Cycle d’Ateliers Campus Condorcet

Diaspora(s) : matrice juive évolutionscontemporaines 

Responsables: Patrick Farges, Heidi Knörzer, Katja Schubert, Céline Trautmann-Waller

Si le mot «diaspora »date de l’antiquitéet désigne àl’origine des diasporas grecques, la notion de diaspora a néanmoins pendant longtemps étéutilisée essentiellement en rapport avec les juifs. Plus récemment, dans le sillage d’une modification généralisée du rapport àl’espace, de l’augmentation des circulations et des migrations volontaires ou subies et de l’érosion des limites de l’Etat-nation, elle se voit utilisée également pour qualifier des expériences de dispersion jusque-làdésignées par les termes d’exil et d’expatriation, ou des solidarités  transnationales, ou encore comme«nom du global »(Dufoix).Cette extension, dans laquelle certains chercheurs ont vu un effet de «mode »(Chivallon) ou une «dispersion du terme »(Brubaker), rend nécessaire un réexamen critique des usages de la notion. C’est ce par quoi nous commencerons en 2018/19, avant d’aborder àtravers différents cas certaines aspects de l’histoire des diasporas judéo-allemandes. Un deuxième cycle d’ateliers est prévu pour 2019/20, lors duquel nous nous interrogerons au cas par cas sur la possibilitéde parler d’une « matrice juive »et de mettre en relation des expériences diasporiques juives et non-juives. 

Atelier 1: 26 octobre 2018 (9h30 – 11h30): Histoire, usages,extensionet limites de la notionde diaspora

Stéphane Dufoix (Université Paris Nanterre)

Lieu : UniversitéParis Nanterre, bât. W Max Weber, salle 2. (RER A, métro Nanterre Université, sortie 2)

Atelier2: 7 décembre 2018 (9h30 – 12h30) : Diaspora et migration judéo-allemande au XXe siècle 

Patrick Farges (Université Paris Diderot)

Sonia Goldblum (Université de Haute-Alsace, Mulhouse)

Lieu : UniversitéParis Diderot, bâtiment Olympe de Gouges (place Paul Ricoeur, 75013 Paris), 7e étage, salle 720 (information importante : pour accéder au 7e étage, il faut demander un badge àla loge d’accueil au rez-de-chaussée du bâtiment Olympe de Gouges).

Atelier 3:  1er février 2019 (9h30 à12h30): La diaspora des archives, les archives de la diaspora (séance en allemand)

Lina Baruch (Franz Rosenzweig Minerva Research CenterHebrew University, Jérusalem)

Stefan Litt (The National Library of Israel, Jérusalem)

Lieu : àconfirmer.

Atelier 4: 22 mars 2019 (9h30 – 12h30) : Ecritures diasporiques judéo-allemandes 

(séance en allemand)

Andree Michaelis-König (Europa-Universität Viadrina Francfort/Oder / Selma Stern Zentrum) 

Kerstin Schoor (Europa-Universität Viadrina Francfort/Oder)

Annette Werberger(Europa-Universität Viadrina Francfort/Oder)

Lieu : àconfirmer.

Atelier 5:  17 mai 2019 (9h30 – 12h30): Diasporas juives et économie 

Liliane Hilaire-Perez (Université Paris DiderotEHESS)

Evelyne Oliel-Grausz (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne / Centre de Recherche Français àJérusalem)

Lieu : Ancienne Ecole Polytechnique,

La littérature mondiale et le (très) long XIXe siècle / Weltliteratur im (sehr) langen 19. Jahrhundert

Globalisation, universalisation, anthropologisation de la littérature? / Globalisierung, Universalisierung, Anthropologisierung der Literatur ?

 

Workshop

27 octobre 2017

Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3

Maison de la Recherche

Salle Claude Simon

4 rue des Irlandais

75005 Paris

 

9h30-10h15

Michael Neumann (Universität Konstanz), Vertrauensbildung. Theodor Storms Moderation historischer Transformationsprozesse.

10h15-11h

Elisabeth Petereit (Université Sorbonne nouvelle-Paris 3), „Sehr schön und sehr schaurig“. Fremde Wirklichkeiten in Effi Briest.

11h-11h45

Alexander Nebrig (Humboldt Universität Berlin / Universität Heidelberg), « Alle Rechte vorbehalten ». Berthold Auerbach und die Entdeckung der internationalen Autorschaft.

Déjeuner

14h30-15h15

Marcus Twellmann (Universität Konstanz), Erzählen und Verwalten. Das Dorf in der Literatur- und Rechtsgeschichte des 19. Jahrhunderts.

15h15-16h

Mona Körte (Zentrum für Literatur-und Kulturforschung Berlin), Survivals. Weltliteratur als museologisches Projekt.

Pause

16h15-17h

Marcus Hahn (Universität Regensburg), Drogenliteratur als weltliterarische Körpertechnik.

17h-17h45

Sandra Richter (Universität Stuttgart), Wie schreibt man eine Weltgeschichte der deutschsprachigen Literatur ?

17h45 : Discussion finale

 

Contact : celine.trautmann-waller@univ-paris3.fr

Culture et société en RDA et en Allemagne de l’Est. Chemins de traverse vers la culture est-allemande

Mme Anne-Marie Pailhès soutiendra son habilitation à diriger des recherches à l’Université de Strasbourg, le lundi 16 octobre à 14h, MISHA, Salle Amériques

Titre du document de synthèseCulture et société en RDA et en Allemagne de l’Est. Chemins de traverse vers la culture est-allemande

Titre de l’inédit : Une contre-culture est-elle possible dans l’Allemagne unifiée ? La réunification de la culture « alternative » à l’exemple des « communautés alternatives » en Allemagne de l’Est depuis 1990

Section CNU : 12 – Langues et littératures germaniques et scandinaves

Equipe de recherche : CEREG (EA 4223)

Membres du jury :

Garant : M. Marc Cluet,  Professeur émérite, Etudes germaniques,
Université de Strasbourg

M. François Genton, Professeur, Etudes germaniques, Université de Grenoble

Mme Ingrid Gilcher-Hotley,  Professeure, Histoire contemporaine, Université de Bielefeld

M. Philippe Hamman,  Professeur, Sociologie, Université de Strasbourg

Mme Dominique Herbet,  Professeure, Etudes Germaniques, Université de Lille

Mme Céline Trautmann-Waller, Professeure, Etudes germaniques, Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle

W.G. SEBALD. LITTÉRATURE ET ÉTHIQUE DOCUMENTAIRE

 

Direction : Muriel Pic, Jürgen Ritte
Éditeur : Presses Sorbonne Nouvelle (site internet)
ISBN : 978-2-87854-712-2
Année de publication : 2017

De l’éthique documentaire à l’ethos du document, par Muriel PIC & Jürgen RITTE

Faits et fictions

D’après fiction ? Figurations poétologiques chez W.G. Sebald, par Michael NIEHAUS

Travail littéraire du dispositif documentaire dans l’œuvre de W.G. Sebald, par Marie-Jeanne ZENETTI

Le projet corse de Sebald, par Ulrich von BÜLOW

W.G. Sebald et le roman : “c’est pas vraiment mon style”, par Richard HIBBITT

La place du mort, par Gwenaëlle AUBRY

Falsifications et montage

“Peur du faux” et “forme authentique” chez Sebald, par Karine WINKELVOSS

Sebald, Lévi-Strauss, les contre-allées de l’Histoire, par Emmanuelle LOYER
[enregistrement audio en ligne sur la Forge Numérique de la MRSH de l’Université de Caen Normandie et sur le site France Culture]

L’image papillon – une exposition, par Christophe GALLOIS

W.G. Sebald et la double peine du traducteur, par Jo CATLING

Révérence à la poussière. W.G. Sebald et l’archive, par Muriel PIC

Checks and Balances, par Lukas BÄRFUSS

France Allemagne(s) 1870-1871

Exposition au Musée de l’Armée : France Allemagne(s) 1870-1871

                  L’exposition du Musée de l’Armée aux Invalides propose de revenir sur la guerre franco-allemande de 1870-1871, présentée comme un « moment fondateur dans la relation franco-allemande ». Cette exposition s’inscrit dans la logique interne du musée et de l’actualité de la recherche universitaire. Les commissaires Mathilde Benoistel, Sylvie Le Ray-Burimi et Christophe Pommier ont réuni des supports multiples afin de remettre en lumière ce conflit qui a marqué la mémoire des deux pays. Elle fait revivre cette « Année terrible », d’après les mots de Victor Hugo, en trois temps correspondant au sous-titre de l’affiche : la guerre, la Commune, les mémoires. Cette organisation rappelle qu’une guerre ne se résume pas à son déclenchement et à sa fin, mais doit être vue et comprise sur le temps long. Ainsi, le contexte historique doit faire comprendre les raisons d’un tel conflit. Le récit des batailles doit ensuite déboucher sur les conséquences de celles-ci : sur le court terme, une insurrection populaire en France, la Commune de Paris et la création de l’Empire allemand à Versailles ; sur le long terme, la Première Guerre mondiale.

                  Les premières salles de l’exposition amènent le visiteur à prendre conscience du passif de la France et de l’Allemagne tout au long du XIXème siècle. De Iéna en 1806 (qui mit fin au Saint-Empire Romain Germanique) à la bataille de Leipzig en 1813, du Congrès de Vienne en 1815 à la crise du Rhin en 1840, les relations entre la France et les différentes entités allemandes étaient déjà très souvent belliqueuses. Ce n’est d’ailleurs pas par hasard si le XIXème siècle, et plus précisément la période entre 1815 et 1914, est surnommé « le temps des Nations » avec au cœur la France et l’Allemagne. Les principaux acteurs de la guerre franco-allemande sont présentés chacun leur tour : Napoléon III, Guillaume Ier, Otto von Bismarck, Helmut von Moltke, Léon Gambetta ou encore les généraux français Bazaine et Trochu. La guerre est ensuite expliquée en trois temps. D’abord, son déclenchement : l’épisode de la dépêche d’Ems et la manipulation diplomatique de Bismarck contraint l’empereur Napoléon III à déclarer la guerre à la Prusse, aidée par les autres forces allemandes. La guerre tourne vite au désastre pour les Français, après de nombreuses défaites, dont celle de Sedan qui force Napoléon III, fait prisonnier, à capituler. La IIIe République est alors proclamée, et les Allemands assiègent Paris pour accélérer la fin de la guerre, que la République refuse. La paix est tout de même signée le 10 mai 1871 lors du Traité de Francfort. Des audiovisuels de 8 minutes racontent les différents épisodes de la guerre avec les mouvements des armées de manière très pédagogique. Ce récit se termine par de nombreuses œuvres de toutes sortes (tableaux, affiches de propagande, accessoires de guerre, etc.) qui rendent sensible le quotidien de la population en temps de guerre, et notamment les nombreuses destructions causées par les bombardements allemands à Paris, Metz ou Saint-Quentin.

                  L’exposition se poursuit avec l’armistice et la Commune de Paris. Elue le 28 mars 1871, la Commune est l’insurrection des civils parisiens qui ont résisté lors du siège de la ville par les Allemands. Le refus de la défaite et le rejet du nouveau gouvernement conduisent à la guerre civile entre ce dernier, les Versaillais, et les Communards. Ils sont écrasés à l’issue de la Semaine sanglante (21 – 28 mai 1871). Un nouvel audiovisuel fait revivre la progression de l’armée versaillaise à travers Paris. D’autres personnages sont introduits en 6ème salle : d’Adolphe Thiers au général Mac-Mahon en passant par Victor Hugo et Jacques Offenbach, ces différents acteurs nous font prendre conscience de l’importance de cette guerre civile. Dont Karl Marx dira : « Qu’est-ce que la Commune, ce sphinx qui met l’entendement bourgeois à si dure épreuve ? » Car il s’agit bien d’une lutte à mort entre la bourgeoisie et la classe ouvrière parisienne. Des tableaux et des photos illustrant les combats, les barricades et les destructions nous en font ressentir toute la violence.

                  L’exposition entre enfin dans son troisième et dernier temps, celui des conséquences de cette « Année terrible » et de ses mémoires. Un nouvel audiovisuel résume les bouleversements diplomatiques qui ont eu lieu entre 1815 et 1919, avec comme facteur clé la guerre de 1870. Cette guerre marque un tournant décisif pour la France, qui devint une République, et pour l’Allemagne, où l’Empire fut proclamé. L’accent est mis sur la pluralité des mémoires : ces événements, perçus différemment par l’armée française, les citoyens français et l’Allemagne, n’ont pas été traités de la même manière et ont nourri des mémoires différentes. Sur le temps court, en France, « la mémoire de la guerre participe de la reconstruction républicaine de l’histoire nationale », et les vaincus sont portés en héros malheureux, à travers l’image du citoyen-soldat. On sent surtout le refus profond de la défaite, comme en témoigne le tableau emblématique d’Alphonse de Neuville: Les dernières cartouches.

                  En Allemagne, « l’exaltation de la victoire se manifeste dans la peinture d’histoire, la statuaire et l’érection de monuments dédiés à l’Empereur, à Bismarck ou à Moltke ». Sur le temps long, les Première et Seconde Guerres mondiales ont fait oublier la guerre de 1870, mais favorisent également les parallèles et les mises en regard : la révolution de 1918-1919 en Allemagne, suite à la défaite de la guerre mondiale, rappelle l’épisode de la Commune. Les historiens allemands voient dans la guerre des Duchés de 1864-1865, la guerre contre l’Autriche de 1866 et celle de 1870-1871 le triptyque fondateur de l’Allemagne. Du côté français, l’occupation allemande des deux guerres mondiales a ravivé le souvenir de celle de 1870-1873, de même que les nombreuses destructions dans les villes françaises. Une concurrence s’installe aussi entre la mémoire de la guerre et celle de la Commune. Ce contraste mémoriel est également perceptible si l’on compare les tableaux de l’exposition : alors que les tableaux allemands présentent une ambiance et un cadre idylliques, ceux des Français montrent l’horreur des combats.

                  L’exposition France-Allemagne(s) 1870-1871 tente donc dans un espace réduit, de raconter la guerre, ses causes et se conséquences, ainsi que l’épisode tragique de la Commune de Paris. Les supports sont variés, avec de très nombreux tableaux, lithographies (d’Honoré Daumier ou d’Edouard Manet), objets, cartes et photos. L’approche est très pédagogique et les audiovisuels permettent une meilleure compréhension des événements. Elle est également accessible au jeune public avec un parcours et un livret-jeux adapté. Tous ces mécanismes permettent de se souvenir de cette guerre méconnue, qui rappelle combien l’amitié franco-allemande doit être entretenue et non considérée comme un acquis et que les ennemis d’hier peuvent être les alliés de demain.

Romain Bougourd

Etudiant en Master-Recherche “Etudes germaniques” à l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3

Espace du récit / récit de l’espace

CAHIERS DE NARRATOLOGIE – Analyse et théorie narrative

Numéro spécial – 31 bis | 2017
Espace du récit, récit de l’espace en contexte germanique

Ce numéro est le fruit des recherches sur la narrativité menées ces dernières années au sein du CEREG (Centre d’étude et de recherche sur l’espace germanophone, Université Sorbonne nouvelle-Paris 3) et s’inscrit dans la continuité d’un workshop sur « Espace et narration » (octobre 2013).

Sous la direction de Anne-Laure Daux-Combaudon, Elisa Goudin-Steinmann et Céline Trautmann-Waller

Introduction (par Anne-Laure Daux-Combaudon, Elisa Goudin et Céline Trautmann-Waller)

Espace vécu – Espace raconté

-Elisa Goudin : Spatialité et mise en récit de projets de vie alternatifs dans des espaces de l’ex Berlin-Est détournés de leur usage initial.

-Daniel Argelès : Limites, marges et liminalité : les enjeux narratifs et politiques de la représentation de l’espace dans les textes de fiction de l’écrivain berlinois Klaus Schlesinger dans la RDA des années 1970.

-Britta Jallerat-Jabs : « Ich mach ganz oft Kerzen an » ou comment raconter son habitat.

-Judith Kasper : La Bibliothèque nationale de France et le camp Austerlitz. La narration d’un espace traumatisé chez Sebald.

Déplacement et mise en récit

-Patrick Farges : Orient imaginé/Orient vécu chez les Juifs germanophones (yekkes) en Palestine / Israël.

-Anne Larrory, Ricarda Schneider : « und auf meinen platz sitzt n bursche mit nem hakenkreuz ». Lieux, espace et catégorisation dans les récits de l’Israel-Korpus.

-Dorothea Bohnekamp : L’Allemagne : un “non-lieu” pour les exilés judéo-allemands après 1945 ? 

 -Irmtraud Behr : L’arrivée à New York dans le roman Kokoschkins Reise, les moyens linguistiques de construction d’une figure spatiale.

-Louise Dumas : Construire un espace d’où faire émerger un nouveau cinéma allemand. L’espace au coeur du récit dans Im Lauf der Zeit, Lola rennt et Wolfsburg.

Matérialité et spatialité – aux limites du récit

-Anne-Laure Daux-Combaudon : Espace du texte et énoncés généralisants en ouverture de textes narratifs littéraires ou narration et performance dans les récits de fiction.

-Florence Baillet : L’expérience du tragique dans la mise en scène de Médée par Michael Thalheimer : pour une autre appréhension de l’espace et de la narration au théâtre.

-Kerstin Hausbei : Sur le seuil ? Hypothèses sur la spatialité dans la dramaturgie narrative de Roland Schimmelpfennig.

-Céline Trautmann-Waller : Le tapis d’Orient en Allemagne et en Autriche à la fin du XIXe siècle : défi spatial, défi narratif.

http://narratologie.revues.org/

 

 

Klaus Schlesinger ou l’écriture de l’histoire

Klaus Schlesinger ou l’écriture de l’histoire.

Berlin et l’Allemagne, 1937-2001

Daniel Argelès

L’histoire mouvementée de l’Allemagne au XXe siècle a profondément marqué l’existence et l’oeuvre de l’écrivain (est)-berlinois Klaus Schlesinger (1937- 2001). Auteur critique de RDA exilé à l’Ouest dans les années 1980, « sauteur de Mur » ayant évolué dans les milieux alternatifs de Berlin-Est comme de Berlin- Ouest, Schlesinger échappe par son itinéraire aux classifications trop étroites. À travers une quinzaine de romans et nouvelles, il fait un tableau passionnant de soixante ans d’histoire, du national-socialisme et des ruines de l’après-guerre à la division Est-Ouest, la chute du Mur et la réunification. Ses récits abordent cette histoire « par le bas », décrivant l’existence des petites gens au quotidien ou se plaçant au contraire au coeur de l’événement historique (mai 1945, août 1961, novembre 1989). Ils interrogent l’héritage des crimes nazis, la place de l’individu dans le socialisme réel, le capitalisme ou la guerre froide, les possibilités et les limites des utopies alternatives, le travail de la mémoire et de l’identité dans les ruptures du siècle. L’écriture de Schlesinger privilégie les marges et les hétérotopies, les espaces liminaux du passage entre Est et Ouest, de la mémoire, de la rencontre avec d’autres soi-même. La fiction devient ainsi un lieu privilégié d’appréhension et de construction de soi dans l’histoire. Cet ouvrage est la première monographie consacrée en France à cet auteur encore peu connu et peu traduit, dont l’oeuvre mérite d’être découverte.

Auteur

Daniel Argelès est maître de conférences en allemand à l’École polytechnique (Palaiseau) et membre du CEREG (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, EA 4223).

Collection Mondes germaniques

Caractéristiques

ISBN 978-2-7574-1588-7

Format 16×24

Nb pages 354

Prix 31 €

SOMMAIRE

Introduction
1. Klaus Schlesinger : un écrivain allemand entre Est et Ouest
2. De l’écriture et de l’histoire
3. Corpus, périodisation, place dans la recherche

Ouverture : De la marche et de l’écriture. Espaces hétérotopiques et liminaux de confrontation à l’histoire et à soi-même
1. Michael (1971) : espaces liminaux de la mémoire, de la fiction et de l’examen de soi
2. Alte Filme (1975) : hétérotopie, identité et confrontation à l’ordre spatial socialiste
3. Fliegender Wechsel (1990) : exil et journal comme espaces liminaux
4. Trug (2000). Jeux de miroir : rencontres avec soi-même comme un autre
5. Die Sache mit Randow (1996) : chute du Mur et liminalité

première partie
les années 1960 : écriture et confrontation au passé national-socialiste

Chapitre I. « David » (1960) : Shoah et devoir de mémoire
1. L’obsession personnelle
2. Le contexte « antifasciste »
3. Le dépassement de la vulgate antifasciste : multiplicité des lignes d’identification

Chapitre II. « Michael » (l’« ébauche » de 1965) : « briser un tabou »
1. Une nouvelle sur un sujet tabou
2. Les enjeux du subjectivisme et du modernisme
3. Le contexte (1963-1965) : entre ouverture et mise au pas

Chapitre III. Michael (le roman, 1971) : travail d’écriture et travail sur le passé
1. Polysémie des indices et culpabilité
2. Le travail de confrontation au passé
3. Le passé national-socialiste, enjeu du présent

deuxième partie
les années 1970 : stratégies d’écriture au pays du « socialisme réel »

Introduction. Entre proximité au régime et émancipation : l’ambivalence des années 1970
1. Socialisme au quotidien et histoire : une nouvelle orientation thématique
2. De l’intégration à la rupture : histoire d’une critique impossible

Chapitre I. Le socialisme à l’épreuve du réel
1. Le socialisme au quotidien : dictature des limites et limites de la dictature
2. Alte Filme (1975) : huis clos et marges intérieures du socialisme réel

Chapitre II. L’histoire omniprésente : archéologie des pathologies du présent
1. L’individu dans l’instant historique décisif : le 13 août 1961 (« Am Ende der Jugend », 1973)
2. « Le dédoublement d’Erwin Racholl » (1977) : pathologies schizophrènes du sujet socialiste
3. Leben im Winter (1980) : l’histoire suspendue

Chapitre III. Écrire face à l’histoire
1. Un travail sur le réel : la question du réalisme
2. Un travail sur le récit : stratégies d’écriture face au grand récit socialiste
3. L’écriture, espace de travail sur soi

troisième partie
les années 1980 : écrire entre Est et Ouest

Introduction : la rupture du passage à l’Ouest

Chapitre I. Matulla und Busch (1984) : l’utopie d’un instant chez les squatteurs de Berlin-Ouest
1. D’Est en Ouest : réorientations dans l’espace et dans le temps
2. Échappées : marges et hétérotopies ouest-berlinoises

Chapitre II. Fliegender Wechsel (1990). « Je cherche un lieu » : exil, utopie et histoire dans les années 1980
1. Une écriture de l’exil
2. Écriture et repositionnements
3. Écrire sur le seuil : du passage à l’Ouest à la Wende

quatrième partie
les années 1990 : écrire après la chute du Mur. Un auteur face à 60 ans d’histoire allemande

Introduction : le tournant de 1989-1990 comme défi narratif
1. Wende et identité narrative
2. Dossiers de la Stasi et narration
3. « Il n’y a que moi qui puisse raconter mon histoire »
4. Narration et enjeux de mémoire

Chapitre I. Die Sache mit Randow (1996). Le bilan d’une vie comme problème narratif
1. Reconfiguration : de la critique du pouvoir au bilan d’une vie
2. Mémoire et histoire : stratégies narratives
3. Mises en abyme : précarité des destins est-allemands dans l’histoire

Chapitre II. Trug (2000). « Soi-même comme un autre », de la division à la réunification allemande
1. Destins doubles dans l’Allemagne divisée
2. Une fable de la réunification
3. Stratégies narratives : miroirs et « interférences optiques »

Chapitre III. Die Seele der Männer (2001) : un fragment d’histoire entre autobiographie, ethnographie et roman d’éducation
1. Un « tableau d’histoire allemande par le bas »
2. Stratégies d’écriture du social
3. Des potentialités de l’existence

Conclusion
1. Filiations et parentés
2. De l’écriture comme témoignage.
3. De l’écriture comme engagement
4. De l’écriture (et des narrations) comme espace d’émancipation et de construction de soi

Bibliographie
I. Sources primaires : Klaus Schlesinger
II. Sources primaires : autres auteurs
III. Recensions, articles et ouvrages sur Klaus Schlesinger
IV. Ouvrages et articles sur la littérature, la politique culturelle, la société et l’histoire (est)-allemandes
V. Bibliographie générale

Repères biographiques et chronologiques

Textes réformateurs inédits

 

TABLE DES MATIÈRES

Aux sources de la Réforme, Avant-propos de Chrystel Bernat

Philippe MELANCHTHON, Lieux communs des choses théologiques ou hypotyposes théologiques (1521) – Introduction du livre et chapitre premier. Traduction du latin, présentation et notes de Pierre-Olivier Léchot : À propos de l’enseignement de la théologie et du libre arbitre

Martin LUTHER, Raison et justification que des nonnes peuvent quitter leurs couvents en conformité avec Dieu (1523). Traduction de l’allemand, présentation et notes de Pierre Bühler

Huldrych ZWINGLI, 67 thèses (1523). Présentation de Chrystel Bernat. Traduction de l’allemand par François Vouga

Balthasar HUBMAIER, Dialogue à propos du livret sur le baptême de Maître Zwingli de Zurich, au sujet du baptême des enfants (1526). Traduction de l’allemand, présentation et notes de Catherine Dejeumont : « Dialogue » dites-vous ? Balthasar Hubmaier et Zwingli

Martin LUTHER, Lettres de la forteresse de Cobourg (du printemps à l’automne 1530). Traduction du latin et de l’allemand, présentation et notes de Pierre Bühler

Huldrych ZWINGLI, Exposition de la foi chrétienne (1531). Traduction du latin, présentation et notes de Jean-François Gounelle

Martin LUTHER, « Que Jésus-Christ vous montre ses pieds et ses mains… ». Trois lettres de réconfort de Martin Luther (1531-1532). Traduction de l’allemand, présentation et notes de Matthieu Arnold

Martin LUTHER, La bénédiction telle qu’on la proclame sur le peuple après la messe, selon le quatrième livre de Moïse, au sixième chapitre. Commentée par D. Martin Luther (1532). Traduction de l’allemand, présentation et notes de Pierre Bühler

Jean OECOLAMPADE, Préface au commentaire du livre de Job (1532). Traduction du latin (édition de Genève, 1567), présentation et notes de Gilbert Dahan

Sebastian MÜNSTER, Extrait de la Préface de la Bible hébraïque (1534) – Qu’il ne faut pas mépriser les commentaires des Hébreux. Traduction du latin, présentation et notes de Gilbert Dahan

Marie DENTIÈRE, Défense pour les femmes, fragment de l’Epistre tres utile (1539). Présentation et notes d’Annie Noblesse-Rocher

Paul DOLSCIUS, Confessio Augustana Græca (1559). Traduction du grec, présentation et notes de Jacqueline Assaël : La Confessio Augustana Graeca, rhapsodie ambivalente de la Confession d’Augsbourg et de ses variantes 329 Sa réception orthodoxe au XVIe siècle.

Postface de Nicolas Kazarian

http://www.revue-etr.org/numero/20171/

 

Luther, Oeuvres, tome 2

Œuvres

tome II

Collection Bibliothèque de la Pléiade (n° 622), Gallimard
Parution : 27-04-2017
Sur le point de savoir si les quatre-vingt-quinze thèses de Luther sur «la vertu des indulgences» ont bien été affichées à Wittenberg le 31 octobre 1517, tout le monde n’est pas du même avis. Mais ce sur quoi, cinq cents ans plus tard, on peut s’accorder, c’est sur les conséquences de cet affichage réel ou supposé : l’étincelle (probablement) allumée ce jour-là allait bouleverser le paysage religieux, politique, social, intellectuel, littéraire et artistique de l’Europe.
L’édition des œuvres de Luther dans la Pléiade fait apparaître la diversité de ses écrits, qui reflète celle de ses centres d’intérêt. Le premier volume proposait des textes se rapportant aux débuts du mouvement évangélique. Dans le second, qui regroupe des ouvrages composés entre 1523 et 1546, un nouveau Luther se fait jour. Depuis 1522, il s’est définitivement installé à Wittenberg. Il se consacre à l’enseignement, à la prédication et, de façon incessante, à l’écriture.
L’établissement dans la durée du mouvement évangélique est loin d’être simple. Les conceptions luthériennes furent contestées de divers côtés. Luther répond aux objections, aux approches spiritualistes ou «enthousiastes» de ses opposants comme à celle des théologiens fidèles à l’Église romaine. Le rapport qu’entretiennent les chrétiens avec l’Ancien Testament fait partie de ses préoccupations. Son attitude à l’égard des juifs devient de plus en plus dure.
Plus que jamais il se montre attentif aux problèmes socio-politiques. La guerre des Paysans puis les tensions entre les États protestants et l’empereur l’incitent à traiter de la résistance à l’autorité. Il s’inquiète de savoir si un chrétien peut être soldat. Il dit son attachement à une paix laissant libre cours à l’Évangile, tout en concédant aux princes protestants le droit à une légitime défense. Il se prononce aussi sur la menace que font peser les Turcs.
Le requièrent sans cesse les problèmes liés à l’éducation, voire à la «culture». Son enseignement le conduit à élaborer des séries de thèses qui font l’objet de débats académiques. L’une d’elles expose sa conception de l’homme. Son traité de 1527, Si l’on peut fuir devant la mort, développe des considérations éthiques dans quoi le lecteur du XXIe siècle reconnaîtra parfois ses propres interrogations.
Luther est enfin poète. Il écrivit trente-six cantiques, dont plusieurs nous sont familiers : Bach les a mis en musique. L’un des plus célèbres, Ein feste Burg ist unser Gott, «C’est une solide forteresse que notre dieu», lui a fourni le texte de sa cantate BWV 80, destinée à la fête de la Réforme 1724 – célébrée, selon l’usage, le 31 octobre.
Sur les quarante-deux écrits rassemblés dans ce volume, sept ont été traduits du latin, trente-cinq de l’allemand, une langue sur laquelle Luther imprima sa marque, faite de clarté, de simplicité, et de cette verve peu commune qui l’a fait qualifier de «Rabelais allemand».

Rémanences de l’exil judéo-allemand en France

TABLE RONDE animée par Dorothea Bohnekamp (Univ. Paris 3) :

RÉMANENCES DE L’EXIL JUDÉO-ALLEMAND EN FRANCE :
LA SECONDE GÉNÉRATION TÉMOIGNE

Maison Heinrich Heine, Cité universitaire, Paris

Jeudi 16 mars 2017

19h30

Avec Annette Antignac (Libraire, Calligrammes), Ernest Coppermann, Georges-Arthur Goldschmidt (écrivain et traducteur), Georges Neu (Secrétaire gén. de l’Association La Solidarité), Dan Sperber (anthropologue, s. r.), Vincent vonWroblewsky (traducteur) et Pierre Rosenberg (ancien Dir. du Louvre, Membre de l’Académie Française, s. r.).

Pendant les années 1930, la grande majorité des émigrants judéo-allemands trouve refuge en France. De nombreux survivants vont rester dans ce pays à la fin de la guerre. Cette table ronde évoquera le vécu de l’exil pendant et après la guerre, la variété des trajectoires des émigrants et de leurs enfants ainsi que la pérennité d’une tradition judéo-allemande en France. La voix est donnée à la seconde génération, celle qui a donné naissance à d’importantes figures de la médiation culturelle entre la France et l’Allemagne.

L’extrême possible

 

22 mars 2017, 19h30

Maison Heinrich Heine, 27C, Boulevard Jourdan, 75014 Paris

Essais d’Elfriede Jelinek, quatre voix, un saxophone

Une sélection de textes parmi les centaines d’essais écrits par le Prix Nobel de Littérature sera présentée par Sarah Neelsen à l’occasion de la parution de son livre “Les Essais d’Elfriede Jelinek. Genre, relation, singularité” (Honoré Champion 2016). Ces textes parlent de la voix et des femmes, des objets du quotidien et de la peur du vide, d’enfermement et de télévision.

Discours engagés, discours d’experts: regards sur les intellectuels juifs dans l’Allemagne et la France du XIXe siècle

Mardi 7 mars 2017

Institut historique allemand

8 rue du Parc Royal, 75003 Paris

Table ronde avec Olivier Baisez (université Paris 8) et Heidi Knörzer (École polytechnique) organisée par la Société des études juives en coopération avec l’IHA (S. Martens).

 
Le XIXe siècle marque un tournant dans l’histoire des minorités juives d’Allemagne et de France. Dans les deux pays, à des rythmes différents, ils deviennent citoyens à part entière et prennent une part active dans les débats politiques. Dès les années 1840, quelques notables juifs comme Adolphe Crémieux et Ludwig Bamberger se lancent en politique mais c’est surtout par leur activité d’écriture et de publication, ainsi que par leur engagement au sein d’associations et d’organisations politiques que les juifs s’expriment et prennent position en tant que tels. Ils interviennent ainsi dans les débats et les combats où se joue le sort des communautés juives et qui, au-delà, s’ancrent pleinement dans les préoccupations et les représentations des sociétés française et allemande.

Olivier Baisez et Heidi Knörzer retraceront et discuteront les parcours intellectuels, les positionnements politiques et idéologiques et les formes d’engagement de quelques figures importantes des judaïsmes allemand et français du long XIXe siècle.

Nuremberg, les nazis face à leurs crimes (2006)

 

Mardi 7 mars (14h-15h30)

Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, 13 rue Santeuil, 75005 Paris, Salle Las Vergnas

Rencontre-discussion avec Christian Delage, historien et réalisateur, autour de son film documentaire « Nuremberg, les nazis face à leurs crimes » (2006)

 

Organisée par Judith Kasper (Ludwigs-Maximilian-Universität München) et Céline Trautmann-Waller (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3)

Berlin, histoire d’une ville (1957-1994)

Berlin, histoire d’une ville (1957-1994)

Journée d’étude consacrée au sujet d’agrégation 2017 (Option B, civilisation), organisée par les départements d’Etudes germaniques de l’Université Paris 3 / Sorbonne Nouvelle et de l’Université Paris 4 / Paris-Sorbonne en collaboration avec la Maison Heinrich Heine

Programme

Vendredi, 10 février 2017
14h Accueil des participants
Dr. Christiane DEUSSEN (Maison Heinrich Heine)
Mot d’accueil et ouverture
14h15 Prof. Dr. Valérie CARRE (Université Paris 4 / Paris-Sorbonne) / Prof. Dr. Armin OWZAR (Université Paris 3 / Sorbonne Nouvelle)
Einführung ins Thema
I. Kunst und Kultur
Modération: Prof. Dr. Valérie CARRE (Université Paris 4 / Paris-Sorbonne)
14h30 Dr. Elisa GOUDIN (Université Paris 3 / Sorbonne Nouvelle)
La politique culturelle à Berlin-Ouest et Berlin Est
15h15 Dr. Valérie ROBERT (Université Paris 3 / Sorbonne Nouvelle)
Les médias à Berlin, au centre des conflits
16h Pause-café
16h15 Dr. Kerstin HAUSBEI (Université Paris 3 / Sorbonne Nouvelle)
Theaterlandschaft in einer doppelten Stadt
17h Diane BARBE (Université Paris 3 / Sorbonne Nouvelle)
Entre vitrine politique et critique sociétale : Berlin à l’écran des années 1950 à la chute du Mur
17h45 Pause-café
Öffentlicher Abendvortrag
18h Prof. Dr. Hans-Ulrich THAMER (Universität Münster)
Alltag einer geteilten Stadt im Kalten Krieg auf zeitgenössischen Fotografien
Samedi, 11 février 2017
I. Kunst und Kultur (Forts.)
Modération: Prof. Dr. Hélène MIARD-DELACROIX (Université Paris 4 / Paris-Sorbonne)
9h30 Dr. Godehard JANZING (Deutsches Forum für Kunstgeschichte Paris) Les monuments publics entre est et ouest
10h15 Dr. Krijn THIJS (Deutschland-Institut Amsterdam)
Politische Feierkonkurrenz im Jahre 1987: die doppelte 750-Jahr-Feier in Ost- und West-Berlin
11h00 Pause-café
11h15 Prof. Dr. Boris GRESILLON (Centre Marc Bloch, Berlin)
Un paysage culturel en mouvement – Berlin 1953-1994
II. Deutschland und Berlin im Kalten Krieg. Die politischen Rahmenbe-dingungen
Modération: Prof. Dr. Armin OWZAR (Université Paris 3 / Sorbonne Nouvelle)
12h Prof. Dr. Hélène MIARD-DELACROIX (Université Paris 4 / Paris-Sorbonne)
Berlin, ville quadripartite, dans les tensions et crises de la guerre froide
12h45-14h Pause-déjeuner
III. Stadtplanung, Architektur und Wohnen
Modération: Prof. Dr. Valérie CARRE (Université Paris 4 / Paris-Sorbonne)
14h PD Dr. Christoph BERNHARDT (Leibniz Institut für Raumbezogene Sozialforschung Erkner / TU Darmstadt)
Wohnungsbau und Verkehrspolitik in Berlin 1945-1995
14h45 Dr. habil. Patrick FARGES (Université Paris 3 / Sorbonne Nouvelle)
Hausbesetzer und Hausbesetzungen in Berlin-Kreuzberg
15h30 Pause-café
Modération: Dr. habil. Patrick FARGES (Université Paris 3 / Sorbonne Nouvelle)
15h45 Dr. Hubert GUICHARROUSSE (Paris-X / université Paris-Ouest-Nanterre-la-Défense)
Gropiusstadt, un patronage prestigieux, une réputation sulfureuse
16h30-17h15 Discussion finale

De la philologie allemande à l’anthropologie française

De la philologie allemande à l’anthropologie française. Les sciences humaines à l’EPHE (1868-1945)

Sous la direction de Céline Trautmann-Waller
ISBN 978-2-7453-3154-0. 70 €

Créée sous le Second Empire par un décret de Victor Duruy (1868), l’EPHE incarnait à l’époque une tentative de moderniser l’enseignement supérieur et la formation à la recherche en France en s’inspirant tout particulièrement de l’Allemagne. Cet ouvrage étudie la transposition du modèle allemand dans le contexte français et ses effets jusque vers 1945, spécialement à l’exemple de la IVe section dédiée aux sciences philologiques et historiques, à travers les questions suivantes : à quoi correspondait concrètement le modèle allemand ? Comment entendait-on l’implanter en France ? Quelles transformations le contexte français lui fit-il subir ? Quelle signification, enfin, cette entreprise particulière eut-elle pour l’histoire des sciences humaines en France et pour l’histoire des sciences humaines tout court ?

Starting in 1868, there was an attempt to modernize higher education and research training in France by looking at Germany for inspiration. This is a study of the transposition of the German model to the French context and of its effects down to 1945, with special focus on the philological and historical sciences.

 

TABLE DES MATIÈRES
Introduction
L’HISTOIRE D’UNE INSTITUTION UNIVERSITAIRE ORIGINALE
ET SON RAPPORT À L’ALLEMAGNE
André Berelowitch, À la rencontre des savants
Frédéric Barbier, L’École Pratique des Hautes Études et
le tropisme de la librairie allemande
Serguei Kozlov, La IVe section de l’EPHE et le Collège de France :
genèse d’une symbiose institutionnelle
Gabriele Lingelbach, La IVe Section de l’EPHE, un pendant
français des instituts d’histoire allemands ?
Michel Espagne, Les étudiants germanophones de l’EPHE
(1870-1900)
Céline Trautmann-Waller, Les Mémoires de la IVe section :
l’appropriation française d’un modèle allemand et la
question de l’universalisation des sciences humaines
ESPACES DISCIPLINAIRES ET PARCOURS INDIVIDUELS :
L’EPHE ENTRE SPÉCIALISATION ET UNIVERSALISATION
Ève Gran-Aymerich, L’épigraphie latine et les relations
scientifiques européennes au XIXe siècle (Italie-France-
Allemagne)
Élisabeth David, L’EPHE à la pointe de l’enseignement
égyptologique : Gaston Maspero
Vivi Perraky, Jean Psichari à la SLP et à l’EPHE : le grec
moderne dans l’orbite de Michel Bréal (1885-1929)

Roland Lardinois, L’EPHE dans l’espace disciplinaire des études
indiennes en France (v. 1870-v. 1930)
Alain Messaoudi, Les études arabes et islamiques à l’EPHE
au temps de la « plus grande France »
Ursula Bähler, Gaston Paris et l’École Pratique des
Hautes Études
Perrine Simon-Nahum, Une « autre » histoire des langues et
du langage : le rôle des savants juifs dans la constitution
des sciences de l’homme en France
Jean Baumgarten, Ernest-Henri Lévy pionnier de l’histoire de
la langue et de la littérature yiddish ancienne
Dominique Bourel, Maurice Cahen (1884-1926). Note sur l’histoire
de la skandinavistik en France
Fañch Postic, Le Beau ou le Vrai. 1866-1868 : débat autour
de l’édition de la poésie populaire
Claudine Gauthier, Henri Gaidoz et l’institutionnalisation
des études de folklore en France