Séminaire “Catégorie(s) / catégorisation” Séance du 22 mars 2019. Exposé de Sonja Zeman

Vendredi 22 mars, 10h, salle Athéna, Maison de la Recherche

Kategorien im Kontext: 
Interaktionsmuster von Tempus und Diskurs

Sonja Zeman (LMU München / Universität Bamberg)

“Strictly speaking, it is never just the grammaticizing element 
that undergoes grammaticization. Instead, it is the grammaticizing element in its syntagmatic context which is grammaticized.” (Himmelmann 2004: 31)

Die Entstehung neuer grammatischer Lesarten wird in der Regel als Form von Kontext-Expansion beschrieben: In Folge von Desemantisierung kommt es zur Ausweitung des Gebrauchs einer grammatischen Form, wobei deren Distribution als Indikator für fortschreitende Grammatikalisierung angesehen wird. Der Vortrag modifiziert diese Ansicht, indem er die Interaktionsmuster zwischen der Grammatikalisierung der Verbalkategorie Tempus und dem Diskurskontext in den Blick nimmt. Basierend auf einem Ansatz, der Diskursmodi als Viewpoint-Konfigurationen modelliert, wird anhand der Geschichte des deutschen Plusquamperfekts gezeigt, dass das Zusammenspiel zwischen der grammatischen Semantik und der Diskurskonfiguration für die gleiche Quellkonstruktion synchron zu unterschiedlichen Lesarten sowie diachron zu unterschiedlichen Grammatikalisierungspfaden führen kann. 

Himmelmann, Nikolaus. 2004. Lexicalization and grammaticization: Opposite or orthogonal? In Walter Bisang, NikolausHimmelmann&BjörnWiemer (eds), What makes grammaticalization? A look from its fringes and its components.Berlin / New York: de Gruyter [Trends in linguistics. Studies and monographs, 158], 21-42.

Organisation: Anne Larrory (anne.larrory@sorbonne-nouvelle.fr) et Anne-Laure Daux-Combaudon (anne-laure.daux@sorbonne-nouvelle.fr)

Séminaire “Narrativités allemandes”, séance du 22 mars 2019

Vendredi 22 mars, 15h, salle Athéna, Maison de la Recherche

Es war einmal…
Zum Verhältnis von Narrativität, grammatischer Perspektivierung und Fiktionalität

Sonja Zeman (LMU München / Universität Bamberg)

“No Standard Semantics Were Harmed in the Making of This Story.”
(Bourne&CaddickBourne 2016: 199)

Mit Blick auf die immer wieder aufgeworfene Frage nach dem Verhältnis grammatischer und narrativer Strukturen im Sinn einer ‚Grammatik der Narration‘ verfolgt der Vortrag zwei Ziele: Zunächst wird auf der Basis eines Abgleichs von sprachlichen und kognitiven Perspektivierungsmechanismen eine Definition von Narrativität als hierarchisch strukturierter, polyperspektivischer Diskurskonstellation (Zeman 2018) vorgeschlagen, die es ermöglicht, narrative Mikro- und Makrostrukturen systematisch in Bezug zu setzen. In einem zweiten Schritt wird gezeigt, dass eine solche Modellierung zu Implikationen für Hamburger’s These (1987 [1957]: 61) führt, der zufolge Tempora in narrativen Texten ihre grammatische Bedeutung „verlieren“ und stattdessen Fiktionalität markieren. Basierend auf einer Analyse von Tempus-Konfigurationen im Deutschen, die auf narrative Kontexte restringiert sind – i.e. das Epische Präteritum (EP: Morgen war diese spannende Konferenz!), das Historische Präsens (HP: Er trat ein und sieht sofort seinen Kollegen.) und das Schicksalsfutur (SF: Es sollte die beste Konferenz in seinem Leben werden.) – wird argumentiert, dass diese Konfigurationen nur sekundäre Fiktionalitätseffekte auslösen und dass keiner dieser Fiktionalitätseffekte ein Resultat „verlorener“ Temporalitätssemantik ist. Vielmehr wird gezeigt, dass die Effekte eine Folge der Interaktion zwischen unterschiedlichen Perspektiven ist, die durch die grammatische Semantik und die narrative Diskurskonstellation etabliert werden. 

Bourne, C. & E. CaddickBourne. 2016. Time in fiction. Oxford: Oxford University Press.

Hamburger, K. [1957] 1987. Die Logik der Dichtung. Stuttgart: Klett.

Zeman, Sonja. 2018. What is a narration – and why does it matter? In Markus Steinbach & Annika Hübl (eds.), Linguistic foundations of narration in spoken and sign language.Amsterdam / Philadelphia: Benjamins [Linguisticstoday / Linguistik aktuell 247], 173–206. 

Organisation: Anne-Laure Daux-Combaudon (anne-maure.daux@sorbonne-nouvelle.fr) et Anne Larrory (anne.larrory@sorbonne-nouvelle.fr)

Conférence de Claudia Öhlschläger


vendredi 12 avril 2019 de 14h à 16h
à la Maison de la Recherche (4, rue des Irlandais, Paris) Salle Mezzanine.

Journalismus intermedial. 
Städte- und Reisefeuilletons der Weimarer Republik
als kleine Bildarchive historischen Wissens


Conférence de Prof. Claudia Öhlschläger

Im ersten Drittel des 20. Jahrhunderts geben feuilletonistische Städte- und Reiseminiaturen wichtige Aufschlüsse über eine polyphone und sich als krisenhaft verstehende Moderne. Insofern sie die Grenzen von Journalismus, Literatur und Philosophie überschreiten, eignet ihnen ein hohes Maß an Selbstreflexivität. Der Vortrag fragt nach den geschichtsphilosophischen Implikationen von Reise- und Städtefeuilletons der Weimarer Republik und in kontextueller Verbindung damit nach den medialen Diskursen, von denen sie profitieren. Photographische Stadtansichten sind hier ebenso relevant wie die Ansichtspostkarte als kleine Form der Kommunikation. Gezeigt werden soll, dass Städtefeuilletons von Siegfried Kracauer, Walter Benjamin, Joseph Roth u.a. als kleine Bildarchive historischen Wissens von einem doppelten Zeitindex gekennzeichnet sind. 

Bibliografie

Aufsätze:

Kracauers feuilletonistische Städtebilder. In: “Doch ist das Wirkliche auch vergessen, so ist es darum nicht getilgt”. Beiträge zum Werk Siegfried Kracauers. Hrsg. von Jörn Ahrens, Paul Fleming, Susanne Martin, Ulrike Vedder. Wiesbaden 2017, S.17-33.

Ethik kleiner Dinge. Adalbert Stifter, Francis Ponge, W.G. Sebald. In: Weimarer Beiträge. Zeitschrift für Literaturwissenschaft, Ästhetik und Kulturwissenschaften 3, 62. Jg. (2016), S.325-345.

Roland Barthes´ Tagebuch der Trauer als kleine Form. In: Comparatio. Zeitschrift für Vergleichende Literaturwissenschaft. Bd. 8, Heft 2 (2016), S.305-319.

(mit Sabiene Autsch): Schauanordnungen des Kleinen in Kunst und Literatur. In: kritische berichte 1.2015: En Detail. Zur Epistemologie kleiner Formen. (Zeitschrift für Kunst- und Kulturwissenschaften, Jg.43), S. 92-109.

Augenblick und lange Dauer. Ästhetische Eigenzeiten kleiner Prosaformen der Moderne und Gegenwart. In: Figurationen des Temporalen. Literarische, philosophische und mediale Reflexionen über Zeit. Hrsg. von Claudia Öhlschläger und Lucia Perrone Capano. Göttingen: V&R Uni Press (Bd. 3: Zäsuren. Neue Perspektiven der Literatur- und Kulturwissenschaft, 2013), S. 93-106. 

Komplexität im Kleinen. Polychrone Zeiterfahrung und Medialität bei Ernst Jünger, Robert Musil, Undine Gruenter und Alexander Kluge. In: Musil- Forum. Studien zur Literatur der klassischen Moderne 32 (2011/12). Hrsg. von Norbert Christian Wolf und Rosmarie Zeller, S. 147-161. 

Sammelband:

Kulturen des Kleinen. Mikroformate in Literatur, Kunst und Medien. 
Hrsg. von Sabiene Autsch, Claudia Öhlschläger, Leonie Süwolto. Paderborn: Fink Verlag 2014.

Im Druck/in Vorbereitung:

* Spielplatz, Festung, Insel: Randzonen der Geschichtsreflexion in Reisefeuilletons von Franz Hessel, Joseph Roth, Robert Musil. Erscheint in: Musil-Forum 35 (2017/18). Berlin/Boston 2018. (im Druck)

* Feuilletons als kleine Bildarchive historischen Wissens. Städteminiaturen der Weimarer Republik. Erscheint in: Kulturpoetik. Zeitschrift zur kulturgeschichtlichen Literaturwissenschaft, Heft 2, Oktober 2019.

* Lektürewege, Bildmaterialitäten und Medienreflexion in feuilletonistischen Stadtansichten der Weimarer Republik (Benjamin/Kracauer). Erscheint in: Lektüreabbruch-Anschlusslektüren: Journale lesen”. Tagungsband der Forschergruppe “Journalliteratur” (2019).

* Geschichtsbetrachtung jenseits der Norm: Städte- und Reisefeuilletons von Franz Hessel, Joseph Roth und Siegfried Kracauer als politische Reflexionsräume und kleine Bildarchive historischen Wissens. Erscheint bei Synchron (Wissenschaftsverlag der Autoren) Heidelberg 2019.

Prof. Dr. Claudia ÖHLSCHLÄGER, Professorin an der Universität Paderborn, Institut für Germanistik und Vergleichende Literaturwissenschaft, Gastprofessur an der École Normale Supérieure, rue d´Ulm, Paris (2007), Max Kade Distinguished Visiting Professorship an der University of Washington, Seattle (USA 2010), Gewähltes Mitglied des Fachkollegiums 105: Allgemeine und Vergleichende Literaturwissenschaft bei der DFG (2012-15), seit 2015 Erste Vorsitzende des Beirats des Göttinger Centrums für Geschlechterforschung (GCG). Forschungsschwerpunkte: Europäische Literatur des 18., 19. und 20. Jahrhunderts, Text/Bild-Bezüge (Intermedialität), Psychoanalyse, Geschlechterdifferenz und Literatur, Kultur- und Kunsttheorie, Klassische Moderne/Avantgarde, Poetologien der Wahrnehmung (Romantik, Moderne, Postmoderne), Kulturelles Gedächtnis, W. G. Sebald: Narration und Ethik, Realismus nach den europäischen Avantgarden (Tagung und Publikation 2010), Kleine Formen (Tagung 2013 und Publikation 2014), Kleine journalistische Formen: Reise- und Städtefeuilletons der Weimarer Republik (Projekt 2018f.), Urbane Kulturen und Räume intermedial: Zur Lesbarkeit der Stadt in (Journal)Literatur, Medien und Künsten (1900 bis heute).

Organisation: Sarah Neelsen

Contact: sarah.neelsen@sorbonne-nouvelle.fr

Parution “Le genre bref”

Irmtraud Behr / Florence Lefeuvre (éds), 2019, “Le genre bref. Des contraintes grammaticales, lexicales et énonciatives à une exploitation ludique et esthétique”.  Berlin, Frank&Timme.


Les contributions rassemblées dans ce volume sont issues des travaux d’un groupe de chercheurs plurilingues qui ont analysé les occurrences de manifestations linguistiques de petite envergure.

Le présent volume cherche à éclairer les ressorts linguistiques et plus largement sémiotiques de ces messages relevant du genre bref. Les objets d’étude se rencontrent dans l’espace public (compris comme un espace d’accès libre ou peu restreint, en opposition avec l’espace privé) aussi bien que dans certains livres ou encore sur des téléphones et autres objets électroniques. Les auteurs analysent des messages situés dans plusieurs espaces linguistiques (allemand, anglais, espagnol, français, japonais), prenant en compte les caractéristiques de chaque langue mais également des cultures discursives. Si les contraintes grammaticales, lexicales et énonciatives s’y manifestent pour chacun des genres brefs étudiés, favorisant notamment un appareil énonciatif minimal, on peut voir parfois une dimension esthétique ou ludique se manifester, ce qui permet de créer par ce biais un lien avec tout destinataire potentiel.

Recension

Florence BAILLET et Anne-Laure DAUX-COMBAUDON (dir.), Matérialités de la narration.Perspectives germaniques, Cahiers d’Études Germaniques n°75, 2018/2, Presses universitaires de Provence, 276 p.

Contributeurs : Florence Baillet, Svetlana Chernyshova, Anne-Laure Daux-Combaudon,  Markus Engels, Patrick Farges, Indravati Félicité, Rita Finkbeiner, Elisa Goudin, Kerstin Hausbei, Andréa Lauterwein, Sarah Neelsen, Serguej Rickenbacher, Bénédicte Terrisse, Hélène Thiérard, Georg Weidacher.

            « Si d’aucuns ont pu croire à un épuisement de la narratologie une fois passé l’acmé de sa période structuraliste, une évolution contraire se produit cependant » : c’est ce qu’écrivent Florence Baillet et Anne-Laure Daux-Combaudon dans leur introduction à l’ouvrage Matérialités de la narration. Perspectives germaniques(p. 9). Ce volume, co-édité par les deux chercheuses du Centre d’études et de recherches sur l’espace germanophone (CEREG), témoigne de cet essor théorique depuis la fin des années 1980. Il montre en outre que l’approche narratologique s’inscrit dans l’actualité de la recherche en sciences humaines.

            Premièrement, sur le plan méthodologique, la narratologie – particulièrement dans le cadre des « narratologies post-classiques », pour reprendre l’expression du chercheur David Hermann – se renouvelle grâce à des apports interdisciplinaires. Matérialités de la narrationréunit ainsi quinze contributions de chercheurs travaillant dans des domaines aussi divers que l’histoire, la civilisation, la linguistique, la traduction ou les arts, qu’il s’agisse de la littérature, de la musique ou des arts de la représentation et de la mise en scène. Le volume a donc tout à fait sa place dans les Cahiers d’études germaniquesqui, depuis leur création, s’attachent à rendre justice à la diversité des facettes disciplinaires des études germaniques.

            Deuxièmement, sur le plan thématique, la narratologie trouve des prolongements dans le cadre d’un regain d’intérêt pour les choses au sein des sciences humaines – que l’on peut appeler, comme le suggèrent Florence Baillet et Anne-Laure Daux-Combaudon, un « tournant matériel » (p. 11). Dans quelle mesure ce « retour des choses » permet-il de jeter un nouvel éclairage sur la question de la narration ? Selon les éditrices, le point de vue matériel permet de mettre l’accent non plus sur « ce qui est raconté » mais sur « le processus même de la narration et la manière dont elle se constitue en acte, telle une performance » (p. 13). Une telle redéfinition de la narration est certes pertinente, mais a toutefois déjà été développée par les narratologies post-classiques. La plus grande originalité (et qualité) de cet ouvrage consiste à traiter aussi la réciproque : Dans quelle mesure la question de la narration permet-elle de redéfinir le concept de matérialité ? Le volume est ainsi organisé en quatre grandes parties qui déploient un éventail de façons d’envisager les matérialités (le pluriel a son importance) : matière mise en forme dans la première partie « Objets et artéfacts » (p. 21 à 74), matière brute dans le deuxième volet intitulé « Matières » (p. 76 à 140), matière incarnée dans le chapitre consacré au(x) « Corps » (p. 141-183), enfin la matière comme vecteur de la narration dans la dernière partie « Supports et médias » (p. 185-251). Au fil des pages, le concept de matérialité, éclairé sous divers jours à travers les variations de celui de narration, gagne en relief et en chatoiement.

            La première partie fonde le propos dans la mesure où elle montre que les liens entre narration et objets sont réciproques. D’un côté, les objets ont un potentiel narratif : ils peuvent susciter le récit (récit-souvenir, nécessairement subjectif, dans la contribution de Florence Baillet, récit du politique au présent dans la contribution d’Indravati Félicité) et ses modalités (ludique dans le premier cas, à vocation scientifique dans le second). D’un autre côté, le récit peut, de manière performative, susciter l’objet (l’orgue olfactif fut d’abord une fiction littéraire avant de devenir une réalité, comme le souligne Serguej Rickenbacher) ou s’y substituer (Elisa Goudin montre que c’est un récit qui donne au château de Berlin, flambant neuf, son épaisseur historique et sa valeur patrimoniale). On voit que des questionnements d’histoire politique, d’histoire des sciences et des techniques traversent les quatre contributions, ce qui ancre la réflexion dans le contexte germanique et fait de cette première partie une base et un cadre pour le propos développé tout au long de l’ouvrage.

            Les deux parties centrales se confrontent à la « concrétude » de la matière et des corps telle qu’elle affleure dans des œuvres (littéraires pour les articles Bénédicte Terrisse et d’Hélène Thiérard, multi-médias pour celle d’Andréa Lauterwein, filmique pour celle de Svetlana Chernyshova) ou dans des documents historiques (les entretiens qui forment le corpus de la réflexion de Patrick Farges). On notera en particulier l’originalité des deux contributions consacrées à ce que l’on peut considérer comme des produits de consommation ayant aussi une dimension artistique : les jeux vidéo, auxquels des éléments matériels comme la neige, le métal ou le bois confèrent une texture en même temps que des échos idéologiques (contribution de Markus Engels) et les livres audio, dont la matérialité strictement auditive offre de nouvelles potentialités narratives (contribution de Kerstin Hausbei).

            La dernière partie ouvre sur des questionnements plus médiologiques. Penser les matérialités de la narration permet aussi de montrer ce que la narratologie peut apporter aux études médiales, qui sont un champ de recherche en pleine expansion. Sont analysés en particulier les liens entre musique et genre littéraire romanesque (Sarah Neelsen), entre texte et image dans un cadre d’énonciation narratif, que celui-ci soit la littérature pour enfants (Rita Finkbeiner) ou la publicité (Anne-Laure Daux-Combaudon), entre mythe et mode de fonctionnement de l’internet (Georg Weidacher). On regrettera peut-être que cette dernière partie ne revienne pas sur l’intermédialité des œuvres évoquées dans les parties précédentes (littérature, théâtre, vidéo, cinéma…) pour problématiser les spécificités narratives liées à tel ou tel médium. Cette dernière remarque, cependant, montre à quel point les enjeux soulevés par cet ouvrage sont actuels et stimulants.

Compte-rendu rédigé par Louise Dumas

Séminaire “le genre bref”

Le séminaire “genre bref” est animé conjointement par Irmtraud Behr (CEREG) et Florence Lefeuvre (CLESTHIA), en coopération avec France Dhorne (Université Aoyama Gakuin, Tokyo) et Christine Copy (Université de Pau et des Pays de l’Adour).

Le séminaire a donné lieu à plusieurs journées d’études dans le passé et à un colloque en mars 2017 à Tokyo (Japon) organisé par France Dhorne. Les actes de ce colloque sont désormais accessibles en ligne sur le site du département de français de l’université Aoyama Gakuin, Tokyo : http://www.cl.aoyama.ac.jp/french/2018/conference/actes-colloque-genre-bref.pdf

Séminaire “Narrativités allemandes”, séance du 9 novembre 2018

La prochaine séance du Séminaire narrativités allemandes aura lieu 

le 9 novembre 2018, 15h-17h, salle 410 (Centre Censier). 

L’invitée sera Mme Angelika Schober: 

 “Ecrire la guerre au féminin? Edith Stein et la Première Guerre mondiale”

 Angelika Schober est Professeur des Universités à l’Université de Limoges en Histoire des idées et civilisation. Elle est Membre de l’équipe EHIC EA 1087 et membre associé de deux autres équipes de recherche : EIRIS-Equipe Interdisciplinaire de Recherche sur l’Image Satirique (EA-4249 HTIC, Université de Bretagne Occidentale) ; Groupe de Recherche sur la Culture de Weimar, FMSH, Paris. 

Elle a écrit un article sur la thématique de l’écriture féminine de la guerre qui paraîtra en automne dans la revue en ligne AWP-Review : The Arts of War and Peace,éditée par l’EA LARCAde Paris-Diderot (numéro consacré à “A Panorama of Women’s War Writing”). (http://www.awpreview.univ-paris-diderot.fr/?lang=en)

Elle a notamment publié: 

Angelika Schober, Reflets des Lumières dans la pensée allemande, collection “Ouverture philosophique”, L’Harmattan, Paris, 2016, 141 p.

Angelika Schober, Les relations franco-allemandes dans la presse et les dessins de presse, numéro hors série de Ridiculosa, Université de Bretagne Occidentale, 2015, 170 p.

Angelika Schober, Le pouvoir au féminin. Identités, représentations, stéréotypes dans l’espace germanique (avec Aline Le Berre et Florent Gabaude), Presses Universitaires de Limoges, 2013, 504 p.

Angelika Schober, La presse satirique dans le monde. Histoire et évolution de la presse satirique dans vingt pays (avec Jean-Claude Gardes), Numéro hors série de Ridiculosa, Université de Bretagne Occidentale, 2013, 597 p.

Séminaire “Le genre bref dans l’espace public”

Ce séminaire est organisé conjointement par le CEREG et CLESTHIA, dans le cadre du réseau international “Le genre bref dans l’espace public”

Séance du 12 octobre 2018, Censier, salle 410: Construire une base de données? 

Séance du 7 décembre 2018, Censier, salle D19: Pierre Halte, La place des icônes dans le message électronique

Autres dates prévues: 

8 février 2019

5 avril 2019

14 juin 2019

Séminaire “Narrativités allemandes”, dates 2018-2019

Les séances du séminaire ont lieu le vendredi après-midi (sauf le 18 janvier 2019).

9 novembre 2018, Angelika Schober, Ecrire au féminin? Edith Stein et la première Guerre mondiale.  Censier, salle 410

18 janvier 2019, Journée d’étude organisée par les étudiants du master EGISAM, Lieux et espace dans le récit autobiographique.

22 mars 2019, Soja Zeman, Narrativitätsperspektive.

24 mai 2019, Simona Leornardi, Erinnerungsthematisierungen in autobiographischen Erzählungen aus dem Israelkorpus. 

7 ou 28 juin 2019

Projet « Diaspora »

Cet atelier se propose de réunir des chercheurs venant de différentes disciplines pour construire une coopération scientifique autour de la question des diasporas. Nous proposons de penser ensemble les différents usages auxquels la notion de diaspora a donné lieu en abordant l’histoire juive comme matrice (politique, sociale et culturelle) d’autres expériences ou formes de vie diasporiques jusque dans le présent immédiat. Ce projet est porté par Katja Schubert et Céline Trautmann-Waller, dans le cadre du Campus Condorcet (appel à projets 2018-2019).

Les séances auront lieu le vendredi matin: 26 octobre, 7 décembre, 1er février, 22 mars, 17 mai dans les locaux de Nanterre, Paris 3, Diderot, EHPE, ancienne école Polytechnique (à préciser).

Séminaire « Catégorie(s) / catégorisation »

Le séminaire a lieu le vendredi après-midi. Voici les séances prévues :

30 novembre 2018 Sylvain Farge, La catégorisation en langue, entre stabilité et flexibilité, entre structures cognitifs et usages discursifs; Censier, salle D19

1er février 2019 Hervé Quintin, Les indéfinis

22 mars 2018 Sonja Zeman (matin)

17 mai 2019 Jean-Louis Georget, La construction des catégories ethnologiques en Allemagne au 18ème siècle (titre de travail)

21 juin 2019

L’oeil immersif – Devenirs du regard dans les pratiques immersives du tournant des XXème et XXIème siècles au théâtre

Colloque international organisé par l’ENSATT (Mireille Losco-Lena) et l’Université Sorbonne Nouvelle (Florence Baillet et Arnaud Rykner) du 23 au 25 juin 2018 en partenariat avec le Musée des confluences, l’Institut Goethe de Lyon et le Théâtre Nouvelle Génération (avec traduction simultanée allemand-français et français-allemand tout au long du colloque).

Propos du colloque

Les pratiques scéniques contemporaines sont particulièrement habitées par la dimension visuelle. Or, non seulement elles démultiplient les images sur la scène et n’ont de cesse de solliciter le regard du spectateur, mais elles vont parfois jusqu’à l’absorber, en particulier par le biais de dispositifs désormais nommés « immersifs », lesquels semblent connaître un essor depuis les années 1990. D’où l’hypothèse de « la transformation du théâtre (étymologiquement ‘lieu d’où l’on regarde’) en environnement immersif (lieu dans lequel on est plongé) » qui mettrait définitivement fin à plus de trois siècles de domination du théâtre par l’œil du Prince.

Pourtant, l’art théâtral a déjà antérieurement développé des formes immersives ou du moins n’a quasiment cessé, d’une manière ou d’une autre, de convoquer l’immersion, les modalités esthétiques de ce « regard immergé » au théâtre excédant ainsi très largement le théâtre dit immersif lui-même et pouvant se déployer dans des dispositifs frontaux, par exemple, dans le champ contemporain, ceux de Claude Régy, de Romeo Castellucci, ou dans certaines formes de théâtre performatif, dont l’esthétique énergétique et pulsionnelle est susceptible de générer un œil absorbé. Le présent colloque international se caractérisera par conséquent par une double approche : (1) d’une part, il s’agit d’élargir la question de l’immersion au-delà les dispositifs dits explicitement immersifs et de faire l’hypothèse qu’elle permet d’interroger un large spectre de spectacles contemporains ; (2) d’autre part, il s’agit de resserrer les réflexions sur la question du regard organisé par les scènes contemporaines, dans un rapprochement théorique avec les études visuelles (dans la continuité du colloque international de 2015 L’Œil et le théâtre – La question du regard sur les scènes européennes au tournant des XIXème et XXème siècle. Etudes théâtrales et études visuelles : approches croisées).

 Programme du colloque

23 mai 2018, Musée des Confluences, petit auditorium

 

9h : Accueil (pour les intervenants du colloque)

 9h15-10h15 : Atelier muséographique avec Gilles Mugnier, scénographe, autour de l’exposition Hugo Pratt

 10h15-10h30 : Pause

10h30-11h : Ouverture officielle du colloque en présence des organisateurs et des partenaires

Session 1 (11h-13h) : L’avènement d’un régime immersif du regard ?

Président de séance : Daniel Urrutiaguer (Université Lyon 2)

–       Daniel Bougnoux (Université de Grenoble) : “Devant / dedans : quand la vue défaille. »

–       Ulrike Haß (Ruhr-Universität Bochum) : « Immersive Räume. Vom Ende des Blickregimes, wie wir es kannten. »(« Espaces immersifs. La fin de ce régime du regard qui était le nôtre. »)

–       Pascale Martinez (Lycée Blomet, Paris), « L’œil immersif dans un théâtre de cire : l’exemple du musée Grévin. »

Discussion

Session 2 (14h30-16h30) : Enjeux perceptifs des dispositifs immersifs

Présidente de séance : Julie Sermon (Université Lyon 2)

–       Florence Baillet (Université Sorbonne Nouvelle) : « La vue et le toucher au sein de pratiques théâtrales immersives : une esthétique au contact. »

–       Anyssa Kapelusz (Université Aix-Marseille) : « Dynamiques perceptives d’un spectateur en marche. »

–       Erica Magris (Université Paris 8) : « Le regard des spectateurs munis de casques audio : effets de l’écoute médiatisée individualisée entre immersion et dissociation. »

Discussion

16h30-17h : Pause

17h-18h : Entretien avec Stefan Kaegi(Rimini Protokoll) en dialogue avec Nicole Colin-Umlauf (Université Aix-Marseille)

24 mai 2018, Goethe Institut

9h : Accueil

Session 3 (9h15-10h30) : Politiques du regard immergé (distance/ absorption) (1)

Présidente de séance : Ulrike Haß (Ruhr-Universität Bochum)

–       Adam Czirak (Freie Universität, Berlin) : « Das verlorene Privileg der Gesamtsicht. Blick-Politiken in immersiven Theaterformen. » (« Le privilège perdu de la vue d’ensemble. Politiques du regard dans des formes immersives de théâtre. »)

–      Barbara Gronau (Universität der Künste, Berlin) : « Absorption oder Reflexion ? Paradoxa der Immersion in den Darstellenden Künsten. » (« Absorption ou réflexion ? Paradoxes de l’immersion dans les arts du spectacle. »)

Discussion

10h30-11h : Pause

Session 4 (11h-12h15) : Politiques du regard immergé (distance/ absorption) (2)

Président de séance : Olivier Neveux (ENS de Lyon)

–       Cyrielle Dodet (Université d’Albi) : « De l’œil immergé aux regards émergents : l’intermédialité politique de Soubresaut du Théâtre du Radeau. »

–       Miriam Dreysse (Universität Gießen) : « Wo stehe ich ? Zum Verhältnis von Beteiligung und Distanz im zeitgenössischen Theater. » (« Où suis-je ? La relation entre participation et distance dans le théâtre contemporain. »)

Discussion

14h-15h : Entretien avec Anne Théron, metteure en scène, en dialogue avec Manon Worms (Université Lyon 2).

15h15-15h30 : Pause

Session 5 (15h15-17h15) : Œil immersif et fascination

Président de séance : Pierre Piret (Université Louvain-la-Neuve) 

–       Arnaud Rykner (Université Sorbonne Nouvelle / Institut Universitaire de France) : « Le théâtre nous regarde : regard, absorption, immersion. »

–      Nikolaus Müller-Schöll (Goethe-Universität, Frankfurt am Main) : « Illusion der Immersion – Immersion in der Illusion » (« Illusion de l‘immersion – Immersion de l’illusion. »)

–       Adeline Thulard (Université Lyon 2) : « Fascination et vertige : la dimension immersive du jeu de Lars Eidinger. »

Discussion

 25 mai 2018, Théâtre Nouvelle Génération- CDN de Lyon Les Ateliers presqu’île

 

9h : Accueil

 Session 6 (9h15-10h30) : Dispositifs frontaux et incertitude perceptive

Président de séance : Jérémie Majorel (Université Lyon 2)

–       Julien Botella (Université Sorbonne Nouvelle) : « Le spectacle rendu à son atmosphère : étude du milieu-brume dans le théâtre de Claude Régy (2009-2016).»

–       Pierre Piret (Université de Louvain-la-Neuve) : « ‘Fantasmagorie technologique’ et incertitude perceptive. Le travail de Denis Marleau. »

Discussion

10h30-11h : Pause

11h-12h :Fabriques de l’œil immersif et recherches scéniques actuelles. Table ronde animée parMireille Losco-Lena (ENSATT),avecJulien Dubuc(collectif InVivo), Gala Ognibene(scénographe), Thomas Pachoud(artiste multimédia) et François Weber (concepteur son et vidéo)

 12h-13h :Entretien avec Joris Mathieu, directeur du TNG et directeur de la compagnie « Haut et Court », en dialogue avec Julie Sermon (Université Lyon 2)

13h : Conclusions du colloque

Site du colloque : http://www.univ-paris3.fr/l-oeil-immersif-devenirs-du-regard-dans-les-pratiques-immersives-du-tournant-des-xxeme-et-xxieme-siecles-au-theatre-474647.kjsp

 

 

Contacts : mireille.losco@ensatt.frflorence.baillet@univ-paris3.fr, arnaud.rykner@univ-paris3.fr

 

Colloque en honneur de Georges-Arthur Goldschmidt les 28 et 29 mai 2018

Traverser les limites

Colloque en honneur de Georges-Arthur Goldschmidt Paris
Maison de la Recherche de la Sorbonne Nouvelle, 4 rue des Irlandais, Paris Ve, Salle Claude Simon

(Comité scientifique : Wolfgang Asholt, Humboldt Universtät zu Berlin; Catherine Coquio, Université Paris – Diderot; Jürgen Ritte, Université de la Sorbonne Nouvelle – Paris 3)

28 mai, Matinée : Le corps et l’histoire

9h – 9.30h : Ouverture : La Traversée des fleuves et des limites. A propos de l’oeuvre de Georges-Arthur Goldschmidt (Jürgen Ritte, Wolfgang Asholt, Catherine Coquio)

9h30 – 10.15h : Michèle Tauber : La disparition du corps dans l’espace

10h15 -11h : Agnieszka Komorowska : Toute honte vue : l’étrange visibilité de la honte chez Georges-Arthur Goldschmidt

11h -11.30h : Pause

11h30 – 12.15h : Claude Burgelin : Le corps et l’histoire

Pause déjeuner au Jardin d’Ivy, 75 rue Mouffetard (pour les intervenants uniquement)

28 mai, Après-midi : L’écrivain engagé

14h – 14h45 : Gabriele Napoli : Corps au monde ou l’émerveillement d’exister.

14h45 – 15h30 : Frosa Pejoska : « Ile verticale dressée dans un vide jaune » Etrangéisation par la métaphore

15h30 – 16h : Pause

16h – 16h45 : Stefan Willer : Freud, Goldschmidt et la psychanalyse de la langue allemande

16h45 – 17h30 : Tiphaine Samoyault : Colères de Georges-Arthur Goldschmidt : Peter Handke et Martin Heidegger

29 mai, Matinée : Le traducteur et les traductions

9h – 9h45 : Dirk Weismann : Affinités (auto)traductives : Goldschmidt et Handke

9h45 – 10h30 : Hélène Thiérard : Pensée du langage et pratique de la traduction chez Georges-Arthur Goldschmidt

10h30 – 11h : Pause

11h – 12h15: Patricia Oster-Stierle : « Mein Buch habe ich Dir nun geschickt ». Peter Handke, traducteur de Georges-Arthur Goldschmidt

***

Avec le soutien du DAAD, de l’Université Sorbonne Nouvelle, de l’Université Paris Diderot, de l’EA 4223 CEREG

Séance de travail autour des notions de médialité / multi-modalité, le 4 mai  2018

Maison de la recherche, 4, rue des Irlandais 75005 Paris, Salle Mezzanine

Lors de cette séance de travail seront confronté différents aspects ayant trait à la médialité. Deux exposé porteront sur l’oral (Jan Schneider, Aliyah Morgenstern) et deux sur des expressions écrites (Anne-Laure Daux-Combaudon, Irmtraud Behr)

​10h Jan Schneider ​: “Medien als Verfahren der Zeichenprozessierung. Ein Plädoyer für einen semiotischen Medienbegriff.” (Les médias / la médialité comme processus de génération de signes. Plädoyer pour une conception sémiotique de la médialité)

10h45 Anne-Laure Daux-Combaudon : Multimodalität und Narration : zum narrativen Potential von Sprache und Bild (Multimodalité et narration : à propos du potentiel narratif de la langue et de l’image)

Pause

11h45  Irmtraud Behr : Indexicalité ​matérielle, iconique et linguistique, réflexions au sujet des genres brefs dans l’espace public

14h : Aliyah Morgenstern : Approche multimodale de l’expression de l’aspect en russe, français et allemand