Les essais d’Elfriede Jelinek

book-08533079

Sarah Neelsen, Les essais d’Elfriede Jelinek. Genre, Relation, Singularité, Paris, Honoré Champion, 2016.

L’oeuvre de l’Autrichienne Elfriede Jelinek (née en 1946) est résolument protéiforme. Récompensée par le Prix Heinrich Böll (1986), le Prix Büchner (1998) et le Prix Nobel de Littérature (2004), elle a indubitablement marqué le paysage littéraire et médiatique des pays germanophones. Connue pour ses romans (La Pianiste, Enfants des Morts) et ses pièces de théâtre (Drames de princesses, Les contrats du commerçant), elle est ici abordée par la bande, au gré de trois-cent-cinquante textes brefs rédigés pour la presse et d’autres canaux depuis quarante ans. Chronique d’une vie et d’une époque, en permanent dialogue avec d’autres artistes, ils sont présentés ici pour la première fois. Des extraits en traduction et des analyses de détail font découvrir ce versant peu connu de l’écriture jelinekienne ainsi que le renouvellement à l’oeuvre dans l’essai contemporain.

Cette étude a reçu le Prix Pierre Grappin 2014, ancien Doyen de l’Université de Nanterre, résistant et germaniste.

Sarah Neelsen a obtenu son Doctorat en Études Germaniques à la Sorbonne Nouvelle. Elle a travaillé pendant dix ans sur l’oeuvre d’Elfriede Jelinek, à l’École Normale Supérieure de Lyon, en Autriche (Universität Wien) et au Royaume-Uni (Lancaster University).

Exil-Transfert-Mémoire / Exil-Transfer-Gedächtnis

266494_cover_front

Picker, Marion / Kimmich, Dorothee (Hrsg./dir.)

Exil – Transfer – Gedächtnis / Exil – Transfert – Mémoire

Deutsch-französische Blickwechsel / Regards croisés franco-allemands

Peter Lang, Frankfurt am Main, Berlin, Bern, Bruxelles, New York, Oxford, Wien, 2016

Inhaltsverzeichnis
Einleitung: Exil – Transfer – Gedächtnis
Exil und Engagement
Joseph Jurt
Exil als Metapher
Hans Manfred Bock
Paul Ludwig Landsberg und die Deutsch-Französische Union. Zur Kontextualisierung seines Denkens im Exil
Jean-Marie Guillon
Le Comité américain de secours après l’expulsion de Varian Fry
Jochen Mecke
Exile on back street: Célines Poetik des Exils
Alexis Nouss
Ecrire l’exil (sur Paul Celan et quelques autres)
Transfer
Wolfgang Eßbach
Über Kulturschwellen
Marion Picker
Der bewegte Kartengrund. Von einer Metapher in der deutschen Geographie von 1814–1928
Stéphane Lojkine
Lacan avec Heidegger : le dépassement du paradigme linguistique
Dorothee Kimmich
Die moderne Magie der Fetische
Lisa Becker
Zwischen Welten Schreiben – Überlegungen zur Metalepse in Texten von Autoren mit deutsch-französischen Biographien
Gedächtnis
Johannes Großmann
Geteiltes Schicksal, getrennte Erinnerung. Die Evakuierungen an der deutsch-französischen Grenze 1939/40
Juliette Constantin
L’Amicale de Buchenwald : un acteur mémoriel au-delà du cadre national (1945–1955)
Charles Zaremba
En Allemagne, c’est-à-dire nulle part ?
Karl Heinz Götze
Reenacting Waterloo 200 Jahre nach der Schlacht: eine Chance für dialogisches europäisches Gedächtnis?
Christa Karpenstein-Eßbach
Gebrochene Herkünfte: Heinrich Heine, Friedrich Nietzsche
Regards croisés
Gérard Raulet
Rückblick, von der „Stelle der Übertragung“ ausgehend
Thomas Keller
Auswandern, durchqueren und (?)

Einar Schleef, par-delà le théâtre – Mise en scène, écriture, peinture, photographie

 

1459254723

 

« Einar Schleef par-delà le théâtre », Florence Baillet (dir.)

Le théâtre d’Einar Schleef (1944-2001) a longtemps fait scandale en RDA, en RFA et en Autriche, mais n’en est pas moins resté dans toutes les mémoires. Son œuvre est marquée par l’histoire allemande dans toute sa complexité, et sa pratique artistique met à l’épreuve acteurs et spectateurs, physiquement. Chez Schleef, la matérialité des corps et de la langue est placée au premier plan, interrogeant de la sorte une certaine économie occidentale de la représentation.

Ce volume réunit des contributions de chercheurs d’horizons variés afin d’aborder, à partir de la question de la matérialité, l’œuvre de Schleef dans ses diverses dimensions. Non seulement ses mises en scène, ses pièces et ses textes sur le théâtre sont abordés, mais également des aspects moins connus, par exemple son roman, ses peintures et ses photographies, ainsi que les liens susceptibles de se tisser entre ses différents travaux artistiques.

Table des matières :

Florence Baillet, Introduction : Einar Schleef : matériaux et matérialité

1 / Les enjeux politiques de l’œuvre de Schleef : l’individu en question (chœur, prise rituelle de drogue et rôle de la femme)

Helene Varopoulou et Hans-Thies Lehmann, Prologue à deux voix : Conscience tragique, le politique, le geste : l’impact d’Einar Schleef sur le théâtre contemporain

Charlotte Bomy, À propos du chœur et des femmes. Rébellions au sein de la représentation

Miriam Dreysse, « Le retour de la femme dans le conflit central » : mise en scène des rôles féminins dans le théâtre d’EinarSchleef

Kristin Schulz, « Combien de drogue pour maintenir une utopie ? » La réponse des archives d’Einar Schleef et de Heiner Müller

2 / Le matériau de l’histoire (individuelle et collective) : strates et superpositions

Sarah Neelsen, Formes et identité dans le roman Gertrud

Emmanuel Béhague, De Sondershausen à Sangerhausen : Wezel/Schleef

Christina Schmidt, Peuple trahi (Verratenes Volk) et Novembre 1918. Topographie d’une révolution d’après Einar Schleef et Alfred Döblin

3 / Théâtre et arts visuels, théâtre et musicalité

Marielle Silhouette, Peinture et mise en scène : le cadre de la création

Sylvie Arlaud, La création sérielle : un geste esthétique et éthique ? La relecture de l’œuvre d’Einar Schleef à la lumière de ses photographies

Aline Vennemann, Dis-poser des voix et des corps. Une pièce de sport (Ein Sportstück) mise en scène par Einar Schleef

Heinz Schwarzinger (Henri Christophe), Une langue « physique ». Traduire Schleef (entretien)

ISBN 978-2-7535-4756-8 Presses universitaires de Rennes, 2016, www.pur-editions.fr

http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=4084

Zwischen Kahlschlag und Rive Gauche. Deutsch-französische Kulturbeziehungen 1945-1960

978-3-8260-5752-6

 

Braese, Stephan / Vogel-Klein, Ruth (Hrsg.), Zwischen Kahlschlag und Rive Gauche. Deutsch-französische Kulturbeziehungen 1945-1960, Königshauses & Neumann, 2015.

Kurzinhalt:

Einleitung – M. Werner: Kulturtransfer und ,Histoire croisée’. Zu einigen Methodenfragen der Untersuchung soziokultureller Interaktionen – C. Eckel: „Warum noch auf Jahrzehnte in alten Wunden wühlen?“ – Deutsch-französische Kontroversen am Ort des ehemaligen KZ Neuengamme 1945-1953 – B. Pinhas: „Es geht darum, aufklärerisch Verständnis zu wecken“ – Alfred Grosser als Pädagoge der deutsch-französischen Verständigung in seinen französischen Schriften (1947-1967) – A. Linsenmann: Mit Klängen umerziehen – Französische Musikpolitik in Deutschland nach 1945 – C. Klein: Jean Vilar und das Theaterfestival von Avignon 1948-1953: Inszenierungen und Tourneen (Büchner, Kleist, Corneille und Molière) – J. Döring: Westdeutscher Nachkriegsexistentialismus im Frühwerk von Alfred Andersch – A. Kwaschik: Die schwarzen Vögel der Vergangenheit und die Einbürgerung des Dichters. Der französische Kulturhistoriker Robert Minder und die Gewissensbildung der jungen Bundesrepublik – Erika Tophoven im Gespräch mit Ruth Vogel-Klein. Deutschland- Frankreich aller-retour. Die Übersetzer Erika und Elmar Tophoven – R. Vogel-Klein: Martin Flinker: Buchhändler am Quai des Orfèvres und europäischer Intellektueller – S. Braese: Die „Exis“: Eine westdeutsche Jugendbewegung aus dem Geiste des Pariser Jazz
Die Herausgeber: Stephan Braese ist Ludwig Strauss-Professor für Europäisch- jüdische Literatur- und Kulturgeschichte an der Rheinisch-Westfälischen TH Aachen. Ruth Vogel-Klein, 1986 Promotion über Heinrich Böll, Paris 4-Sorbonne. Seit 1987 Dozentin für Germanistik an der ENS, Paris.

Störfall? Auschwitz und die ostdeutsche Literatur nach 1989

e89ed76198

 

Carola Hähnel-Mesnard/Katja Schubert (Hg.), Störfall? Auschwitz und die ostdeutsche Literatur nach 1989, Frank & Time, 2016.

Zum Inhalt :

Der vorliegende Band versteht sich als Auseinandersetzung mit der in der germanistischen Forschung verbreiteten These, dass die ostdeutsche Literatur nach 1989 – in Analogie zur literarischen Produktion in der DDR – das Thema Holocaust weitgehend ausklammert. Die Textanalysen zu Werken von Barbara Honigmann, Wolfgang Hilbig, Jenny Erpenbeck, Steffen Mensching, Jakob Hein und Dirk Braun skizzieren eine differenzierte und spannungsvolle literarische Landschaft, die diese These in Frage stellt und zumindest teilweise widerlegt. Die Lektüren verweisen auf die Notwendigkeit, zukünftig die Frage der Darstellung des Holocaust in der DDR, in der Bundesrepublik und im vereinigten Deutschland parallel und kontrastiv zu erforschen und in einen transnationalen literarischen Kontext einzubetten.

Zu den Herausgeberinnen :

Dr. Carola Hähnel-Mesnard, Dozentin für Neue deutsche Literatur an der Université de Lille. Forschungsinteressen: DDR-Literatur, deutschsprachige Gegenwartsliteratur, Gedächtnis und Literatur.
Dr. Katja Schubert, Dozentin für Neue deutsche Literatur an der Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Forschungsinteressen: Genozid und Diktatur in der Literatur, Postkolonialismus.

Contre-cultures

  une-site_prd

 Bernard Lacroix, Xavier Landrin, Anne-Marie Pailhès, Caroline Rolland-Diamond (dir.)

Les contre-cultures Genèses, circulations, pratiques

– Un bilan historique inédit et international des sixties et des seventies contestataires

– Genèse et destin de l’invention utopique et des trajectoires des acteurs et de leurs pratiques

Prendre la route, s’installer en communauté, adopter un mode de vie alternatif, « beat » ou « hippie », militer pour les droits civiques ou contre la guerre du Vietnam, s’engager dans les luttes féministes ou écologistes… Autant de pratiques contestataires que le regard rétrospectif renvoie spontanément aux «contre-cultures» des années 1960-1970. Est-il justifié de reconnaître dans ces deux décennies l’équivalent d’un âge d’or de la critique sociale et de l’invention utopique? Et comment rendre compte aujourd’hui de la diversité et de la portée des formes contre-culturelles qui voient le jour dans cette période ?

Les auteurs ont rassemblé des contributions qui retracent les histoires singulières des contre-cultures. Il en ressort une enquête collective portant sur les formes politiques, militantes ou artistiques que prennent les contre-cultures, ainsi que sur leur parcours transnational.

Un intérêt particulier est accordé à la formation des références contre- culturelles. Comment en effet comprendre le voisinage d’auteurs aussi différents que Jack Kerouac, Herbert Marcuse ou Susan Sontag au sein du canon contre-culturel qui s’édifie alors, si ce n’est à travers le travail d’interprétation engagé dès la fin des années 1960 par différents acteurs de l’univers intellectuel (écrivains, journalistes, éditeurs, etc.) ? Et comment ne pas voir dans l’internationalisation des pratiques protestataires (sit-ins, universités libres, rassemblements communautaires, formes d’autogestion) un effet de la généralisation des luttes (que symbolise bien l’opposition à la guerre au Vietnam) et de la circulation des militants et de leurs écrits ?

Les contre-cultures ont également pour point commun de concrétiser une rupture vis-à-vis des formes de domination instituées. Cela s’observe, au cours de ces deux décennies, aussi bien dans les différents univers professionnels où l’arbitraire des hiérarchies est remis en question et où s’inventent de nouvelles solidarités, que dans les univers artistiques où apparaissent des styles expressifs (« beat », « hippie », «freak», «punk») qui incarnent un rapport critique à la société.

Dans cet ouvrage, si la réflexion sur la neutralisation et la récupération des contre- culture par la culture dominante n’est pas absente, les auteurs ont plutôt choisi de restituer le foisonnement libérateur et la puissance de ces formes culturelles.

Les auteurs

Bernard Lacroix est professeur de science politique à l’Université Paris Ouest-Nanterre. Il a notamment publié L’Utopie communautaire (PUF, 1981, 2e éd., 2006).

Xavier Landrin est enseignant chercheur en sciences politiques à l’Université Paris Ouest-Nanterre. Il a publié différents articles et chapitres d’ouvrages sur la circulation transnationale des idées.

Anne-Marie Pailhès, germaniste, est maître de conférences à l’Université Paris Ouest-Nanterre et spécialiste de l’histoire culturelle de l’Allemagne de l’Est.

Caroline Rolland-Diamond, historienne des Etats-Unis, est maître de conférences à l’Université Paris Ouest-Nanterre. Elle est notamment l’auteure de Chicago : le moment 68 (Syllepse, 2011).

Table des matières

– Penser l’histoire des contre-cultures

– La formation d’une référence américaine

– Les usages de la théorie

– La presse parallèle et la critique sociale

– Un répertoire transnational

– Les « gauchismes »

– Usages du genre et identités sexuelles

– L’autonomie des groupements intellectuels et ses enjeux

– Les luttes dans l’institution religieuse

– Les formes du «retour à la nature»

– Les labels de la contre-culture musicale

– Les trajectoires de la contestation musicale – Conclusion : la contre-culture au travail

Prix: 25 €
Pages : 352
Format : 150 x 210

ISBN : 978-2-84950-427-7 Code Sodis : S581045

Collection : La politique au scalpel

Editions Syllepse, novembre 2015.

Marges du masculin

 

Marges

MARGES DU MASCULIN : EXOTISATION, DÉPLACEMENTS, RECENTREMENTS


Sous la direction de Maxime Cervulle, Patrick Farges, Anne Isabelle François

Donner à voir sous un jour nouveau les représentations de la masculinité : tel est le projet de cet ouvrage. La question du regard et des dispositifs de visibilité sert ici de fil rouge à l’étude de textes filmiques, télévisuels et littéraires où apparaissent des formes de masculinités en marge, qu’elles soient rendues « exotiques » ou qu’elles marquent un déplacement face au modèle hégémonique du masculin. Au croisement des études cinématographiques, de la littérature comparée et des études de genre, l’ouvrage interroge les processus de décentrements et de recentrements de la masculinité qui se déploient au coeur de la fiction

L’Harmattan, Paris, 2015.

Conférence Franz Hessel 2

weidner-traduction-656x1024

 

Daniel Weidner

Traduction et survie. Walter Benjamin lit Marcel Proust / Übersetzen und Überleben. Walter Benjamin liest Marcel Proust

Qu’est-ce qui survit du texte original dans une traduction? À travers la question de la “mémoire” du texte, de son “aura”, Walter Benjamin, lecteur et traducteur de Marcel Proust, s’est longtemps interrogé sur les relations entre une oeuvre originale et ses «reproductions», dont la traduction fait partie. Cette interrogation prend tout son sens à l’épreuve de l’oeuvre de Proust, tout entière baignée dans la problématique de la mémoire. Dans sa concision, l’essai de Daniel Weidner établit un nouveau pont entre deux oeuvres ‘disparates’, mais parmi les plus bouleversantes du XXe siècle.

Les Conférences Franz Hessel sont une coopération entre le Département Études germaniques de l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 & l’Institut d’Études germaniques et de Littérature générale de l’Université d’Aix-la-Chapelle.

Les Conférences Franz Hessel ont pour but d’interroger l’histoire et l’actualité des relations culturelles franco-allemandes à la lumière des défis politiques, culturels et sociaux actuels en Europe et dans le monde. Le cycle porte le nom de Franz Hessel en souvenir d’un point culminant dans l’histoire du transfert culturel franco-allemand dont la signification perdure jusqu’à aujourd’hui et en souvenir du rôle important des juifs allemands dans l’intensification et le renouvellement permanent des relations franco-allemandes depuis la Révolution française.

Die Franz Hessel Lecture zielt darauf, Geschichte und Gegenwart der deutsch-französischen Kulturbeziehungen im Horizont aktueller politischer, kultureller und sozialer Herausforderungen in Europa und der Welt zu befragen. Die Franz Hessel Lecture trägt seinen Namen zur Erinnerung sowohl an einen Höhepunkt in der Geschichte jenes kulturellen Transfers, dessen Bedeutung bis heute anhält, als auch an die Bedeutung deutscher Juden bei der steten Erneuerung und Intensivierung deutsch-­französischer Beziehungen seit der Französischen Revolution.

Editions de l’éclat, Paris, 2015.

Conférence Franz Hessel 1

kilcher-poetique-politique-673x1024

 

Andreas B. Kilcher

Poétique et politique du mot d’esprit chez Heinrich Heine / Poetik und Politik des Witzes bei Heinrich Heine

Avant de gagner ses lettres de noblesse avec l’essai de Freud, le Witz désignait surtout l’esprit critique, libre et “sans entraves”. Il incarne toute la tradition des Lumières et prend une ampleur particulière dans l’oeuvre de Heine, le plus français des romantiques allemands. Dans cet essai, Andreas B. Kilcher en étudie les variations et met en lumière le potentiel ‘révolutionnaire’ de cette notion chez Heine, pour qui il n’est de révolution qui ne soit pas aussi révolution de l’esprit et du langage.

Lire un compte rendu sur le site aphorismundi

Les Conférences Franz Hessel sont une coopération entre le Département Études germaniques de l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 & l’Institut d’Études germaniques et de Littérature générale de l’Université d’Aix-la-Chapelle

Les Conférences Franz Hessel ont pour but d’interroger l’histoire et l’actualité des relations culturelles franco-allemandes à la lumière des défis politiques, culturels et sociaux actuels en Europe et dans le monde. Le cycle porte le nom de Franz Hessel en souvenir d’un point culminant dans l’histoire du transfert culturel franco-allemand dont la signification perdure jusqu’à aujourd’hui et en souvenir du rôle important des juifs allemands dans l’intensification et le renouvellement permanent des relations franco-allemandes depuis la Révolution française.

*
Die Franz Hessel Lecture zielt darauf, Geschichte und Gegenwart der deutsch-französischen Kulturbeziehungen im Horizont aktueller politischer, kultureller und sozialer Herausforderungen in Europa und der Welt zu befragen. Die Franz Hessel Lecture trägt seinen Namen zur Erinnerung sowohl an einen Höhepunkt in der Geschichte jenes kulturellen Transfers, dessen Bedeutung bis heute anhält, als auch an die Bedeutung deutscher Juden bei der steten Erneuerung und Intensivierung deutsch-­französischer Beziehungen seit der Französischen Revolution.

Editions de l’éclat, Paris, 2015.

Berlin und die Juden

9783958080096_Berlin-und-die-Juden_01

Laurence Guillon / Heidi Knörzer (Hrsg.), Berlin und die Juden. Geschichte einer Wahlverwandtschaft?

Jüdisches Berlin um die Jahrhundertwende

Die jüdische Geschichte in Berlin ist genauso alt (oder so jung?) wie die Geschichte der Stadt selbst: Sie geht auf das 13. Jahrhundert zurück. Berlin und die Juden soll aber nicht nur die Geschichte der Jüdinnen und Juden in Berlin oder den Zusammenhang zwischen jüdischer Kultur und Großstadtkultur beschreiben, sondern nach der tiefen Verbindung fragen, die sich im Laufe der Zeit zwischen der Stadt und ihrer jüdischen Bevölkerung entwickelt hat und die selbst nach der Shoah nicht vollständig abgebrochen ist. Gibt es so etwas wie eine ‚Wahlverwandtschaft‘ zwischen Berlin und den Jüdinnen und Juden, die gleichzeitig im Zeichen einer ‚Liebesgeschichte‘ und einer ‚Tragödie‘ steht? Kann man diese Beziehung unter Fontanes Formel eines „berlinisch-jüdischen Geistes“ subsumieren?
Berlin wird dabei nicht nur als Schauplatz oder einfache Kulisse in den Blick genommen, sondern als ein regelrechter Akteur. Denn die Stadt hat das Leben der in Berlin ansässigen Jüdinnen und Juden mindestens genauso geprägt, wie diese sie erlebt und mitgestaltet haben, sodass sie als Pioniere angesehen werden können: Ihre Geschichte hat dort sprichwörtlich richtig ‚Stadt gefunden‘.
Dieser Band vereint die ausgearbeiteten Vorträge, die deutsche und französische Wissenschaftler_innen im Rahmen eines an der Universität Paris III Sorbonne Nouvelle organisierten Seminars gehalten haben. Ihre Analysen konzentrieren sich auf das 19. und das frühe 20. Jahrhundert, eine Epoche, die traditionell als ‚Goldenes Zeitalter‘ der deutschen jüdischen Geschichte bezeichnet wird. Die Beiträge sollen die Geschichte der Wechselbeziehung zwischen Berlin und ‚den Juden‘ näher beleuchten. Dabei wird eine neue Perspektive auf jüdische Intellektuelle wie Heinrich Heine, Walter Benjamin und Arnold Schönberg eröffnet, sowie auf Humboldts jüdische Mitstreiter und die Arbeit jüdischer Kunstvermittler. Ein anderer Aspekt sind Berliner ‚jüdische Orte‘ im weitesten Sinne des Wortes, von Berliner Topographien bis zu Stadttexten und -presse über jüdische Lehr­einrichtungen.

Mit Beiträgen von Eszter Gantner, Laure Gauthier, Sonia Goldblum, Simone Ladwig-Winters, Robert Krause, Tobias Metzler, Monika Richarz, Joachim Schlör und Céline Trautmann-Waller.

Neofelis Verlag, Berlin, 2015.

Les avatars du juvénilisme allemand, 1896-1945

 

avatars_couverture

Le juvénilisme fut avec le féminisme un facteur important du changement social au XXe siècle. Il a permis à la jeunesse, catégorie sociale émergente dans le cadre des sociétés industrielles naissantes, d’affirmer sa spécificité et de trouver sa place. Comme tout mouvement social, le juvénilisme a présenté des visages différents selon les sociétés et selon les moments.

Le présent ouvrage retrace son histoire en Allemagne, entre le début du XXe siècle et la fin de la Seconde Guerre mondiale, et montre que les avatars du mouvement, depuis ses débuts néoromantiques, jusqu’à la débâcle de 1945, reflètent les bouleversements qui ont secoué l’Allemagne durant ce demi-siècle et changé progressivement les rapports entre la société et la jeunesse. Considérée par certains comme un possible recours contre la catastrophe qui menaçait l’Allemagne à la fin des années 1920, la jeune génération porteuse du message juvéniliste ne sut pas répondre à cette attente et eut aussi, par son utopisme, sa part de responsabilité dans l’arrivée au pouvoir du national-socialisme et dans le désastre final.

Gilbert Krebs, Les avatars du juvénilisme allemand, 1896-1945, Paris : PSN, 2015.