Trust de Falk Richter

Trust de Falk Richter,

mise en scène originale de Solange Oswald et Joël Fesel,

créée le 19 août 2014, dans le cadre du Festival International de Théâtre de Rue d’Aurillac avec la Compagnie Merci,

à partir de Falk Richter, Trust: Nothing hurts, traduit de l’allemand par Anne Monfort, Paris, L’Arche, 2010

Trust de Falk Richter dans la mise en scène de Solange Oswald et Joël Fesel (représentation d’octobre 2014) © Christophe Raynaud de Lage

Critique de la représentation du 24 février 2017 au Théâtre de Châtillon

par Sarah Doukhan (Master M2 Etudes théâtrales, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle)

Une pièce témoignant de l’héritage postdramatique allemand

Le théâtre contemporain allemand connaît un tournant dans les années 1990. La fonction politique du théâtre semble se redéployer en Allemagne en même temps qu’a lieu la chute du Mur. En effet, les works in progress remplacent peu à peu le Regietheater des années 1970[1]. Le travail d’écriture s’alimente ainsi de mises en situation scéniques qui priment sur l’histoire de la pièce ou l’élaboration de la psychologie des personnages.

En ce sens, on peut voir une réelle filiation de Falk Richter avec le théâtre « postdramatique » que définit Hans-Thies Lehmann[2]. Et Trust en est un descendant direct. Cette pièce nous rend en effet spectateur d’une succession de petites scènes qui mettent en situation des personnages anonymes, en prise avec les impasses d’une société capitaliste et du libéralisme économique.

Fragmentation du monde capitaliste

 Or cette métamorphose formelle se trouve intimement liée à l’intensification du principe de fragmentation. L’atomisation de la continuité temporelle, engendrée par l’arrivée des nouveaux moyens de technologie et par l’individualisme né du principe capitaliste de concurrence, explique certainement ce recours à un théâtre en constante évolution, qui exhibe des situations banalisées et fracturées dans toute leur cruauté. Car la fragmentation permet aussi une sorte de sensationnalisme provocateur dont s’empare Falk Richter. David Lescot et Jean-Pierre Ryngaert expliquent ainsi que, dans un tel théâtre, « la fragmentation devient le principe esthétique en soi. »[3].

Ce phénomène apparaît tout d’abord dans la confusion logique et temporelle de son écriture. Dans Trust, une scène montre un couple qui ne sait plus combien de temps il a passé ensemble. La jeune femme semble être persuadée qu’il ne s’agit que de trois semaines alors que son compagnon affirme que cela fait quatorze ans qu’ils sont mariés. Cette scène se déploie sur les trois actes de la pièce, avec trois occurrences, et l’ordre de leurs apparitions ne résulte pas d’un processus logique. Elles sont interchangeables. Ici le trouble émis quant à une réalité pourtant objective accentue ce sentiment de fragmentation et marque l’avènement du non-sens.

La mise en scène de Solange Oswald et Joël Fesel parvient tout à fait à rendre cet esprit de fragmentarité. La scénographie conjugue un double réseau de langage. Il y a le langage parlé des comédiens – qui ont recours à la langue française –, mais aussi le langage écrit – en anglais – diffusé sur trois grands écrans. Cette fragmentation du langage, réparti entre l’écrit et le parlé, dépasse le sur-titrage théâtral traditionnel puisqu’il n’a aucune fonctionnalité et que le langage écrit est surreprésenté. Il provoque ainsi une pollution visuelle qui fragmente et brouille le sens.

De même la lumière suscite-t-elle une dispersion du regard du spectateur. La scène n’est jamais éclairée de manière uniforme. Les metteurs en scène ont disposé des spots plafonniers utilisés habituellement au cinéma qui découpent l’espace scénique en focalisant l’attention des spectateurs simultanément sur des espaces restreints de la scène. Par exemple, on voit tous les acteurs réunis sur scène pour un moment festif de danse sur de la musique électronique. Chaque comédien est illuminé par un spot et danse, face au public, de manière très normée et connotée. Chacun incarne alors un type particulier. Au bout de quelques secondes, tous changent de lieu scénique et donc de lumière, permettant à une fraction différente du public de mieux les regarder et fragmentant ainsi la communauté des spectateurs elle-même.

Le morcellement de la société contemporaine est donc représenté par l’utilisation dramaturgique de la temporalité mais aussi par des moyens scénographiques tels que les éclairages ou les écrans.

 Un retour vers la cohérence ?

 Dans son ouvrage sur Falk Richter, Anne Ropers souligne pourtant l’apparition d’un retour à une certaine forme dramatique dans le théâtre allemand de la fin des années 1990. Elle parle de « forme néo-dramatique »[4]. Or, la publication de Trust date de 2009. Et on peut trouver des éléments qui sont bien la marque d’une tentative de se réconcilier avec une poétique plus aristotélicienne.

Tout d’abord, l’écriture semble vouloir remédier à cette omniprésence de la fragmentarité. La scène « I used to want to change the world » prend ici tout son sens. Tout ce passe comme si en mettant en exergue les contradictions humaines par le biais d’une série d’antithèses, Falk Richter parvenait à nous réconcilier avec elles. Par exemple, il écrit : « I used to want to change the world and now I’m just caring about a parking place. »[5]. Toute la scène utilisera ce rythme binaire avec comme première proposition : « I used to want to change the world » suivie de la copule « and » à valeur adversative. L’assomption d’une réalité complexe se réalise par la valeur performative du langage. La cohérence est comme créée par la capacité de deux éléments contradictoires à exister conjointement dans la parole. De plus, dans la version originale allemande, la langue anglaise est aussi utilisée, comme pour signifier une volonté d’hyper-communication du texte et une universalité de ces contradictions intestines.

Le traitement des personnages est, en outre, tout à fait particulier. Si ceux-ci ne sont pas l’occasion d’un développement psychologique complexe, ils possèdent une certaine cohérence. Dans l’entremêlement des scènes, se tissent peu à peu des visages, des corps et des voix. Chacun des comédiens a un petit monologue qu’il dira au début et le suivra pendant tout le spectacle. Ce texte définit de quelle pression sociale particulière chaque personnage est la victime. Chacun existe donc avant tout par rapport à ce qu’il subit : c’est en quelque sorte le mal social qui crée la cohérence du personnage.

Par ailleurs, la Compagnie Merci prend le parti d’intégrer des éléments méta-théâtraux puisque les comédiens se mettent en quête d’un titre à attribuer au spectacle lors du déroulement de la pièce. Tous proposent, au cours ou à la fin de leur scène, un titre en rapport avec ce dont il y est question. Il y a alors une tentative d’englober le spectacle, de l’unifier par les mots. Mais au fur et à mesure, les comédiens finissent par répéter inlassablement les mêmes propositions, empêchant toute écoute et laissant ainsi régner la souveraineté du fragment. Cette cohérence échoue donc à s’imposer et n’est perceptible que dans sa facticité.

L’abîme de la peur

C’est cet échec d’une harmonie idéale qui instille progressivement un climat de peur. Celle-ci prend deux formes : elle est tantôt immobilisme, tantôt hyperactivité. Les personnages se trouvent tantôt résignés, et entièrement dans l’acceptation, assujettis à un pouvoir abstrait et invincible ; tantôt à la recherche désespérée et hystérique d’une quiétude illusoire. Par exemple, un des personnages demande de manière compulsive à sa nouvelle conquête si elle lui donne la garantie de l’aimer toujours ; il considère l’abandon amoureux comme un risque effrayant.

La mise en scène de la Compagnie Merci parvient à délivrer une atmosphère véritablement inquiétante. On n’y retrouve pas la tonalité légère pour laquelle optaient en 2009 Falk Richter et la chorégraphe Anouk van Dijk[6]. La peur sombre dans la paranoïa et la folie la plus complète. Le jeu de lumières ainsi que l’objet hybride et lumineux aux allures futuristes qui accompagne chacun des comédiens[7]– seul accessoire mais aussi seul meuble de la scénographie – participent d’un décorum d’horreur. La dernière scène apocalyptique tranche aussi franchement avec le choix original de Richter. Il s’agit d’un scénario catastrophe de crash d’avion sur fond de hard rock. Enfin, le recours à la vidéo en noir et blanc, dans la scène « Vertrau mir »[8], « Crois-moi », crée un effet cinématographique qui exacerbe l’hystérie de la femme cherchant à persuader son mari de sa fausse fidélité.

Pourtant, le théâtre apparaît comme le refus de s’enraciner dans cette peur. On peut interpréter de cette manière l’escalade, par l’un des comédiens, d’une gigantesque pile d’ouvrages de sciences humaines. Cela représente peut-être la prise de risque du moment théâtral comme réponse à la paralysie sociale.

 L’immédiateté du corps comme remède à l’hyper-médiatisation

 Falk Richter semble effectivement proposer le corps comme antidote à la fragmentarité et à la peur. Il avait d’ailleurs choisi de travailler avec une chorégraphe – Anouk van Dijk – pour mettre en scène Trust. La Compagnie Merci fait honneur à ce choix puisque la moitié des comédiens a une formation de danseur ou de circassien.

Deux scènes sont à cet égard particulièrement frappantes : celle de l’escalade de la pile de livres – évoquée ci-dessus – et celle du couple qui ne sait plus s’accorder sur la durée de leur relation. L’homme fait tournoyer la femme dans les airs, comme s’il ne parvenait pas à la saisir, dans un jeu d’échappement. Les corps sont alors des corps qui tentent de s’échapper, de trouver une ouverture et qui font véritablement contraste avec les corps façonnés par des normes préétablies. On peut ici donner comme exemple de corps empreints des codes sociaux la scène de danse sur la musique électronique.

Et la force de cette corporalité subversive réside dans l’immédiateté propre à l’art théâtral. L’absence réelle de médiation entre le public et l’expérience esthétique permet une réappropriation du moment. La présence simultanée des corps représente le paroxysme du partage réel contre l’« hyper-réalité » médiatique[9] que critique Trust. Peut-être la quête d’un sentiment de confiance que mène ici Falk Richter trouve-t-elle son aboutissement dans la forme théâtrale elle-même.

La disposition scénique de la Compagnie Merci prolonge cette recherche d’un espace de convivance. La scène est au centre du public qui l’encadre de toutes parts. Les spectateurs sont presque au niveau du sol, installés sur des chaises de camping. Puisque regarder la scène équivaut à regarder le public d’en face, celui-ci devient en quelque sorte acteur du spectacle.

La scène « Vertrau mir » va dans la même direction. Dans la mise en scène de la Compagnie Merci, la comédienne se filme en train de pleurer pour convaincre son mari de rester avec elle. La vidéo est retransmise en direct sur les trois écrans suspendus au plafond. L’effet suscité est extrêmement violent dans le film alors qu’il est presque ridicule sur scène : il est ouvertement feint. Cette exhibition de l’hyper-réalité créée par les médias permet une relecture de l’importance éthique de la présence théâtrale.

« Le théâtre par contre, pourrait réagir à cet état de fait, grâce à une politique de la perception qui serait à la fois une esthétique de la responsabilité. Au lieu de la dualité lénifiante et trompeuse de l’ici et de l’ailleurs, du dedans et du dehors, il constitue par essence une pratique qui peut se centrer sur l’implication réciproque d’acteurs et de spectateurs dans la création théâtrale d’images et peut ainsi renouer à nouveau le fil rompu entre la perception et l’expérience vécue. »[10]

L’esthétique de la fragmentarité et de la corporalité post-dramatique permettrait donc de combler ce vide creusé par les médias et les nouvelles technologies qui réifient de manière radicale les rapports humains.

[1] Anne Ropers, Folie et politique : le théâtre de Falk Richter, Paris, L’Harmattan, 2012, p. 24.

[2] Lehmann montre que le théâtre postdramatique correspond à la disparition d’une trame narrative tissée autour de personnages dotés d’une profondeur psychologique au profit de la transgression des genres et d’un recours fréquent à la forme du fragment. Hans-Thies Lehmann, Le Théâtre postdramatique, traduit de l’allemand par Pierre-Henri Ledru, L’Arche, 2002.

[3] Jean-Pierre Sarrazac (dir.), Lexique du drame moderne et contemporain, Belval, Circé, 2005, p. 95.

[4] Anne Ropers, op. cit., p. 26.

[5] Falk Richter, Trust, Francfort/Main, Fischer, 2010, p. 34.

[6] Création à la Schaubühne de Berlin le 10 octobre 2009.

[7] Cf. photographie au début de l’article.

[8] Falk Richter, op. cit., p. 18.

[9] Jean Baudrillard, Mots de passe, Paris, Pauvert, 2000, p. 52.

[10] Hans-Thies Lehmann, op. cit., p. 292

Rémanences de l’exil judéo-allemand en France

TABLE RONDE animée par Dorothea Bohnekamp (Univ. Paris 3) :

RÉMANENCES DE L’EXIL JUDÉO-ALLEMAND EN FRANCE :
LA SECONDE GÉNÉRATION TÉMOIGNE

Maison Heinrich Heine, Cité universitaire, Paris

Jeudi 16 mars 2017

19h30

Avec Annette Antignac (Libraire, Calligrammes), Ernest Coppermann, Georges-Arthur Goldschmidt (écrivain et traducteur), Georges Neu (Secrétaire gén. de l’Association La Solidarité), Dan Sperber (anthropologue, s. r.), Vincent vonWroblewsky (traducteur) et Pierre Rosenberg (ancien Dir. du Louvre, Membre de l’Académie Française, s. r.).

Pendant les années 1930, la grande majorité des émigrants judéo-allemands trouve refuge en France. De nombreux survivants vont rester dans ce pays à la fin de la guerre. Cette table ronde évoquera le vécu de l’exil pendant et après la guerre, la variété des trajectoires des émigrants et de leurs enfants ainsi que la pérennité d’une tradition judéo-allemande en France. La voix est donnée à la seconde génération, celle qui a donné naissance à d’importantes figures de la médiation culturelle entre la France et l’Allemagne.

L’extrême possible

 

22 mars 2017, 19h30

Maison Heinrich Heine, 27C, Boulevard Jourdan, 75014 Paris

Essais d’Elfriede Jelinek, quatre voix, un saxophone

Une sélection de textes parmi les centaines d’essais écrits par le Prix Nobel de Littérature sera présentée par Sarah Neelsen à l’occasion de la parution de son livre “Les Essais d’Elfriede Jelinek. Genre, relation, singularité” (Honoré Champion 2016). Ces textes parlent de la voix et des femmes, des objets du quotidien et de la peur du vide, d’enfermement et de télévision.

Discours engagés, discours d’experts: regards sur les intellectuels juifs dans l’Allemagne et la France du XIXe siècle

Mardi 7 mars 2017

Institut historique allemand

8 rue du Parc Royal, 75003 Paris

Table ronde avec Olivier Baisez (université Paris 8) et Heidi Knörzer (École polytechnique) organisée par la Société des études juives en coopération avec l’IHA (S. Martens).

 
Le XIXe siècle marque un tournant dans l’histoire des minorités juives d’Allemagne et de France. Dans les deux pays, à des rythmes différents, ils deviennent citoyens à part entière et prennent une part active dans les débats politiques. Dès les années 1840, quelques notables juifs comme Adolphe Crémieux et Ludwig Bamberger se lancent en politique mais c’est surtout par leur activité d’écriture et de publication, ainsi que par leur engagement au sein d’associations et d’organisations politiques que les juifs s’expriment et prennent position en tant que tels. Ils interviennent ainsi dans les débats et les combats où se joue le sort des communautés juives et qui, au-delà, s’ancrent pleinement dans les préoccupations et les représentations des sociétés française et allemande.

Olivier Baisez et Heidi Knörzer retraceront et discuteront les parcours intellectuels, les positionnements politiques et idéologiques et les formes d’engagement de quelques figures importantes des judaïsmes allemand et français du long XIXe siècle.

Nuremberg, les nazis face à leurs crimes (2006)

 

Mardi 7 mars (14h-15h30)

Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, 13 rue Santeuil, 75005 Paris, Salle Las Vergnas

Rencontre-discussion avec Christian Delage, historien et réalisateur, autour de son film documentaire « Nuremberg, les nazis face à leurs crimes » (2006)

 

Organisée par Judith Kasper (Ludwigs-Maximilian-Universität München) et Céline Trautmann-Waller (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3)

Berlin, histoire d’une ville (1957-1994)

Berlin, histoire d’une ville (1957-1994)

Journée d’étude consacrée au sujet d’agrégation 2017 (Option B, civilisation), organisée par les départements d’Etudes germaniques de l’Université Paris 3 / Sorbonne Nouvelle et de l’Université Paris 4 / Paris-Sorbonne en collaboration avec la Maison Heinrich Heine

Programme

Vendredi, 10 février 2017
14h Accueil des participants
Dr. Christiane DEUSSEN (Maison Heinrich Heine)
Mot d’accueil et ouverture
14h15 Prof. Dr. Valérie CARRE (Université Paris 4 / Paris-Sorbonne) / Prof. Dr. Armin OWZAR (Université Paris 3 / Sorbonne Nouvelle)
Einführung ins Thema
I. Kunst und Kultur
Modération: Prof. Dr. Valérie CARRE (Université Paris 4 / Paris-Sorbonne)
14h30 Dr. Elisa GOUDIN (Université Paris 3 / Sorbonne Nouvelle)
La politique culturelle à Berlin-Ouest et Berlin Est
15h15 Dr. Valérie ROBERT (Université Paris 3 / Sorbonne Nouvelle)
Les médias à Berlin, au centre des conflits
16h Pause-café
16h15 Dr. Kerstin HAUSBEI (Université Paris 3 / Sorbonne Nouvelle)
Theaterlandschaft in einer doppelten Stadt
17h Diane BARBE (Université Paris 3 / Sorbonne Nouvelle)
Entre vitrine politique et critique sociétale : Berlin à l’écran des années 1950 à la chute du Mur
17h45 Pause-café
Öffentlicher Abendvortrag
18h Prof. Dr. Hans-Ulrich THAMER (Universität Münster)
Alltag einer geteilten Stadt im Kalten Krieg auf zeitgenössischen Fotografien
Samedi, 11 février 2017
I. Kunst und Kultur (Forts.)
Modération: Prof. Dr. Hélène MIARD-DELACROIX (Université Paris 4 / Paris-Sorbonne)
9h30 Dr. Godehard JANZING (Deutsches Forum für Kunstgeschichte Paris) Les monuments publics entre est et ouest
10h15 Dr. Krijn THIJS (Deutschland-Institut Amsterdam)
Politische Feierkonkurrenz im Jahre 1987: die doppelte 750-Jahr-Feier in Ost- und West-Berlin
11h00 Pause-café
11h15 Prof. Dr. Boris GRESILLON (Centre Marc Bloch, Berlin)
Un paysage culturel en mouvement – Berlin 1953-1994
II. Deutschland und Berlin im Kalten Krieg. Die politischen Rahmenbe-dingungen
Modération: Prof. Dr. Armin OWZAR (Université Paris 3 / Sorbonne Nouvelle)
12h Prof. Dr. Hélène MIARD-DELACROIX (Université Paris 4 / Paris-Sorbonne)
Berlin, ville quadripartite, dans les tensions et crises de la guerre froide
12h45-14h Pause-déjeuner
III. Stadtplanung, Architektur und Wohnen
Modération: Prof. Dr. Valérie CARRE (Université Paris 4 / Paris-Sorbonne)
14h PD Dr. Christoph BERNHARDT (Leibniz Institut für Raumbezogene Sozialforschung Erkner / TU Darmstadt)
Wohnungsbau und Verkehrspolitik in Berlin 1945-1995
14h45 Dr. habil. Patrick FARGES (Université Paris 3 / Sorbonne Nouvelle)
Hausbesetzer und Hausbesetzungen in Berlin-Kreuzberg
15h30 Pause-café
Modération: Dr. habil. Patrick FARGES (Université Paris 3 / Sorbonne Nouvelle)
15h45 Dr. Hubert GUICHARROUSSE (Paris-X / université Paris-Ouest-Nanterre-la-Défense)
Gropiusstadt, un patronage prestigieux, une réputation sulfureuse
16h30-17h15 Discussion finale

De la philologie allemande à l’anthropologie française

De la philologie allemande à l’anthropologie française. Les sciences humaines à l’EPHE (1868-1945)

Sous la direction de Céline Trautmann-Waller
ISBN 978-2-7453-3154-0. 70 €

Créée sous le Second Empire par un décret de Victor Duruy (1868), l’EPHE incarnait à l’époque une tentative de moderniser l’enseignement supérieur et la formation à la recherche en France en s’inspirant tout particulièrement de l’Allemagne. Cet ouvrage étudie la transposition du modèle allemand dans le contexte français et ses effets jusque vers 1945, spécialement à l’exemple de la IVe section dédiée aux sciences philologiques et historiques, à travers les questions suivantes : à quoi correspondait concrètement le modèle allemand ? Comment entendait-on l’implanter en France ? Quelles transformations le contexte français lui fit-il subir ? Quelle signification, enfin, cette entreprise particulière eut-elle pour l’histoire des sciences humaines en France et pour l’histoire des sciences humaines tout court ?

Starting in 1868, there was an attempt to modernize higher education and research training in France by looking at Germany for inspiration. This is a study of the transposition of the German model to the French context and of its effects down to 1945, with special focus on the philological and historical sciences.

 

TABLE DES MATIÈRES
Introduction
L’HISTOIRE D’UNE INSTITUTION UNIVERSITAIRE ORIGINALE
ET SON RAPPORT À L’ALLEMAGNE
André Berelowitch, À la rencontre des savants
Frédéric Barbier, L’École Pratique des Hautes Études et
le tropisme de la librairie allemande
Serguei Kozlov, La IVe section de l’EPHE et le Collège de France :
genèse d’une symbiose institutionnelle
Gabriele Lingelbach, La IVe Section de l’EPHE, un pendant
français des instituts d’histoire allemands ?
Michel Espagne, Les étudiants germanophones de l’EPHE
(1870-1900)
Céline Trautmann-Waller, Les Mémoires de la IVe section :
l’appropriation française d’un modèle allemand et la
question de l’universalisation des sciences humaines
ESPACES DISCIPLINAIRES ET PARCOURS INDIVIDUELS :
L’EPHE ENTRE SPÉCIALISATION ET UNIVERSALISATION
Ève Gran-Aymerich, L’épigraphie latine et les relations
scientifiques européennes au XIXe siècle (Italie-France-
Allemagne)
Élisabeth David, L’EPHE à la pointe de l’enseignement
égyptologique : Gaston Maspero
Vivi Perraky, Jean Psichari à la SLP et à l’EPHE : le grec
moderne dans l’orbite de Michel Bréal (1885-1929)

Roland Lardinois, L’EPHE dans l’espace disciplinaire des études
indiennes en France (v. 1870-v. 1930)
Alain Messaoudi, Les études arabes et islamiques à l’EPHE
au temps de la « plus grande France »
Ursula Bähler, Gaston Paris et l’École Pratique des
Hautes Études
Perrine Simon-Nahum, Une « autre » histoire des langues et
du langage : le rôle des savants juifs dans la constitution
des sciences de l’homme en France
Jean Baumgarten, Ernest-Henri Lévy pionnier de l’histoire de
la langue et de la littérature yiddish ancienne
Dominique Bourel, Maurice Cahen (1884-1926). Note sur l’histoire
de la skandinavistik en France
Fañch Postic, Le Beau ou le Vrai. 1866-1868 : débat autour
de l’édition de la poésie populaire
Claudine Gauthier, Henri Gaidoz et l’institutionnalisation
des études de folklore en France

Voyage d’étude / Studienreise

Denkmal, Museum, Stadtgeschichte / Monument, Musée, Histoire de la ville

24.-28.01.2017

PROGRAMM

Dienstag 24. Januar 2017

Ankunft / Stadtspaziergang / Kurt-Eisner-Denkmal / Feldherrnhalle / Drückebergergasse / Apéro-Treffen mit den Studenten des Seminars “Gedächntnisprozesse” von Judith Kasper (LMU).

Mittwoch 25. Januar 2017

Haus der Kunst / NS-Dokumentationszentrum / Treffen mit Winfried Nerdinger

Donnerstag 26. Januar 2017

Lenbachhaus / Pinakothek(en) / Zeitzeugenabend im Jüdischen Museum

Freitag 27. Januar 2017

Gemeinsame Seminarsitzung über besondere Denkmale in München (Memory Loops, Streit um die Stolpersteine) / Führung zur Geschichte des Gebäudes im Zentralinstitut für Kunstgeschichte / Theaterabend (Münchner Kammerspiele)

Samstag 28. Januar 2017

Olympiastadion / Stadtmuseum

 

Die Teilnehmer danken dem DFJW, dem Bayerisch-Französischen Hochschulzentrum, dem CEREG und dem Département Etudes germaniques (Universität Sorbonne Nouvelle-Paris 3), die diese Studienreise ermöglicht haben.

Les participants remercient l’OFAJ, le Centre universitaire franco-bavarois, le CEREG et le Département Etudes germaniques (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3), qui ont rendu possible ce voyage d’étude.
Kontakt : celine.trautmann-waller@univ-paris3.fr

Atelier pour doctorants germanistes 16 janvier 2017

Journée de doctorants
Centre d’études et de recherches sur l’espace germanophone (CEREG) Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle / Université Paris Ouest-Nanterre-La Défense

Atelier de réflexion méthodologique et de formation à la recherche en Études germaniques
(ED 514)

Lundi 16 janvier 2017

Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3
Censier, 13 rue Santeuil, 75005 Paris, Salle 123

 

9h30-10h30

Aurélie Cachera : Le geste hystérique à Vienne autour de 1900. A l’exemple de nouvelles d’Arthur Schnitzler et de photographies de Trude Fleischmann.

10h30-11h30

Laura Catania : Munich à la place de Paris. Le poète Rainer Maria Rilke se rapproche du Cubisme.

11h30-12h30

Vera Nitsche : Das (Theater)Kollektiv 68ff.

 

Contact : celine.trautmann-waller@univ-paris3.fr

Atelier pour doctorants germanistes 27 mai 2016

Journée de doctorants
Centre d’études et de recherches sur l’espace germanophone (CEREG) Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle / Université Paris Ouest-Nanterre-La Défense

Atelier de réflexion méthodologique et de formation à la recherche en Études germaniques
(ED 514)

Vendredi 27 mai 2016

Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3

Institut du Monde anglophone, 5 rue de l’Ecole de Médecine, 75006 Paris, Salle 33

 

9h30-10h30 :

Elisabeth Hamm, Animal et animalité au théâtre dans l’espace germanophone : enjeux esthétiques et anthropologiques.

10h30-11h30 :

Louise Dumas, La voiture dans le cinéma allemand.

11h30-12h30 :

Julien Beaufils, Sport et  représentation internationale. Concurrence entre les deux États allemands (1970-1990).

 

Contact : celine.trautmann-waller@univ-paris3.fr

Religion, Etat et société dans l’Allemagne contemporaine

Soutenance de l’habilitation à diriger des recherches de Mme Sylvie Le Grand-Ticchi
le 12 décembre 2016 à 9h00

à  l’Université de Toulouse-Jean Jaurès, Maison de la Recherche, salle D 31

Titre du document de synthèse : « Politique, culture et religion : du protestantisme en RDA au catholicisme en RFA ».

Titre de l’inédit : « Ernst-Wolfgang Böckenförde, médiateur entre catholicisme et social-démocratie ».

Section CNU : 12 – Langues et littératures germaniques et scandinaves.

Equipe de recherche : CEREG (EA 4223)

Directeur : Mme Françoise Knopper

Membres du jury :

M. Jean-Louis Breteau,  Professeur des universités,
Université de Toulouse-Jean Jaurès

M. Olivier Jouanjan,  Professeur des universités,
Université Paris 2 – Panthéon Assas

Mme Françoise Knopper,  Professeure des universités
Université de Toulouse-Jean Jaurès

Mme Anne Lagny,  Professeure des universités,
Ecole normale supérieure de Lyon

M. Reiner Marcowitz, Professeur des universités,
Université de Lorraine

 

 

A hauteur d’homme. Pour une histoire située de la migration forcée après 1933

Soutenance de l’habilitation à diriger des recherches de M. Patrick Farges

le lundi 28 novembre 2016 à 10h

à l’Institut historique allemand, 8 rue du Parc Royal, 75003 Paris

Section CNU : 12 – Langues et littératures germaniques et scandinaves

Equipe de recherche : CEREG (EA 4223)

Directeur : M. Bernard Banoun

Membres du jury :
Bernard BANOUN (garant de l’HDR, Université Paris-Sorbonne)
Dominique BOUREL (CNRS/Université Paris-Sorbonne)
Nancy L. GREEN (EHESS)
Hélène MIARD-DELACROIX (Université Paris-Sorbonne)
Joachim SCHLÖR (University of Southampton)
Céline TRAUTMANN-WALLER (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3).

 

“Narrativité et matérialité” [“Narrativität und Materialität”], 2ème journée, 24 mars 2017

Cycle de journées d’études interdisciplinaires « Narrativité et matérialité »

2ème journée, 24 mars 2017

Notre cycle de journées d’études interdisciplinaires souhaite se pencher sur les liens susceptibles de se tisser entre narrativité et matérialité. Si l’on considère que la matérialité intervient quand la matière apparaît en tant que telle, dans sa dimension phénoménale, en ne constituant pas seulement un support de signification, on peut en effet se demander quel rôle peuvent jouer pareils éléments sensibles dans le cadre d’une narration. Il s’agira d’examiner la matérialité même d’un récit mais aussi la matérialité extradiégétique, telle qu’elle devient sensible dans le récit ou telle que le récit la construit. On s’interrogera sur l’intérêt d’adopter une définition plus ou moins resserrée de la matérialité, incluant ou non la notion de médialité. Des corpus variés seront abordés : textes autobiographiques, littérature, cinéma, théâtre, publicité, etc. On engagera également une réflexion théorique et méthodologique sur les possibles apports d’une focalisation sur la matérialité pour la narratologie. Quels objets et quelles formes de « lisibilité » deviennent alors particulièrement pertinents dans une telle perspective ? De nouveaux instruments conceptuels seraient-ils judicieux ?

Ces manifestations scientifiques, qui réunissent les contributions de chercheurs français, autrichiens et allemands de diverses spécialités disciplinaires, s’inscrivent dans le cadre des recherches sur les narrativités allemandes qui ont été engagées par le CEREG (Centre d’études et de recherches sur l’espace germanophone- EA 4223) de l’Université Sorbonne Nouvelle.

Après la première journée « Narrativité et matérialité », qui a déjà eu lieu le 14 octobre 2016 et portait surtout sur des objets contemporains, cette deuxième journée d’études met davantage l’accent sur des perspectives historiques et civilisationnistes, en interrogeant notamment le rôle (politique, économique, etc.) du récit dans la société.

 

Programme de la deuxième journée d’études interdisciplinaire « Narrativité et matérialité »

9H-9H15

Introduction à la deuxième journée d’études « Narrativité et matérialité » (Florence Baillet et  Anne-Laure Daux-Combaudon, Université Sorbonne Nouvelle)

9H15-10H

Indravati Félicité (Université Paris – Diderot) : « L’essor des sciences du cérémonial dans le Saint-Empire (XVIIe-XVIIIe siècles) : narrativité et matérialité du politique »

10H-10H45

Elisa Goudin (Université Sorbonne Nouvelle) : « La matérialité à l’épreuve de l’histoire : raconter la renaissance du château de Berlin »

10H45-11H : Pause

11H-11H45

Florence Baillet (Université Sorbonne Nouvelle) : « Objets et récits en scène : Schubladen de She She Pop, une ‘histoire sensible’ des deux Allemagnes ? »

11H45-12H30

Hélène Thiérard (Université Sorbonne Nouvelle) : « Récits du moi entre les langues chez Yoko Tawada, José F.A. Oliver et Emine Sevgi Özdamar : la matérialité des autres langues en question »

Pause

14H30-15H15

Pauline Landois (Université Sorbonne Nouvelle) : « Narrativité et matérialité dans les autobiographies d’artisans allemands du XVIIIe siècle »

15H15-16H

Ilham Huynh (Universität zu Köln) : “Gesten des Erzählens. Die multimodale Konstruktion von Alltagserzählungen”

16H-16H45

Patrick Farges (Université Sorbonne Nouvelle) : « ‘Für die war ich Luft’. Raconter le corps masculin juif allemand (Allemagne-Israël) »

16H45-17H : Pause

17H-17H45

Svetlana Chernyshova (Heinrich Heine Universität Düsseldorf) : “Materialität und Intimität. Zu Narrativen im zeitgenössischen Experimentalfilm”

17H45-18H30

Anne-Laure Daux-Combaudon (Université Sorbonne Nouvelle) : ” Zur Komplementarität von Sprache und Bild in deutschen und französischen Werbeplakaten mit narrativem Muster”

 

Lieu de la manifestation :

UNIVERSITÉ SORBONNE NOUVELLE – PARIS 3
Maison de la Recherche
Salle Athéna
4 rue des Irlandais, 75005 Paris

10 Façons d’oublier

2016_11_25_vernissage_ackermann_pawlitzky

Exposition d’Uta Ackermann, poète et auteure de pièces radiophoniques, et Eric Pawlitzky, photographe de Berlin.

Uta Ackermann écrit des textes sur des objets qui ont eu une importance particulière dans son existence. D’apparence parfois banale, ils symbolisent des rencontres bizarres, tragiques ou fatales, et ils reflètent des situations politiques auxquelles elle a été confrontée en URSS, en RDA et dans le monde actuel. Ils ont la valeur d’une autobiographie comprimée. Eric Pawlitzky met soigneusement en scène ces objets qui trouvent ainsi une nouvelle profondeur.

https://maison-heinrich-heine.org/manifestations-culturelles/2016/novembre/10-facons-doublier

Vernissage de l’exposition le vendredi 25 novembre 2016 (18h-20h) à la Maison Heinrich Heine.