Parution: L’oeil et le théâtre. Etudes théâtrales et études visuelles – Approches croisées

 

Florence Baillet, Mireille Losco-Lena, Arnaud Rykner (dir.), L’oeil et le théâtre. La question du regard au tournant des XIXe et XXe siècles sur les scènes europénnes. Etudes théâtrales et études visuelles – Approches croisées, Etudes théâtrales n° 65, Academia, Louvain-la-Neuve, 2017 (258 pages). ISBN:  978-2-8061-0351-2 Prix: 25,50 €.

Au tournant des XIXe et XXe siècles une profusion de visualités se déploie sur les scènes, avec un goût prononcé pour les effets spectaculaires, dans les pièces représentées comme dans les spectacles qui relèvent d’une grande variété de formes (revues, opérettes, fééries, pantomimes, cirque, etc.). Ce phénomène s’observe à l’échelle européenne, notamment dans les grandes villes, qui se caractérisent par une effervescence du « voir », au sein des théâtres tout comme dans l’environnement de ces derniers. Or cette « poussée du regard » se manifeste non seulement par l’hypertrophie du visuel, mais aussi par des mutations qualitatives et l’émergence d’autres façons de regarder. Afin d’examiner ces nouvelles modalités du regard, dont l’art théâtral constitue un lieu privilégié à la fois de développement, d’observation et de questionnement, le présent ouvrage réunit des contributions de chercheurs d’horizons variés, permettant de croiser les approches des études visuelles et celles des études théâtrales.

 

SOMMAIRE

L’œil et le théâtre : la question du regard au tournant des xix-xxe siècles sur les scènes européennes (approches croisées études théâtrales/ études visuelles)

Introduction : « Le theatron à l’heure des études visuelles » (Florence Baillet, Mireille Losco, Arnaud Rykner).

I. Nouveaux dispositifs et nouvelles modalités du regard au XIXe siècle

1. Ulrike Haß : « Sortie du panoptique – Déploiement de l’opsis et crise de la visibilité»

2. Stéphane Tralongo : « Des passages au cinéma. Le music-hall comme espace de mobilité »

3. Nic Leonhardt : « Entrer dans l’image par le regard : stéréoscopie et théâtre »

II. Le regard intériorisé : rêve, apparition, fantasmagorie

4. Arnaud Rykner : « Traversées du regard : toiles métalliques, rideaux de gaze, rayons X et autres écrans fin-de-siècle »

5. Pierre Longuenesse : « Le ‘regard aveugle’ dans le théâtre de W.B. Yeats »

6. Sophie Lucet : « Les fantômes de la Révolution, ou les leurres du grand spectacle»

III. Le regard « corporalisé » : affect, symptôme et retour du refoulé

7. Kati Röttger : « Pathogénèse du regard et genèse du pathos dans le mélodrame du XIXe siècle »

8. Florence Baillet : « Velours, peau et peluche : le toucher des yeux en scène à la fin du XIXe siècle »

9. Mireille Losco-Lena : « L’œil clinique de la mise en scène moderne »

10. Anne Pellois : « Donner à voir le fond de l’âme : les fonctions de l’œil dans la pratique de l’acteur à la fin du XIXe siècle »

IV. Configurations et reconfigurations du regard : exhibition, jeu avec les limites, montage dynamique

11. Patrick Désile : « Pornographies. Un nouveau régime de visibilité, 1893-1913 »

12. Romain Piana : « ‘Paris-voyeur’ : les dispositifs spectaculaires érotiques dans la revue. »

13. Ariane Martinez : « Dérouter le regard : les frères Hanlon-Lees ou l’art de l’explosion »

14. Alexander Jackob : « L’Atlas Mnémosyne d’Aby Warburg et l’héritage du regard du spectateur de théâtre »

Bibliographie sélective

W.G. SEBALD. LITTÉRATURE ET ÉTHIQUE DOCUMENTAIRE

 

Direction : Muriel Pic, Jürgen Ritte
Éditeur : Presses Sorbonne Nouvelle (site internet)
ISBN : 978-2-87854-712-2
Année de publication : 2017

De l’éthique documentaire à l’ethos du document, par Muriel PIC & Jürgen RITTE

Faits et fictions

D’après fiction ? Figurations poétologiques chez W.G. Sebald, par Michael NIEHAUS

Travail littéraire du dispositif documentaire dans l’œuvre de W.G. Sebald, par Marie-Jeanne ZENETTI

Le projet corse de Sebald, par Ulrich von BÜLOW

W.G. Sebald et le roman : “c’est pas vraiment mon style”, par Richard HIBBITT

La place du mort, par Gwenaëlle AUBRY

Falsifications et montage

“Peur du faux” et “forme authentique” chez Sebald, par Karine WINKELVOSS

Sebald, Lévi-Strauss, les contre-allées de l’Histoire, par Emmanuelle LOYER
[enregistrement audio en ligne sur la Forge Numérique de la MRSH de l’Université de Caen Normandie et sur le site France Culture]

L’image papillon – une exposition, par Christophe GALLOIS

W.G. Sebald et la double peine du traducteur, par Jo CATLING

Révérence à la poussière. W.G. Sebald et l’archive, par Muriel PIC

Checks and Balances, par Lukas BÄRFUSS

Espace du récit / récit de l’espace

CAHIERS DE NARRATOLOGIE – Analyse et théorie narrative

Numéro spécial – 31 bis | 2017
Espace du récit, récit de l’espace en contexte germanique

Ce numéro est le fruit des recherches sur la narrativité menées ces dernières années au sein du CEREG (Centre d’étude et de recherche sur l’espace germanophone, Université Sorbonne nouvelle-Paris 3) et s’inscrit dans la continuité d’un workshop sur « Espace et narration » (octobre 2013).

Sous la direction de Anne-Laure Daux-Combaudon, Elisa Goudin-Steinmann et Céline Trautmann-Waller

Introduction (par Anne-Laure Daux-Combaudon, Elisa Goudin et Céline Trautmann-Waller)

Espace vécu – Espace raconté

-Elisa Goudin : Spatialité et mise en récit de projets de vie alternatifs dans des espaces de l’ex Berlin-Est détournés de leur usage initial.

-Daniel Argelès : Limites, marges et liminalité : les enjeux narratifs et politiques de la représentation de l’espace dans les textes de fiction de l’écrivain berlinois Klaus Schlesinger dans la RDA des années 1970.

-Britta Jallerat-Jabs : « Ich mach ganz oft Kerzen an » ou comment raconter son habitat.

-Judith Kasper : La Bibliothèque nationale de France et le camp Austerlitz. La narration d’un espace traumatisé chez Sebald.

Déplacement et mise en récit

-Patrick Farges : Orient imaginé/Orient vécu chez les Juifs germanophones (yekkes) en Palestine / Israël.

-Anne Larrory, Ricarda Schneider : « und auf meinen platz sitzt n bursche mit nem hakenkreuz ». Lieux, espace et catégorisation dans les récits de l’Israel-Korpus.

-Dorothea Bohnekamp : L’Allemagne : un “non-lieu” pour les exilés judéo-allemands après 1945 ? 

 -Irmtraud Behr : L’arrivée à New York dans le roman Kokoschkins Reise, les moyens linguistiques de construction d’une figure spatiale.

-Louise Dumas : Construire un espace d’où faire émerger un nouveau cinéma allemand. L’espace au coeur du récit dans Im Lauf der Zeit, Lola rennt et Wolfsburg.

Matérialité et spatialité – aux limites du récit

-Anne-Laure Daux-Combaudon : Espace du texte et énoncés généralisants en ouverture de textes narratifs littéraires ou narration et performance dans les récits de fiction.

-Florence Baillet : L’expérience du tragique dans la mise en scène de Médée par Michael Thalheimer : pour une autre appréhension de l’espace et de la narration au théâtre.

-Kerstin Hausbei : Sur le seuil ? Hypothèses sur la spatialité dans la dramaturgie narrative de Roland Schimmelpfennig.

-Céline Trautmann-Waller : Le tapis d’Orient en Allemagne et en Autriche à la fin du XIXe siècle : défi spatial, défi narratif.

http://narratologie.revues.org/

 

 

Klaus Schlesinger ou l’écriture de l’histoire

Klaus Schlesinger ou l’écriture de l’histoire.

Berlin et l’Allemagne, 1937-2001

Daniel Argelès

L’histoire mouvementée de l’Allemagne au XXe siècle a profondément marqué l’existence et l’oeuvre de l’écrivain (est)-berlinois Klaus Schlesinger (1937- 2001). Auteur critique de RDA exilé à l’Ouest dans les années 1980, « sauteur de Mur » ayant évolué dans les milieux alternatifs de Berlin-Est comme de Berlin- Ouest, Schlesinger échappe par son itinéraire aux classifications trop étroites. À travers une quinzaine de romans et nouvelles, il fait un tableau passionnant de soixante ans d’histoire, du national-socialisme et des ruines de l’après-guerre à la division Est-Ouest, la chute du Mur et la réunification. Ses récits abordent cette histoire « par le bas », décrivant l’existence des petites gens au quotidien ou se plaçant au contraire au coeur de l’événement historique (mai 1945, août 1961, novembre 1989). Ils interrogent l’héritage des crimes nazis, la place de l’individu dans le socialisme réel, le capitalisme ou la guerre froide, les possibilités et les limites des utopies alternatives, le travail de la mémoire et de l’identité dans les ruptures du siècle. L’écriture de Schlesinger privilégie les marges et les hétérotopies, les espaces liminaux du passage entre Est et Ouest, de la mémoire, de la rencontre avec d’autres soi-même. La fiction devient ainsi un lieu privilégié d’appréhension et de construction de soi dans l’histoire. Cet ouvrage est la première monographie consacrée en France à cet auteur encore peu connu et peu traduit, dont l’oeuvre mérite d’être découverte.

Auteur

Daniel Argelès est maître de conférences en allemand à l’École polytechnique (Palaiseau) et membre du CEREG (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, EA 4223).

Collection Mondes germaniques

Caractéristiques

ISBN 978-2-7574-1588-7

Format 16×24

Nb pages 354

Prix 31 €

SOMMAIRE

Introduction
1. Klaus Schlesinger : un écrivain allemand entre Est et Ouest
2. De l’écriture et de l’histoire
3. Corpus, périodisation, place dans la recherche

Ouverture : De la marche et de l’écriture. Espaces hétérotopiques et liminaux de confrontation à l’histoire et à soi-même
1. Michael (1971) : espaces liminaux de la mémoire, de la fiction et de l’examen de soi
2. Alte Filme (1975) : hétérotopie, identité et confrontation à l’ordre spatial socialiste
3. Fliegender Wechsel (1990) : exil et journal comme espaces liminaux
4. Trug (2000). Jeux de miroir : rencontres avec soi-même comme un autre
5. Die Sache mit Randow (1996) : chute du Mur et liminalité

première partie
les années 1960 : écriture et confrontation au passé national-socialiste

Chapitre I. « David » (1960) : Shoah et devoir de mémoire
1. L’obsession personnelle
2. Le contexte « antifasciste »
3. Le dépassement de la vulgate antifasciste : multiplicité des lignes d’identification

Chapitre II. « Michael » (l’« ébauche » de 1965) : « briser un tabou »
1. Une nouvelle sur un sujet tabou
2. Les enjeux du subjectivisme et du modernisme
3. Le contexte (1963-1965) : entre ouverture et mise au pas

Chapitre III. Michael (le roman, 1971) : travail d’écriture et travail sur le passé
1. Polysémie des indices et culpabilité
2. Le travail de confrontation au passé
3. Le passé national-socialiste, enjeu du présent

deuxième partie
les années 1970 : stratégies d’écriture au pays du « socialisme réel »

Introduction. Entre proximité au régime et émancipation : l’ambivalence des années 1970
1. Socialisme au quotidien et histoire : une nouvelle orientation thématique
2. De l’intégration à la rupture : histoire d’une critique impossible

Chapitre I. Le socialisme à l’épreuve du réel
1. Le socialisme au quotidien : dictature des limites et limites de la dictature
2. Alte Filme (1975) : huis clos et marges intérieures du socialisme réel

Chapitre II. L’histoire omniprésente : archéologie des pathologies du présent
1. L’individu dans l’instant historique décisif : le 13 août 1961 (« Am Ende der Jugend », 1973)
2. « Le dédoublement d’Erwin Racholl » (1977) : pathologies schizophrènes du sujet socialiste
3. Leben im Winter (1980) : l’histoire suspendue

Chapitre III. Écrire face à l’histoire
1. Un travail sur le réel : la question du réalisme
2. Un travail sur le récit : stratégies d’écriture face au grand récit socialiste
3. L’écriture, espace de travail sur soi

troisième partie
les années 1980 : écrire entre Est et Ouest

Introduction : la rupture du passage à l’Ouest

Chapitre I. Matulla und Busch (1984) : l’utopie d’un instant chez les squatteurs de Berlin-Ouest
1. D’Est en Ouest : réorientations dans l’espace et dans le temps
2. Échappées : marges et hétérotopies ouest-berlinoises

Chapitre II. Fliegender Wechsel (1990). « Je cherche un lieu » : exil, utopie et histoire dans les années 1980
1. Une écriture de l’exil
2. Écriture et repositionnements
3. Écrire sur le seuil : du passage à l’Ouest à la Wende

quatrième partie
les années 1990 : écrire après la chute du Mur. Un auteur face à 60 ans d’histoire allemande

Introduction : le tournant de 1989-1990 comme défi narratif
1. Wende et identité narrative
2. Dossiers de la Stasi et narration
3. « Il n’y a que moi qui puisse raconter mon histoire »
4. Narration et enjeux de mémoire

Chapitre I. Die Sache mit Randow (1996). Le bilan d’une vie comme problème narratif
1. Reconfiguration : de la critique du pouvoir au bilan d’une vie
2. Mémoire et histoire : stratégies narratives
3. Mises en abyme : précarité des destins est-allemands dans l’histoire

Chapitre II. Trug (2000). « Soi-même comme un autre », de la division à la réunification allemande
1. Destins doubles dans l’Allemagne divisée
2. Une fable de la réunification
3. Stratégies narratives : miroirs et « interférences optiques »

Chapitre III. Die Seele der Männer (2001) : un fragment d’histoire entre autobiographie, ethnographie et roman d’éducation
1. Un « tableau d’histoire allemande par le bas »
2. Stratégies d’écriture du social
3. Des potentialités de l’existence

Conclusion
1. Filiations et parentés
2. De l’écriture comme témoignage.
3. De l’écriture comme engagement
4. De l’écriture (et des narrations) comme espace d’émancipation et de construction de soi

Bibliographie
I. Sources primaires : Klaus Schlesinger
II. Sources primaires : autres auteurs
III. Recensions, articles et ouvrages sur Klaus Schlesinger
IV. Ouvrages et articles sur la littérature, la politique culturelle, la société et l’histoire (est)-allemandes
V. Bibliographie générale

Repères biographiques et chronologiques

Textes réformateurs inédits

 

TABLE DES MATIÈRES

Aux sources de la Réforme, Avant-propos de Chrystel Bernat

Philippe MELANCHTHON, Lieux communs des choses théologiques ou hypotyposes théologiques (1521) – Introduction du livre et chapitre premier. Traduction du latin, présentation et notes de Pierre-Olivier Léchot : À propos de l’enseignement de la théologie et du libre arbitre

Martin LUTHER, Raison et justification que des nonnes peuvent quitter leurs couvents en conformité avec Dieu (1523). Traduction de l’allemand, présentation et notes de Pierre Bühler

Huldrych ZWINGLI, 67 thèses (1523). Présentation de Chrystel Bernat. Traduction de l’allemand par François Vouga

Balthasar HUBMAIER, Dialogue à propos du livret sur le baptême de Maître Zwingli de Zurich, au sujet du baptême des enfants (1526). Traduction de l’allemand, présentation et notes de Catherine Dejeumont : « Dialogue » dites-vous ? Balthasar Hubmaier et Zwingli

Martin LUTHER, Lettres de la forteresse de Cobourg (du printemps à l’automne 1530). Traduction du latin et de l’allemand, présentation et notes de Pierre Bühler

Huldrych ZWINGLI, Exposition de la foi chrétienne (1531). Traduction du latin, présentation et notes de Jean-François Gounelle

Martin LUTHER, « Que Jésus-Christ vous montre ses pieds et ses mains… ». Trois lettres de réconfort de Martin Luther (1531-1532). Traduction de l’allemand, présentation et notes de Matthieu Arnold

Martin LUTHER, La bénédiction telle qu’on la proclame sur le peuple après la messe, selon le quatrième livre de Moïse, au sixième chapitre. Commentée par D. Martin Luther (1532). Traduction de l’allemand, présentation et notes de Pierre Bühler

Jean OECOLAMPADE, Préface au commentaire du livre de Job (1532). Traduction du latin (édition de Genève, 1567), présentation et notes de Gilbert Dahan

Sebastian MÜNSTER, Extrait de la Préface de la Bible hébraïque (1534) – Qu’il ne faut pas mépriser les commentaires des Hébreux. Traduction du latin, présentation et notes de Gilbert Dahan

Marie DENTIÈRE, Défense pour les femmes, fragment de l’Epistre tres utile (1539). Présentation et notes d’Annie Noblesse-Rocher

Paul DOLSCIUS, Confessio Augustana Græca (1559). Traduction du grec, présentation et notes de Jacqueline Assaël : La Confessio Augustana Graeca, rhapsodie ambivalente de la Confession d’Augsbourg et de ses variantes 329 Sa réception orthodoxe au XVIe siècle.

Postface de Nicolas Kazarian

http://www.revue-etr.org/numero/20171/

 

Luther, Oeuvres, tome 2

Œuvres

tome II

Collection Bibliothèque de la Pléiade (n° 622), Gallimard
Parution : 27-04-2017
Sur le point de savoir si les quatre-vingt-quinze thèses de Luther sur «la vertu des indulgences» ont bien été affichées à Wittenberg le 31 octobre 1517, tout le monde n’est pas du même avis. Mais ce sur quoi, cinq cents ans plus tard, on peut s’accorder, c’est sur les conséquences de cet affichage réel ou supposé : l’étincelle (probablement) allumée ce jour-là allait bouleverser le paysage religieux, politique, social, intellectuel, littéraire et artistique de l’Europe.
L’édition des œuvres de Luther dans la Pléiade fait apparaître la diversité de ses écrits, qui reflète celle de ses centres d’intérêt. Le premier volume proposait des textes se rapportant aux débuts du mouvement évangélique. Dans le second, qui regroupe des ouvrages composés entre 1523 et 1546, un nouveau Luther se fait jour. Depuis 1522, il s’est définitivement installé à Wittenberg. Il se consacre à l’enseignement, à la prédication et, de façon incessante, à l’écriture.
L’établissement dans la durée du mouvement évangélique est loin d’être simple. Les conceptions luthériennes furent contestées de divers côtés. Luther répond aux objections, aux approches spiritualistes ou «enthousiastes» de ses opposants comme à celle des théologiens fidèles à l’Église romaine. Le rapport qu’entretiennent les chrétiens avec l’Ancien Testament fait partie de ses préoccupations. Son attitude à l’égard des juifs devient de plus en plus dure.
Plus que jamais il se montre attentif aux problèmes socio-politiques. La guerre des Paysans puis les tensions entre les États protestants et l’empereur l’incitent à traiter de la résistance à l’autorité. Il s’inquiète de savoir si un chrétien peut être soldat. Il dit son attachement à une paix laissant libre cours à l’Évangile, tout en concédant aux princes protestants le droit à une légitime défense. Il se prononce aussi sur la menace que font peser les Turcs.
Le requièrent sans cesse les problèmes liés à l’éducation, voire à la «culture». Son enseignement le conduit à élaborer des séries de thèses qui font l’objet de débats académiques. L’une d’elles expose sa conception de l’homme. Son traité de 1527, Si l’on peut fuir devant la mort, développe des considérations éthiques dans quoi le lecteur du XXIe siècle reconnaîtra parfois ses propres interrogations.
Luther est enfin poète. Il écrivit trente-six cantiques, dont plusieurs nous sont familiers : Bach les a mis en musique. L’un des plus célèbres, Ein feste Burg ist unser Gott, «C’est une solide forteresse que notre dieu», lui a fourni le texte de sa cantate BWV 80, destinée à la fête de la Réforme 1724 – célébrée, selon l’usage, le 31 octobre.
Sur les quarante-deux écrits rassemblés dans ce volume, sept ont été traduits du latin, trente-cinq de l’allemand, une langue sur laquelle Luther imprima sa marque, faite de clarté, de simplicité, et de cette verve peu commune qui l’a fait qualifier de «Rabelais allemand».

De la philologie allemande à l’anthropologie française

De la philologie allemande à l’anthropologie française. Les sciences humaines à l’EPHE (1868-1945)

Sous la direction de Céline Trautmann-Waller
ISBN 978-2-7453-3154-0. 70 €

Créée sous le Second Empire par un décret de Victor Duruy (1868), l’EPHE incarnait à l’époque une tentative de moderniser l’enseignement supérieur et la formation à la recherche en France en s’inspirant tout particulièrement de l’Allemagne. Cet ouvrage étudie la transposition du modèle allemand dans le contexte français et ses effets jusque vers 1945, spécialement à l’exemple de la IVe section dédiée aux sciences philologiques et historiques, à travers les questions suivantes : à quoi correspondait concrètement le modèle allemand ? Comment entendait-on l’implanter en France ? Quelles transformations le contexte français lui fit-il subir ? Quelle signification, enfin, cette entreprise particulière eut-elle pour l’histoire des sciences humaines en France et pour l’histoire des sciences humaines tout court ?

Starting in 1868, there was an attempt to modernize higher education and research training in France by looking at Germany for inspiration. This is a study of the transposition of the German model to the French context and of its effects down to 1945, with special focus on the philological and historical sciences.

 

TABLE DES MATIÈRES
Introduction
L’HISTOIRE D’UNE INSTITUTION UNIVERSITAIRE ORIGINALE
ET SON RAPPORT À L’ALLEMAGNE
André Berelowitch, À la rencontre des savants
Frédéric Barbier, L’École Pratique des Hautes Études et
le tropisme de la librairie allemande
Serguei Kozlov, La IVe section de l’EPHE et le Collège de France :
genèse d’une symbiose institutionnelle
Gabriele Lingelbach, La IVe Section de l’EPHE, un pendant
français des instituts d’histoire allemands ?
Michel Espagne, Les étudiants germanophones de l’EPHE
(1870-1900)
Céline Trautmann-Waller, Les Mémoires de la IVe section :
l’appropriation française d’un modèle allemand et la
question de l’universalisation des sciences humaines
ESPACES DISCIPLINAIRES ET PARCOURS INDIVIDUELS :
L’EPHE ENTRE SPÉCIALISATION ET UNIVERSALISATION
Ève Gran-Aymerich, L’épigraphie latine et les relations
scientifiques européennes au XIXe siècle (Italie-France-
Allemagne)
Élisabeth David, L’EPHE à la pointe de l’enseignement
égyptologique : Gaston Maspero
Vivi Perraky, Jean Psichari à la SLP et à l’EPHE : le grec
moderne dans l’orbite de Michel Bréal (1885-1929)

Roland Lardinois, L’EPHE dans l’espace disciplinaire des études
indiennes en France (v. 1870-v. 1930)
Alain Messaoudi, Les études arabes et islamiques à l’EPHE
au temps de la « plus grande France »
Ursula Bähler, Gaston Paris et l’École Pratique des
Hautes Études
Perrine Simon-Nahum, Une « autre » histoire des langues et
du langage : le rôle des savants juifs dans la constitution
des sciences de l’homme en France
Jean Baumgarten, Ernest-Henri Lévy pionnier de l’histoire de
la langue et de la littérature yiddish ancienne
Dominique Bourel, Maurice Cahen (1884-1926). Note sur l’histoire
de la skandinavistik en France
Fañch Postic, Le Beau ou le Vrai. 1866-1868 : débat autour
de l’édition de la poésie populaire
Claudine Gauthier, Henri Gaidoz et l’institutionnalisation
des études de folklore en France

Berlin 1913 – Paris 1937: Ästhetik und Kunstwissenschaft im Zeitalter der Kongresse / L’esthétique et la science de l’art à l’âge des congrès

umschlag-zaek-61-2

Zeitschrift für Ästhetik und Allgemeine Kunstwissenschaft

Heft 61/2 · Jg. 2016

Schwerpunktthema:

Berlin 1913 – Paris 1937: Ästhetik und Kunstwissenschaft im Zeitalter der Kongresse / L’esthétique et la science de l’art à l’âge des congrès

Herausgegeben von Bernadette Collenberg-Plotnikov, Carole Maigné und Céline Trautmann-Waller

INHALT

Abhandlungen

Bernadette Collenberg-Plotnikov, Carole Maigné, Céline Trautmann-Waller: Vorwort / Préface

Bernadette Collenberg-Plotnikov: Ästhetik und Allgemeine Kunstwissenschaft – Konzeptionen eines Forschungsprogramms 

Wolfhart Henckmann: Zur Grundlegung der allgemeinen Kunstwissenschaft von Emil Utitz 

Céline Trautmann-Waller: Stile, Völker und Rassen in den Kongressen für Ästhetik und allgemeine Kunstwissenschaft (1913-1937) – Weltkunst oder Great Divide ? 

Tania Vladova: August Schmarsow et la Kunstwissenschaft à partir des Congrès internationaux d’esthétique

Carole Maigné: Dessoir, Frankl, Utitz : Kunstwissenschaft, histoire et culture – Débats théoriques au sein du Congrès de 1927

Andrea Pinotti: Wind, Warburg et la Kunstwissenschaft comme Kulturwissenschaft

Heinrich Dilly: Destruktive Organisatoren des Zweiten Internationalen Kongresses für Ästhetik und allgemeine Kunstwissenschaft, Paris 1937

Michaela Passini: Les historiens de l’art au Congrès international d’esthétique et de science de l’art de Paris (1937)

Kerstin Thomas: »Subtilité de différence« – Henri Focillons Konzept des Kunstwerks

Patrick Flack: Phänomenologische Ästhetik und allgemeine Kunstwissenschaft

Benoît Turquety: Un art incomplet – Présences-absences du cinéma au Congrès de 1937

Estelle Thibault: L’architecture au congrès d’esthétique de 1937

Sprachen des Sammelns

 

cover-sprachen-des-sammelns

Sarah Schmidt (éd.), Sprachen des Sammelns. Literatur als Medium und Reflexionsform des Sammelns, Fink, Paderborn, 2016. 

avec une contribution de Marion Picker (CEREG) et de Katja Schubert (CEREG).

Inhalt

SARAH SCHMIDT Sprachen des Sammelns. Zur Einleitung

I. DIE BESCHREIBBARKEIT DER DINGE UND DIE DINGLICHKEIT DER SPRACHE

MONA KÖRTE & SARAH SCHMIDT Die Beschreibbarkeit der Dinge und die Dinglichkeit der Sprache. Zur Einleitung

ULRIKE VEDDER Gendered objects. Literarische Ding- und Geschlechtercodierungen

DOERTE BISCHOFF Vom Überleben der Dinge. Sammlung und Exil in Edmund de Waals Der Hase mit den Bernsteinaugen und Nicole Kraussʼ Das große Haus

KATJA SCHUBERT Das wandernde Taschentuch − Herta Müllers widerständige Sammlung

DOMINIK FINKELDE Der nicht aufgehende Rest − zum Widerstreit zwischen Objekt und Ding in der Moderne

BERND BEHR Phantom Limbs

SARAH SCHMIDT Odradek oder die Rache des Objektes? „Phantom Limbs“ von Bernd Behr

MONA KÖRTE Vom Ding zum Zeichen: Abc-Bücher und Buchstabensuppen

JUDITH KASPER Vom Ausscheren und Einsammeln der Buchstaben. Saussures Anagramm-Studien und Freuds Fehlleistungen

REGINA HILBER Brandenburg-Zyklus tagwerk X

MONA KÖRTE & SARAH SCHMIDT fortgehen – aufsammeln – weglassen. Zum Brandenburg-Zyklus tagwerk X von Regina Hilber

SARAH SCHMIDT Die Aura der Kopie oder das Alphabet der Klone – Jacqueline Baums und Ursula Jakobs künstlerisches Projekt Connected in Isolation (2014-2015)

II. DYNAMIK UND ORDNUNG DER SAMMLUNG. STRATEGIE, SPIEL UND VERLUST

CHRISTINE BLÄTTLER & ULRIKE VEDDER Dynamik und Ordnung der Sammlung − Strategie, Spiel und Verlust. Zur Einleitung

CHRISTINE BLÄTTLER Die Serie als Ordnungsmuster

BÄRBEL KÜSTER Die Finger im Vorhang des Archivs und andere Zaungäste – Matthias Megyeri: Hangings (seit 2009)

MARION PICKER Kartographie als Sammlung. Die kosmologische Konzeption des Kartensaals im Florentiner Palazzo Vecchio

SUSANNE SCHOLZ Der Hof in der Kiste: Sammlungsdynamiken am Hof von Elizabeth I.

MICHAEL NIEHAUS Sammelpunkte

MONA KÖRTE Ohne Mühe und Anordnung zusammengeworfen: „Queer analogies“ in Nathaniel Hawthornes „A Virtuoso’s Collection“

BÄRBEL KÜSTER Obsoleszenz der Ablage. Heidemarie von Wedels Buchblock Library (2012-2014)

INGRID STREBLE Das totale Museum oder Versuchsanordnung Literatur – eine Lektüre von Serge Rezvanis Roman LʼOrigine du monde

ULRIKE VEDDER Visionen der Sammlungszerstörung

HARALD KRAEMER Sammeln ohne Zugriff: Sammeln ohne Sinn! Über den zunehmenden Verlust hypermedialer Wissensräume im Zeitalter ihrer elektronischen Speicherbarkeit

III. TAXONOMIEN DES MENSCHEN – ARCHIVE DES HUMANEN

BÄRBEL KÜSTER, ARMIN SCHÄFER & SUSANNE SCHOLZ Taxonomien des Menschen – Archive des Humanen. Zur Einleitung

ARMIN SCHÄFER Ordnungsversuche im Gebiet des Wahnsinns: Archive, Akten, Biographien

SUSANNE SCHOLZ Typus, Taxonomie, Text: Menschen sammeln im britischen Empire

BÄRBEL KÜSTER Gesten des Dokumentierens – Archive des Scheiterns. Fotoalben der Kolonialzeit

SUSANNE KOMFORT-HEIN Zur physiognomischen (Un)lesbarkeit des Menschen zwischen „eigentlichstem Wesen“ und fotografischer Serie: Max Picards Menschengesicht und August Sanders Antlitz der Zeit

SARAH SCHMIDT Falten sammeln – Falten lesen: diskursive Materialität in Maria Hanls Objekt „Faltenröcke“ (2013) aus der Serie optimize-me

SUE WATERMAN The Empty Cabinet – Chapter One: Rocks

MARION PICKER Die Zeit des Steins. Zu Sue Watermans The Empty Cabinet

SARAH SCHMIDT Existenzen sammeln – Existenzen schreiben: Überlegungen zu M. Foucault, W. Kempowski und F. Hoppe

ALEXANDRE MÉTRAUX & CHARLES WOLFE Monster – Sammlung und Allegorie

IV. DIE „UNTERSEITE“ DER SAMMLUNG

JUDITH KASPER & SUSANNE KOMFORT-HEIN Die „Unterseite“ der Sammlung. Zur Einleitung

BARBARA NATALIE NAGEL Enjambement des Rests − poetische Überlebensökonomien in Jean Pauls Wutz

PHILIP AJOURI Zu einigen Sammlungs- und Ausschlussprinzipien beim Publikationstyp der ‚Gesammelten Werke‘. Gottfried Kellers Gesammelte Werke (1889) und Goethes Ausgabe letzter Hand (1827-30)

ALEXANDRE MÉTRAUX Schriftbildlichkeit oder Bildschriftlichkeit − eine Seite Pessoa zwischen Einfall und Abfall

SARAH SCHMIDT Kartographien des Denkens – Lesarten des Notierten: George Steinmanns mindmaps (1995-)

BARBARA THUMS Im Zweifel für die Reste: Lumpensammler und andere Archivisten der Moderne

GIANLUCA SOLLA Nach der Sammlung

GISELA ECKER „Aufgesparte gummiringe nie benutzte griffel“. Nicht-sterbliche Überreste in der Gegenwartsliteratur

SARAH SCHMIDT Fremdeigene Wortreste − Sprache als Sammlung in Herta Müllers Collagen

NINA JÜRGENS „One man’s trash is another man’s treasure“ – zu Abfall und Treibgut in Murray Bails Holden’s Performance und Alexis Wrights Carpentaria

JUDITH KASPER Was nach dem Sammeln bleibt. Zum Status des Kopierens in Flauberts Bouvard et Pécuchet

 

Sein oder Schein. Die Österreich-Idee von Maria Theresia bis zum Anschluss

31vkaa9jcnl-_sx312_bo1204203200_

 

Gerald Stieg, Sein oder Schein. Die Österreich-Idee von Maria Theresia bis zum Anschluss, Wien Köln Weimar, 2016.

Bereits im 19. Jahrhundert war es üblich, die österreichische Identität als bloße Idee, ja als „Chimäre” zu betrachten. Gerald Stieg setzt sich in seinem Essay in ironisch-autobiografischer Weise mit dem Spannungsverhältnis von Konstruktion und Wirklichkeit auseinander: Was heißt eigentlich „Österreich”? Im Zentrum steht dabei die geradezu mythische Opposition zwischen den „Gedächtnisorten” Mozart und Hitler.
Keine Debatte über die österreichische Identität kommt an der historischen Rivalität mit Preußen vorbei. Markant verkörpert werden diese Pole durch die mütterlich-weibliche Katholikin Maria Theresia und den soldatisch-männlichen Protestanten Friedrich II. Neben diesen und weiteren wichtigen Persönlichkeiten der gemeinsamen Geschichte, wie Otto von Bismarck, Karl Lueger und Adolf Hitler, betrachtet Stieg die historischen, kulturellen und symbolischen Hintergründe und Entwicklungen der österreichischen Identitätsbildung.
So nimmt der anerkannte Experte für österreichische Kulturgeschichte Gerald Stieg die Revolution 1848 in den Fokus, verweist auf Farbsymbole und Hymne, untersucht die politischen Parteien ebenso wie den Austrofaschismus und die österreichische Identität der Juden. Gleichfalls Teil der Betrachtungen sind der musikalische Fixstern Mozart sowie ausgewählte Schriftsteller und Philosophen und ihre Beiträge zur Österreich-Idee.
Gerald Stieg, Jahrgang 1941, der in Salzburg geboren, aber eigentlich erst in Frankreich zum Österreicher geworden ist, gelingt es gerade mit diesem autobiografischen Hintergrund die österreichische Identitätssuche ebenso anschaulich wie kritisch zu skizzieren.

http://www.boehlau-verlag.com/978-3-205-20289-9.html

Publicistes juifs entre France et Allemagne

 

book-08533022

Heidi Knörzer, Publiscistes juifs entre France et Allemagne. Champions de la même cause ?, Honoré Champion, 2016.

Les rédacteurs de l’Allgemeine Zeitung des Judenthums et des Archives Israélites de France, deux importantes revues juives du XIXe siècle, sont animés par un incessant souci politique. De l’égalité politique des minorités juives ou de leur discrimination à la réflexion sur les relations entre politique et religion ou sur les nouveaux courants politiques du XIXe siècle, tels le nationalisme ou le sionisme, nombreux sont les thèmes politiques qu’ils abordent dans leurs articles. Si, jusqu’à présent, les recherches ont essentiellement souligné les différences de points de vue entre les juifs des deux côtés du Rhin, cet ouvrage entend nuancer cette perception. Car les discours politiques des publicistes allemands et français, loin de former deux discours disjoints et opposés, se sont souvent mutuellement rencontrés et fertilisés. Les deux revues constituent en effet un véritable « espace transnational », permettant aux publicistes d’échanger, de débattre et, parfois, de développer, dans une interaction transfrontalière, des formes actives de participation à des processus politiques ou culturels. Leur pensée politique manifeste bien plus de similitude que l’on a voulu le dire, ce qui fait souvent apparaître les quatre publicistes comme des « champion [s] de la même cause » entre la France et l’Allemagne.

Heidi Knörzer est maître de conférences à l’École polytechnique. Elle est spécialiste de l’histoire des relations entre les juifs allemands et français et de l’histoire des juifs de Berlin.

http://www.honorechampion.com/fr/champion/10134-book-08533022-9782745330222.html

Les essais d’Elfriede Jelinek

book-08533079

Sarah Neelsen, Les essais d’Elfriede Jelinek. Genre, Relation, Singularité, Paris, Honoré Champion, 2016.

L’oeuvre de l’Autrichienne Elfriede Jelinek (née en 1946) est résolument protéiforme. Récompensée par le Prix Heinrich Böll (1986), le Prix Büchner (1998) et le Prix Nobel de Littérature (2004), elle a indubitablement marqué le paysage littéraire et médiatique des pays germanophones. Connue pour ses romans (La Pianiste, Enfants des Morts) et ses pièces de théâtre (Drames de princesses, Les contrats du commerçant), elle est ici abordée par la bande, au gré de trois-cent-cinquante textes brefs rédigés pour la presse et d’autres canaux depuis quarante ans. Chronique d’une vie et d’une époque, en permanent dialogue avec d’autres artistes, ils sont présentés ici pour la première fois. Des extraits en traduction et des analyses de détail font découvrir ce versant peu connu de l’écriture jelinekienne ainsi que le renouvellement à l’oeuvre dans l’essai contemporain.

Cette étude a reçu le Prix Pierre Grappin 2014, ancien Doyen de l’Université de Nanterre, résistant et germaniste.

Sarah Neelsen a obtenu son Doctorat en Études Germaniques à la Sorbonne Nouvelle. Elle a travaillé pendant dix ans sur l’oeuvre d’Elfriede Jelinek, à l’École Normale Supérieure de Lyon, en Autriche (Universität Wien) et au Royaume-Uni (Lancaster University).

Exil-Transfert-Mémoire / Exil-Transfer-Gedächtnis

266494_cover_front

Picker, Marion / Kimmich, Dorothee (Hrsg./dir.)

Exil – Transfer – Gedächtnis / Exil – Transfert – Mémoire

Deutsch-französische Blickwechsel / Regards croisés franco-allemands

Peter Lang, Frankfurt am Main, Berlin, Bern, Bruxelles, New York, Oxford, Wien, 2016

Inhaltsverzeichnis
Einleitung: Exil – Transfer – Gedächtnis
Exil und Engagement
Joseph Jurt
Exil als Metapher
Hans Manfred Bock
Paul Ludwig Landsberg und die Deutsch-Französische Union. Zur Kontextualisierung seines Denkens im Exil
Jean-Marie Guillon
Le Comité américain de secours après l’expulsion de Varian Fry
Jochen Mecke
Exile on back street: Célines Poetik des Exils
Alexis Nouss
Ecrire l’exil (sur Paul Celan et quelques autres)
Transfer
Wolfgang Eßbach
Über Kulturschwellen
Marion Picker
Der bewegte Kartengrund. Von einer Metapher in der deutschen Geographie von 1814–1928
Stéphane Lojkine
Lacan avec Heidegger : le dépassement du paradigme linguistique
Dorothee Kimmich
Die moderne Magie der Fetische
Lisa Becker
Zwischen Welten Schreiben – Überlegungen zur Metalepse in Texten von Autoren mit deutsch-französischen Biographien
Gedächtnis
Johannes Großmann
Geteiltes Schicksal, getrennte Erinnerung. Die Evakuierungen an der deutsch-französischen Grenze 1939/40
Juliette Constantin
L’Amicale de Buchenwald : un acteur mémoriel au-delà du cadre national (1945–1955)
Charles Zaremba
En Allemagne, c’est-à-dire nulle part ?
Karl Heinz Götze
Reenacting Waterloo 200 Jahre nach der Schlacht: eine Chance für dialogisches europäisches Gedächtnis?
Christa Karpenstein-Eßbach
Gebrochene Herkünfte: Heinrich Heine, Friedrich Nietzsche
Regards croisés
Gérard Raulet
Rückblick, von der „Stelle der Übertragung“ ausgehend
Thomas Keller
Auswandern, durchqueren und (?)

Einar Schleef, par-delà le théâtre – Mise en scène, écriture, peinture, photographie

 

1459254723

 

« Einar Schleef par-delà le théâtre », Florence Baillet (dir.)

Le théâtre d’Einar Schleef (1944-2001) a longtemps fait scandale en RDA, en RFA et en Autriche, mais n’en est pas moins resté dans toutes les mémoires. Son œuvre est marquée par l’histoire allemande dans toute sa complexité, et sa pratique artistique met à l’épreuve acteurs et spectateurs, physiquement. Chez Schleef, la matérialité des corps et de la langue est placée au premier plan, interrogeant de la sorte une certaine économie occidentale de la représentation.

Ce volume réunit des contributions de chercheurs d’horizons variés afin d’aborder, à partir de la question de la matérialité, l’œuvre de Schleef dans ses diverses dimensions. Non seulement ses mises en scène, ses pièces et ses textes sur le théâtre sont abordés, mais également des aspects moins connus, par exemple son roman, ses peintures et ses photographies, ainsi que les liens susceptibles de se tisser entre ses différents travaux artistiques.

Table des matières :

Florence Baillet, Introduction : Einar Schleef : matériaux et matérialité

1 / Les enjeux politiques de l’œuvre de Schleef : l’individu en question (chœur, prise rituelle de drogue et rôle de la femme)

Helene Varopoulou et Hans-Thies Lehmann, Prologue à deux voix : Conscience tragique, le politique, le geste : l’impact d’Einar Schleef sur le théâtre contemporain

Charlotte Bomy, À propos du chœur et des femmes. Rébellions au sein de la représentation

Miriam Dreysse, « Le retour de la femme dans le conflit central » : mise en scène des rôles féminins dans le théâtre d’EinarSchleef

Kristin Schulz, « Combien de drogue pour maintenir une utopie ? » La réponse des archives d’Einar Schleef et de Heiner Müller

2 / Le matériau de l’histoire (individuelle et collective) : strates et superpositions

Sarah Neelsen, Formes et identité dans le roman Gertrud

Emmanuel Béhague, De Sondershausen à Sangerhausen : Wezel/Schleef

Christina Schmidt, Peuple trahi (Verratenes Volk) et Novembre 1918. Topographie d’une révolution d’après Einar Schleef et Alfred Döblin

3 / Théâtre et arts visuels, théâtre et musicalité

Marielle Silhouette, Peinture et mise en scène : le cadre de la création

Sylvie Arlaud, La création sérielle : un geste esthétique et éthique ? La relecture de l’œuvre d’Einar Schleef à la lumière de ses photographies

Aline Vennemann, Dis-poser des voix et des corps. Une pièce de sport (Ein Sportstück) mise en scène par Einar Schleef

Heinz Schwarzinger (Henri Christophe), Une langue « physique ». Traduire Schleef (entretien)

ISBN 978-2-7535-4756-8 Presses universitaires de Rennes, 2016, www.pur-editions.fr

http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=4084

Zwischen Kahlschlag und Rive Gauche. Deutsch-französische Kulturbeziehungen 1945-1960

978-3-8260-5752-6

 

Braese, Stephan / Vogel-Klein, Ruth (Hrsg.), Zwischen Kahlschlag und Rive Gauche. Deutsch-französische Kulturbeziehungen 1945-1960, Königshauses & Neumann, 2015.

Kurzinhalt:

Einleitung – M. Werner: Kulturtransfer und ,Histoire croisée’. Zu einigen Methodenfragen der Untersuchung soziokultureller Interaktionen – C. Eckel: „Warum noch auf Jahrzehnte in alten Wunden wühlen?“ – Deutsch-französische Kontroversen am Ort des ehemaligen KZ Neuengamme 1945-1953 – B. Pinhas: „Es geht darum, aufklärerisch Verständnis zu wecken“ – Alfred Grosser als Pädagoge der deutsch-französischen Verständigung in seinen französischen Schriften (1947-1967) – A. Linsenmann: Mit Klängen umerziehen – Französische Musikpolitik in Deutschland nach 1945 – C. Klein: Jean Vilar und das Theaterfestival von Avignon 1948-1953: Inszenierungen und Tourneen (Büchner, Kleist, Corneille und Molière) – J. Döring: Westdeutscher Nachkriegsexistentialismus im Frühwerk von Alfred Andersch – A. Kwaschik: Die schwarzen Vögel der Vergangenheit und die Einbürgerung des Dichters. Der französische Kulturhistoriker Robert Minder und die Gewissensbildung der jungen Bundesrepublik – Erika Tophoven im Gespräch mit Ruth Vogel-Klein. Deutschland- Frankreich aller-retour. Die Übersetzer Erika und Elmar Tophoven – R. Vogel-Klein: Martin Flinker: Buchhändler am Quai des Orfèvres und europäischer Intellektueller – S. Braese: Die „Exis“: Eine westdeutsche Jugendbewegung aus dem Geiste des Pariser Jazz
Die Herausgeber: Stephan Braese ist Ludwig Strauss-Professor für Europäisch- jüdische Literatur- und Kulturgeschichte an der Rheinisch-Westfälischen TH Aachen. Ruth Vogel-Klein, 1986 Promotion über Heinrich Böll, Paris 4-Sorbonne. Seit 1987 Dozentin für Germanistik an der ENS, Paris.