Séminaire narrativités allemandes, séance du 23 mars 2018

Conférence (en langue allemande) de M. Michael Braun,
Professeur de littérature allemande à l’Université de Cologne:

Erfindung der Wahrheit?
Narrative Strategien in Verfilmungen deutscher Zeitgeschichte

Le vendredi 23 mars, à 14h30, en Salle Athéna,
Maison de la Recherche de la Sorbonne Nouvelle
4, rue des Irlandais  75005 Paris

Michael Braun, auteur d’une thèse de doctorat sur l’œuvre poétique de Hilde Domin (Exil und Engagement. Untersuchungen zur Lyrik und Poetik Hilde Domins. Frankfurt a.M. 1993) et d’une habilitation sur le fragment en littérature („HÖRRESTE, SEHRESTE“. Das literarische Fragment bei Büchner, Kafka, Benn und Celan. Köln, Wien (Böhlau) 2002) est auteur de nombreux articles et directeur de nombreux ouvrages collectifs consacrés à la littérature judéo-allemande, la littérature de la RDA ou encore aux rapports entre littérature et histoire (p.ex. Wem gehört die Geschichte? Erinnerungskultur in Literatur und Film, Münster 20132). Spécialiste de la littérature allemande contemporaine il s’est plus particulièrement intéressé aux rapports entre littérature et cinéma et d’autres médias.

A la recherche de la frontière entre grammaticalisation et pragmaticalisation – Auf der Suche nach der Grenze zwischen Grammatikalisierung und Pragmatikalisierung

Journée d’études organisée par Britta Jabs-Jallerat et Céline Largier-Vié

Vendredi 16 mars 2018, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Campus Censier 13 rue Santeuil 75005 Paris

Bâtiment D salle D19 (matinée) – D27 (après-midi)

 

09h00 – 09h15  Accueil des participants – Begrüßung der Teilnehmer

09h15 :   Conférence Danh Thành Do-Hurinville (Université de Franche-Comté) Les relations entre la grammaticalisation et la pragmaticalisation. Exemples en français, en anglais et en vietnamien.

10h00 :  Lisa Soder (Würzburg) Diskursmarker als syntaktische Einheiten

10h40 :  Robert Mroczynski (Düsseldorf) Parameter, Mechanismen und Faktoren der Pragmatikalisierung

11h20 – 11h40 :  Pause café – Kaffeepause

11h40 :  Pierre-Yves Modicom (Bordeaux) Pragma- et grammaticalisation sans marqueurs discursifs … et marqueurs discursifs sans gramma- ni pragmaticalisation ?

12h20 :  Elena Graf (München) Pragmatikalisierung: an der Schnittstelle zwischen Grammatik und Pragmatik (Diskussion anhand von Beispielen aus dem Slavischen und Deutschen)

13h00 – 14h30:  Pause déjeuner (buffet sur place) – Mittagsbuffet vor Ort

14h30 :  Mathilde Pinson (Paris) Constructionalisation and the complex story of « like » : At the interface between grammaticalisation and pragmaticalisation

15h10 :  Huy Linh Dao (Paris) Catégories hybrides entre lexique, grammaire et discours : le cas des particules finales du vietnamien contemporain

15h50 – 16h10 :  Pause café – Kaffeepause

16h10 :  Kristin Bührig (Hamburg) / Jutta Fienemann (Dortmund) ‘DANKEN’ – ‘danke’ – ‘Vielen Dank!’ – Höflichkeit zwischen sprachlicher Form und Formel

16h50 – 17h15 :  Débat final et perspectives – Abschlussdiskussion und Ausblick

 

Les abstracts des interventions

Lisa Soder (Würzburg)

Diskursmarker als syntaktische Einheiten

Zum sprachlichen Phänomen, das im deutschsprachigen Raum bevorzugt als Diskursmarker bezeichnet wird, ist mittlerweile eine recht umfangreiche Literatur zu finden. Eine umfassende Auseinandersetzung mit der bisherigen Forschung offenbart jedoch, dass ein Konsens über die Terminologie, den Status, das Formen- und Funktionsspektrum ausbleibt. Vor diesem Hintergrund ist anzunehmen, dass es noch immer zahlreiche Lücken im Bereich der Diskursmarkerforschung gibt. Noch ungeklärt ist beispielsweise die Frage, ob Diskursmarker als grammatische oder pragmatische (bzw. grammatikalisierte oder pragmatikalisierte) Einheiten zu werten sind. Die Schwierigkeit, eine Antwort auf diese Frage zu finden, wurzelt m. E. nicht zuletzt in der medialitätsspezifisch einseitigen Betrachtung des Phänomens. Bisher wurden Diskursmarker nur als typisch[1] (oder sogar explizit[2]) mündliches Phänomen diskutiert. Die Eigenheiten gesprochener Sprache, die sich aus ihren Grundbedingungen ergeben, erschweren die Anwendung klassischer syntaktischer Analysemethoden. Gerade aber bei der Einschätzung des grammatischen Status und der Funktion von sprachlichen Einheiten sind (u. a.) jene Methoden unabdingbar. So richtet mein Beitrag sein Augenmerk auf medial schriftliche Diskursmarker, die – je nach kommunikativer Gattung – sowohl in Texten konzeptioneller Mündlichkeit als auch in Texten konzeptioneller Schriftlichkeit vorkommen (Texte des schriftlichen Standards und LiveTicker-Berichte). Auf der Basis korpusgestützter Analysen möchte ich zeigen, dass es sich bei diesem Phänomen zwar um pragmatisierte Ausdrücke handelt, auf die sich die Pragmatikalisierungsparameter[3] anwenden lassen und bei denen Pragmatikalisierungsprozesse beobachtbar sind, aber dass sie nicht einfach ‚nur‘ als vage pragmatische Einheiten (oder text-/diskursstrukturierende Einheiten) aufzufassen sind, sondern als syntaktische (grammatische) Einheiten. So stellt m. E. die Pragmatikalisierung eine Art des Wandels dar, der sehr wohl in einem Zusammenhang mit syntaktischen oder grammatischen Gesichtspunkten steht. Ich plädiere dafür, Grammatikalisierung und Pragmatikalisierung als zwei unterschiedliche Wandelprozesse – wenn auch mit ähnlichen Teilprozessen – anzusehen. Die Schnittstellen beider Prozesse sind jedoch in ihrem Ziel-Ort zu finden, in einer Integration der sprachlichen Einheiten in die Grammatik. Die Pragmatik betrachte ich – entgegen einer modularen Auffassung von Sprache – nicht als Ort, sondern als Perspektive. Pragmatikalisierung verstehe ich dabei als einen Prozess der Ausrichtung auf den Rezipienten.

Discourse markers as a syntactic category

 The phenomenon, commonly labeled as discourse marker, has been subject to quite a considerable body of research over the last two decades. A closer look reveals, however, that a consensus regarding its terminology, status and spectrum of forms and functions is lacking. These findings indicate that gaps in research still exist. To focus on just one example: the question whether discourse markers are a grammatical or a pragmatic category (grammaticalized or pragmaticalized resp.) has not yet been answered satisfactorily. The difficulties in classifying their status arise in my opinion not least because of the one-sided perspective on discourse markers as a typical – or even explicitly – interactional/spoken phenomenon. The idiosyncrasies of spoken language, which emerge because of its fundamental conditions, make it harder to apply traditional syntactic/grammatical methods of analysis. These methods, however, can be crucial in rating linguistic units in terms of their status and function. Thus, I focus on written discourse markers occurring in texts with notions of both language of distance and language of immediacy (cf. Koch/Oesterreicher 1985). With the aid of a corpus that involves texts of written standard German and Live-Ticker-reports in German, I want to show that discourse markers – admittably – are pragmaticalized expressions to which parameters of pragmaticalization are applicable. Nevertheless, I argue that they should not be considered vague pragmatic units but a syntactic (grammatical) category. In my view, pragmaticalization is a type of language change that does owe something to syntax or grammar. On the one hand, I understand pragmaticalization and grammaticalization as two different processes of language change, though with similar sub-processes. On the other hand, I see an interface as to where the units affected by change integrate, namely into the system of grammar. Against the modular conception of the language system, I regard pragmatics as a perspective rather than a place or module. Pragmaticalization is hereby seen as a process of orientation towards the recipient.

Barden, Birgit/Elstermann, Mechthild/Fiehler, Reinhard (2001): Operator-Skopus-Strukturen in gesprochener Sprache. In: Lidtke, Frank/Hundsnurscher, Franz (Hrsg.) Pragmatische Syntax. Tübingen: Niemeyer, 197-232.

Imo, Wolfgang (2007): Construction Grammar und Gesprochene-Sprache-Forschung: Konstruktionen mit zehn matrixsatzfähigen Verben im gesprochenen Deutsch. Tübingen: Niemeyer.

Imo, Wolfgang (2012): Wortart Diskursmarker? In: Rothstein, Björn (Hrsg.): Nichtflektierende Wortarten. Berlin: de Gruyter, 48–88.

Koch, Peter und Wolf Oesterreicher (1985): Sprache der Nähe – Sprache der Distanz. In: Romanistisches Jahrbuch 36, 15–43.

Mroczynski, Robert (2012): Grammatikalisierung und Pragmatikalisierung. Zur Herausbildung der Diskursmarker wobei, weil und ja im gesprochenen Deutsch. Tübingen: Narr.

Schourup, Lawrence C. (1982): Common Discourse Particles in English Conversation. New York: Garland.

Stein, Stephan (2003): Textgliederung: Einheitenbildung im geschriebenen und gesprochenen Deutsch – Theorie und Empirie. Berlin: de Gruyter.

 

Robert Mroczynski (Düsseldorf)

 Parameter, Mechanismen und Faktoren der Pragmatikalisierung

Viele Untersuchungen haben gezeigt, dass es sich bei der Entwicklung von Diskurspartikeln um ein Fall von Pragmatikalisierung handelt (vgl. Erman/Kotsinas 1993, Günthner/Mutz (2004), Aijmer 1997). Auch meine Untersuchungen ergaben ein ähnliches Bild (vgl. Mroczynski 2012, Mroczynski 2013). Dies wurde unter anderem mit der Unverträglichkeit der Herausbildung der Diskursmarker mit den anerkannten Grammatikalisierungsparametern Lehmanns begründet (vgl. Lehmann 1995). Die Herausbildung der Diskursmarker geht beispielsweise nicht mit einem Autonomieverlust einher, wie das bei der Herausbildung grammatischer Zeichen der Fall ist. Im Rahmen des Vortrags sollen Pragmatikalisierungsparameter vorgestellt werden und von den Parametern der Grammatikalisierung abgegrenzt werden. Darüber hinaus wird meine Pragmatikalisierungsauffassung mit kritischen Stimmen konfrontiert werden, welche einen breiten Grammatikalisierungsbegriff verteidigen (vgl. Diewald 2008, Heine et al. 2013), einen anderen Pragmatikalisierungsbegriff befürworten (vgl. Claridge and Arnovick 2010) oder für eine gänzlich andere Bezeichnung/Auffassung plädieren (vgl. Waltereit 2006).

Meine Untersuchung der Pragmatikalisierungsphänomene hat darüber hinaus gezeigt, dass Pragmatikalisierung häufig anderen Mechanismen unterliegt, als das bei anderen Wandelarten der Fall ist (vgl. Keller 1994). Die Entwicklung der Diskursmarker verläuft nämlich häufig nicht linear, sondern zentripetal. Die Idee der „zentripetalen Sinnkumulation“ (Mroczynski 2012) geht davon aus, dass die Pragmatikalisierung im Rahmen netzwerkartiger Strukturen verläuft. Was so viel heißt, dass nicht eine einzelne Gebrauchsweise, sondern mehrere Gebrauchsweisen als „Vorlage“ für die Herausbildung der neuen diskursiven Verwendung dienten.

 Parameters, mechanisms, and factors of pragmaticalization

 Many researches have shown that the development of discourse particles is an instance of pragmaticalization (cf. Erman/Kotsinas 1993, Günthner/Mutz (2004), Aijmer 1997). My personal research has led to a similar conclusion (cf. Mroczynski 2012, Mroczynski 2013). This was inter alia based on the incompatibility of forming discourse markers using Lehmann’s approved grammaticalization parameters (cf. Lehmann 1995). Unlike the formation of grammatical marks, forming a discourse marker is for example not accompanied by a loss of autonomy. During this presentation, pragmaticalization parameters shall be introduced and shall be differentiated from the parameters of grammaticalization. Additionally, my conception of pragmaticalization will be confronted with critical comments which plead for a vast definition of grammaticalization (cf. Diewald 2008, Heine et al. 2013), support a different pragmaticalization term (cf. Claridge and Arnovick 2010) or argue the case for a totally different description/interpretation (cf. Waltereit 2006).

Furthermore, my research concerning the phenomena of pragmaticalization has shown that pragmaticalization is more often subject to other mechanisms than other alterations (cf. Keller 1994). The development of discourse markers does not happen linearly but rather centripetal. The idea of “centripetal cumulation of sense” (Mroczynski 2012) assumes that pragmaticalization follows network like structures. Which is to say that not one individual usage, but several usages were used as a “template” for creating and developing the new discursive meaning.

Aijmer, Karin. (1997): I think: An English Modal Particle. In Toril Swan and Olaf Jansen Westvik (eds), Modality in Germanic Languages. Historical and Comparative Perspective, 1–47. Berlin: Mouton de Gruyter. DOI: 10.1515/9783110889932.1

Claridge, Claudia and Leslie Arnovick. (2010): Pragmaticalisation and Discursisation. In Andreas H. Jucker and Irma Taavitsainen (eds), Historical Pragmatics (Handbook of Pragmatics, Vol. 8), 165–92. Berlin: De Gruyter Mouton.

Diewald, Gabriele (2008): Grammatikalisierung, Grammatik und grammatische Kategorien: Überlegungen zur Entwicklung eines grammatikalisierungsaffinen Grammatikbegriffs. In: Stolz, Thomas (eds): Grammatikalisierung und grammatische Kategorien. Brockmeyer. Bochum. S. 1-32.

Erman, Britt and Ulla-Britt Kotsinas (1993): Pragmaticalization: The Case of ba’ and you know. Studier i Modern Språkvetenskap 10: 76–93.

Günthner, Susanne and Katrin Mutz. (2004): Grammaticalization vs. Pragmaticalization? The Development of Pragmatic Markers in German and Italian. In Walter Bisang, Nikolaus Himmelmann and Björn Wiemer (eds), What Makes Grammaticalization? A Look from Its Fringes and Its Components, 77–107. Berlin: Mouton de Gruyter. DOI: 10.1515/9783110197440

Keller, Rudi (1994): Sprachwandel. Von der unsichtbaren Hand in der Sprache. A. Francke Verlag. Tübingen/Basel.

Lehmann, Christian (1995): Synsemantika. In: Jacobs, Joachim (Hg.): Syntax – Ein internationales Handbuch zeitgenössischer Forschung. Band 2. Walter de Gruyter Verlag. Berlin/New York. S. 1251-1266.

Mroczynski, Robert (2012): Grammatikalisierung und Pragmatikalisierung. Zur Herausbildung der Diskursmarker wobei, weil und ja im gesprochenen Deutsch. Narr Verlag. Tübringen.

Mroczynski, Robert (2013): Zur Herausbildung des Diskursmarkers ja. Grammatikalisierung oder Pragmatikalisierung? In: Zeitschrift für germanistische Linguistik. Bd. 41, Heft 1. S. 127-152.

Waltereit, Richard (2006): The Rise of Discourse Markers in Italian: A Specific Type of Language Change. In Kerstin Fischer (eds), Approaches to Discourse Particles, 61–67. Amsterdam: Elsevier.

Pierre-Yves Modicom (Bordeaux)

 Pragma- et grammaticalisation sans marqueurs discursifs…

et marqueurs discursifs sans gramma- ni pragmaticalisation ?

Dans cet exposé, nous proposons un retour sur les notions de pragma- et de grammaticalisation et sur leur pertinence réelle ou supposée pour l’étude des particules modales de l’allemand, une catégorie spécifique de marqueurs discursifs hautement figés et très étudiés (v. Abraham 1991, et les contributions réunies dans Degand, Cornillie & Pietrandra 2013).

La première partie prend la forme d’un cadrage notionnel, autour de deux brèves études de cas en-dehors du domaine des marqueurs discursifs. D’une part, les actes de langages stéréotypés (ALS, cf. p. ex. fr. la belle affaire, all. Das lasse ich mir nicht zweimal sagen [~ « il ne faut pas me le dire deux fois, ça n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd », v. Kauffer 2013 et 2014, Pernot 2015] fournissent un exemple de pragmaticalisation sans grammaticalisation. Les ALS sont des cas de figement formel fort, ont statut d’énoncé, mais servent à accomplir de micro-actes illocutoires très spécialisés en contexte d’interaction.

Par contraste, la grammaticalisation sans pragmaticalisation peut être illustrée par la réanalyse de formes lexicales en morphèmes dérivatifs productifs (lat. –abilis, fr. –ment, all. –schaft, –tum, –frei, voire –erweise) qui font souvent jouer un changement de partie du discours (Tesnière 1959:403-405 accorde le statut de translatif à ce type de morphème dérivatif) mais n’ont pas de valeur énonciative particulière, contrairement aux TAME, autres exemples classiques de grammaticalisation. En droit, les deux notions (gramma- et pragmaticalisation) sont donc distinctes. Il apparaît en outre que la grammaticalisation peut   (sans donc qu’il s’agisse d’une nécessité) concerner des signifiés au moins partiellement (il-)locutoires (sur le caractère déjà pragmatique du niveau locutoire, on se reportera à Austin 1975:94 et Recanati 2013). La zone potentiellement commune aux notions de gramma- et de pragmaticalisation émerge ici.

Sur cette base, nous étudions le cas des particules modales de l’allemand, qui sont soupçonnables de grammaticalisation tout en semblant se prêter à une analyse en termes de pragmaticalisation. L’étude approfondie d’all. schon (valeur aspecto-temporelle ~ fr. « déjà », valeur modale ~ « ce n’est pas le cas que p n’est pas le cas », v. Ormelius-Sandblom 1997), avec prise en compte de son étymologie (< schön, « beau, joli ») permet toutefois d’affirmer que les particules modales de l’allemand ne sont ni totalement grammaticalisées, ni totalement pragmaticalisées, même s’il est possible de décrire une partie de la variété des emplois sous l’angle d’une pragmaticalisation partielle. L’analyse détaillée (sémantique, argumentative, syntaxique et prosodique) des emplois de schon dans les énoncés interrogatifs sur un corpus oral constitué par nous (Modicom 2016) montre que la pluralité des valeurs de schon doit plutôt être envisagée comme un changement de base d’incidence pour un signifié constant, un phénomène dont on trouvera des exemples analogues, indépendants des notions de pragmaticalisation ou de grammaticalisation, chez Ducrot (1972) et Nolke (1993).

La conclusion porte sur les implications potentielles de cette analyse pour l’hypothèse de Buchi (2007, voir aussi Mosegaard-Hansen 2000) sur la « polypragmaticalisation » de fr. déjà.

 Pragma- und Grammatikalisierungsforschung ohne Diskursmarker

Diskursmarkerforschung ohne Pragma- und Grammatikalisierung

Der Beitrag skizziert zunächst eine Abgrenzung der Begriffe Pragma- und Grammatikalisierung, um anschließend ihre vermeintliche Relevanz für die Diskursmarkerforschung zu besprechen. Dabei sollen vor allem deutsche Modalpartikeln berücksichtigt werden (s. Abraham 1991 und Degand, Cornillie & Pietrandra 2013).

Zuerst werden die Begriffe Gramma- und Pragmatikalisierung anhand von zwei kurzen Fallstudien unter die Lupe genommen. (i) Stereotype Sprechakte (frz. Actes de langages stéréotypés, z.B. fr. la belle affaire, deu. Das lasse ich mir nicht zweimal sagen, s. Kauffer 2013 & 2014, Pernot 2015) sind weitgehend stabilisierte, satzwertige Segmente und haben sich für bestimmte routinierte Sprechakte in Interaktionskontexten stark spezialisiert. Es wird gezeigt, dass sie ein gutes Beispiel von Pragmatikalisierung ohne Grammatikalisierung liefern. (ii) Im Gegensatz dazu gibt es auch Fälle von Grammatikalisierung ohne Pragmatikaliserung. Diese Möglichkeit wird etwa durch die Entstehung von Derivationsmorphemen aus der Reanalyse von lexikalischen Formen veranschaulicht (lat. –abilis, fr. –ment, all. –schaft, –tum, –frei, sogar –erweise). Diese neuen Affixe sind oft Translativa im Sinne von Tesnière (1959:403-405) und genießen daher einen durchaus grammatikalischen Status ohne jeglichen Äußerungsbezug. Sie weichen hier stark von Tempus- oder Modusmorphemen ab, die ebenfalls klassische Beispiele der Grammatikalisierungsforschung sind, jedoch nicht ganz frei von pragmatischen Nuancen bleiben. Die Begriffe der Gramma- und der Pragmatikalisierung müssen also streng auseinandergehalten werden. Außerdem scheint die Grammatikalisierung in der Tat einen Grenzbereich zur Pragmatikalisierung zu haben, wenn die Grammatikalisierung Formen mit einer lokutiven oder illokutiven Bedeutungskomponente betrifft (zumal wenn der lokutiven Ebene ein pragmatischer Wert anerkannt wird, dazu s. Austin 1975:94 oder Recanati 2013).

Die deutschen Modalpartikeln können der Grammatikalisierung verdächtigt werden, ihre Bedeutung legt aber auch den Rückgriff auf den Pragmatikalisierungsbegriff nahe.

Das Problem wird am Beispiel von schon erörtert (zur Beschreibung der Modalpartikel schon, s. Ormelius-Sandblom 1997). Dabei wird auch der diachrone Zusammenhang zwischen schon und schön in Betracht gezogen. Die These: auch wenn Gramma- und Pragmatikalisierungserscheinungen in diesem Fall annehmbar sind, ist die MP schon weder vollständig pragmatikalisiert, noch vollständig grammatikalisiert. Die semantische, textuelle, syntaktische und prosodische Unterschung der Verhaltens von schon in einem mündlichen Korpus (zum Korpus, s. Modicom 2016), unter besonderer Berücksichtigung des Gebrauchs in Fragesätzen, stärkt vielmehr die Annahme, dass die semantische Varianz im Gebrauch von schon auf die Kombination eines stabilen lexikalischen Signifikats meta-operativer Natur mit heterogenen Bezugsdomänen zurückzuführen ist. Dabei kann diese Bezugsdomäne unter Umständen in der Tat auch einer metapragmatischen Ebene entsprechen. Dieses Phänomen ist aber seit Längerem unabhängig von den Begriffen der Gramma- oder Pragmatikalisierung beschrieben worden (s. etwa Ducrot 1972, Nolke 1993), und bedarf also nicht des Rückgriffs auf die Kategorie der Pragmatikalisierung.

Im Schluss werden die Konsequenzen dieses Ansatzes für die Studie vergleichbarer Phänomene besprochen, etwa für Buchis (2007) Beschreibung der « Polypragmatikalisierung » von fr. déjà (s. auch Mosegaard-Hansen 2000).

Abraham, Werner. 1991. The grammaticization of the German modal particles. In : Traugott, Elizabeth Closs & Bernd Heine (Hgg.), Approaches to grammaticalization, Volume II. Types of grammatical markers. Amsterdam : John Benjamins (=Typological Studies in Language, 19:2). 331-379. DOI: 10.1075/tsl.19.2.17abr.

Austin, John Langshaw. 1975. How to do things with words. The William James Lectures delivered at Harvard University in 1955 – Second edition edited by J.O.Urmson and Marina Sbisa. Cambridge, Ma: Harvard University Press.

Buchi, Eva. 2007. Approche diachronique de la (poly)pragmaticalisation de fr.déjà. In: Trotter, David (Hg.): Actes du XXIVe Congrès International de Linguistique et de Philologie Romanes (Aberystwyth 2004) III. Tübingen : Niemeyer. 251-264. (s. auch https://hal.archives-ouvertes.fr/halshs-00149275/document, abgerufen am 10.12.2017, 15:42)

Degand, Liesbeth, Bert Cornillie & Paola Pietrandrea (Hgg.). 2013. Discourse markers and modal particles : Categorization and description. Amsterdam : John Benjamins (=Pragmatics and Beyond New Series 234). DOI: 10.1075/pbns.234.

Ducrot, Oswald. 1972. Dire et ne pas dire : principes de sémantique linguistique. Paris : Hermann.

Kauffer, Maurice. 2013. Le figement des « actes de langage stéréotypés » en français et en allemand. Pratiques 159-160, « Le figement en débat » (Hg. von L. Perrin). 42-54. DOI 10.4000/pratiques.2817 URL : http://pratiques.revues.org/2817 (abg. am 10.12.2017, 15:33).

Kauffer, Maurice. 2014. Phraseologismen und stereotype Sprechakte im Deutschen und im Französischen. Linguistik Online 62 (5/2013), « Forms and functions of formulaic construction units in conversation » (Hg. von G. Schmale). DOI: http://dx.doi.org/10.13092/lo.62.1308. URL : https://bop.unibe.ch/linguistik-online/article/view/1308 (abg. am 10.12.2017, 15:37)

Modicom, Pierre-Yves. 2016. L’énoncé et son double. Recherches sur le marquage du travail de l’altérité en allemand contemporain. Dissertation, U. Paris-Sorbonne.

Mosegaard-Hansen, Maj-Britt. 2000. La polysémie de l’adverbe Déjà. In: Andersen, Hanne Leth & Anita Berit Hansen (Hgg.) : Le français parlé, corpus et résultats: actes du colloque international, Université de Copenhague du 29 au 30 octobre 1998. Kopenhagen: Museum Tusculanum Press. 155-177.

Nølke, Henning. 1993. Le regard du locuteur. Pour une linguistique des traces énonciatives. Paris : Kimé.

Ormelius-Sandblom, Elisabeth. 1997.The modal particle schon: Its syntax, semantics, and pragmatics. In : Swan, Toril & Olaf J. Westvik (Hgg.) : Modality in Germanic languages : Historical and comparative perspectives. La Haye/Berlin: Mouton (=Trends in Linguistics. Studies and Monographs 99). 75-132. DOI :10.1515/9783110889932.75

Pernot, Caroline. 2015. Petit dictionnaire permanent des actes de langage stéréotypés : Das lasse ich mir nicht zweimal sagen. Nouveaux Cahiers d’Allemand 33/2. 177-187.

Recanati, François. 2013. Content, Mood, and Force. Philosophy Compass 8. 622-632. (s. auch https://hal.archives-ouvertes.fr/ijn_00782906/document, abg. am 10.12.2017, 15:51)

Tesnière, Lucien. 1959. Éléments de syntaxe structurale. Paris : Klincksieck.

Elena Graf (München)

Pragmatikalisierung: an der Schnittstelle zwischen Grammatik und Pragmatik

(Diskussion anhand von Beispielen aus dem Slavischen und Deutschen)

Im Fokus des Beitrags steht die Diskussion der Aspekte der theoretischen Erfassung der Erscheinung der Pragmatikalisierung. Traditionell im Zusammenhang mit der “klassischen” Grammatikalisierung (vgl. Lehmann 1995 [1982]) beschrieben, wird Pragmatikalisierung als ein die diskursive Ebene der Sprache betreffender Sprachwandelprozess angesehen, der zur Entstehung pragmatischer Funktionen bei sprachlichen Zeichen mit einst lexikalischer bzw. grammatischer Bedeutung führt. D.h. dass etablierte sprachliche Einheiten in bestimmten Kontexten von Sprachbenutzern auf neue Art bzw. mit neuen Funktionen verwendet werden. Dabei kann der Prozess der Pragmatikalisierung sowohl durch sprachinterne Faktoren (wie z.B. Sprachökonomie, Sinnspezifizierung u. a.) wie auch durch sprachexterne Einflüsse (wie z.B. Sprachkontakt, gesellschaftliche Veränderungen, Höflichkeitskonventionen u. a.) motiviert werden.

Ein Beispiel für Pragmatikalisierung stellt z.B. die im gegenwärtigen Deutschen verbreitete neue Verwendung der Konjunktion oder in der Funktion eines Diskursmarkers dar (Du bist erkältet, oder?) oder die Herausbildung von you know im Englischen oder die Entwicklung von weißt du/wissen Sie im Deutschen zum kontaktaufrechterhaltenden “backchannel”-Marker, einhergehend mit semantischem Verblassen der ursprünglichen Bedeutungen von Einzelelementen. Ähnliche Entwicklungen lassen sich auch in slavischen Sprachen beobachten, vgl., z.B. die Entwicklung des russischen znaeš’/znaete (‘you know’) zu einem Diskursmarker oder der Wandel des russischen Reflexivpronomens sebja zu einer Modalpartikel sebe.

Was ihre theoretische Erfassung anbetrifft, so besteht bezüglich des Status und der (kognitiven) Mechanismen der Pragmatikalisierung in der Linguistik noch kein Konsens (vgl. Erman/Kotsinas 1993, Wischer 2000, Günthner/Mutz 2004, Auer/Günth­ner 2005, Mroczynski 2012: 85-124, Heine 2013, Degand/Evers-Vermeul 2015 u. a.). Grund­sätzlich handelt es sich um sprachliche Einheiten (Wörter und Wendungen bzw. Simplizia wie auch feste Kon­struktionen), die den Weg von der Ebene des Lexikons in Richtung eines Pragmems (d.h. einer Einheit, deren Bedeutung sich vor allem durch ihren Gebrauch im situativen Kontext der Kommunikation entfaltet) einschlagen. Viele Diskursmarker, Interjektionen, Partikeln, Routineformeln etc., deren Ursprung sich in den verbalen, nominalen, adverbialen u. a. Formen finden lässt, sind so entstanden. Die pragmatikalisierten Zeichen verschlüsseln sog. prozedurale Informationen (Nicolle 2011: 406). Ihre pragmatischen Funktionen umfassen den Ausdruck verschiedener emotiver, volitiver und kognitiver Ein­stellungen des Sprechers; daneben sind sie mit meta­kommentierendem Sprechen, Diskurssteuerung, text­gliedernder Funktion (wodurch ihr Wirkungsskopus über die Satzgrenze hinaus geht), Höflichkeitsmarkierung u. a. verbunden.

Wie bekannt beschreibt der Prozess der Grammatikalisierung die Bewegung einer Einheit von der Ebene des Lexikons in Richtung des grammatischen Kernbereichs der Sprache, d.h. die Entstehung von Grammemen (vgl. z.B. „cline of grammaticality: content item > grammatical word > clitic > inflectional affix“, Hopper/Traugott 2003: 7; vgl. Lehmann 2004: 168-169). Was geschieht jedoch im Zusammenhang mit der Pragmatikalisierung? Kann Pragmatikalisierung als ein eigenständiger Sprachwandelprozess betrachtet werden, oder stellt sie eher einen ‘Randbereich’ der Grammatikalisierung dar? Beide Erscheinungen (Grammatikalisierung und Pragmatikalisierung) – wie im Übrigen auch die Lexikalisierung, die zur Entstehung neuer Lexeme führt, – weisen teilweise ähnliche Phasen auf, wie z.B. die Syntaktisierung und die Etablierung fester analytischer Konstruktionen, semantisches Verblassen, Dekategori­sierung und teils phonetische Erosion. Mroczynski (2012: 115-116) verweist darauf, dass für Pragmatikali­sierung auch der Prozess der „Diskursivierung“ (und die damit verbundene Erweiterung des strukturellen Skopus einer Einheit) entscheidend ist. Traugott (1982, 1995, 2010 u. a.) fasst z.B. die Entwicklung von Zeichen, die zur Struktu­rierung der verbalen Kommunikation verwendet werden, ebenfalls als Grammatikalisierung auf und spricht in diesem Zusammenhang von „Subjektivierung“ bzw. „Inter­subjektivierung“. Soll also Pragmatika­lisierung womöglich als „Gramma­tikalisierung diskursiver Funktionen“ (vgl. Diewald 2011) definiert werden, im Sinne eines auf die Domäne des Diskurses erweiterten Grammatikbegriffs (vgl. Heine et al. 2013, vgl. auch ‘grammaticalization as reduction’ vs. ‘grammatica­lization as expansion’, Traugott/ Trousdale 2013: 32, 105-112)? Oder kann Pragmatika­lisierung im Rahmen der “De”-Grammatikalisierung erläutert werden? Der Beitrag analysiert und diskutiert die oben genannten Fragen anhand von Beispielen aus dem Slavischen und Deutschen.

 

Pragmaticalization: Interfaces between Grammar and Pragmatics

(Discussion based on Slavic and German)

The present contribution focuses on theoretical issues of the phenomenon of pragmaticalization. Usually described in relationship to the “classical” concept of grammaticalization (cf. Lehmann 1995 [1982]), pragmaticalization is generally seen as the process of language change concerning the discursive level of language and resulting in the development of pragmatic functions by linguistic units which once carried lexical or grammatical meaning. That is, in particular contexts, established linguistic units come to be used by speakers in a new way, with new functions. Pragmaticization can be motivated both by language-internal factors (such as language economy, meaning specification, etc.) and by language-external influences (such as language contact, social changes, politeness conventions, and others).

One example of pragmaticization is, e.g., the new widespread use of the German conjunction oder ‘or’ functioning as a discourse marker in contemporary German, (cf., e.g. Du bist erkältet, oder? ʻYou have a cold, right?ʼ – cf. Mroczynski 2012: 91). Another is the development of you know in contemporary English or weißt du/wissen Sie in contemporary German into a phatic (=contact maintaining) “backchanneling” marker, accompanied by the semantic bleaching of its components. Similar tendencies can be observed in Slavic languages; compare, for example, the analogous development of the Russian znaeš’/znaete (‘you know’) into a discourse marker or the development of the reflexive Russian pronoun sebja ‘self’ into a modal particle sebe.

As for its theoretical recognition, no consensus has coalesced around the status and the (cognitive) mechanisms of pragmaticaliza­tion (cf. Erman/Kotsinas 1993, Wischer 2000, Günthner/Mutz 2004, Auer/Günthner 2005, Mroczynski 2012: 85-124, Heine 2013, Degand/Evers-Vermeul 2015, et al.). In general, it concerns linguistic units (words and expressions or simplicials and established constructions or set phrases) that develop towards a pragmeme, i.e. units whose meaning unfolds primarily through their use in situative contexts of communication. A whole array of, e.g., discourse markers, interjections, particles, and routine formulae that originate in, e.g., the verbs, nouns, adverbials etc., arise in this way. The pragmaticalized units encode so-called procedural information (Nicolle 2011: 406f.). Their pragmatic functions, thereby, encompass the speaker’s expression of his/her various emotive, volitional, and cognitive attitudes; they are also linked, e.g., to meta-commented speech, the steering of discourse, a text structuring function, and the marking of politeness.

As is well-known, grammaticalization describes the movement of a lexical unit towards the grammatical core area of language, i.e. the emergence of grammemes (cf. the so-called “cline of grammati­cality”: “content item > grammatical word > clitic > inflectional affix”, Hopper/Traugott 2003: 7; cf. Lehmann 2004: 168-169). What happens, however, in connection with the phenomenon of pragmaticalization? Can pragmaticalization be seen as a discrete process of language change, or should it, rather, be placed at the “marginsof grammaticalization? Both processes (grammaticalization and pragmaticalization)—as well as the process of lexicalization, which leads to the emergence of new lexemes—exhibit somewhat similar phases, such as syntactization and the development of set analytical constructions, semantic bleaching, decategorization, and—to some extent—phonetic erosion. Mroczynski (2012: 115-116) points out, however, that “discursivization” (and the associated parameter of the expansion of the structural scope of a unit) is crucial for pragmaticalization. Traugott (1982, 1995, 2010, et al.) understands the development of units used to structure verbal communication as gramma­ticalization and speaks of “subjectivation” or “intersubjectivation” within grammaticalization. Might pragma­ticalization, therefore, also be definable as a “grammaticalization of discursive functions” (cf. Diewald 2011) within the discursive province of a more broadly construed conception of grammar (cf. Heine et al. 2013, cf. also ‘grammaticalization as reduction’ vs. ‘grammaticalization as expansion’, Traugott/Trousdale 2013: 32, 105-112)? Or can pragma­ticalization perhaps be elucidated within a framework of “de-grammaticalization? The present contribution analyzes and discusses these questions using examples from Slavic and German.

Auer, P., Günthner, S. (2005): Die Entstehung von Diskursmarkern im Deutschen – ein Fall von Grammatikalisierung? In: T. Leuschner (Hrsg.): Grammatikalisierung im Deutschen. Berlin, New York. 335-362.

Degand, L., Evers-Vermeul, J. (2015): Grammaticalization or pragmaticalization of discourse markers? More than a terminological issue. In: Journal of Historical Pragmatics 16:1(2015). 59-85.

Diewald, G. (2011): Pragmaticalization (defined) as grammaticalization of discourse functions. In: Linguistics 49-2(2011). 365-390.

Erman, B., Kotsinas, U.-B. (1993): Pragmaticalization: the case of ba’ and you know. In: Studier i modern språkvetenskap 10(1993). 76-92.

Günthner, S., Mutz, K. (2004): Grammaticalization vs. pragmaticalization? The development of pragmatic markers in German and Italian. In: W. Bisang, N.P. Himmelmann, B. Wiemer (Eds.): What makes Grammaticalization? A Look from its Fringes and its Components. Berlin, New York. 77-107.

Heine, B. (2013): On discourse markers: Grammaticalization, pragmaticalization, or something else? In: Linguistics 51-6(2013). 1205-1247.

Heine, B., Kaltenböck, G., Kuteva, T., Long, H. (2013): An Outline of Discourse Grammar. In: Sh. Bischoff, C. Jany (Eds.): Functional Approaches to Language. (= Trends in Linguistics / Studies and Monographs; 248). Berlin, Boston. 155-206.

Hopper, P. J., Traugott, E. C. (22003): Grammaticalization. Cambridge.

Lehmann, Ch. (1995[1982]): Thoughts on Grammaticalization. München–Newcastle.

Mroczynski, R. 2012. Grammatikalisierung und Pragmatikalisierung. Zur Herausbildung der Diskursmarker wobei, weil und ja im gesprochenen Deutsch. Tübingen.

Nicolle, S. (2011): Pragmatic Aspects of Grammaticalization. In: Narrog, H., B. Heine (eds.): The Oxford Handbook of Grammaticalization. Oxford, 401-412.

Traugott, E. C. (1982): From propositional to textual and expressive meanings: Some semantic-pragmatic aspects of grammati­calization. In: W.P. Lehmann, Y. Malkiel (Eds.): Perspectives on Historical Linguistics. Amsterdam/Philadelphia. 245-271.

Traugott, E.C. (1995): Subjectification in Grammaticalization. In: D. Stein, S. Wright (Eds.): Subjectivity and Subjectivisation. Cambridge. 31-54.

Traugott, E.C. (2010): (Inter)subjectivity and (inter)subjectification: A reassessment. In: K. Davidse, L. Vandelanotte, H. Cuyckens (eds.): Subjectification, Intersubjectification and Grammaticalization. Berlin/New York. 29-71.

Traugott, E.C., Trousdale, G. (2013): Constructionalization and Constructional Changes. Oxford.

Wischer, I. (2000): Grammaticalization versus lexicalization. ‘Methinks’ there is some confusion. In: O. Fisher, A. Rosenbach, D. Stein (Eds.): Pathways of Change. Amsterdam/Philadelphia. 355-370.

Mathilde Pinson (Paris)

Constructionalisation et evolution de « like » :

à l’interface entre grammaticalisation et pragmaticalisation

Fondée principalement sur l’histoire complexe du mot like, cette contribution vise premièrement à réévaluer la distinction entre grammaticalisation et pragmaticalisation à l’aune du concept de constructionalisation (Traugott & Trousdale 2013). De plus, nous tentons d’examiner quelques-uns des arguments contre une vision unifiée de la grammaticalisation et de la pragmaticalisation avancés par Badiou-Monferran and Buchi (2012). Si l’on ne considère pas ces deux phénomènes comme relevant d’un même mouvement du pôle référentiel vers le pôle procédural comme Traugott et Trousdale le proposent, on peut en effet estimer que certains cas de marqueurs discursifs se pragmaticalisent sans réellement se grammaticaliser. C’est notamment le cas des impératifs sensoriels (look) ou des propositions cognitives (you know). Cependant, il semble indéniable que la pragmaticalisation de nombreux marqueurs discursifs (comme like) n’aurait jamais été possible s’ils étaient restés purement lexicaux. L’argument chronologique de Badiou-Monferran and Buchi peut également être remis en question. Les auteurs estiment que la pragmaticalisation peut s’effectuer avant que la grammaticalisation soit « achevée », mais la notion même d’achèvement du processus de grammaticalisation peut être remise en cause par l’exemple de la polygrammaticalisation de like.

Constructionalisation and the complex story of “like”:

At the interface between grammaticalisation and pragmaticalisation.

Based on the complex story of the word like, this paper first aims at reassessing the distinction between grammaticalisation and pragmaticalisation within the constructionalisation framework (Traugott & Trousdale 2013). In addition, I attempt to examine some of Badiou-Monferran and Buchi (2012)’s arguments against a unified view of grammaticalisation and pragmaticalisation. If one does not subsume the two phenomena under a common movement from the referential to the procedural as Traugott and Trousdale do, one may indeed consider that some classes of discourse markers have pragmaticalised without grammaticalising. This is notably the case of sensory imperatives (look) or cognitive clauses (you know). However, it seems undeniable that the pragmaticalisation of many discourse markers (such as like) would never have been possible if they had remained fully lexical. Badiou-Monferran and Buchi (2012)’s chronological argument can also be questioned. They argue that pragmaticalisation can occur before grammaticalisation is “completed”, but the very notion of completion can be undermined by the examination of the polygrammaticalisation of like.

Badiou-Monferran, C. & Buchi, E. (2012). Plaidoyer pour la désolidarisation des notions de pragmaticalisation et de grammaticalisation, CMLF 2012.

Traugott, E. C. & Trousdale, G. (2013). Constructionalization and Constructional Changes, Oxford: Oxford University Press.

Huy Linh DAO (Paris)

 Catégories hybrides entre lexique, grammaire et discours : le cas des particules finales du vietnamien contemporain

En vietnamien contemporain, bon nombre d’unités linguistiques sont susceptibles de fonctionner en synchronie, selon leur contexte d’apparition, tantôt comme des lexèmes, tantôt comme des grammèmes, tantôt comme des pragmatèmes. Dans la plupart des cas, ces éléments sont analysables comme des morphèmes transcatégoriels au sens de Robert (2003) et relèvent de ce fait d’une forme de polygrammaticalisation (ou grammaticalisation en synchronie).

Dans le cadre de cette communication, nous montrerons, sur la base de critères syntaxiques, sémantiques et discursifs, qu’une sous-classe de particules finales en vietnamien présente concomitamment des propriétés de grammème et de pragmatème, se qualifiant ainsi de catégorie hybride. À cet effet, nous nous appuyons sur le modèle développé par Do-Hurinville & Dao (2017b) et Dao & Do-Hurinville (2017), lequel s’articule autour de trois pôles : L(exème), G(rammème) et P(ragmatème), et repose sur le principe de la prédication généralisée (Dao 2017).

Ce modèle prédit trois types de catégorie (C) hybride : (i) CL-G ; (ii) CG-P ; (iii) CL-P (l’ordre relatif entre L, G, P n’étant pas pertinent ici). Notre propos se centrera autour du deuxième cas de figure qui suggère que les emplois grammaticaux et pragmatiques des items transcatégoriels se distribuent sur un continuum. Nous enrichissons ce modèle triadique de la distinction, défendue entre autres par Kaltenböck, Heine & Kuteva (2011) ; Heine (2013) ; Heine, Kaltenböck & Kuteva (2015), entre une grammaire de la phrase et une grammaire du discours (cf. notions de thetical grammar et de cooptation).

Hybrid categories between lexicon, grammar and discourse : the case of final particles in contemporary Vietnamese

In contemporary Vietnamese, a fair amount of linguistic items display transcategorial behavior and illustrate thereby the phenomenon of polygrammaticalization/synchronic grammaticalization (cf. Robert 2003). In this talk, we argue, based on syntactic, semantic and discursive criteria, that a subclass of Vietnamese final particles exhibit simultaneously properties of grammemes and pragmatemes, thus qualifying as hybrid categories. For this purpose, we use the model developed by Do-Hurinville & Dao (2017b) and Dao & Do-Hurinville (2017), according to which transcategorial / polyfunctional units are analyzed as involving some form of generalized predication (Dao 2017).

This model, which is articuled around three poles: L(exeme), G(rammeme), and P(ragmateme), predicts three types of hybrid category (C): (i) CL-G ; (ii) CG-P ; (iii) CL-P (the relative order between L, G, P is not relevant here). Our analysis is focused on the second case and suggests that grammatical and pragmatic uses of transcategorial items are distributed on a continuum. We enrich the triadic model by adding to it the distinction made by Kaltenböck, Heine & Kuteva (2011) ; Heine (2013) ; Heine, Kaltenböck & Kuteva (2015), between sentence grammar and discourse grammar (cf. the concepts of thetical grammar and cooptation).

Dao, H. L., 2017, « Du lexique au discours : lại entre prédication généralisée et mémoire discursive », Présentation au colloque international Temps et temporalité en Asie du Sud-Est, 29 novembre-2 décembre 2017, INALCO.

Dao, H. L. & Do-Hurinville, D. T., 2017, « Préposition, coordonnant, connecteur argumentatif : étude de của et với en vietnamien contemporain », in T. Ponchon, H. Bat-Zeev Shyldkrot & A. Bertin (éds.), Mots de liaison et d’intégration : Prépositions, conjonctions et connecteurs, Amsterdam/Philadelphia : John Benjamins, 215-237.

Do-Hurinville, D. T. & Dao, H. L., 2017a, « La transcatégorialité. Une histoire de limite sans limite », Bulletin de la Société de Linguistique de Paris, 111, 1, 157-211.

Do-Hurinville, D. T. & Dao, H. L., 2017b, “La complexité du verbe de mouvement centrifuge đi en vietnamien”, ELA (Etudes de linguistique appliquée), 185, 21-34.

Heine, B., 2013, “On discourse markers: Grammaticalization, pragmaticalization, or something else?”, Linguistics, 51 : 6, 1205–1247.

Heine, B., Kaltenböck, G. & Kuteva, T., 2015, “Some observations on the evolution of final particles”, in S. Hancil, M. Post & A. Haselow (eds.), Final particles, Mouton De Gruyter, Berlin, 111-140.

Kaltenböck, G., Heine, B. & Kuteva, T., 2011, “On thetical grammar”, Studies in Language, 35:4, 852–897.

Robert, S., 2003, « Introduction : de la grammaticalisation à la transcatégorialité », in S. Robert (éd.), Perspectives synchroniques sur la grammaticalisation, Afrique et Langage, 5, Louvain-Paris, Peeters, 9-18.

Kristin Bührig (Hamburg), Jutta Fienemann (Dortmund)

‚DANKEN’ – ‚Danke!’ -, Vielen Dank!’ – Höflichkeit zwischen sprachlicher Form und Formel

„Danken wir immer jemandem, wenn wir den Ausdruck ‚danke’ verwenden?“ – Diese Frage wurde wenn auch nicht wortwörtlich, so doch aber sinngemäß bereits im Entwurf der Sprechakttheorie und ihrer anfänglichen Rezeption in einem breiteren Zusammenhang aufgeworfen. In der damaligen Diskussion ging es um das Verhältnis zwischen verba dicendi und den Sprechakten, die mit ihnen bezeichnet werden (siehe etwa bereits Austin 1962).

In der Forschung zu Routineformeln wurde diese Frage ebenfalls adressiert, – zwar nicht mit Blick auf das ‚DANKEN’ als sprachlicher Handlung, sondern mit Blick auf das ‚SICH ENTSCHULDIGEN’ und Routineformeln, die eine Bezeichnung erwartbarer Tätigkeiten als Komponenten in sich bergen, wie etwa ‚Danke!’, ‚Vielen Dank!’ bzw. ‚Entschuldigung!’ und „Entschuldigen Sie bitte!“ etc (siehe etwa Coulmas 1981)

Die Studien, die dieser Frage folgen kommen zu dem Schluss, dass es keinesfalls selbstverständlich ist, dass die Verwendung einer Formel wie ‚Entschuldigung!’ auch tatsächlich dem Vollzug der Handlung ‚SICH ENTSCHULDIGEN’ dient. Es sind oft ganz andere Funktionen, die in der Verwendung der untersuchten Formeln sichtbar werden (vgl. etwa Edmondson 1981, Bührig 2012)

In unserem geplanten Beitrag möchten wir der Frage nachgehen, ob und welche Form von Zusammenhang zwischen den sprachlichen Handlungen des ‚DANKEN’ und des ‚SICH- ENTSCHULDIGEN’ zu den Formen und Formeln des Dankens und Sich-Entschuldigens besteht (Fienemann 2001, Rehbein 2002).

Unsere Befunde, die auf der Auswertung eigens erhobener Sprachkorpora beruhen, wurden im Rahmen der ‚funktional-pragmatischen Diskursanalyse’ (siehe etwa Ehlich 1991, Rehbein 2001, Redder 2008) erarbeitet.
Für diesen Ansatz ist kennzeichnend, dass keine Trennung zwischen den Bereichen der Grammatik und Pragmatik vollzogen wird, sondern Fragen der Grammatik konsequent im Rahmen einer sprachlichen Handlungstheorie verortet sind. Die innerhalb der Tagung aufgeworfene Frage nach dem Verhältnis zwischen Grammatikalisierung und Pragmatisierung wird von uns vor allem mit Blick auf Konstellationen höflichen Handelns diskutiert, in denen die genannten Forme(l)n ein systematischer Stellenwert zuzukommen scheint.

Konkret untersuchen wir folgende Fragen, die wir sehr gerne vor Ort diskutieren möchten:

  • –  wie verläuft die historische Entwicklung von verba dicendi zu Formeln des ‚Dankens’ 
und des ‚Sich-Entschuldigens’?
  • –  in welchen Konstellationen sind die Formeln zu finden?
  • –  was leisten die Formeln in der Bearbeitung der einzelnen Konstellationen?
  • –  wie können zukünftige Korpusrecherchen ausgehend von unseren bisherigen 
Befunden aussehen?

‘TO THANK– ‘Thanks!’ – ‘Many thanks!’ – Politeness between linguistic form and formula.

“Do we always thank somebody, when we use the expression, ‘thank you?” – This question was already raised in a broader sense, if not word for word then at least in meaning, in a draft of the speech act theory and in its initial reception. In the discussion at that point in time, it concerned the relationship between verba dicendi and the speech acts, which they referred to (see Austin 1962).

In research into routine formulae this question has already been addressed, not in relation to ‘THANKING’ as a speech act, rather in reference to ‘APOLOGISING’ and routine formulae, which contain as components reference to expected actions such as ‘thank you!’, ‘many thanks!’ or ‘sorry!’ and ‘excuse me please!’ etc (see Coulmas 1981).

The studies, which concern themselves with this question, draw the conclusion that it is in no way self-evident that the use of a formula like ‘sorry!’ serves to implement the action ‘TO EXCUSE ONESELF’. There are often completely different functions, which become visible through the use of the studied formulae. (Edmondson 1981, Bührig 2012).

In our planned contribution, we would like to pursue the question, whether and which form of connection exists between the speech acts ‘TO THANK’ and ‘TO EXCUSE ONESELF’ with the forms and formulae of thanking and excusing oneself (Fienemann 2001, Rehbein 2002).

Our findings, which are based upon the analysis of our own obtained language corpora, were developed in the context of a ‘functional-pragmatic discourse analysis’. It is indicative of this method that there is no separation between the realms of grammar and pragmatics, rather questions of grammar are consistently located within the context of a speech act theory. The questions regarding the relationship between grammaticalisation and pragmatisation, which will be raised in the conference, will be discussed by us primarily with regards to constellations of polite action, in which the mentioned forms and formulae appear to have a systematic significance.

Specifically, we will address to the following questions, which we would like to discuss at the conference:

  • What course did the historical development take from verba dicendi to formulae of ‘thanking’ and ‘excusing oneself?’
  • In which constellations can the formulae be found?
  • What do the formulae achieve in the processing of the individual constellations?
  • How could future corpus research look, based on our previous findings?

Bührig, K. (2012) Höflichkeit, Routine, Lexikon. In: Roll, H. (et allii 2012) (eds.) Mehrsprachiges Handeln im Fokus von Linguistik und Didaktik. Duisburg: Unverstitäts Verlag Rhein-Ruhr, 263-280

Coulmas, F. (1981b) „Poison to Your Soul“. Thanks and Apologies Contrastively Viewed. In: Coulmas, F. (ed.) (1981) Conversational Routine. Explorations in Standardized Communication Situations and Prepatterned Speech. The Hague etc.: Mouton, 69-91

Edmondson, W.J. (1981b) On Saying You’re Sorry. In: Coulmas, F. (ed.) (1981) Conversational Routine. Explorations in Standardized Communication Situations and Prepatterned Speech. The Hague etc.: Mouton, 274-288

Ehlich, K. (1991) Funktional-pragmatische Kommunikationsanalyse. In: Flader, D. (ed.) (1991) Verbale Interaktion. Studien zur Empirie und Methodologie der Pragmatik. Stuttgart: Metzler, 127-143

Fienemann, J. (2001) Danken – ein sprachliches Handlungsmuster der Höflichkeit. Arbeitspapier 4 (2001) des Projektes „Sprache der Höflichkeit in der interkulturellen Kommunikation.“ (SHIK). Universität Hamburg: Institut für Germanistik I

Redder, A. (2008) Functional Pragmatics. In: Antos, G. & Ventola, E. (eds.) Interpersonal Communication. (Handbook of Applied Linguistics, Vol 2) Berlin: de Gruyter, 133-178

Rehbein, J. (2001) Das Konzept der Diskursanalyse. In: Brinker, K., Antos, G., Heinemann, W. & Sager, S.F. (eds.) Text- und Gesprächslinguistik. Linguistics of Text and Conversation. Ein internationales Handbuch zeitgenössischer Forschung. An International Handbook of Contemporary Research. 2. Halbband. Vol.2. Berlin, New York: de Gruyter, 927-945

Rehbein, J. (2002) ‚Bitte!’, ‚danke!’ und ‚Entschuldigung!’. Zum prozeduralen Wandel sprachlicher Ausdrücke und zu Prozessen der Degrammatikalisierung. Arbeitspapier 7 (2002) des Projektes „Sprache der Höflichkeit in der interkulturellen Kommunikation.“ (SHIK). Universität Hamburg: Institut für Germanistik I

[1] z.B. Imo 2007/2012, Fiehler 2004, Barden et al.2001, Schourop 1982

[2] z.B. Stein 2003

[3] nach Mroczynski 2012

Naissance du blog “Regards sur la RDA et l’Allemagne de l’Est”

Ce carnet présente les recherches actuelles de germanistes français sur la RDA et les nouveaux Länder. A la fois carnet de veille et centre de ressources en français sur les thématiques liées à l’histoire, la culture, la littérature, la situation économique et politique, les questions sociales en RDA et en actuelle Allemagne de l’Est, 27 ans après l’unification de l’Allemagne, il rend compte des publications actuelles dans ces domaines. Il est animé par des membres du CEREG: Daniel Argelès, Florence Baillet, Julien Beaufils (doctorant), Elisa Goudin, Sylvie Le Grand, Anne-Marie Pailhès. Il est accessible par le lien suivant: https://allemagnest.hypotheses.org

 

Séminaire “catégorie(s) – catégorisation”

Séance du 24 novembre 2017, 15h-17h, Censier salle 14

Katharina Mucha: Exklamationen

Der Vortrag entwickelt drei Perspektiven auf Exklamationen. Zuerst wird überlegt, wie weitreichend der Begriff der Exklamation überhaupt verwendet werden und in welchem Framework seine Verwendung Sinn machen kann. Hieran schließen Überlegungen, die darauf zielen, i. Exklamationen im Framework der kognitiven Grammatik zu schärfen, ii. Aspekt und Exklamation in Verbindung zu setzen. Hierauf folgt ein Blick in Korpusstudien vom 13.-20. Jahrhundert – 100 Millionen Wort Korpora vs. kleine literarische Korpora – , der eine historische, sprachvergleichende Perspektive eröffnet, wobei Frequenzen und Formen präsentiert werden. Die dritte Perspektive wählt einen diskursfunktionalen Blick und bettet Exklamationen als Selbst-Präsentationen in narrative Diskursstrukturen, d.i. versucht zu erfragen, welche Positionen Exklamationen innerhalb von Diskursen einnehmen.

 

Katharina Mucha ist zur Zeit Gastdozentin an der Universität Sorbonne Nouvelle im Département d’Etudes Germaniques

La littérature mondiale et le (très) long XIXe siècle / Weltliteratur im (sehr) langen 19. Jahrhundert

Globalisation, universalisation, anthropologisation de la littérature? / Globalisierung, Universalisierung, Anthropologisierung der Literatur ?

 

Workshop

27 octobre 2017

Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3

Maison de la Recherche

Salle Claude Simon

4 rue des Irlandais

75005 Paris

 

9h30-10h15

Michael Neumann (Universität Konstanz), Vertrauensbildung. Theodor Storms Moderation historischer Transformationsprozesse.

10h15-11h

Elisabeth Petereit (Université Sorbonne nouvelle-Paris 3), „Sehr schön und sehr schaurig“. Fremde Wirklichkeiten in Effi Briest.

11h-11h45

Alexander Nebrig (Humboldt Universität Berlin / Universität Heidelberg), « Alle Rechte vorbehalten ». Berthold Auerbach und die Entdeckung der internationalen Autorschaft.

Déjeuner

14h30-15h15

Marcus Twellmann (Universität Konstanz), Erzählen und Verwalten. Das Dorf in der Literatur- und Rechtsgeschichte des 19. Jahrhunderts.

15h15-16h

Mona Körte (Zentrum für Literatur-und Kulturforschung Berlin), Survivals. Weltliteratur als museologisches Projekt.

Pause

16h15-17h

Marcus Hahn (Universität Regensburg), Drogenliteratur als weltliterarische Körpertechnik.

17h-17h45

Sandra Richter (Universität Stuttgart), Wie schreibt man eine Weltgeschichte der deutschsprachigen Literatur ?

17h45 : Discussion finale

 

Contact : celine.trautmann-waller@univ-paris3.fr

Culture et société en RDA et en Allemagne de l’Est. Chemins de traverse vers la culture est-allemande

Mme Anne-Marie Pailhès soutiendra son habilitation à diriger des recherches à l’Université de Strasbourg, le lundi 16 octobre à 14h, MISHA, Salle Amériques

Titre du document de synthèseCulture et société en RDA et en Allemagne de l’Est. Chemins de traverse vers la culture est-allemande

Titre de l’inédit : Une contre-culture est-elle possible dans l’Allemagne unifiée ? La réunification de la culture « alternative » à l’exemple des « communautés alternatives » en Allemagne de l’Est depuis 1990

Section CNU : 12 – Langues et littératures germaniques et scandinaves

Equipe de recherche : CEREG (EA 4223)

Membres du jury :

Garant : M. Marc Cluet,  Professeur émérite, Etudes germaniques,
Université de Strasbourg

M. François Genton, Professeur, Etudes germaniques, Université de Grenoble

Mme Ingrid Gilcher-Hotley,  Professeure, Histoire contemporaine, Université de Bielefeld

M. Philippe Hamman,  Professeur, Sociologie, Université de Strasbourg

Mme Dominique Herbet,  Professeure, Etudes Germaniques, Université de Lille

Mme Céline Trautmann-Waller, Professeure, Etudes germaniques, Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle

Parution: L’oeil et le théâtre. Etudes théâtrales et études visuelles – Approches croisées

 

Florence Baillet, Mireille Losco-Lena, Arnaud Rykner (dir.), L’oeil et le théâtre. La question du regard au tournant des XIXe et XXe siècles sur les scènes europénnes. Etudes théâtrales et études visuelles – Approches croisées, Etudes théâtrales n° 65, Academia, Louvain-la-Neuve, 2017 (258 pages). ISBN:  978-2-8061-0351-2 Prix: 25,50 €.

Au tournant des XIXe et XXe siècles une profusion de visualités se déploie sur les scènes, avec un goût prononcé pour les effets spectaculaires, dans les pièces représentées comme dans les spectacles qui relèvent d’une grande variété de formes (revues, opérettes, fééries, pantomimes, cirque, etc.). Ce phénomène s’observe à l’échelle européenne, notamment dans les grandes villes, qui se caractérisent par une effervescence du « voir », au sein des théâtres tout comme dans l’environnement de ces derniers. Or cette « poussée du regard » se manifeste non seulement par l’hypertrophie du visuel, mais aussi par des mutations qualitatives et l’émergence d’autres façons de regarder. Afin d’examiner ces nouvelles modalités du regard, dont l’art théâtral constitue un lieu privilégié à la fois de développement, d’observation et de questionnement, le présent ouvrage réunit des contributions de chercheurs d’horizons variés, permettant de croiser les approches des études visuelles et celles des études théâtrales.

 

SOMMAIRE

L’œil et le théâtre : la question du regard au tournant des xix-xxe siècles sur les scènes européennes (approches croisées études théâtrales/ études visuelles)

Introduction : « Le theatron à l’heure des études visuelles » (Florence Baillet, Mireille Losco, Arnaud Rykner).

I. Nouveaux dispositifs et nouvelles modalités du regard au XIXe siècle

1. Ulrike Haß : « Sortie du panoptique – Déploiement de l’opsis et crise de la visibilité»

2. Stéphane Tralongo : « Des passages au cinéma. Le music-hall comme espace de mobilité »

3. Nic Leonhardt : « Entrer dans l’image par le regard : stéréoscopie et théâtre »

II. Le regard intériorisé : rêve, apparition, fantasmagorie

4. Arnaud Rykner : « Traversées du regard : toiles métalliques, rideaux de gaze, rayons X et autres écrans fin-de-siècle »

5. Pierre Longuenesse : « Le ‘regard aveugle’ dans le théâtre de W.B. Yeats »

6. Sophie Lucet : « Les fantômes de la Révolution, ou les leurres du grand spectacle»

III. Le regard « corporalisé » : affect, symptôme et retour du refoulé

7. Kati Röttger : « Pathogénèse du regard et genèse du pathos dans le mélodrame du XIXe siècle »

8. Florence Baillet : « Velours, peau et peluche : le toucher des yeux en scène à la fin du XIXe siècle »

9. Mireille Losco-Lena : « L’œil clinique de la mise en scène moderne »

10. Anne Pellois : « Donner à voir le fond de l’âme : les fonctions de l’œil dans la pratique de l’acteur à la fin du XIXe siècle »

IV. Configurations et reconfigurations du regard : exhibition, jeu avec les limites, montage dynamique

11. Patrick Désile : « Pornographies. Un nouveau régime de visibilité, 1893-1913 »

12. Romain Piana : « ‘Paris-voyeur’ : les dispositifs spectaculaires érotiques dans la revue. »

13. Ariane Martinez : « Dérouter le regard : les frères Hanlon-Lees ou l’art de l’explosion »

14. Alexander Jackob : « L’Atlas Mnémosyne d’Aby Warburg et l’héritage du regard du spectateur de théâtre »

Bibliographie sélective

Séminaire “Catégorie(s) / catégorisation”

Dans le cadre de ce séminaire, une journée d’études aura lieu le 6 octobre 2017 à la Maison de la Recherche (4 rue des Irlandais 75005 Paris), Salle du Conseil:

“Catégoriser dans les sciences du langage – Questions d’histoire et d’épistémologie”

La journée est organisée par Irmtraud Behr (CEREG), Eric Corre (PRISMES) et Jean-Marie Fournier (HTL).

Le pré-programme est accessible par https://categories.sciencesconf.org/

 

Workshop “Narrations de la mondialisation”

Narrations de la mondialisation et accélération du temps

Vendredi 15 septembre 2017, de 9H à 17H

Salle Mezzanine – Maison de la Recherche (4 rue des Irlandais 75 005 Paris)

PROGRAMME

9H Quelques mots d’introduction (Florence Baillet)

9H-9H45 Sacha Zilberfarb : « Pistes de réflexion à partir du travail de traduction de l’ouvrage de Hartmut Rosa, Resonanz. Eine Soziologie der Weltbeziehung (2016) »

9H45-10H30 Sarah Neelsen : «  Ruralité et mondialisation dans l’oeuvre de Josef Winkler »

10H30-10H45 Pause café

10H45-11H30 Jean-Louis Georget : “Leo Frobenius, inventeur de l’Afrique »

11H30-12H15 Amin Owzar : „Entgrenzter Raum, begrenzte Zeit? Globalisierungsnarrative in deutschen Standortkampagnen, 1960-2016“

12H15-13H45 Déjeuner

13H45-14H30 Céline Trautmann-Waller : « La ‘fin de l’histoire’ : récit, concept, image »

14H30-15H15 Daniel Argelès : « ‘Compression du temps et de l’espace’ : quelques éléments de réflexion sur la conception de la mondialisation dans The Condition of Postmodernity (1990) du géographe David Harvey »

15H15-15H30 Pause café

15H30-16H15 Kerstin Hausbei : « La mondialisation dans l’écriture dramatique contemporaine – exemples de pièces »

16H15-17H Florence Baillet : « Temps et narration dans le théâtre müllérien à l’ère de la mondialisation »

Contact: florence.baillet@gmail.com

 

W.G. SEBALD. LITTÉRATURE ET ÉTHIQUE DOCUMENTAIRE

 

Direction : Muriel Pic, Jürgen Ritte
Éditeur : Presses Sorbonne Nouvelle (site internet)
ISBN : 978-2-87854-712-2
Année de publication : 2017

De l’éthique documentaire à l’ethos du document, par Muriel PIC & Jürgen RITTE

Faits et fictions

D’après fiction ? Figurations poétologiques chez W.G. Sebald, par Michael NIEHAUS

Travail littéraire du dispositif documentaire dans l’œuvre de W.G. Sebald, par Marie-Jeanne ZENETTI

Le projet corse de Sebald, par Ulrich von BÜLOW

W.G. Sebald et le roman : “c’est pas vraiment mon style”, par Richard HIBBITT

La place du mort, par Gwenaëlle AUBRY

Falsifications et montage

“Peur du faux” et “forme authentique” chez Sebald, par Karine WINKELVOSS

Sebald, Lévi-Strauss, les contre-allées de l’Histoire, par Emmanuelle LOYER
[enregistrement audio en ligne sur la Forge Numérique de la MRSH de l’Université de Caen Normandie et sur le site France Culture]

L’image papillon – une exposition, par Christophe GALLOIS

W.G. Sebald et la double peine du traducteur, par Jo CATLING

Révérence à la poussière. W.G. Sebald et l’archive, par Muriel PIC

Checks and Balances, par Lukas BÄRFUSS

France Allemagne(s) 1870-1871

Exposition au Musée de l’Armée : France Allemagne(s) 1870-1871

                  L’exposition du Musée de l’Armée aux Invalides propose de revenir sur la guerre franco-allemande de 1870-1871, présentée comme un « moment fondateur dans la relation franco-allemande ». Cette exposition s’inscrit dans la logique interne du musée et de l’actualité de la recherche universitaire. Les commissaires Mathilde Benoistel, Sylvie Le Ray-Burimi et Christophe Pommier ont réuni des supports multiples afin de remettre en lumière ce conflit qui a marqué la mémoire des deux pays. Elle fait revivre cette « Année terrible », d’après les mots de Victor Hugo, en trois temps correspondant au sous-titre de l’affiche : la guerre, la Commune, les mémoires. Cette organisation rappelle qu’une guerre ne se résume pas à son déclenchement et à sa fin, mais doit être vue et comprise sur le temps long. Ainsi, le contexte historique doit faire comprendre les raisons d’un tel conflit. Le récit des batailles doit ensuite déboucher sur les conséquences de celles-ci : sur le court terme, une insurrection populaire en France, la Commune de Paris et la création de l’Empire allemand à Versailles ; sur le long terme, la Première Guerre mondiale.

                  Les premières salles de l’exposition amènent le visiteur à prendre conscience du passif de la France et de l’Allemagne tout au long du XIXème siècle. De Iéna en 1806 (qui mit fin au Saint-Empire Romain Germanique) à la bataille de Leipzig en 1813, du Congrès de Vienne en 1815 à la crise du Rhin en 1840, les relations entre la France et les différentes entités allemandes étaient déjà très souvent belliqueuses. Ce n’est d’ailleurs pas par hasard si le XIXème siècle, et plus précisément la période entre 1815 et 1914, est surnommé « le temps des Nations » avec au cœur la France et l’Allemagne. Les principaux acteurs de la guerre franco-allemande sont présentés chacun leur tour : Napoléon III, Guillaume Ier, Otto von Bismarck, Helmut von Moltke, Léon Gambetta ou encore les généraux français Bazaine et Trochu. La guerre est ensuite expliquée en trois temps. D’abord, son déclenchement : l’épisode de la dépêche d’Ems et la manipulation diplomatique de Bismarck contraint l’empereur Napoléon III à déclarer la guerre à la Prusse, aidée par les autres forces allemandes. La guerre tourne vite au désastre pour les Français, après de nombreuses défaites, dont celle de Sedan qui force Napoléon III, fait prisonnier, à capituler. La IIIe République est alors proclamée, et les Allemands assiègent Paris pour accélérer la fin de la guerre, que la République refuse. La paix est tout de même signée le 10 mai 1871 lors du Traité de Francfort. Des audiovisuels de 8 minutes racontent les différents épisodes de la guerre avec les mouvements des armées de manière très pédagogique. Ce récit se termine par de nombreuses œuvres de toutes sortes (tableaux, affiches de propagande, accessoires de guerre, etc.) qui rendent sensible le quotidien de la population en temps de guerre, et notamment les nombreuses destructions causées par les bombardements allemands à Paris, Metz ou Saint-Quentin.

                  L’exposition se poursuit avec l’armistice et la Commune de Paris. Elue le 28 mars 1871, la Commune est l’insurrection des civils parisiens qui ont résisté lors du siège de la ville par les Allemands. Le refus de la défaite et le rejet du nouveau gouvernement conduisent à la guerre civile entre ce dernier, les Versaillais, et les Communards. Ils sont écrasés à l’issue de la Semaine sanglante (21 – 28 mai 1871). Un nouvel audiovisuel fait revivre la progression de l’armée versaillaise à travers Paris. D’autres personnages sont introduits en 6ème salle : d’Adolphe Thiers au général Mac-Mahon en passant par Victor Hugo et Jacques Offenbach, ces différents acteurs nous font prendre conscience de l’importance de cette guerre civile. Dont Karl Marx dira : « Qu’est-ce que la Commune, ce sphinx qui met l’entendement bourgeois à si dure épreuve ? » Car il s’agit bien d’une lutte à mort entre la bourgeoisie et la classe ouvrière parisienne. Des tableaux et des photos illustrant les combats, les barricades et les destructions nous en font ressentir toute la violence.

                  L’exposition entre enfin dans son troisième et dernier temps, celui des conséquences de cette « Année terrible » et de ses mémoires. Un nouvel audiovisuel résume les bouleversements diplomatiques qui ont eu lieu entre 1815 et 1919, avec comme facteur clé la guerre de 1870. Cette guerre marque un tournant décisif pour la France, qui devint une République, et pour l’Allemagne, où l’Empire fut proclamé. L’accent est mis sur la pluralité des mémoires : ces événements, perçus différemment par l’armée française, les citoyens français et l’Allemagne, n’ont pas été traités de la même manière et ont nourri des mémoires différentes. Sur le temps court, en France, « la mémoire de la guerre participe de la reconstruction républicaine de l’histoire nationale », et les vaincus sont portés en héros malheureux, à travers l’image du citoyen-soldat. On sent surtout le refus profond de la défaite, comme en témoigne le tableau emblématique d’Alphonse de Neuville: Les dernières cartouches.

                  En Allemagne, « l’exaltation de la victoire se manifeste dans la peinture d’histoire, la statuaire et l’érection de monuments dédiés à l’Empereur, à Bismarck ou à Moltke ». Sur le temps long, les Première et Seconde Guerres mondiales ont fait oublier la guerre de 1870, mais favorisent également les parallèles et les mises en regard : la révolution de 1918-1919 en Allemagne, suite à la défaite de la guerre mondiale, rappelle l’épisode de la Commune. Les historiens allemands voient dans la guerre des Duchés de 1864-1865, la guerre contre l’Autriche de 1866 et celle de 1870-1871 le triptyque fondateur de l’Allemagne. Du côté français, l’occupation allemande des deux guerres mondiales a ravivé le souvenir de celle de 1870-1873, de même que les nombreuses destructions dans les villes françaises. Une concurrence s’installe aussi entre la mémoire de la guerre et celle de la Commune. Ce contraste mémoriel est également perceptible si l’on compare les tableaux de l’exposition : alors que les tableaux allemands présentent une ambiance et un cadre idylliques, ceux des Français montrent l’horreur des combats.

                  L’exposition France-Allemagne(s) 1870-1871 tente donc dans un espace réduit, de raconter la guerre, ses causes et se conséquences, ainsi que l’épisode tragique de la Commune de Paris. Les supports sont variés, avec de très nombreux tableaux, lithographies (d’Honoré Daumier ou d’Edouard Manet), objets, cartes et photos. L’approche est très pédagogique et les audiovisuels permettent une meilleure compréhension des événements. Elle est également accessible au jeune public avec un parcours et un livret-jeux adapté. Tous ces mécanismes permettent de se souvenir de cette guerre méconnue, qui rappelle combien l’amitié franco-allemande doit être entretenue et non considérée comme un acquis et que les ennemis d’hier peuvent être les alliés de demain.

Romain Bougourd

Etudiant en Master-Recherche “Etudes germaniques” à l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3

Les Erratiques, pièce de théâtre de Wolfram Höll

Compte rendu de la pièce Les Erratiques de Wolfram Höll (2013) par Richard Dumy, metteur en scène et étudiant en Master 2 “Théâtre – Ecriture et représentation” à l’Université Sorbonne Nouvelle

 

Dans sa pièce Les Erratiques [Und dann], publiée en 2013, Wolfram Höll nous fait voyager, à travers les yeux d’un enfant, dans la vie d’une petite banlieue de l’ex-RDA, peu après la Réunification. La pièce relate le glissement entre deux mondes, l’ancien et le nouveau, en déployant la perspective unique de cet enfant qui perçoit son monde et ses phénomènes sans les comprendre. Il vit, avec son père et son frère, au milieu de quatre barres de bétons, entourant une pelouse où sont déposés trois blocs erratiques. La mère est absente, et c’est autour de cette absence incompréhensible que se déploie le monologue intérieur de l’enfant, retraçant sa compréhension progressive de la disparition maternelle.

Perspective unique de l’enfance

« Und dann unfolds from only one perspective : that of the boy, who seeks to explain his strange, new/old surroundings and the many individual impressions, which defy being fit into a properly meaningful form, by pasting one relentless “and then” to another. A wobbly, fragmentary world compounded of monotonous days, fading pre-turnaround memory residues, daily routines and the occasionally enigmatic behaviour of his father, is jerry-rigged together in the child’s head. »[1]

Les Erratiques n’existe que dans la parole du garçon : elle n’offre aucun indice pour saisir son univers que ceux que celui-ci va offrir aux lecteurs, depuis la perspective d’un enfant évoluant dans un monde de « géant[s] »[2], ne comprenant le monde que par associations et par métaphores, dans un flot de sensations.

En effet, comme le garçon ne possède pas encore les clés pour décoder l’univers dans lequel il évolue, il le traverse et le qualifie en fonction de ce qu’il sent, de ce qu’il ressent, des choses, sans en saisir les fonctions et finalités. Ainsi, le poste de radio que son père bricole tous les jours devient pour lui un « cube-aux-mille-voix-dedans »[3]. Les distances sont mesurées par comparaison avec les objets du quotidien. Ainsi une maison est décrite comme « longue-comme-est-longue-la-rue ». Tout se passe comme si l’enfant fonctionnait comme une surface photographique sur laquelle viendrait s’imprimer le monde : le garçon reçoit le monde, est traversé par les choses. On pourrait dire qu’il se trouve dans ce que Jean-François Lyotard appelle la passibilité :

« Forme d’écoute et de disponibilité de l’esprit capable d’accueillir, d’être affecté par ce qui n’est pas encore déterminé, la passibilité nomme en effet la condition esthétique de l’humanité. Le paradoxe est que cette condition de l’humain soit elle-même ‘inhumaine’ – d’une autre inhumanité que celle du système – parce qu’elle contrevient à ce que l’humanisme attend des hommes et de leur émancipation : autonomie, entendement et volonté. Lyotard objecte que l’humain ne se résume pas à cette maîtrise de soi, qu’il est aussi pure affectabilité, existence corporelle privée d’esprit, dépendante de l’infantia, d’une ‘enfance’  sauvage qui a reçu, senti, subi la touche des choses ‘avant’  de parler. »[4]

Les Erratiques retracent ce moment où le monde s’imprime sur l’enfant, ce moment où il « subi[t]  la touche des choses ». Il passe d’un ressentir-le-monde à un comprendre-le-monde, notamment à travers le deuil progressif qu’il fait de sa mère. L’enfant passe d’une perplexité face à la présence-absence de sa mère à l’acceptation de son départ, avec la lumière du projecteur :

« Et elle est là

Et elle

n’est pas

là. »[5]

« elle nous regarde

et ensuite

la lumière

s’éteint

et elle va

elle s’en va

va

dans les vagues »[6]

Tout se passe comme si le garçon était baigné dans le réel, plongé dans un flot de sensations et de perceptions, traversé par le monde, et que par et dans ce flux, il parvient à une meilleure compréhension de lui-même et du monde. A l’image du procédé du stream of consciousness utilisé par James Joyce ou Virginia Woolf, Wolfram Höll offre ici un voyage dans la conscience enfantine en excluant toute possibilité d’extériorité à l’action (ni didascalies, ni pluralité des voix) qui permettrait d’appréhender comment cette conscience construit le monde et est construite par le monde.

L’élaboration d’une mythologie / cosmogonie personnelle / de l’enfance

Cette perspective enfantine qui se déploie dans la voix du garçon est aussi l’occasion de développer une mythologie de l’enfance, presque une cosmogonie, où celui-ci élabore ses propres mythes pour expliquer le monde dans lequel il vit. Les erratiques, ces blocs de pierre trônant au milieu des immeubles de son quartier, sont au cœur de récit originel. Un bloc erratique est un fragment de roche assez important qui a été déplacé par un glacier et ce, parfois sur de très longues distances. Avec la fonte du glacier, le bloc erratique est laissé sur place, où nous pouvons, à l’heure actuelle, le retrouver. Ainsi, le garçon voit les blocs de son quartier comme des erratiques dont l’existence précède celle des habitations qui les entourent :

« sur la pelouse

les blocs erratiques

cailloux géants

roulés par des glaciers

oubliés délaissés quand

les glaciers se sont retirés »[7]

Mais l’interprétation du garçon est immédiatement contredite par le « tu » auquel il s’adresse, dont on ne sait pas s’il s’agit du frère ou de la mère dans son souvenir, qui lui explique que les blocs ont simplement été apportés par des hommes, non par un glacier, au milieu des immeubles, au centre de l’aire de jeu. L’explication raisonnée et raisonnable, celle de l’adulte, corrige celle de l’enfance, sans succès, le garçon refusant cette explication.

On trouve également au fil du texte comme des interdits originels intégrés à la mythologie de l’enfant, notamment autour du poste de radio du père, le « cube-aux-mille-voix », qui lance des « étoiles qui / étincellent tantôt / rouges tantôt jaunes et / tantôt vertes » :

« ce gros cube gris-bleu avec lequel

nous n’avons pas le droit de jouer que nous

n’avons pas le droit de toucher que nous

n’avons pas le droit de regarder »[8]

Le gros cube gris-bleu devient un objet interdit, un lieu de tabou qui porte des interdits implacables. C’est l’interdit à ne pas transgresser, et que les enfants vont transgresser malgré tout, observant leur père à la lumière du cube, comme un mystère.

La figure de la famille russe, récurrente au sein du texte, est elle aussi un des éléments de l’univers mythique que l’enfant élabore : incapable de comprendre les phénomènes de migrations, de pauvreté liés au communisme et à la réunification allemande, l’enfant transforme les familles russes qui vont et viennent dans son quartier en archétype, toujours composé du père, de la mère et d’un enfant. La seule explication que reçoit l’enfant aux arrivées et aux départs des familles russes vient de son père :

« Certains Russes

s’en vont

pour que

d’autres Russes

puissent venir. »[9]

Les Russes ne sont jamais spécifiés, leurs allées et venues correspondent à des règles auxquelles on ne déroge pas :

« Et les Russes

sont toujours plus nombreux

vont toujours par trois

père mère enfant

ils portent chacun un

carton de père, de mère et d’enfant

de leur taille

dans laquelle se trouve

un autre père

                       dans le carton de père

une autre mère

                       dans le carton de mère

un autre enfant

                       dans le carton d’enfant »[10]

Dans l’imaginaire de l’enfant, les familles russes apparaissent ainsi comme un élément constant et récurrent, comme si ces familles étaient des poupées russes en abritant sans cesse des nouvelles, à l’identique. Les Russes deviennent ainsi comme les personnages d’une comptine obsédante dans la tête de l’enfant avec le retour incessant du chiffre « trois » pour calculer le nombre de Russes contenus dans d’autres Russes :

« et les Russes

vont toujours par trois

 

trois fois trois

 

trois fois trois

 

trois fois trois »[11]

Et l’enfant poursuit ce décompte sur trois pages entières, comme une comptine enfantine qui se poursuit en boucle, sans pouvoir s’arrêter, témoignant de la perte et de l’incompréhension du garçon face aux phénomènes de l’immigration dans son quartier.

Avec Les Erratiques, c’est donc une véritable plongée en enfance que propose Wolfram Höll, délaissant les explications du monde rationnelles et nos perspectives d’adultes : nous revenons en enfance, à un sentir-le-monde dans lequel l’enfant n’a pas encore réussi à hiérarchiser ce monde. Ce texte est aussi une expérience, celle du glissement de la RDA à l’Allemagne réunifiée, l’expérience du microcosme d’un enfant bouleversé par les changements du macrocosme allemand. De l’absence de la mère à l’immigration russe en passant par le chômage du père, les changements qui s’opèrent dans le paysage de l’enfant intègrent sa mythologie personnelle, lui permettant de donner un sens à ce qui l’entoure. Wolfram Höll offre une expérience de lecture en développant un monologue intérieur parfois éclaté, qui se divise, et qui interroge notre rapport au monde comme notre rapport à la parole, la perspective enfantine permettant au lecteur de projeter ses propres images et de construire lui-même le monde qu’il lit dans le texte, telle une manière de transposer l’expérience de l’enfance qui est au centre de la pièce.

 

[1] Wille Franz, brochure du Festival de Mülheim, 2014.

[2] Les adultes et certains bâtiments sont qualifiés par l’enfant de « géant[s] », comme par exemple la mairie de la ville : « une maison géante une maison-géant ». Cf. Höll Wolfram, Les Erratiques, traduit de l’allemand par Wolfram Höll, manuscrit disponible sur le site de l’Arche Editeur, 2013, p. 10.

[3] Ibid, p. 5.

[4] Bernard Gaëlle, « Préface » de Lyotard Jean-François, L’Inhumain, Causeries sur le temps, Paris, Klincksieck Collection Continents Philosophiques, 2014, p. 9.

[5] Höll Wolfram, op. cit, p. 21.

[6] Ibid, p. 59.

[7] Ibid, p. 1.

[8] Ibid, p. 5.

[9] Ibid, p. 8.

[10] Ibid, p. 9.

[11] Ibid, p. 38.

TRISTAN UND ISOLDE – RE-MISE EN SCENE A L’OPERA DE LYON DANS LE CADRE DU FESTIVAL MEMOIRES 2017

Compte rendu de Lucie Bénichou, étudiante en Master M1 d’Études Théâtrales de l’Université Sorbonne Nouvelle

 

Tristan und Isolde fut créé le 10 juin 1865 au Théâtre de la Cour de Munich dans la mise en scène de Richard Wagner, après de longs mois de recherche avant de trouver le seul ténor capable de tenir le rôle de Tristan, Ludwig Schnorr von Carosfeld, et la seule soprano pouvant soutenir Isolde en sa compagnie, Malvina Schnorr von Carosfeld. Cent trente années plus tard, c’est le metteur en scène subversif d’Allemagne de l’Est Heiner Müller qui met en scène l’œuvre wagnérienne dans le cadre du festival de Bayreuth de 1993, produit par le petit-fils de Wagner. L’œuvre fut représentée jusqu’en 1999, toujours au sein du festival de Bayreuth, alors même qu’Heiner Müller est mort en 1995. Si la représentation a pu continuer de se dérouler, c’est grâce au travail de Stephan Suschke, qui travailla comme codirecteur et assistant d’Heiner Müller au Deutsches Theater de Berlin, puis qui continua cette collaboration au Berliner Ensemble à partir de 1992. Stefan Suschke continua ainsi à produire la mise en scène de Tristan und Isolde d’Heiner Muller pendant encore quatre années après la mort de ce dernier. C’est donc à Stephan Suschke qu’a logiquement été confiée la réalisation de la mise en scène  de Tristan und Isolde dans le cadre du Festival Mémoires, festival annuel à l’Opéra de Lyon.

La mise en scène originale d’Heiner Müller avait témoigné d’une réelle remise en question et d’une déconstruction partielle de certains codes de l’opéra, mise en scène que Stephan Suschke a repris intégralement. Les acteurs s’émancipent notamment d’un registre gestuel plus traditionnel. La scénographie se libère du carcan réaliste, symbolisant ou suggérant un espace qui n’est pas uniquement indicatif d’une progression dans l’action (le navire, puis le château du roi de Cornouaille), mais qui traduit également des émotions, l’angoisse et la sensation d’un étau impossible à desserrer, la tragédie dont la fatalité enferme, obstrue toute échappatoire. Le plan incliné en fond de scène lors du premier acte pèse sur les actrices en avant-scène. Le carré de lumière où elles se tiennent délimite l’espace fermé où elles peuvent évoluer et qui s’avère ridiculement restreint par rapport à l’étendue du reste de la scène. L’enfermement et l’impossibilité d’une échappatoire sont tout aussi prégnants par la suite, lorsque Tristan et Isolde se retrouvent en pleine nuit dans la salle d’armes. L’omniprésence des armures ne leur laisse que très peu d’espace pour s’exprimer : elles envahissent toute la scène avec une régularité géométrique implacable. L’oppression et le sentiment d’enferment sont d’autant plus présents que c’est le pouvoir de l’Etat, son pouvoir de violence, qui est ainsi représenté, et que son omniprésence contraste particulièrement clairement avec l’envolée lyrique d’un romantisme exacerbé des deux amants. Enfin la dernière scène nous montre une salle qui semble avoir vécu la violence d’une implosion : recouverte de débris et de gravas, la scène témoigne de la nécessaire rupture face à l’intensité de l’amour tragique entre Tristan et Isolde.

La remise en scène d’une œuvre théâtrale en l’absence de son metteur en scène pose alors un certain nombre de questions. Le théâtre est un art de l’éphémère, qui contrairement au cinéma ne peut être dupliqué, ne peut devenir un objet de consommation individuelle, accessible à tout moment – et donc dans un temps et un lieu individuels. Le théâtre passe par ailleurs par le support filmique pour pouvoir être vu à nouveau, mais la captation propose bien l’expérience d’une vidéo et non pas une expérience théâtrale. Rejouée sans son créateur originel, la pièce devient donc un objet muséifié, qu’on ne peut se résoudre à laisser mourir, disparaître, que l’on prive de son contexte et de ses affects, alors même que le propre de l’expérience théâtrale se situe bien dans une notion d’expérience commune et restreinte, au sein d’un temps et d’un espace définis. Refuser la fin de ce temps et de cet espace, c’est en quelque sorte refuser la nature même du théâtre, refuser l’éphémère et la nécessaire mort de la représentation – qui comme toute création vivante, naît, vit et meurt.

Cependant, face à ces considérations, nous pouvons introduire la question que pose Serge Dorny au sujet de la recréation :  « Comment aujourd’hui verrons-nous, au prisme du temps, ces pierres de touche de l’histoire du théâtre et de l’opéra ?[1]». Dorny admet donc de fait la possibilité de décontextualiser une œuvre pour la soumettre à d’autres perceptions, d’autres appréhensions que celles auxquelles elle pouvait se confronter lors de sa création. Son interrogation, appliquée à la mise en scène d’un récit comme celui de Tristan und Isolde renvoie plus généralement à la question des mythes. Tristan und Isolde en est un : la conception archétypale et systémique du rapport entre amour et politique est de celles qui peuvent s’affranchir de tout contexte, tant les enjeux de pouvoir du collectif et les intérêts affectifs des individus y paraissent universels. Le mythe peut donc prétendre à la confrontation perpétuelle avec le public puisque son statut est celui de traducteur universel des fonctionnements intrinsèques à la condition humaine. Dans cette perspective, la recréation de Tristan und Isolde n’est pas seulement justifiée, mais également nécessaire : par la confrontation avec le public de toute époque, le mythe gagne en subtilité, tout comme le public reconnaît des émotions traversant les temps.

Cependant ce n’est pas uniquement le mythe qui est présenté au public, mais la mise en scène particulière de ce mythe, qui, elle, ne peut se défaire de sa contextualisation aigüe. Ceci est d’autant plus frappant dans le cas d’Heiner Müller, dont les engagements politiques sont par nature liés à un temps, c’est-à-dire à un contexte historique, politique, social et économique. Une considération plus scénographique de la mise en scène nous montre pourtant une forme d’atemporalité, la volonté de faire de la mise en scène même une forme de mythe. L’esthétique est épurée au possible, débarrassée de toute précision inutile, ce qui lui confère une ouverture des possibles : elle semble pouvoir se dérouler en tout temps et en tout lieu. Pourtant cela est hautement trompeur. Cette épure particulière, cette symbolique profonde qui est développée (pensons aux rectangles de lumière où se tiennent Isolde et Brangäne dans le premier acte, à la forêt des armures du deuxième acte ou au champ de ruines – amoureux – du dernier) répond à un ensemble de partis pris esthétiques et à une reconsidération des codes de l’opéra qui sont liés à des réflexions esthétiques particulières à une époque (en l’occurrence les années 1990). Stephan Suschke souligne : « Un beau tableau reste un beau tableau.[2] » Une autre vision des choses pourrait considérer que la beauté d’un tableau et en l’occurrence la beauté des images mises en scène par Heiner Müller ne peuvent en aucun cas se départir de ce qu’elles éveillent chez le spectateur, de l’écho à leur condition contemporaine. Aucune œuvre ne peut se départir de son contexte sans perdre énormément de sa profondeur et donc de sa beauté.

Enfin une forme d’hypocrisie subsiste. Stephan Suschke présente la volonté de « reconstituer fidèlement cette mise en scène[3] » ; hors la mise en scène ne comprend pas uniquement une scénographie et une chorégraphie, mais se compose également de l’interprétation des acteurs. Ici les acteurs ne sont pas les mêmes que dans la mise en scène originale. N’est donc pas transmis le travail de direction d’Heiner Müller, puisque dans l’imitation et la transmission du travail müllérien par Stefan Suschke, c’est bien ce dernier qui est le plus présent. De plus, il serait absurde de penser qu’il est possible de réellement remettre en scène le travail d’autrui sans y laisser sa trace, d’accomplir réellement le travail d’ « archéologue[4] » dont Stefan Stuschke fait mention et non pas le travail de « sculpteur ». Bien évidemment un travail de sculpteur aura lieu, puisqu’il ne se saisit pas d’une matière morte mais bien d’un spectacle vivant. La « remise en scène » est une « mise en scène », et il se dégage de cette « remise en scène » un sentiment de pauvreté : en souhaitant faire revivre à l’identique la mise en scène d’Heiner Müller en rejetant l’évidence de l’adaptation et de l’appropriation du travail d’autrui, Stephan Suschke présente un travail malheureusement terni, dont la pertinence laisse à désirer.

 

[1] DORNY, Serge. « Edito », Dossier de presse de l’opéra de Lyon pour le Festival Mémoires, du 7 mars au 5 avril 2017. En ligne sur : file:///C:/Users/lucie/AppData/Local/Packages/Microsoft.MicrosoftEdge_8wekyb3d8bbwe/TempState/Downloads/DP-Festival-Memoires-pages.pdf [consulté le 28 juin 2017]

[2] SUSCHKE, Stefan, propos recueillis par Guy Cherqui, dossier de presse de l’opéra de Lyon pour le Festival Mémoires, op.cit.

[3] Ibid.

[4] Ibid.

Baal de Bertolt Brecht – Mise en scène de Christine Letailleur

Compte rendu de la représentation du 30 avril 2017 au Théâtre de La Colline[1] par Christelle Hodencq, étudiante en Master M2 “Théâtre – Ecritures et représentations” à l’Université Sorbonne Nouvelle

Moi au théâtre

« Je suis un fauve et me conduis au théâtre comme dans la jungle. Il faut que je casse quelque chose, je n’ai pas l’habitude de me nourrir de plantes. C’est pourquoi l’herbe sentait souvent la chair fraîche, et pourquoi les âmes de mes héros étaient des paysages hauts en couleur, aux lignes pures dans un air ardent. Entendre des combattants piétiner, se déchirer, m’apaise ; qu’ils se maudissent et je suis comblé. Leurs méchants petits cris de damnés soulagent mon âme. La grande détonation excite ma sensibilité musicale, le geste définitif et incomparable satisfait mon ambition en même temps qu’il assouvit mon besoin de rire. Et ce que mes victimes ont de mieux, c’est leur grognement profond, indéfini, qui éclate dans la jungle, puissant et gavé, et si long qu’il finit par faire frémir les âmes fortes.[2] »

 

Baal, un drame à stations autour de la figure du poète

Dans un entretien datant du 21 mars 2017 à Rennes, la metteuse en scène déclare : « Baal, c’est Brecht jeune (…). On sent qu’il est attiré par ces poètes qui ont une vie, je dirais, anticonformiste, immorale (…). Le Poète, pour Brecht, c’est quelqu’un qui vit son immoralité (…), il est autrement que le modèle que la société voudrait qu’il soit.[3] » Le texte mis en exergue semble en effet aller dans ce sens et l’expert critique de l’œuvre de Brecht, Bernard Dort, n’écarte pas non plus cette hypothèse : « Baal serait-il Brecht lui-même, tel qu’il s’est rêvé dans sa vingtième année (..), l’ennemi de toute société ? Il se peut.[4] » Pour Christine Letailleur, l’aspect biographique de cette première pièce de jeunesse a certainement joué dans l’élan de création car elle avoue avoir « projeté » le comédien Stanislas Nordey dans Brecht : « Stanislas, c’est un peu Brecht aussi. Je regarde des photos de Brecht quand il était jeune, et je me dis tiens, c’est marrant, ils se ressemblent.[5] » Si, dans la représentation à laquelle j’ai assisté le 30 avril 2017 au Théâtre de la Colline, cette ressemblance physique ne m’est pas venue à l’esprit, il est indéniable que tout le spectacle repose sur les répliques de Stanislas Nordey. Sa voix parlée-chantée-slamée se fait entendre dès le prologue sur une musique subtile et moderne tandis qu’apparaît sur l’écran de fond de scène les lettres BAAL sur un cyclorama rouge, en écho à « l’antre maternel[6] » mais aussi au sang qui sera versé, puisque le noir prend le pas sur le rouge. Le comédien porte le spectacle dans ce qui devient une succession de longs monologues.

Le personnage Baal rappelle « le personnage-pèlerin des moralités médiévales[7] » que l’on retrouve « dans les drames à stations modernes (…). C’est à travers son propre regard que nous appréhendons les autres personnages, attachés, eux, à tel ou à tel lieu et à tel moment de la vie du protagoniste[8] ». Les propos de la metteuse en scène le confirment : « Cette œuvre est une errance existentielle. C’est un poète lyrique qui traverse des espaces, des lieux, qui rencontre des êtres, qui nous parle de la création, de la mort.[9] » Et elle ajoute : « Je voulais un acteur qui incarne, je dirais, les mots de Brecht, le verbe, mais qui ne soit pas dans une chose qui serait de l’ordre de l’interprétation, du jeu. Parce que, pour moi, Baal, c’est comme un long poème.[10] » En effet, Stanislas Nordey, avec la diction qui lui est propre, s’approprie et donne à entendre avec virtuosité chacun des mots de cette deuxième « version originelle, datée de 1919 et signée Bert Brecht[11] », dans une traduction d’Eloi Recoing « qui restitue son oralité vorace et scandaleuse[12] ». L’articulation de cette prose poétique, que Stanislas Nordey accompagne par une gestuelle des bras et un déséquilibre du corps permanents et non réalistes, donne l’impression d’un ange déchu qui ne pourrait plus accéder au ciel.

Quant à son double Ekart (Vincent Dissez), sa présence donne une dimension réflexive au personnage de Baal, dans le sens de « personnage réflexif-personnage témoin[13] », tel que Jean-Pierre Sarrazac le définit dans La Poétique du drame moderne, c’est-à-dire un personnage semblable à Baal, artiste-musicien en marge de la société, mais dont l’attitude est en observation constante des faits et gestes de Baal, à distance. Il est le témoin des errances de Baal souvent silencieux, assis dans une position qui rappelle le penseur de Rodin, surplombant les paysages du haut des toits de la ville et complice de ses jeux pervers mais dont il n’approuve pas la cruauté : « Comment peux-tu la maltraiter alors qu’elle est enceinte de toi ?[14] » Ou : « Tu es un maudit gaspilleur. As-tu seulement acheté un cercueil à ta mère ?[15] » Une photographie d’Ekart[16], prise la veille de la première au Théâtre National de Bretagne, le montre accroupi, la tête entre ses mains, à la manière du personnage du Cri (1895) de Munch, peinture expressionniste.

Le reste de la distribution a recours parfois à une gestuelle stylisée mais pas de manière systématique. Par exemple, la femme du chef du bureau de Baal, dès sa première apparition sur scène à la fin du second tableau, se déshabille tout en prenant des postures stylisées plus proches des postures d’une danseuse de cabaret que d’une bourgeoise. Cette gestuelle s’ajoute à d’autres procédés techniques qui font référence au mouvement expressionniste allemand comme les dessins des immeubles sur des ciels colorés de l’immense écran en fond de scène, l’utilisation de contre-jour et le recours aux ombres chinoises. Toutes les apparitions de la mère de Baal sont ainsi doublées par son ombre projetée sur les murs des blocs-dispositifs en bois (qui se trouvent de part et d’autre du plateau pour figurer les immeubles de la ville et différents lieux comme le débit de boissons ou le cabaret). Dans le premier tableau avec la mère, l’ombre géante de cette dernière, qui suggère l’inconscient refoulé de Baal, est gigantesque. Elle s’amenuise à mesure que la mère traverse le plateau, une bougie à la main, suivant le faisceau lumineux qui dessine l’espace, préfigurant l’impossibilité et/ou le refus de Baal de se confronter à sa noirceur. Les apparitions de la mère sont quasi fantomatiques, accentuées par une pénombre omniprésente tout au long du spectacle. Elles donnent une impression de rêves-cauchemars. Dans Le Théâtre postdramatique, Hans-Thies Lehmann écrit ainsi :

« L’Expressionnisme (…) développe certains motifs théâtraux qui s’afficheront dans le théâtre postdramatique. Sa relation au cabaret et le Traumspiel, le songe, (…) subvertissent la perspective homogène sur une logique des actions humaines (…). Le modèle de la succession kaléidoscopique et sans causalité de scènes et de tableaux dans le rêve s’impose.[17] »

On pourrait donc rapprocher le spectacle du Stationendrama ou drame à stations expressionniste.

 

Baal, un drame-de-la-vie en forme de long poème dramatique

 Christine Letailleur explique que, pour elle, Baal « est un long poème [18] », et elle précise aussi : « C’est pour dire que ce n’est pas un texte de théâtre. Chaque séquence, pour moi, est autonome, a sa propre vie, sa propre couleur. Chaque séquence est pour moi un matériau.[19] » Suggère-t-elle que le texte ne remplit pas toutes les conditions d’une pièce de théâtre aristotélicienne ? Selon Aristote en effet, la fable, ce bel animal, reposerait sur le principe décrit ici par Jean-Pierre Sarrazac :

« Système à l’intérieur duquel la relation chronologique entre les faits, les actions, se trouvait largement surdéterminée par une relation causale qui enchaînait les actions les unes aux autres, qui instaurait une instabilité croissante dans une situation a priori stable, tendait le conflit au maximum, provoquait la catastrophe et le retournement de fortune – Hegel devait ajouter : et aboutissait à un apaisement final.[20] »

La fragmentation de la fable est propre au drame moderne que Jean-Pierre Sarrazac nomme « drame-de-la-vie (…) échappée – au sens d’espace aménagé pour un passage – par rapport au drame-dans-la-vie[21] », qui, lui, « renvoie à un dispositif encadrant un épisode spécialement choisi de la vie d’un héros, épisode correspondant à un passage du bonheur au malheur (ou l’inverse), ayant lieu dans le temps de ce que Sophocle appelle une journée fatale.[22] » Dans la mise en scène de Christine Letailleur, la forme du drame-de-la-vie de Baal prend la forme du poème dramatique, forme hybride où l’« on ne perçoit plus de frontières entre le drame, le poème, le récit[23]». Dans le petit livret de présentation du spectacle remis avant la représentation de Baal au Théâtre la Colline, les propos de Christine Letailleur confirment cette hypothèse. A la question « Quelle est la singularité de la langue de Baal ? », celle-ci répond en effet :

« Si on connaît Brecht pour son œuvre engagée, son théâtre pédagogique, ses écrits théoriques, on oublie souvent qu’il fut aussi poète. C’est même par la poésie qu’il vient au théâtre ; Baal est pour moi un long poème dramatique, dans lequel les personnages sont façonnés par leur époque mais aussi par la langue, c’est elle qui donne toute leur ossature.[24] »

Dans l’entretien déjà cité, au sujet du personnage Baal, Christine Letailleur déclare par ailleurs : « Baal est en tension avec le reste du monde. C’est à la fois une pensée poétique, philosophique et politique.[25] » C’est dans la poésie de la langue que réside la dimension politique de cette œuvre car Brecht « n’effectuait le retour sur l’expressionnisme que pour retourner l’expressionnisme lui-même[26] ». Bernard Dort évoque pour sa part une légende selon laquelle Brecht écrivit son Baal en réaction à la pièce de Hanns Johst, Le Solitaire, « biographie théâtrale du poète romantique Christian Dietrich Grabbe[27] ». Brecht moquait la pièce de Johst et « la taxait d’idéalisme[28] ». Dort précise que, si « des analogies frappantes rapprochent Baal du Solitaire », « Baal est une parodie du Solitaire[29]» :

« Le Baal de Brecht s’inscrit en faux contre tout romantisme et singulièrement contre le dernier surgeon du romantisme allemand : l’expressionnisme. Il n’y participe que pour mieux le détruire, en le poussant jusqu’à l’absurde. Si Brecht se sert des formes et du langage de l’expressionnisme, c’est pour mieux les retourner contre leur source.[30] »

Si j’ai évoqué auparavant les choix de mises en scènes qui participent de cette affirmation de la référence à l’esthétique expressionniste dans le Baal de Christine Letailleur, on peut alors se demander comment celle-ci opère ce retournement dont Bernard Dort nous parle. Est-ce que ce « constat de décès »[31] évoqué par Dort se traduit par l’enfer mis en scène à la fin du spectacle, lorsque l’échafaudage principal, dans lequel les personnages erraient dans des poursuites circulaires incessantes ponctuées de cris et de râlements de femmes délaissées, prend feu ? Ou subordonne-t-elle ce retournement de la forme expressionniste à la nature poétique et politique de l’écriture brechtienne ?

Brecht fait dire à son personnage : « Je méprise l’exaltation romantique.[32] » En effet, la poésie de Baal porte intrinsèquement ce renversement de la forme expressionniste. Brecht, poète, évoque les « grands thèmes lyriques[33] » comme l’amour ou la nature mais dans des « comparaisons qui, par leur brutalité arrogante, détruisent toute sentimentalité[34] »:

« Et l’amour est comme quand on laisse flotter son bras nu dans l’eau glacée d’un étang, avec des algues entre les doigts, comme le supplice devant qui l’arbre ivre entonne son chant grinçant, chevauché par le vent fou, comme on se noie bruyamment dans le vin un jour qu’il fait chaud et son corps à elle s’écroule comme un vin très frais dans tous les creux et replis, et la vigueur rugit aux articulations, et la violence du choc qui s’ensuit, c’est comme de voler contre la tempête, et ça te coupe le souffle et ça te presse tant qu’à l’intérieur la vigueur s’accroît, déborde, explose et son corps roule sur toi comme du frais gravier. Mais l’amour est aussi comme une noix de coco, qui est bonne tant qu’elle est fraîche et qu’on doit recracher quand le jus est tiré et qu’il ne reste que la chair, au goût amer.[35] »

Certaines métaphores sont explicites et traduisent les positions politiques de l’auteur vis à vis de la bourgeoisie par exemple : « Quand on est, la nuit, étendu dans l’herbe, il est clair que la terre est une boule et que nous volons et qu’il y a sur cet astre des mouches à merde.[36] » Pour Daniel Frey, les très nombreux motifs empruntés à la nature « créent (…) l’univers transféré de l’anarchie des relations sociales que Brecht observe dans la société allemande autour des années 20.[37] »

Quid de cette anarchie sur scène ? Dans le spectacle, la nature est symbolisée par des ciels immenses et colorés, presque fantastiques et la forêt signifiée par des troncs d’arbres bien alignés et distancés les uns des autres. Il semblerait que la metteuse en scène ait choisi au contraire de nous montrer combien nos rapports sociaux aujourd’hui ne sont que solitudes : les personnages semblent perdus dans l’immensité de l’espace, séparés les uns des autres, suivant le tracé de lumières aux lignes pures, coupantes et dangereuses et dialoguant par monologues successifs.

[1] Pour la représentation du 30 avril 2017, il y avait : mise en scène : Christine Letailleur ; assistanat à la mise en scène : Stéphanie Cosserat ; scénographie : Emmanuel Clolus et Christine Letailleur ; lumières : Stéphane Colin ; son : Manu Léonard ; vidéo : Stéphane Pougnand ; assistanat à la dramaturgie : Ophélia Pishkar ; avec : Youssouf Abi-Ayad, Clément Barthelet, Fanny Blondeau, Philippe Cherdel, Vincent Dissez, Valentine Gérard, Manuel Garcie-Kilian, Emma Liégeois, Stanislas Nordey, Karine Piveteau, Richard Sammut.

[2] Bertolt Brecht, Ecrits sur le théâtre, traduit par Bernard Banoun, Jean-Louis Besson, (et al.), Paris, L’Arche, 2000, p. 45.

[3] Cet entretien filmé avec Christine Letailleur a été mis en ligne sur theatre.video.net par le Théâtre National de Bretagne, qui a accueilli sa récente mise en scène de Baal de Bertolt Brecht. « Entretien avec Christine Letailleur », URL : https://www.theatre-video.net/video/Baal-entretien-avec-Christine-Letailleur, consulté le 24 juin 2017.

[4] Bernard Dort, Lecture de Brecht, Paris, 2e éd. Revue et corrigée, augmentée de « Pédagogie et forme épique », Seuil, 1995, p. 36.

[5] « Entretien avec Christine Letailleur », op cit.

[6] Bertolt Brecht, Baal (version de 1919), trad. Eloi Recoing, Paris, L’Arche, 2017, p. 10.

[7] Jean-Pierre Sarrazac, Poétique du drame moderne, Paris, Seuil, 2012, p. 139.

[8] Ibid.

[9] « Entretien avec Christine Letailleur », op. cit.

[10] Ibid.

[11] Bertolt Brecht, Baal, op. cit., p. 2.

[12] Ibid.

[13] Jean-Pierre Sarrazac, Poétique du drame moderne, op. cit., p. 216.

[14] Bertolt Brecht, Baal, op. cit., p. 56.

[15] Ibid., p. 80.

[16] http://www.la-croix.com/Culture/La-malediction-poesie-Baal-Bertolt-Brecht-TNB-2017-03-22-1300833874, consulté le 24 juin 2017.

[17] Hans- Thies Lehmann, Le théâtre postdramatique, traduit par Philippe-Henri Ledru, Paris, L’Arche, 2002, p. 99.

[18] « Entretien avec Christine Letailleur », op cit.

[19] Ibid.

[20] Jean-Pierre Sarrazac, Poétique du drame moderne, op. cit., p. 29-30.

[21] Ibid., p. 67.

[22] Ibid., p. 78.

[23] Jean-Pierre Sarrazac [et al.], Lexique du drame moderne et contemporain, Belval, Circé, 2010, p. 158.

 

[24] Livret de présentation de Baal de Brecht mis en scène par Christine Letailleur lors de la représentation du 30 avril 2017 au Théâtre de la Colline.

[25] « Entretien avec Christine Letailleur », op cit.

[26] Jean-Pierre Sarrazac, Poétique du drame moderne, op. cit., p. 146.

[27] Bernard Dort, Lecture de Brecht, op. cit., p. 39.

[28] Ibid.

[29] Ibid.

[30] Ibid.

[31] Ibid.

[32] Bertolt Brecht, Baal, op. cit., p. 28.

[33] Daniel Frey, Brecht, un poète politique, Lausanne, L’Age d’homme, 1987, p. 123.

[34] Ibid.

[35] Bertolt Brecht, Baal, op. cit., p. 21.

[36] Ibid., p. 19.

[37] Daniel Frey, Brecht, un poète politique, op. cit., p. 123.

Espace du récit / récit de l’espace

CAHIERS DE NARRATOLOGIE – Analyse et théorie narrative

Numéro spécial – 31 bis | 2017
Espace du récit, récit de l’espace en contexte germanique

Ce numéro est le fruit des recherches sur la narrativité menées ces dernières années au sein du CEREG (Centre d’étude et de recherche sur l’espace germanophone, Université Sorbonne nouvelle-Paris 3) et s’inscrit dans la continuité d’un workshop sur « Espace et narration » (octobre 2013).

Sous la direction de Anne-Laure Daux-Combaudon, Elisa Goudin-Steinmann et Céline Trautmann-Waller

Introduction (par Anne-Laure Daux-Combaudon, Elisa Goudin et Céline Trautmann-Waller)

Espace vécu – Espace raconté

-Elisa Goudin : Spatialité et mise en récit de projets de vie alternatifs dans des espaces de l’ex Berlin-Est détournés de leur usage initial.

-Daniel Argelès : Limites, marges et liminalité : les enjeux narratifs et politiques de la représentation de l’espace dans les textes de fiction de l’écrivain berlinois Klaus Schlesinger dans la RDA des années 1970.

-Britta Jallerat-Jabs : « Ich mach ganz oft Kerzen an » ou comment raconter son habitat.

-Judith Kasper : La Bibliothèque nationale de France et le camp Austerlitz. La narration d’un espace traumatisé chez Sebald.

Déplacement et mise en récit

-Patrick Farges : Orient imaginé/Orient vécu chez les Juifs germanophones (yekkes) en Palestine / Israël.

-Anne Larrory, Ricarda Schneider : « und auf meinen platz sitzt n bursche mit nem hakenkreuz ». Lieux, espace et catégorisation dans les récits de l’Israel-Korpus.

-Dorothea Bohnekamp : L’Allemagne : un “non-lieu” pour les exilés judéo-allemands après 1945 ? 

 -Irmtraud Behr : L’arrivée à New York dans le roman Kokoschkins Reise, les moyens linguistiques de construction d’une figure spatiale.

-Louise Dumas : Construire un espace d’où faire émerger un nouveau cinéma allemand. L’espace au coeur du récit dans Im Lauf der Zeit, Lola rennt et Wolfsburg.

Matérialité et spatialité – aux limites du récit

-Anne-Laure Daux-Combaudon : Espace du texte et énoncés généralisants en ouverture de textes narratifs littéraires ou narration et performance dans les récits de fiction.

-Florence Baillet : L’expérience du tragique dans la mise en scène de Médée par Michael Thalheimer : pour une autre appréhension de l’espace et de la narration au théâtre.

-Kerstin Hausbei : Sur le seuil ? Hypothèses sur la spatialité dans la dramaturgie narrative de Roland Schimmelpfennig.

-Céline Trautmann-Waller : Le tapis d’Orient en Allemagne et en Autriche à la fin du XIXe siècle : défi spatial, défi narratif.

http://narratologie.revues.org/