Les Erratiques, pièce de théâtre de Wolfram Höll

Compte rendu de la pièce Les Erratiques de Wolfram Höll (2013) par Richard Dumy, metteur en scène et étudiant en Master 2 “Théâtre – Ecriture et représentation” à l’Université Sorbonne Nouvelle

 

Dans sa pièce Les Erratiques [Und dann], publiée en 2013, Wolfram Höll nous fait voyager, à travers les yeux d’un enfant, dans la vie d’une petite banlieue de l’ex-RDA, peu après la Réunification. La pièce relate le glissement entre deux mondes, l’ancien et le nouveau, en déployant la perspective unique de cet enfant qui perçoit son monde et ses phénomènes sans les comprendre. Il vit, avec son père et son frère, au milieu de quatre barres de bétons, entourant une pelouse où sont déposés trois blocs erratiques. La mère est absente, et c’est autour de cette absence incompréhensible que se déploie le monologue intérieur de l’enfant, retraçant sa compréhension progressive de la disparition maternelle.

Perspective unique de l’enfance

« Und dann unfolds from only one perspective : that of the boy, who seeks to explain his strange, new/old surroundings and the many individual impressions, which defy being fit into a properly meaningful form, by pasting one relentless “and then” to another. A wobbly, fragmentary world compounded of monotonous days, fading pre-turnaround memory residues, daily routines and the occasionally enigmatic behaviour of his father, is jerry-rigged together in the child’s head. »[1]

Les Erratiques n’existe que dans la parole du garçon : elle n’offre aucun indice pour saisir son univers que ceux que celui-ci va offrir aux lecteurs, depuis la perspective d’un enfant évoluant dans un monde de « géant[s] »[2], ne comprenant le monde que par associations et par métaphores, dans un flot de sensations.

En effet, comme le garçon ne possède pas encore les clés pour décoder l’univers dans lequel il évolue, il le traverse et le qualifie en fonction de ce qu’il sent, de ce qu’il ressent, des choses, sans en saisir les fonctions et finalités. Ainsi, le poste de radio que son père bricole tous les jours devient pour lui un « cube-aux-mille-voix-dedans »[3]. Les distances sont mesurées par comparaison avec les objets du quotidien. Ainsi une maison est décrite comme « longue-comme-est-longue-la-rue ». Tout se passe comme si l’enfant fonctionnait comme une surface photographique sur laquelle viendrait s’imprimer le monde : le garçon reçoit le monde, est traversé par les choses. On pourrait dire qu’il se trouve dans ce que Jean-François Lyotard appelle la passibilité :

« Forme d’écoute et de disponibilité de l’esprit capable d’accueillir, d’être affecté par ce qui n’est pas encore déterminé, la passibilité nomme en effet la condition esthétique de l’humanité. Le paradoxe est que cette condition de l’humain soit elle-même ‘inhumaine’ – d’une autre inhumanité que celle du système – parce qu’elle contrevient à ce que l’humanisme attend des hommes et de leur émancipation : autonomie, entendement et volonté. Lyotard objecte que l’humain ne se résume pas à cette maîtrise de soi, qu’il est aussi pure affectabilité, existence corporelle privée d’esprit, dépendante de l’infantia, d’une ‘enfance’  sauvage qui a reçu, senti, subi la touche des choses ‘avant’  de parler. »[4]

Les Erratiques retracent ce moment où le monde s’imprime sur l’enfant, ce moment où il « subi[t]  la touche des choses ». Il passe d’un ressentir-le-monde à un comprendre-le-monde, notamment à travers le deuil progressif qu’il fait de sa mère. L’enfant passe d’une perplexité face à la présence-absence de sa mère à l’acceptation de son départ, avec la lumière du projecteur :

« Et elle est là

Et elle

n’est pas

là. »[5]

« elle nous regarde

et ensuite

la lumière

s’éteint

et elle va

elle s’en va

va

dans les vagues »[6]

Tout se passe comme si le garçon était baigné dans le réel, plongé dans un flot de sensations et de perceptions, traversé par le monde, et que par et dans ce flux, il parvient à une meilleure compréhension de lui-même et du monde. A l’image du procédé du stream of consciousness utilisé par James Joyce ou Virginia Woolf, Wolfram Höll offre ici un voyage dans la conscience enfantine en excluant toute possibilité d’extériorité à l’action (ni didascalies, ni pluralité des voix) qui permettrait d’appréhender comment cette conscience construit le monde et est construite par le monde.

L’élaboration d’une mythologie / cosmogonie personnelle / de l’enfance

Cette perspective enfantine qui se déploie dans la voix du garçon est aussi l’occasion de développer une mythologie de l’enfance, presque une cosmogonie, où celui-ci élabore ses propres mythes pour expliquer le monde dans lequel il vit. Les erratiques, ces blocs de pierre trônant au milieu des immeubles de son quartier, sont au cœur de récit originel. Un bloc erratique est un fragment de roche assez important qui a été déplacé par un glacier et ce, parfois sur de très longues distances. Avec la fonte du glacier, le bloc erratique est laissé sur place, où nous pouvons, à l’heure actuelle, le retrouver. Ainsi, le garçon voit les blocs de son quartier comme des erratiques dont l’existence précède celle des habitations qui les entourent :

« sur la pelouse

les blocs erratiques

cailloux géants

roulés par des glaciers

oubliés délaissés quand

les glaciers se sont retirés »[7]

Mais l’interprétation du garçon est immédiatement contredite par le « tu » auquel il s’adresse, dont on ne sait pas s’il s’agit du frère ou de la mère dans son souvenir, qui lui explique que les blocs ont simplement été apportés par des hommes, non par un glacier, au milieu des immeubles, au centre de l’aire de jeu. L’explication raisonnée et raisonnable, celle de l’adulte, corrige celle de l’enfance, sans succès, le garçon refusant cette explication.

On trouve également au fil du texte comme des interdits originels intégrés à la mythologie de l’enfant, notamment autour du poste de radio du père, le « cube-aux-mille-voix », qui lance des « étoiles qui / étincellent tantôt / rouges tantôt jaunes et / tantôt vertes » :

« ce gros cube gris-bleu avec lequel

nous n’avons pas le droit de jouer que nous

n’avons pas le droit de toucher que nous

n’avons pas le droit de regarder »[8]

Le gros cube gris-bleu devient un objet interdit, un lieu de tabou qui porte des interdits implacables. C’est l’interdit à ne pas transgresser, et que les enfants vont transgresser malgré tout, observant leur père à la lumière du cube, comme un mystère.

La figure de la famille russe, récurrente au sein du texte, est elle aussi un des éléments de l’univers mythique que l’enfant élabore : incapable de comprendre les phénomènes de migrations, de pauvreté liés au communisme et à la réunification allemande, l’enfant transforme les familles russes qui vont et viennent dans son quartier en archétype, toujours composé du père, de la mère et d’un enfant. La seule explication que reçoit l’enfant aux arrivées et aux départs des familles russes vient de son père :

« Certains Russes

s’en vont

pour que

d’autres Russes

puissent venir. »[9]

Les Russes ne sont jamais spécifiés, leurs allées et venues correspondent à des règles auxquelles on ne déroge pas :

« Et les Russes

sont toujours plus nombreux

vont toujours par trois

père mère enfant

ils portent chacun un

carton de père, de mère et d’enfant

de leur taille

dans laquelle se trouve

un autre père

                       dans le carton de père

une autre mère

                       dans le carton de mère

un autre enfant

                       dans le carton d’enfant »[10]

Dans l’imaginaire de l’enfant, les familles russes apparaissent ainsi comme un élément constant et récurrent, comme si ces familles étaient des poupées russes en abritant sans cesse des nouvelles, à l’identique. Les Russes deviennent ainsi comme les personnages d’une comptine obsédante dans la tête de l’enfant avec le retour incessant du chiffre « trois » pour calculer le nombre de Russes contenus dans d’autres Russes :

« et les Russes

vont toujours par trois

 

trois fois trois

 

trois fois trois

 

trois fois trois »[11]

Et l’enfant poursuit ce décompte sur trois pages entières, comme une comptine enfantine qui se poursuit en boucle, sans pouvoir s’arrêter, témoignant de la perte et de l’incompréhension du garçon face aux phénomènes de l’immigration dans son quartier.

Avec Les Erratiques, c’est donc une véritable plongée en enfance que propose Wolfram Höll, délaissant les explications du monde rationnelles et nos perspectives d’adultes : nous revenons en enfance, à un sentir-le-monde dans lequel l’enfant n’a pas encore réussi à hiérarchiser ce monde. Ce texte est aussi une expérience, celle du glissement de la RDA à l’Allemagne réunifiée, l’expérience du microcosme d’un enfant bouleversé par les changements du macrocosme allemand. De l’absence de la mère à l’immigration russe en passant par le chômage du père, les changements qui s’opèrent dans le paysage de l’enfant intègrent sa mythologie personnelle, lui permettant de donner un sens à ce qui l’entoure. Wolfram Höll offre une expérience de lecture en développant un monologue intérieur parfois éclaté, qui se divise, et qui interroge notre rapport au monde comme notre rapport à la parole, la perspective enfantine permettant au lecteur de projeter ses propres images et de construire lui-même le monde qu’il lit dans le texte, telle une manière de transposer l’expérience de l’enfance qui est au centre de la pièce.

 

[1] Wille Franz, brochure du Festival de Mülheim, 2014.

[2] Les adultes et certains bâtiments sont qualifiés par l’enfant de « géant[s] », comme par exemple la mairie de la ville : « une maison géante une maison-géant ». Cf. Höll Wolfram, Les Erratiques, traduit de l’allemand par Wolfram Höll, manuscrit disponible sur le site de l’Arche Editeur, 2013, p. 10.

[3] Ibid, p. 5.

[4] Bernard Gaëlle, « Préface » de Lyotard Jean-François, L’Inhumain, Causeries sur le temps, Paris, Klincksieck Collection Continents Philosophiques, 2014, p. 9.

[5] Höll Wolfram, op. cit, p. 21.

[6] Ibid, p. 59.

[7] Ibid, p. 1.

[8] Ibid, p. 5.

[9] Ibid, p. 8.

[10] Ibid, p. 9.

[11] Ibid, p. 38.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.