Création d’un cercle de lecture

La culture de masse :
divertissement ou Bildung?

Responsable(s)
COUTURIER Claire 
CAMPIGOTTO Marie
POULOT Cécile
BERINGER Guillaume

Contact(s)
Pas d’inscription préalable nécessaire

Contact : guillaume.beringer@sorbonne-nouvelle.fr

Présentation générale

La mort de Goethe en 1832 marque une rupture dans la définition de la culture. Le déclin de la Hochkultur coïncide en effet avec une réflexion menée quant à la possibilité de diffuser plus largement la culture auprès d’un public de non-initiés, dans le but de le libérer progressivement du travail. Avec la multiplication des théâtres, des cafés-concerts et des Music Halls, la culture devient populaire, dans la mesure où le peuple en devient le récepteur puis également l’acteur, tout un chacun pouvant participer d’une manière ou d’une autres aux diverses animations. Tandis qu’au départ les programmations s’inspirent largement des pièces et des compositions qui étaient jusqu’à lors réservées à la classe supérieure, cette culture populaire va pourtant rapidement s’autonomiser afin de proposer des œuvres à proprement parler récréatives. Toute œuvre possède désormais une valeur muséale (Ausstellungswert), que les différentes expositions universelles vont s’efforcer de souligner. Ce processus va s’accélérer avec l’apparition de la photographie puis le film. L’expérience d’une culture désormais déracinée, partagée dans sa volonté mondialisatrice par un nombre croissant, supprime ainsi peu à peu les frontières sociales. C’est alors que l’on peut véritablement parler d’une culture de masse. La radio va ensuite parachever cette évolution, invitant la culture désormais quotidienne et omniprésente dans l’espace privé. Mais si cette démocratisation de la culture qui émerge grâce à la société de divertissement promet l’émancipation des individus au terme d’une culturation des classes populaires, elle n’en est pas moins très critiquée : La culture aurait étéréifiée à l’état de simple marchandise dont l’objectif serait la capitalisation monopolistique à visée consumériste d’une part, la distraction des masses d’autre part. L’industrie de la culture posséderait dés lors des traits fascisants, n’éduquant non pas à l’esprit critique mais au contraire, manipulerait les masses par la sacralisation de nouveaux fétiches. Se pose alors la question si la culture populaire ou bien la culture de masse est en accord avec l’idéal des Lumières – l’idée de jeu n’étant pas antinomique avec celle d’apprentissage et de savoir – ou bien si à l’inverse elle serait, en élaborant de toute pièce des mythes modernes, un nouvel opium du peuple.

Objectifs

Ce cercle de lecture qui porte sur la culture de masse est un séminaire doctoral de recherche, pensé par et pour les doctorants. Né à l’automne 2019, le séminaire propose de réunir régulièrement doctorants mais aussi jeunes chercheurs français afin de réfléchir collectivement autour de la notion de « culture » en lien avec le divertissement, la consommation. Son objectif est de réunir une banque de textes et concepts critiques clés et variés – canoniques et non canoniques. Chaque séance, deux jeunes chercheurs présenteront un texte de leur choix, qui s’interrogent sur la thématique du jour. Les participants sont ensuite invités à discuter collectivement mais aussi à réfléchir aux intersections de ces textes avec leurs propres travaux.

Le séminaire se veut avant tout pluridisciplinaire ; son objectif est d’établir une cartographie de la critique contemporaine et des formes qu’elle peut prendre dans différents champs de recherche. Il invite également les participants à réfléchir aux intersections de leur propres travaux avec les théories et textes présentés à chaque séance.

 

Calendrier 2019-2020 
Le mercredi de 15h à 17h,
Maison de la Recherche 4, rue des Irlandais 75005 Paris
Salle de réunion au 2e étage.

Mercredi 18 Décembre
Le culte de la distraction (Cécile Poulot et Claire Couturier)

KRACAUER, Siegfried, Kult der Zerstreuung, in: Das Ornament der Masse, Suhrkamp Verlag, Frankfurt am Main, 2014 [1926] S. 311-320.

Mercredi 29 Janvier
Expériences collectives et démocratisation de la culture (Marie Campigotto [sous réserve] et Guillaume Beringer)

Mercredi 26 Février
L’industrie de la culture pop (Agnès Gayraud [sous réserve] et Guillaume Beringer)

Mercredi 6 Mai
A définir

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.