L’esthétique et la science de l’art à l’âge des congrès

IMAGE_MAIN

L’esthétique et la science de l’art à l’âge des congrès

Ästhetik und Kunstwissenschaft im Zeitalter der Kongresse

 

Colloque international / Internationales Kolloquium

organisé par / Organisation

Carole Maigné (Université de Lausanne, Section de philosophie)
Céline Trautmann-Waller (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, CEREG)
Bernadette Collenberg-Plotnikov (Westfälische Wilhelms-Universität Münster, Philosophisches Seminar)

en cooperation avec / in Kooperation

mit der Deutschen Forschungsgemeinschaft und der Deutschen Gesellschaft für Ästhetik

Université de Lausanne (UNIL) 24.05.2016 – 25.05.2016

Amphimax UNIL – Sorge – 414

Thématique

Après avoir fait paraître en 1906 son livre Ästhetik und allgemeine Kunstwissenschaft in den Grundzügen, Max Dessoir fonde à Berlin en 1908 la Vereinigung für ästhetische Forschung. Le principal objet de cette association est, dans un premier temps, de prendre en charge l’édition d’une revue consacrée à la nouvelle discipline, la science de l’art, et à l’esthétique : la Zeitschrift für Ästhetik und Kunstwissenschaft (1906-1943). Assez vite naît également l’idée d’organiser un congrès, qui aura lieu finalement à Berlin du 7 au 9 octobre 1913. Par opposition à la Vereinigung, assez nettement ancrée à Berlin, ce congrès prend une dimension résolument internationale. Les projets de futurs congrès internationaux, esquissés à l’issue de celui de 1913, seront compromis par la Première guerre mondiale, mais trois autres Congrès seront organisés malgré tout dans le contexte difficile de l’apres-guerre : Berlin (1924), Halle (1927) et Hambourg (1930). Puis l’idée d’un colloque à l’étranger est reprise et donne lieu au Deuxième Congrès international d’esthétique et de science de l’art organisé à Paris en 1937 sous la présidence de Victor Basch.

En partant des actes de ces cinq manifestations, notre journée d’étude souhaite lancer une recherche collective sur ces congrès, en s’intéressant plus particulièrement à leur dimension interdisciplinaire et internationale, ainsi qu’à leur interaction avec les arts de leur époque. Cette recherche concerne une constellation historique particulière, mais elle nous semble éclairante pour le contexte actuel également, où l’esthétique connaît un renouveau, mais se voit aussi congédiée ou concurrencée par les sciences cognitives ou l’anthropologie. On pourra ainsi se demander aussi ce qu’il en est aujourd’hui de la science de l’art fondée au début du XXe siècle.

Konzept

Nachdem 1906 sein Werk Ästhetik und allgemeine Kunstwissenschaft in den Grundzügen erschienen war, gründet Max Dessoir 1908 in Berlin die Vereinigung für ästhetische Forschung. Hauptaufgabe dieser Vereinigung ist zunächst die Herausgabe einer Zeitschrift, die dieser neuen Disziplin gewidmet ist – der Allgemeinen Kunstwissenschaft sowie der Ästhetik: die Zeitschrift für Ästhetik und Kunstwissenschaft (1906- 1943). Bald kommt zudem die Idee auf, einen Kongress zu organisieren, der schließlich vom 7. bis 9. Oktober 1913 in Berlin stattfindet. Im Gegensatz zu der Vereinigung, die in Berlin verankert ist, gewinnt dieser Kongress einen dezidiert internationalen Zuschnitt. Pläne für weitere Kongresse, die am Ende der Veranstaltung von 1913 gefasst werden, werden zunächst durch den Ersten Weltkrieg vereitelt. Dennoch werden im schwierigen Rahmen der Nachkriegszeit drei weitere Kongresse organisiert: in Berlin (1924), Halle (1927) und Hamburg (1930). Zudem wird auch die Idee eines internationalen Kolloquiums, das nun außerhalb Deutschlands stattfinden soll, aufgegriffen und schließlich 1937 als Zweiter internationaler Kongress für Ästhetik und Kunstwissenschaft (Deuxième Congrès international d’esthétique et de science de l’art) in Paris unter dem Vorsitz von Victor Basch durchgeführt.

Im Ausgang von den Akten zu diesen fünf Veranstaltungen möchte die geplante Tagung eine gemeinsame Forschung zu diesen Kongressen initiieren. Dabei wird insbesondere deren interdisziplinäre und internationale Orientierung sowie ihre Interaktion mit der zeitgenössischen Kunstpraxis im Mittelpunkt stehen. Diese Forschung widmet sich zwar einer spezifischen historischen Konstellation, die uns aber ebenfalls für den gegenwärtigen Kontext aufschlussreich zu sein scheint, wo die Ästhetik zwar einen Aufschwung erfährt, zugleich aber in Konkurrenz zu den Kognitionswissenschaften oder der Anthropologie steht. Daher stellt sich nicht zuletzt die Frage, was uns die am Beginn des 20. Jahrhunderts begründete Kunstwissenschaft heute wieder zu sagen hat.

Contact :

carole.maigne@unil.ch / celine.trautmann-waller@univ-paris3.fr /  bernadette.collenberg@uni-muenster.de

 

– Programme –

 

MARDI 24 MAI : 14h30-17h30 :

Wolfhart Henckmann (Ludwig-Maximilians-Universität München) :
« Zur Grundlegung der Allgemeinen Kunstwissenschaft von Emil Utitz »

Andrea Pinotti (Università degli Studi di Milano) :
« Wind, Warburg et l’ Allgemeine Kunstwissenschaft : motifs partagés »

Tania Vladova (EHESS, Paris) :
« De la pantomime au théâtre : la théorie d’August Schmarsow dans le contexte des congrès d’esthétique »

MERCREDI 25 MAI : 9-12h – 13.30-15h :

Heinrich Dilly (Martin-Luther-Universität Halle-Wittenberg) :
« Deutsche und ehemals deutsche Mitglieder des Deuxième Congrès International d‘Esthétique et de Science de l’Art, Paris 1937 »

Michela Passini (CNRS Paris) :
« Les historiens de l’art au Congrès international d’esthétique et de science de l’art de Paris (1937) : voisinages disciplinaires et clivages méthodologiques »

Estelle Thibault (École nationale supérieure d’architecture Paris-Belleville) :
« L’Architecture au Congrès international d’esthétique et de science de l’art, Paris 1937 »

Benoit Turquety (Université de Lausanne) :
« Un art incomplet. Présences-absences du cinéma au Congrès de 1937 »

Séminaire “catégorie(s) – catégorisation” – coopération scientifique Paris 3 – Passau

Nous accueillons jusqu’au 27 mai notre collègue IGOR TROST dans le cadre d’un projet de coopération avec l’université de Passau, soutenu par le bairisch-französische Hochschulzentrum, les SRIE et le CEREG.

Le projet porte sur une clarification terminologique, à savoir l’utilisation des notions de catégorie, classe, type dans des ouvrages d’introduction à la linguistique et des grammaires. Ce travail s’inscrit dans le cadre du séminaire “catégorie(s) – catégorisation”.

Igor Trost fera deux conférences.

Rencontre autour de la pièce “Les Derniers Jours de l’humanité” de Karl Kraus

Une rencontre autour de la pièce Les Derniers Jours de l’humanité de Karl Kraus et sa récente mise en scène par David Lescot à la Comédie Française (Théâtre du Vieux-Colombier) aura lieu le mercredi 23 mars 2016 à partir de 19h à la Théâtrothèque Gaston Baty sur le Campus Censier, en partenariat avec la Théâtrothèque et avec la MiL (Maison internationale des littératures en chantier).

Cette table ronde réunira David Lescot (metteur en scène des Derniers Jours de l’humanité), Jean-Louis Besson (traducteur des Derniers Jours de l’humanité) et Gerald Stieg (spécialiste de l’oeuvre de Karl Kraus).

Venez nombreux pour échanger avec eux!
http://www.univ-paris3.fr/les-derniers-jours-de-l-humanite-378980.kjsp

Florence Baillet (Département Etudes germaniques, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3)

Séminaire “Catégorie(s) – catégorisation” séance du 5 février 2016

Günter Schmale (Université de Lorraine): Catégories des participants dans la conversation 

La séance aura lieu au Centre Censier, 13 rue Santeuil 75005 Paris, salle 220B.

Günter Schmale – Catégories des participants dans la conversation – 5 fév 16 abstract

 

 

La scène artistique “alternative” dans la RDA des années 1980

La scène artistique « alternative » dans la RDA des années 1980

 Colloque

 organisé et présenté par Jean Mortier

en coopération avec la Maison Heinrich Heine

avec le soutien de l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse

de l’Université Paris Ouest Nanterre la Défense 

et de l’Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis

 

mercredi 13 janvier 2016

9h30      accueil et introduction par Christiane Deussen et Jean Mortier

modération : Sylvie Le Grand (Université Paris 10)

10h00    Marianne Beauviche (Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse) : L’évolution de la place des arts plastiques non conformes sur la scène artistique est-allemande

10h30    Jean Mortier (Université Paris 8) : La condition d’artiste en RDA

11h00    pause-café

modération : René-Marc Pille (Université Paris 8)

11h15    Paul Kaiser (historien de l’art, Dresde) : Provinzen des Eigensinns. Boheme und Gegenkultur in der DDR abseits Berlins

12h00   Sibylle Goepper (Université Jean Moulin Lyon 3) : Subversion féminine dans les années 1980 en RDA : le collectif d’artistes d’Erfurt Exterra XX entre quotidien à l’ombre du Mur et mouvements féministes internationaux

12h30    pause-déjeuner

modération : Sibylle Goepper

14h30    Paula Böttcher (curatrice indépendante et auteure, Berlin) : Der Außenseiter der Außenseiter Carlfriedrich Claus, die Künstlergruppe Clara Mosch und die DDR

15h00    Eckhart Gillen (historien de l’art, commissaire d’expositions, Berlin) : Klaus Hähner-Springmühl und die Richterstrasse 9

15h30    pause-café

modération : Mathilde Arnoux (Centre allemand d’histoire de l’art, Paris)

15h45    Christoph Tannert (directeur du Kunsthaus Bethanien, Berlin) : Die alternative Kunstszene Berlin – Prenzlauer Berg

16h15    Lutz Dammbeck (artiste, Hambourg): Der Leipziger Herbstsalon  (avec projection commentée du film de 20 min. dont il est le réalisateur)

17h00    pause

17h15    JeanLouis Leprêtre (ancien conseiller culturel à Berlin-Est) et Georg Girardet (ancien diplomate ouest-allemand à Berlin-Est) : Témoignages

18h30    table ronde : Quelle définition donner à l’expression « alternative Kunst » ?

avec Constanze Fritzsch (Université Eichstätt-Ingolstadt), Eckhart Gillen, Paul Kaiser, Christoph Tannert, Lutz Dammbeck (peintre, graphiste et réalisateur) et Georg Girardet ; animation : Christiane Deussen et Jean Mortier

 Traduction simultanée dans les deux langues

 20h00    vernissage de l’exposition

 La Galerie Eigen+Art, Leipzig – un espace hors normes en RDA

Parmi les dizaines de galeries privées qui connurent une existence plus ou moins éphémère dans les années 1980 en RDA, un lieu s’est imposé et est devenu une véritable légende : la galerie Eigen+Art à Leipzig créée par Judy Lybke. Elle existe encore aujourd’hui. Ce sont les œuvres souvent conçues sur place dans les années 1986-1987 par des artistes utilisant les techniques les plus diverses que présente cette exposition. Elle témoigne de l’inventivité et de la vitalité d’une scène artistique encore largement méconnue.

introduction : Jean-Louis Leprêtre

La Maison Heinrich Heine remercie Jean-Louis Leprêtre pour son initiative et son soutien à l’exposition.

Allemagne 1917-1923 : le difficile passage de l’Empire à la République

Samedi 23 janvier 2016

ALLEMAGNE 1917-1923
LE DIFFICILE PASSAGE DE L’EMPIRE À LA RÉPUBLIQUE

Journée d’étude

consacrée au sujet d’agrégation 2016 (Option B, civilisation)
organisée par Christiane DEUSSEN (Maison Heinrich Heine)
et Armin OWZAR (Paris 3 / Sorbonne Nouvelle)

PROGRAMME :

10h00     Dr. Christiane DEUSSEN (Maison Heinrich Heine)
                  Mot d’accueil et ouverture

10h15      Prof. Dr. Armin OWZAR (Université Paris 3 / Sorbonne Nouvelle)
                  Forschungsdebatten zur Weimarer Republik

11h00       pause-café

11h15        Prof. Dr. Reiner MARCOWITZ (Université de Lorraine)
                   Der Versailler Vertrag und seine Folgen

12h15-14h15     pause-déjeuner

14h15        Prof. Dr. Peter HOERES (Julius-Maximilians-Universität Würzburg
                   Die Kultur von Weimar

15h15        Prof. Dr. Johann CHAPOUTOT (Université Paris 3 / Sorbonne Nouvelle)
                    Das Ende der Weimarer Republik

16h15-16h45     discussion finale

L’oeuvre de Volker Koepp

 

51+N3DTTjxL._SY445_

L’œuvre de Volker Koepp

Début :
28 Novembre 2015 15h00
Fin :
28 Novembre 2015 17h00
samedi 28 novembre 2015,

à partir de 15 heures

L’ŒUVRE DE VOLKER KOEPP

présentation de l’oeuvre de Volker Koepp – discussion – projection de film

dans le cadre du Mois du film documentaire de la BDIC (Bibliothèque internationale de documentation internationale contemporaine) avec le soutien du CEREG (Centre d’études et de recherches sur l’espace germanophone, Universités Paris 3 et Paris Ouest Nanterre) et la Maison Heinrich Heine

Volker Koepp, né à Stettin en 1944, est l’un des documentaristes allemands les plus importants ; son oeuvre commencée en RDA au sein de la DEFA dans les années 1970 s’étend sur plusieurs décennies et s’est prolongée au-delà de l’unification allemande. Ses films ont remporté de nombreux prix (par exemple le Grand prix Cinéma du réel, Paris, 2008).

Sa notoriété est d’abord due au cycle de sept films tournés en RDA entre 1974 et les années 1990 auprès des ouvrières de l’usine textile de Wittstock (de Mädchen in Wittstock en 1975 à Wittstock, Wittstock en 1997). Son travail s’inscrit dans une histoire du quotidien au long cours, ses films se distinguent par la continuité des personnages et les retours sur image qui dessinent peu à peu la trame autobiographique du réalisateur. Volker Koepp filme de plus en plus loin à l’Est, en Pologne, Ukraine et Russie (par exemple dans In Sarmatien/En Sarmatie, 2013), tout en continuant à s’interroger sur les contours de l’Allemagne.

Nous commencerons par une discussion autour de l’œuvre de Volker Koepp avec Dominique Bouchery (secteur allemand de la BDIC), Caroline Moine (Maître de conférences en histoire contemporaine, Université Versailles Saint-Quentin) et Anne-Marie Pailhès (Maître de conférences en études germaniques, Université Paris Ouest Nanterre).En collaboration avec Rosa Olmos, du service audiovisuel de la BDIC.

La soirée se poursuivra par la projection de l’un de ses films les plus récents :
Berlin – Stettin (All., 2009, 110 min., vostfr)

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles

Poétiques de l’amitié / Poetiken der Freundschaft in Deutschland und Frankreich

« Rahel ist meine wirklich beste Freundin,

die nur leider schon hundert Jahre tot ist »

(Hannah Arendt 1936)

Journée d’étude

organisée par Judith Kasper (Ludwig-Maximilians-Universität München) et  Katja Schubert (Université Paris Ouest Nanterre / CEREG)

avec le soutien du DAAD et de la Maison Heinrich Heine

 jeudi 19 et vendredi 20 novembre 2015

 Jeudi 19 novembre 2015

 14h00 – 16h00    Begrüßung / Introduction (Judith Kasper/Katja Schubert)

                            I – Oh Freundin, oh Schwester

Marie-Claire Hoock-Demarle (Université Paris 7): Freundschaft/Schwesterschaft: quand l’amitié se décline au féminin – Femmes allemandes au tournant de 1800

Anne Peiter (Université de la Réunion): Sich gegenseitig beim Namen rufen. Frauenfreundschaften und Widerstand von Frauen im Pflanzenzuchtkommando des Auschwitzer Nebenlagers Rajsko

 16h00 – 16h30    pause-café

 16h30 – 18h        II – Amitié, amour, à deux, à trois

Cornelia Wild (Ludwig-Maximilians-Universität München):

Freundinnen. Formen der Liebe bei Duras

Sonia Goldblum (Université Mulhouse): Liebes- und Freundschaftsbriefe. Franz Rosenzweig an die Rosenstocks

20h00                  Lecture : Cécile Wajsbrot (auteure et traductrice, Berlin – Paris) Lami, l’étranger L’ami, l’amie, ce n’est pas celui, celle qu’on reconnaît mais quelqu’un qui surgit, qui apparaît.’

Vendredi 20 novembre 2015

 9h30 à 11h00       III – Ecouter et regarder lamitié: poésie et théâtr

Gerald Stieg (Université Paris 3): Rilkes Briefwechsel in Gedichten mit Erika Mitterer

Marielle Silhouette (Université Paris Nanterre) : L’amitié – un sujet pour le théâtre ?

 11h00 – 11h30    pause-café

 11h30 – 13h00    IV – Amitié après Auschwitz?

Andréa Lauterwein (Université Paris 3): « Serrer votre parole comme on serre une main » – Die Freundschaft von Paul Celan und René Char

Andrée Michaelis (Universität Viadrina Frankfurt/Oder): Jean Améry und Helmut Heissenbüttel: « Lefeu » oder Der Abbruch der Sprache im Zeichen der Freundschaft

13h00 – 14h30    pause-déjeuner

14h30 – 16h00    V – Lamitié dans le différend

Katja Schubert (Université Paris Nanterre): « Wahrheit gibt es nur zu zweien » – Hannah Arendts Briefe der Freundschaft

Isabelle Ullern (Faculté libre d’Études politiques et en économie solidaire, FLEPES, EHESS) : L’amitié dans le différend ? Sarah Kofman lit Jacques Derrida (1968, 1973, 1980…)

 16h00 – 16h30    pause-café

 16h30 – 19h        Séance de film : Antoine de Baecque (scénariste, ENS Paris) Deux de la vague. Une amitié cinématographique : François Truffaut et Jean-Luc Godard (documentaire d’Emmanuel Laurent, France 2011, 91 min.)

Konferenzsprachen: deutsch und französisch

 

 

 

Table-ronde “German Masculinities at War”

Capture d’écran 2015-10-01 à 17_38_57

German Masculinities at War. New Perspectives in critical military history

Roundtable

November 26, 2015

5-7 pm
Sciences Po, CEVIPOF,
98 rue de l’Université, 75007 Paris

Even though warfare is seen as a genuinely male experience, armed conflicts always profoundly alter the contours of gender relations, both within and between the sexes. Studying the German case seems particularly significant as Germany spurred a massive outbreak of violence throughout Europe. Whereas traditional military history has focused mainly on the strategic, logistical, tactical, and doctrinal aspects of war, recent critical approaches also consider socio-cultural dynamics and the everyday experiences of men and soldiers at war. These new methodologies recognize gender and sexuality as key categories of understanding how violence is perpetrated. By revisiting a broad array of sources and examining the contours of group cohesion and male bon- ding, these scholars study the ways in which the practices of manhood and identities were formed through the experience of war.

Welcome:
Claire ANDRIEU (Scientific Director of the Online Encyclopedia of Mass Violence)

Discussants:
Paul DIEHL (Humboldt Universität zu Berlin), Geoffroy GILES (University of Florida), Thomas KÜHNE (Clark University), Regina MÜHLHÄUSER (Hamburger Institut für Sozialforschung), Stefanie SCHÜLER-SPRINGORUM (Technische Universität Berlin).

Moderators:
Patrick FARGES (Université Sorbonne Nouvelle), Elissa MAILÄNDER (Sciences Po)

Capture d’écran 2015-10-01 à 17_37_23

Conférence Franz Hessel 2015

Plakat Hessel Lecture 2015

 

ANNE-KATHRIN REULECKE, UNIVERSITÄT GRAZ

Georges-Arthur Goldschmidts 
deutsch-französische Passagen

Paris, 20.11.2015, 15h30

Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3  (Institut du Monde anglophone, Salle 12)
5 rue de l’Ecole de Médecine, 75006 Paris

 

Eine Kooperation von Prof. Dr. Stephan Braese (Institut für Germanistische und Allgemeine Literaturwissenschaft der RWTH Aachen) und Prof. Dr. Céline Trautmann-Waller (Centre d’études et de recherches sur l’espace germanophone der Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3)

“Catégorie(s) – catégorisation”

Sorbonne Nouvelle – Paris 3, EA 4223 CEREG

Journée d’études organisée par Irmtraud Behr

13 novembre 2015, Censier, salle D37, 9h30 – 17h

Par catégories, on entend ici que des faits linguistiques sont rassemblés selon un certain nombre de critères, aboutissant à un ensemble clos, par exemple les notions de nombre ou d’aspect. Une des questions qui se pose alors est celle de savoir si ces systèmes catégoriels sont universels ou non. Haspelmath (2007) défend l’idée que les catégories sont propres à chaque langue, mais qu’il est néanmoins possible d’établir des comparaisons « de langue à langue » sur des points précis. C’est cette optique qui sera mise à l’œuvre lors de cette journée d’étude dont l’objet est de confronter plusieurs langues (français, chinois, arabe, espagnol, anglais) sur plusieurs thématiques (la structure catégorielle des langues, les catégories nominales et verbales). Les visées seront historique, comparative, acquisitionnelle, structurelle, théorique.

9h30 Irmtraud Behr, Paris 3
Introduction

9h45 Laura Miñones, Paris 3
La catégorie ‚conjonction’ – approches espagnole et française

10h30 Eric Corre, Paris 3
Catégories, gradient, prototype – panorama de la littérature linguistique anglo-saxonne du XXème siècle

pause
11h30 Jacques François, Caen / Tunis
L’émergence de catégories sémantiques: l’exemple de l’auxiliarisation à travers l’histoire du français

12h15 déjeuner

14h Daria Toussaint, Caen
Cet en deça catégoriel chinois

14h45 Jean Patrick Guillaume, Paris 3
La catégorisation des parties du discours dans la tradition grammaticale arabe

pause
16h Anne Salazar, Paris 3
Construction des catégories et acqusition des expressions référentielles

16h45 discussion finale

(séminaire ‘catégorie(s) – catégorisation’)

 

Berlin 1913-Paris 1937 : l’esthétique et la science de l’art à l’âge des congrès

Après avoir fait paraître en 1906 son livre Ästhetik und allgemeine Kunstwissenschaft in den Grundzügen, Max Dessoir fonde à Berlin en 1908 la Vereinigung für ästhetische Forschung. Le principal objet de cette association est, dans un premier temps, de prendre en charge l’édition d’une revue consacrée à la nouvelle discipline, la science de l’art, et à l’esthétique : la Zeitschrift für Ästhetik und Kunstwissenschaft (1906-1943). Assez vite naît également l’idée d’organiser un congrès, qui aura lieu finalement à Berlin du 7 au 9 octobre 1913. Par opposition à la Vereinigung, assez nettement ancrée à Berlin, ce congrès prend une dimension résolument internationale. Les projets de futurs congrès internationaux, esquissés à l’issue de celui de 1913, seront compromis par la Première guerre mondiale, mais trois autres Congrès seront organisés malgré tout dans le contexte difficile de l’après-guerre : Berlin (1924), Halle (1927) et Hambourg (1930). Puis l’idée d’un colloque à l’étranger est reprise et donne lieu au Deuxième Congrès international d’esthétique et de science de l’art organisé à Paris en 1937 sous la présidence de Victor Basch. En partant des actes de ces cinq manifestations, notre journée d’étude souhaite lancer une recherche collective sur ces congrès, en s’intéressant plus particulièrement à leur dimension interdisciplinaire et internationale, ainsi qu’à leur interaction avec les arts de leur époque. Cette recherche concerne une constellation historique particulière, mais elle nous semble éclairante pour le contexte actuel également, où l’esthétique connaît un renouveau, mais se voit aussi congédiée ou concurrencée par les sciences cognitives ou l’anthropologie. On pourra ainsi se demander aussi ce qu’il en est aujourd’hui de la science de l’art fondée au début du XXe siècle.

Vendredi 26 juin 2015

Salle Las Vergnas

Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, 13 rue Santeuil, 75005 Paris

Programme

9h : Introduction (Carole Maigné et Céline Trautmann-Waller)

9h15-10h15 : Bernadette Collenberg-Plotnikov (Westfälische Wilhelms-Universität Münster), Ästhetik und Allgemeine Kunstwissenschaft. Konzeptionen eines Forschungsprogramms.

10h15-11h15 : Audrey Rieber (Ludwig-Maximilians-Universität München), Des concepts de temps et d’espace spécifiques aux sciences de l’esprit ? Débats et tensions du congrès de Hambourg, 1930.

11h15-12h15 : Patrick Flack (Université Charles de Prague), L’esthétique phénoménologique et la question des disciplines.

 Déjeuner

16h30-17h30 : Kerstin Thomas (Johannes-Gutenberg-Universität Mainz), “Subtilité de différence” – Henri Focillons Konzept des Kunstwerks.

 14h30-15h30 : Carole Maigné (Université de Lausanne), Dessoir, Frankl, Utitz (1927) : méthodologie générale de l’histoire de l’art.

15h30-16h30 : Céline Trautmann-Waller (Université Sorbonne nouvelle-Paris 3), L’esthétique, la science de l’art et les peuples.

Contacts :

Carole Maigné, Université de Lausanne, Section de philosophie : Carole.Maigne@unil.ch

Céline Trautmann-Waller, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, Département Etudes germaniques : celine.trautmann-waller@univ-paris3.fr