La politique des langues et la langue du politique : l’usage de l’allemand et du kiswahili dans l’Afrique orientale allemande, 1885-1918

Soutenance de thèse en cotutelle de Mme Rachel Kyra Levine avec l’Université Humboldt de Berlin (Allemagne)

le 7 décembre 2015
à 15H00

Doctorat études germanophones

à l’adresse suivante :
Université Humboldt à Berlin – Allemagne

La soutenance est publique.

Titre des travaux :
La politique des langues et la langue du politique : l’usage de l’allemand et du kiswahili dans l’Afrique orientale allemande, 1885-1918

Ecole doctorale : EDEAGE

Section CNU : 12 – Langues et littératures germaniques et scandinaves

Equipe de recherche : CEREG

Directrice : Mme Céline TRAUTMANN-WALLER

Co-directeur : M. Andreas ECKERT

Membres du jury :

M. Walter SCHICHO, Professeur des universités
Université de Vienne (Autriche)

M. Alexander KEESE, Professeur des universités
Université de Genève (Suisse)

M. Andreas ECKERT, Professeur des universités
Université de Humboldt (Allemagne)

M. Armin OWZAR, Professeur des universités
Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Mme Céline TRAUTMANN-WALLER, Professeur des universités
Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Résumé:

En Afrique orientale allemande, le kiswahili servait à la fois de langue d’instruction dans les écoles gérées par le gouvernement et de langue de travail dans l’administration coloniale. Cette thèse examine diverses sources primaires et secondaires pour déterminer comment cette pratique administrative fut instituée et dans quel contexte. Il s’intéresse également aux enjeux et postures relatifs à son implémentation, de même qu’à ses conséquences à court, moyen et long terme pour la colonie allemande et pour l’identité et la conscience propre de ce peuple colonisé qui allait subir la domination britannique avant d’accéder à l’indépendance en tant que Tanganyika, puis Tanzanie.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.