Contre-cultures

  une-site_prd

 Bernard Lacroix, Xavier Landrin, Anne-Marie Pailhès, Caroline Rolland-Diamond (dir.)

Les contre-cultures Genèses, circulations, pratiques

– Un bilan historique inédit et international des sixties et des seventies contestataires

– Genèse et destin de l’invention utopique et des trajectoires des acteurs et de leurs pratiques

Prendre la route, s’installer en communauté, adopter un mode de vie alternatif, « beat » ou « hippie », militer pour les droits civiques ou contre la guerre du Vietnam, s’engager dans les luttes féministes ou écologistes… Autant de pratiques contestataires que le regard rétrospectif renvoie spontanément aux «contre-cultures» des années 1960-1970. Est-il justifié de reconnaître dans ces deux décennies l’équivalent d’un âge d’or de la critique sociale et de l’invention utopique? Et comment rendre compte aujourd’hui de la diversité et de la portée des formes contre-culturelles qui voient le jour dans cette période ?

Les auteurs ont rassemblé des contributions qui retracent les histoires singulières des contre-cultures. Il en ressort une enquête collective portant sur les formes politiques, militantes ou artistiques que prennent les contre-cultures, ainsi que sur leur parcours transnational.

Un intérêt particulier est accordé à la formation des références contre- culturelles. Comment en effet comprendre le voisinage d’auteurs aussi différents que Jack Kerouac, Herbert Marcuse ou Susan Sontag au sein du canon contre-culturel qui s’édifie alors, si ce n’est à travers le travail d’interprétation engagé dès la fin des années 1960 par différents acteurs de l’univers intellectuel (écrivains, journalistes, éditeurs, etc.) ? Et comment ne pas voir dans l’internationalisation des pratiques protestataires (sit-ins, universités libres, rassemblements communautaires, formes d’autogestion) un effet de la généralisation des luttes (que symbolise bien l’opposition à la guerre au Vietnam) et de la circulation des militants et de leurs écrits ?

Les contre-cultures ont également pour point commun de concrétiser une rupture vis-à-vis des formes de domination instituées. Cela s’observe, au cours de ces deux décennies, aussi bien dans les différents univers professionnels où l’arbitraire des hiérarchies est remis en question et où s’inventent de nouvelles solidarités, que dans les univers artistiques où apparaissent des styles expressifs (« beat », « hippie », «freak», «punk») qui incarnent un rapport critique à la société.

Dans cet ouvrage, si la réflexion sur la neutralisation et la récupération des contre- culture par la culture dominante n’est pas absente, les auteurs ont plutôt choisi de restituer le foisonnement libérateur et la puissance de ces formes culturelles.

Les auteurs

Bernard Lacroix est professeur de science politique à l’Université Paris Ouest-Nanterre. Il a notamment publié L’Utopie communautaire (PUF, 1981, 2e éd., 2006).

Xavier Landrin est enseignant chercheur en sciences politiques à l’Université Paris Ouest-Nanterre. Il a publié différents articles et chapitres d’ouvrages sur la circulation transnationale des idées.

Anne-Marie Pailhès, germaniste, est maître de conférences à l’Université Paris Ouest-Nanterre et spécialiste de l’histoire culturelle de l’Allemagne de l’Est.

Caroline Rolland-Diamond, historienne des Etats-Unis, est maître de conférences à l’Université Paris Ouest-Nanterre. Elle est notamment l’auteure de Chicago : le moment 68 (Syllepse, 2011).

Table des matières

– Penser l’histoire des contre-cultures

– La formation d’une référence américaine

– Les usages de la théorie

– La presse parallèle et la critique sociale

– Un répertoire transnational

– Les « gauchismes »

– Usages du genre et identités sexuelles

– L’autonomie des groupements intellectuels et ses enjeux

– Les luttes dans l’institution religieuse

– Les formes du «retour à la nature»

– Les labels de la contre-culture musicale

– Les trajectoires de la contestation musicale – Conclusion : la contre-culture au travail

Prix: 25 €
Pages : 352
Format : 150 x 210

ISBN : 978-2-84950-427-7 Code Sodis : S581045

Collection : La politique au scalpel

Editions Syllepse, novembre 2015.

Conférence Franz Hessel 2015

Plakat Hessel Lecture 2015

 

ANNE-KATHRIN REULECKE, UNIVERSITÄT GRAZ

Georges-Arthur Goldschmidts 
deutsch-französische Passagen

Paris, 20.11.2015, 15h30

Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3  (Institut du Monde anglophone, Salle 12)
5 rue de l’Ecole de Médecine, 75006 Paris

 

Eine Kooperation von Prof. Dr. Stephan Braese (Institut für Germanistische und Allgemeine Literaturwissenschaft der RWTH Aachen) und Prof. Dr. Céline Trautmann-Waller (Centre d’études et de recherches sur l’espace germanophone der Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3)

Marges du masculin

 

Marges

MARGES DU MASCULIN : EXOTISATION, DÉPLACEMENTS, RECENTREMENTS


Sous la direction de Maxime Cervulle, Patrick Farges, Anne Isabelle François

Donner à voir sous un jour nouveau les représentations de la masculinité : tel est le projet de cet ouvrage. La question du regard et des dispositifs de visibilité sert ici de fil rouge à l’étude de textes filmiques, télévisuels et littéraires où apparaissent des formes de masculinités en marge, qu’elles soient rendues « exotiques » ou qu’elles marquent un déplacement face au modèle hégémonique du masculin. Au croisement des études cinématographiques, de la littérature comparée et des études de genre, l’ouvrage interroge les processus de décentrements et de recentrements de la masculinité qui se déploient au coeur de la fiction

L’Harmattan, Paris, 2015.

Thèses en cours au CEREG en 2015/2016

Moritz Barske, Les relations culturelles franco-allemandes de 1914 à 1933 dans le miroir de la littérature (Jürgen Ritte / Karin Tebben)

Emmanuel Basset, Narcisse réhabilité, Arthur Schnitzler et l’écriture en miroir (Jacques Lajarrige / Jürgen Ritte)

Julien Beaufils Le sport au service des Affaires Etrangères. La place du sport dans les relations extérieures de la RDA, à l’exemple de la ville de Leipzig (1949-1990) (Armin Owzar)

David Blankenstein, Kulturtransfer als Auftrag und Aufgabe. Alexander von Humboldt und die Kunst (Bénédicte Savoy / Michel Espagne)

Irina Breitenstein, L’Heure dans l’oeuvre de Paul Celan (Jürgen Ritte / Jean-Pierre Lefebvre)

Katell Brestic, L’exil germanophone en Bolivie (1933-1945) (Anne Saint Sauveur)

Aurélie Cachera Le geste hystérique à Vienne autour de 1900. A l’exemple de nouvelles d’Arthur Schnitzler et de photographies de Trude Fleischmann (Florence Baillet)

Marie Campigotto, Une esthétique pour tous : Béla Balázs (1884-1949), théoricien et critique de cinéma, scénariste, romancier, poète, dramaturge et librettiste entre Vienne et Berlin (Céline Trautmann-Waller)

Claire Couturier, Une fin de siècle viennoise entre invention d’une tradition, tensions esthétiques et science de la musique : l’Exposition internationale de théâtre et de musique de 1892 (Céline Trautmann-Waller)

Louise Dumas, Du transport automobile dans le cinéma allemand contemporain (Florence Baillet)

Dominique Fabre, La communauté allemande en France de 1919 à 1940 (aspects institutionnels, politiques, sociologiques, économiques, culturels, religieux, policiers, sportifs…) (Johann Chapoutot)

Alexander Freihaut,  La vitesse de parole en allemand et en français. Une étude socio-phonétique (Irmtraud Behr / Edgar Radtke)

Miriam Freitag, Figures de l’altérité et identité juive dans l’oeuvre de Gertrud Kolmar (Jürgen Ritte / Jacques Lajarrige)

Sarah Haase, Le rôle de la société civile dans le rapprochement franco-allemand (L’exemple des sociétés littéraires) (Jürgen Ritte / Cornelia Klettke)

Elisabeth Hamm, Animal et animalité au théâtre dans l’espace germanophone : enjeux esthétiques et anthropologiques (les pièces de théâtre Penthésilée de H. von Kleist et Woyzeck de G. Büchner, ainsi que leurs mises en scène contemporaines par Karin Henkel et Andreas Kriegenburg) (Florence Baillet)

Janina Klein, Les fonctions des dislocations dans les dialogues mère – enfant : Une mise en perspective des différents moyens d’expression référentielle en français et en allemand (Irmtraud Behr / Anne Salazar)

Aleksandra Lendzinska, Auto)-Biographies sous contrainte dans la littérature française et germanophone contemporaine (Jürgen Ritte / Peter Kuon)

Vera Nitsche, Les aspects politiques de la création collective. Etude d’une pratique théâtrale contemporaine dans l’aire culturelle germanophone (à l’exemple des collectifs de théâtre She She Pop et Fräulein Wunder AG) (Florence Baillet)

Annette Nogarède, Le journal Die Zukunft (1938-1940) : penser l’Europe et le monde, de Locarno à Strasbourg (1925-1979) (Johann Chapoutot)

Liubov Patrukhina, Nouvelles pistes pour l’apprentissage des particules modales en allemand. Etude expérimentale sur l’introduction des énoncés à particules modales dès les niveaux A1-A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues (CECRL) (Irmtraud Behr / Jean-Louis Chiss)

Francesco Peri, Art des nerfs, nerfs d’artiste. Modernité et maladies nerveuses dans la littérature française et allemande, 1865-1914 (Céline Trautmann-Waller)

Elisabeth Petereit, Le conte et le merveilleux dans la littérature du réalisme en France et Allemagne (Céline Trautmann-Waller / Kerstin Stüssel)

Pascal Schneider Etude sociologique des membres du NSDAP dans les territoires annexés au IIIe Reich 1938-44 (Johann Chapoutot)

Christian Silicani, Le Roman d’aventure et le « roman d’outre-mer » de langue allemande, de Charles Sealsfield à B. Traven (Rolf Wintermeyer)

Claire Stavaux, Polyvalence de la parole dramatique chez Roland Schimmelpfennig (Florence Baillet / Catherine Naugrette)

Hélène Thiérard, Hylé I » et « Hylé II » de Raoul Hausmann, des ensembles textuels autobiographiques en mouvement (Jacques Lajarrige / Jürgen Ritte / Wolfgang Asholt / Christoph König)

Nora Wirtz, La traduction et la dimension interculturelle dans le sous-titrage de films – l’exemple franco-allemand (Jürgen Ritte / Elmar Schafroth)

Conférence Franz Hessel 2

weidner-traduction-656x1024

 

Daniel Weidner

Traduction et survie. Walter Benjamin lit Marcel Proust / Übersetzen und Überleben. Walter Benjamin liest Marcel Proust

Qu’est-ce qui survit du texte original dans une traduction? À travers la question de la « mémoire » du texte, de son « aura », Walter Benjamin, lecteur et traducteur de Marcel Proust, s’est longtemps interrogé sur les relations entre une oeuvre originale et ses «reproductions», dont la traduction fait partie. Cette interrogation prend tout son sens à l’épreuve de l’oeuvre de Proust, tout entière baignée dans la problématique de la mémoire. Dans sa concision, l’essai de Daniel Weidner établit un nouveau pont entre deux oeuvres ‘disparates’, mais parmi les plus bouleversantes du XXe siècle.

Les Conférences Franz Hessel sont une coopération entre le Département Études germaniques de l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 & l’Institut d’Études germaniques et de Littérature générale de l’Université d’Aix-la-Chapelle.

Les Conférences Franz Hessel ont pour but d’interroger l’histoire et l’actualité des relations culturelles franco-allemandes à la lumière des défis politiques, culturels et sociaux actuels en Europe et dans le monde. Le cycle porte le nom de Franz Hessel en souvenir d’un point culminant dans l’histoire du transfert culturel franco-allemand dont la signification perdure jusqu’à aujourd’hui et en souvenir du rôle important des juifs allemands dans l’intensification et le renouvellement permanent des relations franco-allemandes depuis la Révolution française.

Die Franz Hessel Lecture zielt darauf, Geschichte und Gegenwart der deutsch-französischen Kulturbeziehungen im Horizont aktueller politischer, kultureller und sozialer Herausforderungen in Europa und der Welt zu befragen. Die Franz Hessel Lecture trägt seinen Namen zur Erinnerung sowohl an einen Höhepunkt in der Geschichte jenes kulturellen Transfers, dessen Bedeutung bis heute anhält, als auch an die Bedeutung deutscher Juden bei der steten Erneuerung und Intensivierung deutsch-­französischer Beziehungen seit der Französischen Revolution.

Editions de l’éclat, Paris, 2015.

Conférence Franz Hessel 1

kilcher-poetique-politique-673x1024

 

Andreas B. Kilcher

Poétique et politique du mot d’esprit chez Heinrich Heine / Poetik und Politik des Witzes bei Heinrich Heine

Avant de gagner ses lettres de noblesse avec l’essai de Freud, le Witz désignait surtout l’esprit critique, libre et « sans entraves ». Il incarne toute la tradition des Lumières et prend une ampleur particulière dans l’oeuvre de Heine, le plus français des romantiques allemands. Dans cet essai, Andreas B. Kilcher en étudie les variations et met en lumière le potentiel ‘révolutionnaire’ de cette notion chez Heine, pour qui il n’est de révolution qui ne soit pas aussi révolution de l’esprit et du langage.

Lire un compte rendu sur le site aphorismundi

Les Conférences Franz Hessel sont une coopération entre le Département Études germaniques de l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 & l’Institut d’Études germaniques et de Littérature générale de l’Université d’Aix-la-Chapelle

Les Conférences Franz Hessel ont pour but d’interroger l’histoire et l’actualité des relations culturelles franco-allemandes à la lumière des défis politiques, culturels et sociaux actuels en Europe et dans le monde. Le cycle porte le nom de Franz Hessel en souvenir d’un point culminant dans l’histoire du transfert culturel franco-allemand dont la signification perdure jusqu’à aujourd’hui et en souvenir du rôle important des juifs allemands dans l’intensification et le renouvellement permanent des relations franco-allemandes depuis la Révolution française.

*
Die Franz Hessel Lecture zielt darauf, Geschichte und Gegenwart der deutsch-französischen Kulturbeziehungen im Horizont aktueller politischer, kultureller und sozialer Herausforderungen in Europa und der Welt zu befragen. Die Franz Hessel Lecture trägt seinen Namen zur Erinnerung sowohl an einen Höhepunkt in der Geschichte jenes kulturellen Transfers, dessen Bedeutung bis heute anhält, als auch an die Bedeutung deutscher Juden bei der steten Erneuerung und Intensivierung deutsch-­französischer Beziehungen seit der Französischen Revolution.

Editions de l’éclat, Paris, 2015.

Berlin und die Juden

9783958080096_Berlin-und-die-Juden_01

Laurence Guillon / Heidi Knörzer (Hrsg.), Berlin und die Juden. Geschichte einer Wahlverwandtschaft?

Jüdisches Berlin um die Jahrhundertwende

Die jüdische Geschichte in Berlin ist genauso alt (oder so jung?) wie die Geschichte der Stadt selbst: Sie geht auf das 13. Jahrhundert zurück. Berlin und die Juden soll aber nicht nur die Geschichte der Jüdinnen und Juden in Berlin oder den Zusammenhang zwischen jüdischer Kultur und Großstadtkultur beschreiben, sondern nach der tiefen Verbindung fragen, die sich im Laufe der Zeit zwischen der Stadt und ihrer jüdischen Bevölkerung entwickelt hat und die selbst nach der Shoah nicht vollständig abgebrochen ist. Gibt es so etwas wie eine ‚Wahlverwandtschaft‘ zwischen Berlin und den Jüdinnen und Juden, die gleichzeitig im Zeichen einer ‚Liebesgeschichte‘ und einer ‚Tragödie‘ steht? Kann man diese Beziehung unter Fontanes Formel eines „berlinisch-jüdischen Geistes“ subsumieren?
Berlin wird dabei nicht nur als Schauplatz oder einfache Kulisse in den Blick genommen, sondern als ein regelrechter Akteur. Denn die Stadt hat das Leben der in Berlin ansässigen Jüdinnen und Juden mindestens genauso geprägt, wie diese sie erlebt und mitgestaltet haben, sodass sie als Pioniere angesehen werden können: Ihre Geschichte hat dort sprichwörtlich richtig ‚Stadt gefunden‘.
Dieser Band vereint die ausgearbeiteten Vorträge, die deutsche und französische Wissenschaftler_innen im Rahmen eines an der Universität Paris III Sorbonne Nouvelle organisierten Seminars gehalten haben. Ihre Analysen konzentrieren sich auf das 19. und das frühe 20. Jahrhundert, eine Epoche, die traditionell als ‚Goldenes Zeitalter‘ der deutschen jüdischen Geschichte bezeichnet wird. Die Beiträge sollen die Geschichte der Wechselbeziehung zwischen Berlin und ‚den Juden‘ näher beleuchten. Dabei wird eine neue Perspektive auf jüdische Intellektuelle wie Heinrich Heine, Walter Benjamin und Arnold Schönberg eröffnet, sowie auf Humboldts jüdische Mitstreiter und die Arbeit jüdischer Kunstvermittler. Ein anderer Aspekt sind Berliner ‚jüdische Orte‘ im weitesten Sinne des Wortes, von Berliner Topographien bis zu Stadttexten und -presse über jüdische Lehr­einrichtungen.

Mit Beiträgen von Eszter Gantner, Laure Gauthier, Sonia Goldblum, Simone Ladwig-Winters, Robert Krause, Tobias Metzler, Monika Richarz, Joachim Schlör und Céline Trautmann-Waller.

Neofelis Verlag, Berlin, 2015.

Voyage d’étude des étudiants du Master Recherche Etudes germaniques au Deutsches Literaturarchiv de Marbach

Exkursion nach Marbach am Neckar (Deutsches Literaturarchiv Marbach : Archiv und Literaturmuseen) : 9.-12. März 2016

Als Geburtsort Friedrich Schillers war Marbach ab 1903 der Sitz des Schillerarchivs-und Museums. Heute ist das 1922 umbenannte Schiller-Nationalmuseum mit dem 2004 gegründeten Literaturmuseum der Moderne Teil der Literaturmuseen des Deutschen Literaturarchivs Marbach (DLA) : http://www.dla-marbach.de.

Das DLA wurde 1955 im Schiller-Nationalmuseum gegründet, u. a. auch, um der exilierten deutschen Literatur zwischen 1933 und 1945 einen zentralen Ort der Erhaltung und Bewahrung zu geben. Seitdem erstreckt sich das Sammelgebiet des Archivs auf die gesamte deutsche Literatur von der Aufklärung bis zur unmittelbaren Gegenwart : http://www.dla-marbach.de/dla/index.html .

Seit 2013 gehört das DLA zu dem Forschungsverbund Marbach Weimar Wolfenbüttel (MWW) : http://www.mww-forschung.de .

Ziel der Exkursion ist die Entdeckung der schwäbischen Ortschaft Marbach am Neckar, der verschiedenen Institutionen des Deutschen Literaturarchivs Marbach (Archiv und Museen) und die Einführung in die Archivarbeit.

Programm :

Tag 1 : Ankunft in Marbach / Besichtigung und Einführung (DLA)

Tag 2 : Arbeit im Archiv

Tag 3 : Arbeit im Archiv

Tag 4 : Führung im Schiller-Nationalmuseum und im Literaturmuseum der Moderne / Abfahrt

Les avatars du juvénilisme allemand, 1896-1945

 

avatars_couverture

Le juvénilisme fut avec le féminisme un facteur important du changement social au XXe siècle. Il a permis à la jeunesse, catégorie sociale émergente dans le cadre des sociétés industrielles naissantes, d’affirmer sa spécificité et de trouver sa place. Comme tout mouvement social, le juvénilisme a présenté des visages différents selon les sociétés et selon les moments.

Le présent ouvrage retrace son histoire en Allemagne, entre le début du XXe siècle et la fin de la Seconde Guerre mondiale, et montre que les avatars du mouvement, depuis ses débuts néoromantiques, jusqu’à la débâcle de 1945, reflètent les bouleversements qui ont secoué l’Allemagne durant ce demi-siècle et changé progressivement les rapports entre la société et la jeunesse. Considérée par certains comme un possible recours contre la catastrophe qui menaçait l’Allemagne à la fin des années 1920, la jeune génération porteuse du message juvéniliste ne sut pas répondre à cette attente et eut aussi, par son utopisme, sa part de responsabilité dans l’arrivée au pouvoir du national-socialisme et dans le désastre final.

Gilbert Krebs, Les avatars du juvénilisme allemand, 1896-1945, Paris : PSN, 2015.

Berlin 1913-Paris 1937 : l’esthétique et la science de l’art à l’âge des congrès

Après avoir fait paraître en 1906 son livre Ästhetik und allgemeine Kunstwissenschaft in den Grundzügen, Max Dessoir fonde à Berlin en 1908 la Vereinigung für ästhetische Forschung. Le principal objet de cette association est, dans un premier temps, de prendre en charge l’édition d’une revue consacrée à la nouvelle discipline, la science de l’art, et à l’esthétique : la Zeitschrift für Ästhetik und Kunstwissenschaft (1906-1943). Assez vite naît également l’idée d’organiser un congrès, qui aura lieu finalement à Berlin du 7 au 9 octobre 1913. Par opposition à la Vereinigung, assez nettement ancrée à Berlin, ce congrès prend une dimension résolument internationale. Les projets de futurs congrès internationaux, esquissés à l’issue de celui de 1913, seront compromis par la Première guerre mondiale, mais trois autres Congrès seront organisés malgré tout dans le contexte difficile de l’après-guerre : Berlin (1924), Halle (1927) et Hambourg (1930). Puis l’idée d’un colloque à l’étranger est reprise et donne lieu au Deuxième Congrès international d’esthétique et de science de l’art organisé à Paris en 1937 sous la présidence de Victor Basch. En partant des actes de ces cinq manifestations, notre journée d’étude souhaite lancer une recherche collective sur ces congrès, en s’intéressant plus particulièrement à leur dimension interdisciplinaire et internationale, ainsi qu’à leur interaction avec les arts de leur époque. Cette recherche concerne une constellation historique particulière, mais elle nous semble éclairante pour le contexte actuel également, où l’esthétique connaît un renouveau, mais se voit aussi congédiée ou concurrencée par les sciences cognitives ou l’anthropologie. On pourra ainsi se demander aussi ce qu’il en est aujourd’hui de la science de l’art fondée au début du XXe siècle.

Vendredi 26 juin 2015

Salle Las Vergnas

Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, 13 rue Santeuil, 75005 Paris

Programme

9h : Introduction (Carole Maigné et Céline Trautmann-Waller)

9h15-10h15 : Bernadette Collenberg-Plotnikov (Westfälische Wilhelms-Universität Münster), Ästhetik und Allgemeine Kunstwissenschaft. Konzeptionen eines Forschungsprogramms.

10h15-11h15 : Audrey Rieber (Ludwig-Maximilians-Universität München), Des concepts de temps et d’espace spécifiques aux sciences de l’esprit ? Débats et tensions du congrès de Hambourg, 1930.

11h15-12h15 : Patrick Flack (Université Charles de Prague), L’esthétique phénoménologique et la question des disciplines.

 Déjeuner

16h30-17h30 : Kerstin Thomas (Johannes-Gutenberg-Universität Mainz), « Subtilité de différence » – Henri Focillons Konzept des Kunstwerks.

 14h30-15h30 : Carole Maigné (Université de Lausanne), Dessoir, Frankl, Utitz (1927) : méthodologie générale de l’histoire de l’art.

15h30-16h30 : Céline Trautmann-Waller (Université Sorbonne nouvelle-Paris 3), L’esthétique, la science de l’art et les peuples.

Contacts :

Carole Maigné, Université de Lausanne, Section de philosophie : Carole.Maigne@unil.ch

Céline Trautmann-Waller, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, Département Etudes germaniques : celine.trautmann-waller@univ-paris3.fr

Atelier pour doctorants germanistes 17 avril 2015

Journée de doctorants

Centre d’études et de recherches sur l’espace germanophone (CEREG)

Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle / Université Paris Ouest-Nanterre-La Défense

Atelier de réflexion méthodologique et de formation à la recherche en Études germaniques

(ED 514)

Vendredi 17 avril 2015

Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, Censier, Salle 410

 9h30-10h30 : Liubov Patrukhina, Les particules modales en allemand au niveau débutant  (A1-A2 du CECRL).

10h30-11h30 : Vera Nitsche, Der neue Geist des Kollektivs – Politische und ästhetische Implikationen kollektiver Produktionsverfahren am Theater zu Beginn der 1970er Jahre und des 21. Jahrhunderts im Vergleich (am Beispiel der Schaubühne am Halleschen Ufer sowie She She Pop und Gob Squad.

11h30-12h30 : Sarah Haase, L’évolution et la transformation de l’engagement civil franco-allemand depuis 1989 démontré par des études de cas.  Construction d’un réseau transnational en Europe.