CNU : 12 – Langues et littératures germaniques et scandinaves

Equipe de recherche : CEREG

Directrice : Mme Irmtraud BEHR

Membres du jury :

M. Alain LATTARD, Professeur émérite
Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

M. Laurent GAUTIER, Professeur des universités
Université de Bourgogne

M. Michel LEFEVRE, Professeur des universités
Université de Montpellier

M. Frank LIEDTKE, Professeur des universités
Université de Leipzig (Allemagne)

M. Armin OWAR, Professeur des universités
Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Mme Irmtraud BEHR, Professeur des universités
Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Prix de la meilleure thèse franco-allemande 2015

41kYhZoCS9L._SX327_BO1,204,203,200_

 

Julia Bührle, qui a préparé sa thèse Literatur und Tanz: Die choreographische Adaption literarischer Werke in Deutschland und Frankreich vom 18. Jahrhundert bis heute à l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, sous la direction de Jürgen Ritte (en co-tutelle avec l’université de Stuttgart, sous la direction de Klaus Harro Hilzinger), obtient le prix de la meilleure thèse (2015), attribué par l’université franco-allemande (Deutsch-französische Hochschule).

La thèse est parue cette année aux Editions Königshausen & Neumann.

Poétiques de l’amitié / Poetiken der Freundschaft in Deutschland und Frankreich

« Rahel ist meine wirklich beste Freundin,

die nur leider schon hundert Jahre tot ist »

(Hannah Arendt 1936)

Journée d’étude

organisée par Judith Kasper (Ludwig-Maximilians-Universität München) et  Katja Schubert (Université Paris Ouest Nanterre / CEREG)

avec le soutien du DAAD et de la Maison Heinrich Heine

 jeudi 19 et vendredi 20 novembre 2015

 Jeudi 19 novembre 2015

 14h00 – 16h00    Begrüßung / Introduction (Judith Kasper/Katja Schubert)

                            I – Oh Freundin, oh Schwester

Marie-Claire Hoock-Demarle (Université Paris 7): Freundschaft/Schwesterschaft: quand l’amitié se décline au féminin – Femmes allemandes au tournant de 1800

Anne Peiter (Université de la Réunion): Sich gegenseitig beim Namen rufen. Frauenfreundschaften und Widerstand von Frauen im Pflanzenzuchtkommando des Auschwitzer Nebenlagers Rajsko

 16h00 – 16h30    pause-café

 16h30 – 18h        II – Amitié, amour, à deux, à trois

Cornelia Wild (Ludwig-Maximilians-Universität München):

Freundinnen. Formen der Liebe bei Duras

Sonia Goldblum (Université Mulhouse): Liebes- und Freundschaftsbriefe. Franz Rosenzweig an die Rosenstocks

20h00                  Lecture : Cécile Wajsbrot (auteure et traductrice, Berlin – Paris) Lami, l’étranger L’ami, l’amie, ce n’est pas celui, celle qu’on reconnaît mais quelqu’un qui surgit, qui apparaît.’

Vendredi 20 novembre 2015

 9h30 à 11h00       III – Ecouter et regarder lamitié: poésie et théâtr

Gerald Stieg (Université Paris 3): Rilkes Briefwechsel in Gedichten mit Erika Mitterer

Marielle Silhouette (Université Paris Nanterre) : L’amitié – un sujet pour le théâtre ?

 11h00 – 11h30    pause-café

 11h30 – 13h00    IV – Amitié après Auschwitz?

Andréa Lauterwein (Université Paris 3): « Serrer votre parole comme on serre une main » – Die Freundschaft von Paul Celan und René Char

Andrée Michaelis (Universität Viadrina Frankfurt/Oder): Jean Améry und Helmut Heissenbüttel: « Lefeu » oder Der Abbruch der Sprache im Zeichen der Freundschaft

13h00 – 14h30    pause-déjeuner

14h30 – 16h00    V – Lamitié dans le différend

Katja Schubert (Université Paris Nanterre): « Wahrheit gibt es nur zu zweien » – Hannah Arendts Briefe der Freundschaft

Isabelle Ullern (Faculté libre d’Études politiques et en économie solidaire, FLEPES, EHESS) : L’amitié dans le différend ? Sarah Kofman lit Jacques Derrida (1968, 1973, 1980…)

 16h00 – 16h30    pause-café

 16h30 – 19h        Séance de film : Antoine de Baecque (scénariste, ENS Paris) Deux de la vague. Une amitié cinématographique : François Truffaut et Jean-Luc Godard (documentaire d’Emmanuel Laurent, France 2011, 91 min.)

Konferenzsprachen: deutsch und französisch

 

 

 

Table-ronde “German Masculinities at War”

Capture d’écran 2015-10-01 à 17_38_57

German Masculinities at War. New Perspectives in critical military history

Roundtable

November 26, 2015

5-7 pm
Sciences Po, CEVIPOF,
98 rue de l’Université, 75007 Paris

Even though warfare is seen as a genuinely male experience, armed conflicts always profoundly alter the contours of gender relations, both within and between the sexes. Studying the German case seems particularly significant as Germany spurred a massive outbreak of violence throughout Europe. Whereas traditional military history has focused mainly on the strategic, logistical, tactical, and doctrinal aspects of war, recent critical approaches also consider socio-cultural dynamics and the everyday experiences of men and soldiers at war. These new methodologies recognize gender and sexuality as key categories of understanding how violence is perpetrated. By revisiting a broad array of sources and examining the contours of group cohesion and male bon- ding, these scholars study the ways in which the practices of manhood and identities were formed through the experience of war.

Welcome:
Claire ANDRIEU (Scientific Director of the Online Encyclopedia of Mass Violence)

Discussants:
Paul DIEHL (Humboldt Universität zu Berlin), Geoffroy GILES (University of Florida), Thomas KÜHNE (Clark University), Regina MÜHLHÄUSER (Hamburger Institut für Sozialforschung), Stefanie SCHÜLER-SPRINGORUM (Technische Universität Berlin).

Moderators:
Patrick FARGES (Université Sorbonne Nouvelle), Elissa MAILÄNDER (Sciences Po)

Capture d’écran 2015-10-01 à 17_37_23

Atelier topographies historiques

Famille

 

 

Rapport final atelier-topographie-berlin

 

LIENS FAMILIAUX DANS LE BERLIN D’(APRES)-GUERRE (1939-1961)

ATELIER TOPOGRAPHIQUE D’HISTOIRE SUR LE TERRAIN

du 24 avril au 1er mai 2016

Centre Marc Bloch

Friedrichstrasse 191, 10117 Berlin

Une collaboration entre
le Centre d’histoire de Sciences Po, Paris (Elissa Mailänder),
le Centre Marc Bloch, Berlin
(Aurélie Denoyer) et
le Centre d’Etudes et de Recherches sur l’Espace germanophone de la Sorbonne Nouvelle, Paris (Patrick Farges).

CANDIDATURES JUSQU’AU 15/11/2015

Continue reading Atelier topographies historiques

Contre-cultures

  une-site_prd

 Bernard Lacroix, Xavier Landrin, Anne-Marie Pailhès, Caroline Rolland-Diamond (dir.)

Les contre-cultures Genèses, circulations, pratiques

– Un bilan historique inédit et international des sixties et des seventies contestataires

– Genèse et destin de l’invention utopique et des trajectoires des acteurs et de leurs pratiques

Prendre la route, s’installer en communauté, adopter un mode de vie alternatif, « beat » ou « hippie », militer pour les droits civiques ou contre la guerre du Vietnam, s’engager dans les luttes féministes ou écologistes… Autant de pratiques contestataires que le regard rétrospectif renvoie spontanément aux «contre-cultures» des années 1960-1970. Est-il justifié de reconnaître dans ces deux décennies l’équivalent d’un âge d’or de la critique sociale et de l’invention utopique? Et comment rendre compte aujourd’hui de la diversité et de la portée des formes contre-culturelles qui voient le jour dans cette période ?

Les auteurs ont rassemblé des contributions qui retracent les histoires singulières des contre-cultures. Il en ressort une enquête collective portant sur les formes politiques, militantes ou artistiques que prennent les contre-cultures, ainsi que sur leur parcours transnational.

Un intérêt particulier est accordé à la formation des références contre- culturelles. Comment en effet comprendre le voisinage d’auteurs aussi différents que Jack Kerouac, Herbert Marcuse ou Susan Sontag au sein du canon contre-culturel qui s’édifie alors, si ce n’est à travers le travail d’interprétation engagé dès la fin des années 1960 par différents acteurs de l’univers intellectuel (écrivains, journalistes, éditeurs, etc.) ? Et comment ne pas voir dans l’internationalisation des pratiques protestataires (sit-ins, universités libres, rassemblements communautaires, formes d’autogestion) un effet de la généralisation des luttes (que symbolise bien l’opposition à la guerre au Vietnam) et de la circulation des militants et de leurs écrits ?

Les contre-cultures ont également pour point commun de concrétiser une rupture vis-à-vis des formes de domination instituées. Cela s’observe, au cours de ces deux décennies, aussi bien dans les différents univers professionnels où l’arbitraire des hiérarchies est remis en question et où s’inventent de nouvelles solidarités, que dans les univers artistiques où apparaissent des styles expressifs (« beat », « hippie », «freak», «punk») qui incarnent un rapport critique à la société.

Dans cet ouvrage, si la réflexion sur la neutralisation et la récupération des contre- culture par la culture dominante n’est pas absente, les auteurs ont plutôt choisi de restituer le foisonnement libérateur et la puissance de ces formes culturelles.

Les auteurs

Bernard Lacroix est professeur de science politique à l’Université Paris Ouest-Nanterre. Il a notamment publié L’Utopie communautaire (PUF, 1981, 2e éd., 2006).

Xavier Landrin est enseignant chercheur en sciences politiques à l’Université Paris Ouest-Nanterre. Il a publié différents articles et chapitres d’ouvrages sur la circulation transnationale des idées.

Anne-Marie Pailhès, germaniste, est maître de conférences à l’Université Paris Ouest-Nanterre et spécialiste de l’histoire culturelle de l’Allemagne de l’Est.

Caroline Rolland-Diamond, historienne des Etats-Unis, est maître de conférences à l’Université Paris Ouest-Nanterre. Elle est notamment l’auteure de Chicago : le moment 68 (Syllepse, 2011).

Table des matières

– Penser l’histoire des contre-cultures

– La formation d’une référence américaine

– Les usages de la théorie

– La presse parallèle et la critique sociale

– Un répertoire transnational

– Les « gauchismes »

– Usages du genre et identités sexuelles

– L’autonomie des groupements intellectuels et ses enjeux

– Les luttes dans l’institution religieuse

– Les formes du «retour à la nature»

– Les labels de la contre-culture musicale

– Les trajectoires de la contestation musicale – Conclusion : la contre-culture au travail

Prix: 25 €
Pages : 352
Format : 150 x 210

ISBN : 978-2-84950-427-7 Code Sodis : S581045

Collection : La politique au scalpel

Editions Syllepse, novembre 2015.

Conférence Franz Hessel 2015

Plakat Hessel Lecture 2015

 

ANNE-KATHRIN REULECKE, UNIVERSITÄT GRAZ

Georges-Arthur Goldschmidts 
deutsch-französische Passagen

Paris, 20.11.2015, 15h30

Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3  (Institut du Monde anglophone, Salle 12)
5 rue de l’Ecole de Médecine, 75006 Paris

 

Eine Kooperation von Prof. Dr. Stephan Braese (Institut für Germanistische und Allgemeine Literaturwissenschaft der RWTH Aachen) und Prof. Dr. Céline Trautmann-Waller (Centre d’études et de recherches sur l’espace germanophone der Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3)

Marges du masculin

 

Marges

MARGES DU MASCULIN : EXOTISATION, DÉPLACEMENTS, RECENTREMENTS


Sous la direction de Maxime Cervulle, Patrick Farges, Anne Isabelle François

Donner à voir sous un jour nouveau les représentations de la masculinité : tel est le projet de cet ouvrage. La question du regard et des dispositifs de visibilité sert ici de fil rouge à l’étude de textes filmiques, télévisuels et littéraires où apparaissent des formes de masculinités en marge, qu’elles soient rendues « exotiques » ou qu’elles marquent un déplacement face au modèle hégémonique du masculin. Au croisement des études cinématographiques, de la littérature comparée et des études de genre, l’ouvrage interroge les processus de décentrements et de recentrements de la masculinité qui se déploient au coeur de la fiction

L’Harmattan, Paris, 2015.

Thèses en cours au CEREG en 2015/2016

Moritz Barske, Les relations culturelles franco-allemandes de 1914 à 1933 dans le miroir de la littérature (Jürgen Ritte / Karin Tebben)

Emmanuel Basset, Narcisse réhabilité, Arthur Schnitzler et l’écriture en miroir (Jacques Lajarrige / Jürgen Ritte)

Julien Beaufils Le sport au service des Affaires Etrangères. La place du sport dans les relations extérieures de la RDA, à l’exemple de la ville de Leipzig (1949-1990) (Armin Owzar)

David Blankenstein, Kulturtransfer als Auftrag und Aufgabe. Alexander von Humboldt und die Kunst (Bénédicte Savoy / Michel Espagne)

Irina Breitenstein, L’Heure dans l’oeuvre de Paul Celan (Jürgen Ritte / Jean-Pierre Lefebvre)

Katell Brestic, L’exil germanophone en Bolivie (1933-1945) (Anne Saint Sauveur)

Aurélie Cachera Le geste hystérique à Vienne autour de 1900. A l’exemple de nouvelles d’Arthur Schnitzler et de photographies de Trude Fleischmann (Florence Baillet)

Marie Campigotto, Une esthétique pour tous : Béla Balázs (1884-1949), théoricien et critique de cinéma, scénariste, romancier, poète, dramaturge et librettiste entre Vienne et Berlin (Céline Trautmann-Waller)

Claire Couturier, Une fin de siècle viennoise entre invention d’une tradition, tensions esthétiques et science de la musique : l’Exposition internationale de théâtre et de musique de 1892 (Céline Trautmann-Waller)

Louise Dumas, Du transport automobile dans le cinéma allemand contemporain (Florence Baillet)

Dominique Fabre, La communauté allemande en France de 1919 à 1940 (aspects institutionnels, politiques, sociologiques, économiques, culturels, religieux, policiers, sportifs…) (Johann Chapoutot)

Alexander Freihaut,  La vitesse de parole en allemand et en français. Une étude socio-phonétique (Irmtraud Behr / Edgar Radtke)

Miriam Freitag, Figures de l’altérité et identité juive dans l’oeuvre de Gertrud Kolmar (Jürgen Ritte / Jacques Lajarrige)

Sarah Haase, Le rôle de la société civile dans le rapprochement franco-allemand (L’exemple des sociétés littéraires) (Jürgen Ritte / Cornelia Klettke)

Elisabeth Hamm, Animal et animalité au théâtre dans l’espace germanophone : enjeux esthétiques et anthropologiques (les pièces de théâtre Penthésilée de H. von Kleist et Woyzeck de G. Büchner, ainsi que leurs mises en scène contemporaines par Karin Henkel et Andreas Kriegenburg) (Florence Baillet)

Janina Klein, Les fonctions des dislocations dans les dialogues mère – enfant : Une mise en perspective des différents moyens d’expression référentielle en français et en allemand (Irmtraud Behr / Anne Salazar)

Aleksandra Lendzinska, Auto)-Biographies sous contrainte dans la littérature française et germanophone contemporaine (Jürgen Ritte / Peter Kuon)

Vera Nitsche, Les aspects politiques de la création collective. Etude d’une pratique théâtrale contemporaine dans l’aire culturelle germanophone (à l’exemple des collectifs de théâtre She She Pop et Fräulein Wunder AG) (Florence Baillet)

Annette Nogarède, Le journal Die Zukunft (1938-1940) : penser l’Europe et le monde, de Locarno à Strasbourg (1925-1979) (Johann Chapoutot)

Liubov Patrukhina, Nouvelles pistes pour l’apprentissage des particules modales en allemand. Etude expérimentale sur l’introduction des énoncés à particules modales dès les niveaux A1-A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues (CECRL) (Irmtraud Behr / Jean-Louis Chiss)

Francesco Peri, Art des nerfs, nerfs d’artiste. Modernité et maladies nerveuses dans la littérature française et allemande, 1865-1914 (Céline Trautmann-Waller)

Elisabeth Petereit, Le conte et le merveilleux dans la littérature du réalisme en France et Allemagne (Céline Trautmann-Waller / Kerstin Stüssel)

Pascal Schneider Etude sociologique des membres du NSDAP dans les territoires annexés au IIIe Reich 1938-44 (Johann Chapoutot)

Christian Silicani, Le Roman d’aventure et le « roman d’outre-mer » de langue allemande, de Charles Sealsfield à B. Traven (Rolf Wintermeyer)

Claire Stavaux, Polyvalence de la parole dramatique chez Roland Schimmelpfennig (Florence Baillet / Catherine Naugrette)

Hélène Thiérard, Hylé I” et “Hylé II” de Raoul Hausmann, des ensembles textuels autobiographiques en mouvement (Jacques Lajarrige / Jürgen Ritte / Wolfgang Asholt / Christoph König)

Nora Wirtz, La traduction et la dimension interculturelle dans le sous-titrage de films – l’exemple franco-allemand (Jürgen Ritte / Elmar Schafroth)

Séminaire “catégorie(s) – catégorisation”

animation Irmtraud Behr

Dans le cadre de l’axe 4 de l’EA 4223, le séminaire « catégorie(s) – catégorisation » poursuit plusieurs objectifs :

  • recenser les objets catégorisés / catégorisables, notamment en grammaire : existe-t-il des traditions nationales chez les grammairiens et auteurs théoriques ? quels liens entre théories et grammaires (scolaires, scientifiques) ? quelles filiations et ruptures ?
  • décrire et analyser les liens entre catégorisations linguistiques (grammaticales, discursives) et non linguistiques
  • analyser les liens entre les notions de catégorie, classe, type / typologie, y compris dans une dimension dynamique (par exemple la grammaticalisation, la typologie des langues)

Programme 2015/2016

16 octobre 2015 : catégories nominales, 14h salle 243

  • Irmtraud Behr / Anne Larrory / Delphine Pasques : le traitement des catégories nominales chez Fourquet, Culioli et dans certaines grammaires de l’allemand,
  • Zofia Berdychowska : catégories nominales en allemand et en polonais

13 novembre 2015

  • Journée d’études “catégorie(s) – catégorisation”, 9h30 – 17h30, salle D37 (programme)

5 février 2016

  • Günter Schmale : Les catégories dans l’analyse conversationnelle « Kategorien der Interaktionsteilnehmer ». Lieu et horaire: Centre Censier, 13 rue Santeuil 75005 Paris, salle 200B, 14h-17h.

1er avril 2016

  • Michel Kauffmann : La question des catégories du point de vue des philosophes

27 mai 2016

  • Florence Baillet : La question des catégories dans les études théâtrales

“Catégorie(s) – catégorisation”

Sorbonne Nouvelle – Paris 3, EA 4223 CEREG

Journée d’études organisée par Irmtraud Behr

13 novembre 2015, Censier, salle D37, 9h30 – 17h

Par catégories, on entend ici que des faits linguistiques sont rassemblés selon un certain nombre de critères, aboutissant à un ensemble clos, par exemple les notions de nombre ou d’aspect. Une des questions qui se pose alors est celle de savoir si ces systèmes catégoriels sont universels ou non. Haspelmath (2007) défend l’idée que les catégories sont propres à chaque langue, mais qu’il est néanmoins possible d’établir des comparaisons « de langue à langue » sur des points précis. C’est cette optique qui sera mise à l’œuvre lors de cette journée d’étude dont l’objet est de confronter plusieurs langues (français, chinois, arabe, espagnol, anglais) sur plusieurs thématiques (la structure catégorielle des langues, les catégories nominales et verbales). Les visées seront historique, comparative, acquisitionnelle, structurelle, théorique.

9h30 Irmtraud Behr, Paris 3
Introduction

9h45 Laura Miñones, Paris 3
La catégorie ‚conjonction’ – approches espagnole et française

10h30 Eric Corre, Paris 3
Catégories, gradient, prototype – panorama de la littérature linguistique anglo-saxonne du XXème siècle

pause
11h30 Jacques François, Caen / Tunis
L’émergence de catégories sémantiques: l’exemple de l’auxiliarisation à travers l’histoire du français

12h15 déjeuner

14h Daria Toussaint, Caen
Cet en deça catégoriel chinois

14h45 Jean Patrick Guillaume, Paris 3
La catégorisation des parties du discours dans la tradition grammaticale arabe

pause
16h Anne Salazar, Paris 3
Construction des catégories et acqusition des expressions référentielles

16h45 discussion finale

(séminaire ‘catégorie(s) – catégorisation’)