Création d’un cercle de lecture

La culture de masse :
divertissement ou Bildung?

Responsable(s)
COUTURIER Claire 
CAMPIGOTTO Marie
POULOT Cécile
BERINGER Guillaume

Contact(s)
Pas d’inscription préalable nécessaire

Contact : guillaume.beringer@sorbonne-nouvelle.fr

Présentation générale

La mort de Goethe en 1832 marque une rupture dans la définition de la culture. Le déclin de la Hochkultur coïncide en effet avec une réflexion menée quant à la possibilité de diffuser plus largement la culture auprès d’un public de non-initiés, dans le but de le libérer progressivement du travail. Avec la multiplication des théâtres, des cafés-concerts et des Music Halls, la culture devient populaire, dans la mesure où le peuple en devient le récepteur puis également l’acteur, tout un chacun pouvant participer d’une manière ou d’une autres aux diverses animations. Tandis qu’au départ les programmations s’inspirent largement des pièces et des compositions qui étaient jusqu’à lors réservées à la classe supérieure, cette culture populaire va pourtant rapidement s’autonomiser afin de proposer des œuvres à proprement parler récréatives. Toute œuvre possède désormais une valeur muséale (Ausstellungswert), que les différentes expositions universelles vont s’efforcer de souligner. Ce processus va s’accélérer avec l’apparition de la photographie puis le film. L’expérience d’une culture désormais déracinée, partagée dans sa volonté mondialisatrice par un nombre croissant, supprime ainsi peu à peu les frontières sociales. C’est alors que l’on peut véritablement parler d’une culture de masse. La radio va ensuite parachever cette évolution, invitant la culture désormais quotidienne et omniprésente dans l’espace privé. Mais si cette démocratisation de la culture qui émerge grâce à la société de divertissement promet l’émancipation des individus au terme d’une culturation des classes populaires, elle n’en est pas moins très critiquée : La culture aurait étéréifiée à l’état de simple marchandise dont l’objectif serait la capitalisation monopolistique à visée consumériste d’une part, la distraction des masses d’autre part. L’industrie de la culture posséderait dés lors des traits fascisants, n’éduquant non pas à l’esprit critique mais au contraire, manipulerait les masses par la sacralisation de nouveaux fétiches. Se pose alors la question si la culture populaire ou bien la culture de masse est en accord avec l’idéal des Lumières – l’idée de jeu n’étant pas antinomique avec celle d’apprentissage et de savoir – ou bien si à l’inverse elle serait, en élaborant de toute pièce des mythes modernes, un nouvel opium du peuple.

Objectifs

Ce cercle de lecture qui porte sur la culture de masse est un séminaire doctoral de recherche, pensé par et pour les doctorants. Né à l’automne 2019, le séminaire propose de réunir régulièrement doctorants mais aussi jeunes chercheurs français afin de réfléchir collectivement autour de la notion de « culture » en lien avec le divertissement, la consommation. Son objectif est de réunir une banque de textes et concepts critiques clés et variés – canoniques et non canoniques. Chaque séance, deux jeunes chercheurs présenteront un texte de leur choix, qui s’interrogent sur la thématique du jour. Les participants sont ensuite invités à discuter collectivement mais aussi à réfléchir aux intersections de ces textes avec leurs propres travaux.

Le séminaire se veut avant tout pluridisciplinaire ; son objectif est d’établir une cartographie de la critique contemporaine et des formes qu’elle peut prendre dans différents champs de recherche. Il invite également les participants à réfléchir aux intersections de leur propres travaux avec les théories et textes présentés à chaque séance.

 

Calendrier 2019-2020 
Le mercredi de 15h à 17h,
Maison de la Recherche 4, rue des Irlandais 75005 Paris
Salle de réunion au 2e étage.

Mercredi 18 Décembre
Le culte de la distraction (Cécile Poulot et Claire Couturier)

KRACAUER, Siegfried, Kult der Zerstreuung, in: Das Ornament der Masse, Suhrkamp Verlag, Frankfurt am Main, 2014 [1926] S. 311-320.

Mercredi 29 Janvier
Expériences collectives et démocratisation de la culture (Marie Campigotto [sous réserve] et Guillaume Beringer)

Mercredi 26 Février
L’industrie de la culture pop (Agnès Gayraud [sous réserve] et Guillaume Beringer)

Mercredi 6 Mai
A définir

 

Structure fédérative “le genre bref dans l’espace public” – colloque à Bayonne les 10-12 octobre 2019 : “lexique et genre”

Le colloque est soutenu par deux équipes de La Sorbonne Nouvelle – Paris 3, à savoir le CEREG et CLESTHIA; plusieurs membres des deux équipes participent par des exposés. 

Vous trouverez ci-joint le programme à télécharger. 

 

Séminaire “Narrativités allemandes”, séance du 21 juin 2019, exposé de Simona Leonardi

Vendredi 21 juin 2019, 14h, salle 335, Centre Censier 

Im Rahmen der verschiedenen Arbeiten von Mitgliedern des CEREG zu Exil, Shoah, Diaspora, dem Leben der Juden in Deutschland nehmen die Untersuchungen zum Israel-Korpus eine besondere Stellung ein. Dieses Korpus vereint 145 Gespräche, die zwischen 1989 und 1994 in Israel mit ehemaligen EmigrantInnen der 30er Jahre gemacht und von Anne Betten und Myriam Du-nour veröffentlicht wurden. Nach einem Workshop im Jahre 2011 in der Maison de la Recherche, an der Linguisten und Nicht-Linguisten zusammen arbeiteten, und einem Workshop in Rom im Rahmen des von Simona Leonardi initiierten Projekts  “Orte und Erinnerung – eine Kartografie des Israelkorpus” (2018), an dem auch Mitglieder des CEREG beteiligt waren, kommt die führende Forscherin zu dem Israel-Korpus erstmals zu einem Vortrag nach Paris. 

Erinnerungsthematisierungen in autobiographischen Erzählungen aus dem Israelkorpus

Simona Leonardi (Neapel) 

Erinnerungsthematisierungen kommen in Einleitungen und Beendigungen  von Erzählungen besonders häufig vor; dies wurde als Markierung für die Erzählwürdigkeit der Geschichte gedeutet (vgl. z.b. Norrick 2005: 1826). Eine Analyse der Erinnerungsthematisierungen in den Erzählungen aus dem Israelkorpus zeigt zum einen die anhaltende gesamtbiographische Tragweite der erzählten Episode, zum anderen ihre Rolle in der aktuellen Perspektivierung der Narrative. Von besonderem Interesse an den Thematisierungen des Erinnerns ist ferner, dass sie versprachlichte Spuren der Erinnerungsarbeit darstellen, wie sich diese im Gespräch entwickelt.

 

Prof. Dr. Simona LEONARDI 

Simona Leonardi studierte Germanistik und Anglistik in Pisa, Saarbrücken und Marburg. Promotion in Germanischer Philologie, Florenz 2000.
Seit 2002 ist sie Professorin für Germanische Philologie an der Universität Neapel Federico II.
Neben Historischer Semantik und Pragmatik sind ihre Forschungsschwerpunkte Metaphernanalyse sowie Erzähl- und Gesprächsanalyse, v.a. in den mündlichen Erzählungen aus Bettens Israelkorpus. 2016 ist der von Anne Betten, Eva-Maria Thüne und ihr herausgegebene Sammelband Emotionsausdruck und Erzählstrategien in narrativen Interviews erschienen, dessen Beiträge sich auf dieses Korpus beziehen.

 

 

Das Israel-Korpus ist zugänglich anhand von Buchveröffentlichungen und digital beim dem Institut für Deutsche Sprache, Mannheim.

“Wir sind die Letzten – fragt uns aus”, Betten, A. / Nu-dour, M., 1995, 

“Sprachbewahrung nach der Emigration – das Deutsch der 20er Jahre in Israel”, Betten, A. / Nu-dour, M., 2000, Phonai 42, Phonai 45, Tübingen, Niemeyer. 

 

Séminaire “Catégorie(s) / catégorisation” Séance du 22 mars 2019. Exposé de Sonja Zeman

Vendredi 22 mars, 10h, salle Athéna, Maison de la Recherche

Kategorien im Kontext: 
Interaktionsmuster von Tempus und Diskurs

Sonja Zeman (LMU München / Universität Bamberg)

“Strictly speaking, it is never just the grammaticizing element 
that undergoes grammaticization. Instead, it is the grammaticizing element in its syntagmatic context which is grammaticized.” (Himmelmann 2004: 31)

Die Entstehung neuer grammatischer Lesarten wird in der Regel als Form von Kontext-Expansion beschrieben: In Folge von Desemantisierung kommt es zur Ausweitung des Gebrauchs einer grammatischen Form, wobei deren Distribution als Indikator für fortschreitende Grammatikalisierung angesehen wird. Der Vortrag modifiziert diese Ansicht, indem er die Interaktionsmuster zwischen der Grammatikalisierung der Verbalkategorie Tempus und dem Diskurskontext in den Blick nimmt. Basierend auf einem Ansatz, der Diskursmodi als Viewpoint-Konfigurationen modelliert, wird anhand der Geschichte des deutschen Plusquamperfekts gezeigt, dass das Zusammenspiel zwischen der grammatischen Semantik und der Diskurskonfiguration für die gleiche Quellkonstruktion synchron zu unterschiedlichen Lesarten sowie diachron zu unterschiedlichen Grammatikalisierungspfaden führen kann. 

Himmelmann, Nikolaus. 2004. Lexicalization and grammaticization: Opposite or orthogonal? In Walter Bisang, NikolausHimmelmann&BjörnWiemer (eds), What makes grammaticalization? A look from its fringes and its components.Berlin / New York: de Gruyter [Trends in linguistics. Studies and monographs, 158], 21-42.

Organisation: Anne Larrory (anne.larrory@sorbonne-nouvelle.fr) et Anne-Laure Daux-Combaudon (anne-laure.daux@sorbonne-nouvelle.fr)

Séminaire “Narrativités allemandes”, séance du 22 mars 2019

Vendredi 22 mars, 15h, salle Athéna, Maison de la Recherche

Es war einmal…
Zum Verhältnis von Narrativität, grammatischer Perspektivierung und Fiktionalität

Sonja Zeman (LMU München / Universität Bamberg)

“No Standard Semantics Were Harmed in the Making of This Story.”
(Bourne&CaddickBourne 2016: 199)

Mit Blick auf die immer wieder aufgeworfene Frage nach dem Verhältnis grammatischer und narrativer Strukturen im Sinn einer ‚Grammatik der Narration‘ verfolgt der Vortrag zwei Ziele: Zunächst wird auf der Basis eines Abgleichs von sprachlichen und kognitiven Perspektivierungsmechanismen eine Definition von Narrativität als hierarchisch strukturierter, polyperspektivischer Diskurskonstellation (Zeman 2018) vorgeschlagen, die es ermöglicht, narrative Mikro- und Makrostrukturen systematisch in Bezug zu setzen. In einem zweiten Schritt wird gezeigt, dass eine solche Modellierung zu Implikationen für Hamburger’s These (1987 [1957]: 61) führt, der zufolge Tempora in narrativen Texten ihre grammatische Bedeutung „verlieren“ und stattdessen Fiktionalität markieren. Basierend auf einer Analyse von Tempus-Konfigurationen im Deutschen, die auf narrative Kontexte restringiert sind – i.e. das Epische Präteritum (EP: Morgen war diese spannende Konferenz!), das Historische Präsens (HP: Er trat ein und sieht sofort seinen Kollegen.) und das Schicksalsfutur (SF: Es sollte die beste Konferenz in seinem Leben werden.) – wird argumentiert, dass diese Konfigurationen nur sekundäre Fiktionalitätseffekte auslösen und dass keiner dieser Fiktionalitätseffekte ein Resultat „verlorener“ Temporalitätssemantik ist. Vielmehr wird gezeigt, dass die Effekte eine Folge der Interaktion zwischen unterschiedlichen Perspektiven ist, die durch die grammatische Semantik und die narrative Diskurskonstellation etabliert werden. 

Bourne, C. & E. CaddickBourne. 2016. Time in fiction. Oxford: Oxford University Press.

Hamburger, K. [1957] 1987. Die Logik der Dichtung. Stuttgart: Klett.

Zeman, Sonja. 2018. What is a narration – and why does it matter? In Markus Steinbach & Annika Hübl (eds.), Linguistic foundations of narration in spoken and sign language.Amsterdam / Philadelphia: Benjamins [Linguisticstoday / Linguistik aktuell 247], 173–206. 

Organisation: Anne-Laure Daux-Combaudon (anne-maure.daux@sorbonne-nouvelle.fr) et Anne Larrory (anne.larrory@sorbonne-nouvelle.fr)

Conférence de Claudia Öhlschläger


vendredi 12 avril 2019 de 14h à 16h
à la Maison de la Recherche (4, rue des Irlandais, Paris) Salle Mezzanine.

Journalismus intermedial. 
Städte- und Reisefeuilletons der Weimarer Republik
als kleine Bildarchive historischen Wissens


Conférence de Prof. Claudia Öhlschläger

Im ersten Drittel des 20. Jahrhunderts geben feuilletonistische Städte- und Reiseminiaturen wichtige Aufschlüsse über eine polyphone und sich als krisenhaft verstehende Moderne. Insofern sie die Grenzen von Journalismus, Literatur und Philosophie überschreiten, eignet ihnen ein hohes Maß an Selbstreflexivität. Der Vortrag fragt nach den geschichtsphilosophischen Implikationen von Reise- und Städtefeuilletons der Weimarer Republik und in kontextueller Verbindung damit nach den medialen Diskursen, von denen sie profitieren. Photographische Stadtansichten sind hier ebenso relevant wie die Ansichtspostkarte als kleine Form der Kommunikation. Gezeigt werden soll, dass Städtefeuilletons von Siegfried Kracauer, Walter Benjamin, Joseph Roth u.a. als kleine Bildarchive historischen Wissens von einem doppelten Zeitindex gekennzeichnet sind. 

Bibliografie

Aufsätze:

Kracauers feuilletonistische Städtebilder. In: “Doch ist das Wirkliche auch vergessen, so ist es darum nicht getilgt”. Beiträge zum Werk Siegfried Kracauers. Hrsg. von Jörn Ahrens, Paul Fleming, Susanne Martin, Ulrike Vedder. Wiesbaden 2017, S.17-33.

Ethik kleiner Dinge. Adalbert Stifter, Francis Ponge, W.G. Sebald. In: Weimarer Beiträge. Zeitschrift für Literaturwissenschaft, Ästhetik und Kulturwissenschaften 3, 62. Jg. (2016), S.325-345.

Roland Barthes´ Tagebuch der Trauer als kleine Form. In: Comparatio. Zeitschrift für Vergleichende Literaturwissenschaft. Bd. 8, Heft 2 (2016), S.305-319.

(mit Sabiene Autsch): Schauanordnungen des Kleinen in Kunst und Literatur. In: kritische berichte 1.2015: En Detail. Zur Epistemologie kleiner Formen. (Zeitschrift für Kunst- und Kulturwissenschaften, Jg.43), S. 92-109.

Augenblick und lange Dauer. Ästhetische Eigenzeiten kleiner Prosaformen der Moderne und Gegenwart. In: Figurationen des Temporalen. Literarische, philosophische und mediale Reflexionen über Zeit. Hrsg. von Claudia Öhlschläger und Lucia Perrone Capano. Göttingen: V&R Uni Press (Bd. 3: Zäsuren. Neue Perspektiven der Literatur- und Kulturwissenschaft, 2013), S. 93-106. 

Komplexität im Kleinen. Polychrone Zeiterfahrung und Medialität bei Ernst Jünger, Robert Musil, Undine Gruenter und Alexander Kluge. In: Musil- Forum. Studien zur Literatur der klassischen Moderne 32 (2011/12). Hrsg. von Norbert Christian Wolf und Rosmarie Zeller, S. 147-161. 

Sammelband:

Kulturen des Kleinen. Mikroformate in Literatur, Kunst und Medien. 
Hrsg. von Sabiene Autsch, Claudia Öhlschläger, Leonie Süwolto. Paderborn: Fink Verlag 2014.

Im Druck/in Vorbereitung:

* Spielplatz, Festung, Insel: Randzonen der Geschichtsreflexion in Reisefeuilletons von Franz Hessel, Joseph Roth, Robert Musil. Erscheint in: Musil-Forum 35 (2017/18). Berlin/Boston 2018. (im Druck)

* Feuilletons als kleine Bildarchive historischen Wissens. Städteminiaturen der Weimarer Republik. Erscheint in: Kulturpoetik. Zeitschrift zur kulturgeschichtlichen Literaturwissenschaft, Heft 2, Oktober 2019.

* Lektürewege, Bildmaterialitäten und Medienreflexion in feuilletonistischen Stadtansichten der Weimarer Republik (Benjamin/Kracauer). Erscheint in: Lektüreabbruch-Anschlusslektüren: Journale lesen”. Tagungsband der Forschergruppe “Journalliteratur” (2019).

* Geschichtsbetrachtung jenseits der Norm: Städte- und Reisefeuilletons von Franz Hessel, Joseph Roth und Siegfried Kracauer als politische Reflexionsräume und kleine Bildarchive historischen Wissens. Erscheint bei Synchron (Wissenschaftsverlag der Autoren) Heidelberg 2019.

Prof. Dr. Claudia ÖHLSCHLÄGER, Professorin an der Universität Paderborn, Institut für Germanistik und Vergleichende Literaturwissenschaft, Gastprofessur an der École Normale Supérieure, rue d´Ulm, Paris (2007), Max Kade Distinguished Visiting Professorship an der University of Washington, Seattle (USA 2010), Gewähltes Mitglied des Fachkollegiums 105: Allgemeine und Vergleichende Literaturwissenschaft bei der DFG (2012-15), seit 2015 Erste Vorsitzende des Beirats des Göttinger Centrums für Geschlechterforschung (GCG). Forschungsschwerpunkte: Europäische Literatur des 18., 19. und 20. Jahrhunderts, Text/Bild-Bezüge (Intermedialität), Psychoanalyse, Geschlechterdifferenz und Literatur, Kultur- und Kunsttheorie, Klassische Moderne/Avantgarde, Poetologien der Wahrnehmung (Romantik, Moderne, Postmoderne), Kulturelles Gedächtnis, W. G. Sebald: Narration und Ethik, Realismus nach den europäischen Avantgarden (Tagung und Publikation 2010), Kleine Formen (Tagung 2013 und Publikation 2014), Kleine journalistische Formen: Reise- und Städtefeuilletons der Weimarer Republik (Projekt 2018f.), Urbane Kulturen und Räume intermedial: Zur Lesbarkeit der Stadt in (Journal)Literatur, Medien und Künsten (1900 bis heute).

Organisation: Sarah Neelsen

Contact: sarah.neelsen@sorbonne-nouvelle.fr

Parution “Le genre bref”

Irmtraud Behr / Florence Lefeuvre (éds), 2019, “Le genre bref. Des contraintes grammaticales, lexicales et énonciatives à une exploitation ludique et esthétique”.  Berlin, Frank&Timme.


Les contributions rassemblées dans ce volume sont issues des travaux d’un groupe de chercheurs plurilingues qui ont analysé les occurrences de manifestations linguistiques de petite envergure.

Le présent volume cherche à éclairer les ressorts linguistiques et plus largement sémiotiques de ces messages relevant du genre bref. Les objets d’étude se rencontrent dans l’espace public (compris comme un espace d’accès libre ou peu restreint, en opposition avec l’espace privé) aussi bien que dans certains livres ou encore sur des téléphones et autres objets électroniques. Les auteurs analysent des messages situés dans plusieurs espaces linguistiques (allemand, anglais, espagnol, français, japonais), prenant en compte les caractéristiques de chaque langue mais également des cultures discursives. Si les contraintes grammaticales, lexicales et énonciatives s’y manifestent pour chacun des genres brefs étudiés, favorisant notamment un appareil énonciatif minimal, on peut voir parfois une dimension esthétique ou ludique se manifester, ce qui permet de créer par ce biais un lien avec tout destinataire potentiel.

Recension

Florence BAILLET et Anne-Laure DAUX-COMBAUDON (dir.), Matérialités de la narration.Perspectives germaniques, Cahiers d’Études Germaniques n°75, 2018/2, Presses universitaires de Provence, 276 p.

Contributeurs : Florence Baillet, Svetlana Chernyshova, Anne-Laure Daux-Combaudon,  Markus Engels, Patrick Farges, Indravati Félicité, Rita Finkbeiner, Elisa Goudin, Kerstin Hausbei, Andréa Lauterwein, Sarah Neelsen, Serguej Rickenbacher, Bénédicte Terrisse, Hélène Thiérard, Georg Weidacher.

            « Si d’aucuns ont pu croire à un épuisement de la narratologie une fois passé l’acmé de sa période structuraliste, une évolution contraire se produit cependant » : c’est ce qu’écrivent Florence Baillet et Anne-Laure Daux-Combaudon dans leur introduction à l’ouvrage Matérialités de la narration. Perspectives germaniques(p. 9). Ce volume, co-édité par les deux chercheuses du Centre d’études et de recherches sur l’espace germanophone (CEREG), témoigne de cet essor théorique depuis la fin des années 1980. Il montre en outre que l’approche narratologique s’inscrit dans l’actualité de la recherche en sciences humaines.

            Premièrement, sur le plan méthodologique, la narratologie – particulièrement dans le cadre des « narratologies post-classiques », pour reprendre l’expression du chercheur David Hermann – se renouvelle grâce à des apports interdisciplinaires. Matérialités de la narrationréunit ainsi quinze contributions de chercheurs travaillant dans des domaines aussi divers que l’histoire, la civilisation, la linguistique, la traduction ou les arts, qu’il s’agisse de la littérature, de la musique ou des arts de la représentation et de la mise en scène. Le volume a donc tout à fait sa place dans les Cahiers d’études germaniquesqui, depuis leur création, s’attachent à rendre justice à la diversité des facettes disciplinaires des études germaniques.

            Deuxièmement, sur le plan thématique, la narratologie trouve des prolongements dans le cadre d’un regain d’intérêt pour les choses au sein des sciences humaines – que l’on peut appeler, comme le suggèrent Florence Baillet et Anne-Laure Daux-Combaudon, un « tournant matériel » (p. 11). Dans quelle mesure ce « retour des choses » permet-il de jeter un nouvel éclairage sur la question de la narration ? Selon les éditrices, le point de vue matériel permet de mettre l’accent non plus sur « ce qui est raconté » mais sur « le processus même de la narration et la manière dont elle se constitue en acte, telle une performance » (p. 13). Une telle redéfinition de la narration est certes pertinente, mais a toutefois déjà été développée par les narratologies post-classiques. La plus grande originalité (et qualité) de cet ouvrage consiste à traiter aussi la réciproque : Dans quelle mesure la question de la narration permet-elle de redéfinir le concept de matérialité ? Le volume est ainsi organisé en quatre grandes parties qui déploient un éventail de façons d’envisager les matérialités (le pluriel a son importance) : matière mise en forme dans la première partie « Objets et artéfacts » (p. 21 à 74), matière brute dans le deuxième volet intitulé « Matières » (p. 76 à 140), matière incarnée dans le chapitre consacré au(x) « Corps » (p. 141-183), enfin la matière comme vecteur de la narration dans la dernière partie « Supports et médias » (p. 185-251). Au fil des pages, le concept de matérialité, éclairé sous divers jours à travers les variations de celui de narration, gagne en relief et en chatoiement.

            La première partie fonde le propos dans la mesure où elle montre que les liens entre narration et objets sont réciproques. D’un côté, les objets ont un potentiel narratif : ils peuvent susciter le récit (récit-souvenir, nécessairement subjectif, dans la contribution de Florence Baillet, récit du politique au présent dans la contribution d’Indravati Félicité) et ses modalités (ludique dans le premier cas, à vocation scientifique dans le second). D’un autre côté, le récit peut, de manière performative, susciter l’objet (l’orgue olfactif fut d’abord une fiction littéraire avant de devenir une réalité, comme le souligne Serguej Rickenbacher) ou s’y substituer (Elisa Goudin montre que c’est un récit qui donne au château de Berlin, flambant neuf, son épaisseur historique et sa valeur patrimoniale). On voit que des questionnements d’histoire politique, d’histoire des sciences et des techniques traversent les quatre contributions, ce qui ancre la réflexion dans le contexte germanique et fait de cette première partie une base et un cadre pour le propos développé tout au long de l’ouvrage.

            Les deux parties centrales se confrontent à la « concrétude » de la matière et des corps telle qu’elle affleure dans des œuvres (littéraires pour les articles Bénédicte Terrisse et d’Hélène Thiérard, multi-médias pour celle d’Andréa Lauterwein, filmique pour celle de Svetlana Chernyshova) ou dans des documents historiques (les entretiens qui forment le corpus de la réflexion de Patrick Farges). On notera en particulier l’originalité des deux contributions consacrées à ce que l’on peut considérer comme des produits de consommation ayant aussi une dimension artistique : les jeux vidéo, auxquels des éléments matériels comme la neige, le métal ou le bois confèrent une texture en même temps que des échos idéologiques (contribution de Markus Engels) et les livres audio, dont la matérialité strictement auditive offre de nouvelles potentialités narratives (contribution de Kerstin Hausbei).

            La dernière partie ouvre sur des questionnements plus médiologiques. Penser les matérialités de la narration permet aussi de montrer ce que la narratologie peut apporter aux études médiales, qui sont un champ de recherche en pleine expansion. Sont analysés en particulier les liens entre musique et genre littéraire romanesque (Sarah Neelsen), entre texte et image dans un cadre d’énonciation narratif, que celui-ci soit la littérature pour enfants (Rita Finkbeiner) ou la publicité (Anne-Laure Daux-Combaudon), entre mythe et mode de fonctionnement de l’internet (Georg Weidacher). On regrettera peut-être que cette dernière partie ne revienne pas sur l’intermédialité des œuvres évoquées dans les parties précédentes (littérature, théâtre, vidéo, cinéma…) pour problématiser les spécificités narratives liées à tel ou tel médium. Cette dernière remarque, cependant, montre à quel point les enjeux soulevés par cet ouvrage sont actuels et stimulants.

Compte-rendu rédigé par Louise Dumas

Séminaire “le genre bref”

Le séminaire “genre bref” est animé conjointement par Irmtraud Behr (CEREG) et Florence Lefeuvre (CLESTHIA), en coopération avec France Dhorne (Université Aoyama Gakuin, Tokyo) et Christine Copy (Université de Pau et des Pays de l’Adour).

Le séminaire a donné lieu à plusieurs journées d’études dans le passé et à un colloque en mars 2017 à Tokyo (Japon) organisé par France Dhorne. Les actes de ce colloque sont désormais accessibles en ligne sur le site du département de français de l’université Aoyama Gakuin, Tokyo : http://www.cl.aoyama.ac.jp/french/2018/conference/actes-colloque-genre-bref.pdf

Séminaire “Narrativités allemandes”, séance du 9 novembre 2018

La prochaine séance du Séminaire narrativités allemandes aura lieu 

le 9 novembre 2018, 15h-17h, salle 410 (Centre Censier). 

L’invitée sera Mme Angelika Schober: 

 “Ecrire la guerre au féminin? Edith Stein et la Première Guerre mondiale”

 Angelika Schober est Professeur des Universités à l’Université de Limoges en Histoire des idées et civilisation. Elle est Membre de l’équipe EHIC EA 1087 et membre associé de deux autres équipes de recherche : EIRIS-Equipe Interdisciplinaire de Recherche sur l’Image Satirique (EA-4249 HTIC, Université de Bretagne Occidentale) ; Groupe de Recherche sur la Culture de Weimar, FMSH, Paris. 

Elle a écrit un article sur la thématique de l’écriture féminine de la guerre qui paraîtra en automne dans la revue en ligne AWP-Review : The Arts of War and Peace,éditée par l’EA LARCAde Paris-Diderot (numéro consacré à “A Panorama of Women’s War Writing”). (http://www.awpreview.univ-paris-diderot.fr/?lang=en)

Elle a notamment publié: 

Angelika Schober, Reflets des Lumières dans la pensée allemande, collection “Ouverture philosophique”, L’Harmattan, Paris, 2016, 141 p.

Angelika Schober, Les relations franco-allemandes dans la presse et les dessins de presse, numéro hors série de Ridiculosa, Université de Bretagne Occidentale, 2015, 170 p.

Angelika Schober, Le pouvoir au féminin. Identités, représentations, stéréotypes dans l’espace germanique (avec Aline Le Berre et Florent Gabaude), Presses Universitaires de Limoges, 2013, 504 p.

Angelika Schober, La presse satirique dans le monde. Histoire et évolution de la presse satirique dans vingt pays (avec Jean-Claude Gardes), Numéro hors série de Ridiculosa, Université de Bretagne Occidentale, 2013, 597 p.

Séminaire “Le genre bref dans l’espace public”

Ce séminaire est organisé conjointement par le CEREG et CLESTHIA, dans le cadre du réseau international “Le genre bref dans l’espace public”

Séance du 12 octobre 2018, Censier, salle 410: Construire une base de données? 

Séance du 7 décembre 2018, Censier, salle D19: Pierre Halte, La place des icônes dans le message électronique

Autres dates prévues: 

8 février 2019

5 avril 2019

14 juin 2019

Séminaire “Narrativités allemandes”, dates 2018-2019

Les séances du séminaire ont lieu le vendredi après-midi (sauf le 18 janvier 2019).

9 novembre 2018, Angelika Schober, Ecrire au féminin? Edith Stein et la première Guerre mondiale.  Censier, salle 410

18 janvier 2019, Journée d’étude organisée par les étudiants du master EGISAM, Lieux et espace dans le récit autobiographique.

22 mars 2019, Soja Zeman, Narrativitätsperspektive.

24 mai 2019, Simona Leornardi, Erinnerungsthematisierungen in autobiographischen Erzählungen aus dem Israelkorpus. 

7 ou 28 juin 2019

Projet « Diaspora »

Cet atelier se propose de réunir des chercheurs venant de différentes disciplines pour construire une coopération scientifique autour de la question des diasporas. Nous proposons de penser ensemble les différents usages auxquels la notion de diaspora a donné lieu en abordant l’histoire juive comme matrice (politique, sociale et culturelle) d’autres expériences ou formes de vie diasporiques jusque dans le présent immédiat. Ce projet est porté par Katja Schubert et Céline Trautmann-Waller, dans le cadre du Campus Condorcet (appel à projets 2018-2019).

Les séances auront lieu le vendredi matin: 26 octobre, 7 décembre, 1er février, 22 mars, 17 mai dans les locaux de Nanterre, Paris 3, Diderot, EHPE, ancienne école Polytechnique (à préciser).

Séminaire « Catégorie(s) / catégorisation »

Le séminaire a lieu le vendredi après-midi. Voici les séances prévues :

30 novembre 2018 Sylvain Farge, La catégorisation en langue, entre stabilité et flexibilité, entre structures cognitifs et usages discursifs; Censier, salle D19

1er février 2019 Hervé Quintin, Les indéfinis

22 mars 2018 Sonja Zeman (matin)

17 mai 2019 Jean-Louis Georget, La construction des catégories ethnologiques en Allemagne au 18ème siècle (titre de travail)

21 juin 2019