Luther, Oeuvres, tome 2

Œuvres

tome II

Collection Bibliothèque de la Pléiade (n° 622), Gallimard
Parution : 27-04-2017
Sur le point de savoir si les quatre-vingt-quinze thèses de Luther sur «la vertu des indulgences» ont bien été affichées à Wittenberg le 31 octobre 1517, tout le monde n’est pas du même avis. Mais ce sur quoi, cinq cents ans plus tard, on peut s’accorder, c’est sur les conséquences de cet affichage réel ou supposé : l’étincelle (probablement) allumée ce jour-là allait bouleverser le paysage religieux, politique, social, intellectuel, littéraire et artistique de l’Europe.
L’édition des œuvres de Luther dans la Pléiade fait apparaître la diversité de ses écrits, qui reflète celle de ses centres d’intérêt. Le premier volume proposait des textes se rapportant aux débuts du mouvement évangélique. Dans le second, qui regroupe des ouvrages composés entre 1523 et 1546, un nouveau Luther se fait jour. Depuis 1522, il s’est définitivement installé à Wittenberg. Il se consacre à l’enseignement, à la prédication et, de façon incessante, à l’écriture.
L’établissement dans la durée du mouvement évangélique est loin d’être simple. Les conceptions luthériennes furent contestées de divers côtés. Luther répond aux objections, aux approches spiritualistes ou «enthousiastes» de ses opposants comme à celle des théologiens fidèles à l’Église romaine. Le rapport qu’entretiennent les chrétiens avec l’Ancien Testament fait partie de ses préoccupations. Son attitude à l’égard des juifs devient de plus en plus dure.
Plus que jamais il se montre attentif aux problèmes socio-politiques. La guerre des Paysans puis les tensions entre les États protestants et l’empereur l’incitent à traiter de la résistance à l’autorité. Il s’inquiète de savoir si un chrétien peut être soldat. Il dit son attachement à une paix laissant libre cours à l’Évangile, tout en concédant aux princes protestants le droit à une légitime défense. Il se prononce aussi sur la menace que font peser les Turcs.
Le requièrent sans cesse les problèmes liés à l’éducation, voire à la «culture». Son enseignement le conduit à élaborer des séries de thèses qui font l’objet de débats académiques. L’une d’elles expose sa conception de l’homme. Son traité de 1527, Si l’on peut fuir devant la mort, développe des considérations éthiques dans quoi le lecteur du XXIe siècle reconnaîtra parfois ses propres interrogations.
Luther est enfin poète. Il écrivit trente-six cantiques, dont plusieurs nous sont familiers : Bach les a mis en musique. L’un des plus célèbres, Ein feste Burg ist unser Gott, «C’est une solide forteresse que notre dieu», lui a fourni le texte de sa cantate BWV 80, destinée à la fête de la Réforme 1724 – célébrée, selon l’usage, le 31 octobre.
Sur les quarante-deux écrits rassemblés dans ce volume, sept ont été traduits du latin, trente-cinq de l’allemand, une langue sur laquelle Luther imprima sa marque, faite de clarté, de simplicité, et de cette verve peu commune qui l’a fait qualifier de «Rabelais allemand».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.